Navigation – Plan du site

Avant-propos

Jacques-Emmanuel Bernard
p. 5-6

Texte intégral

1En évoquant les grottes de Lascaux, Fernand Braudel s’interrogeait : pourquoi, à l’heure où naît le premier art des hommes, la Méditerranée est-elle silencieuse en quelque sorte ? S’occuperait-elle d’autre chose ? Vivrait-elle autrement ? Le miracle y serait-il, en Orient, le développement décisif des langages parlés ?

2 Le mutisme méditerranéen… On ne pourrait rêver plus beau paradoxe pour ouvrir un numéro de Babel sur les rhétoriques enfantées par la Mère Méditerranée- pour faire allusion au titre d’un numéro antérieur dont celui-ci souhaite se faire l’écho.

3 A ces questions, le grand maître des études méditerranéennes n’a jamais répondu directement, plus à l’aise dans la perception des grands espaces et de leurs lentes transformations socio-économiques que dans l’analyse du langage et de son émergence dans la rationalité grecque.

4Et pourtant, s’il faut attendre les débuts de l’âge classique, au Ve siècle avant notre ère, pour qu’apparaissent, dans les cités hellènes de Sicile, les premières codifications de l’art et de la théorie des discours, la conscience rhétorique, elle, paraît inhérente aux textes les plus primitifs qui nous sont parvenus de l’Antiquité méditerranéenne, à commencer par Homère, dont les dieux et les héros illustrent, aux yeux des rhéteurs, l’art de l’éloquence : Phoenix, qui enseigne à Achille l’action et la parole (Iliade, 9, 443), illustrant ainsi la première thématisation du langage, Ulysse, image du chef rusé tout aussi habile à parler qu’à guerroyer, à laisser pleuvoir de sa poitrine « des paroles semblables aux neiges de l’hiver » (trad. Leconte de Lisle)…

5Pour décrire son expansion dans le monde méditerranéen, Cicéron file une métaphore maritime : «Tu vois l’éclosion de l’éloquence en Grèce et les sources d’où elle dérive. Hors de la Grèce, le goût de l’éloquence se répandit beaucoup et les honneurs prodigués à cet art donnèrent de l’éclat au nom des orateurs. Une fois que, sortie du Pirée, l’éloquence eut été transportée au dehors, elle parcourut toutes les îles et voyagea à travers l’Asie entière, si bien qu’au contact d’autres mœurs elle prit un vernis exotique » (Brutus, XIII, 51).

6Assurant sa survie aux grandes époques de mutations politiques, religieuses et culturelles, antiques ou modernes, telles que la conquête romaine, la fin de la République, la christianisation de l’Empire, l’Islam, la colonisation, la rhétorique a fini par devenir, au travers de ses vicissitudes protéiformes, l’une des manifestations les plus significatives de la forma mentis méditerranéenne, envisagée dans la longue durée.

7En sollicitant la collaboration de spécialistes de plusieurs universités françaises et étrangères, nous avons voulu que ce numéro fût suffisamment représentatif des rivages méditerranéens : l’Europe, l’Afrique du Nord, le Proche-Orient, sans oublier les îles avec, au cœur de la Méditerranée, la Sicile, lieu de naissance légendaire de la rhétorique. Le dossier que nous présentons reflète donc à sa manière cette variété et cette unité dans le temps et l’espace. Le substrat rhétorique et poétique, à l’ombre d’Aristote, la référence aux Anciens, symbolique ou prégnante, se retrouvent dans la dissemblance des siècles, de l’Antiquité orientale au monde contemporain de Claude Simon et d’Umberto Eco, dans celle des domaines linguistiques (grec, hébreu, latin, arabe, italien, espagnol, français), des genres littéraires (poésie, théâtre, roman, essai), des références religieuses (le polythéisme gréco-romain, le judaïsme, le christianisme, l’Islam) et de leur traitement, des disciplines enfin (de l’herméneutique, dans la contribution de C. Rico, à la sociologie, dans celle de F. Naselli qui clôt le volume en s’interrogeant sur l’avenir du modèle culturel méditerranéen à l’heure de la mondialisation).

8Aucune thèse d’ensemble n’est ici plaidée : libre au lecteur de préférer les océans à la Mer Intérieure, de déclarer la guerre à la rhétorique, comme art ou comme méthode, de se réjouir de l’éclatement de son empire ou de pleurer la restriction de son champ – et d’y cueillir, à la manière de Jean Paulhan, ses plus belles fleurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques-Emmanuel Bernard, « Avant-propos », Babel, 7 | 2003, 5-6.

Référence électronique

Jacques-Emmanuel Bernard, « Avant-propos », Babel [En ligne], 7 | 2003, mis en ligne le 17 septembre 2012, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://babel.revues.org/1402

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org