Navigation – Plan du site

Auteurs d’Afrique et lettres italiennes

Quelques réflexions autour de la littérature de la migration en Italie
Brigitte Le Gouez
p. 235-254

Résumés

Cette étude est consacrée aux auteurs allogènes écrivant en langue italienne et venus du continent africain, proportionnellement les plus nombreux durant les dix premières années qui ont suivant l’émergence de ce phénomène littéraire nouveau en Italie. Pour la plupart héritiers d’une histoire coloniale, leurs œuvres offrent un terrain particulièrement propice à l’éclosion des problématiques postcoloniales, encore peu représentées dans la production en langue italienne à l’heure où cette étude est réalisée. De l’expérience d’écriture initiale, souvent un témoignage autobiographique, certains ont réussi à s’affirmer en tant qu’écrivains. Au sein du panorama littéraire italien de la fin du XXe siècle, cet espace nouvellement ouvert favorise-t-il le déploiement d’une forme de contre-culture ? Quelle place y occupent les femmes ? Quelles grandes figures de la pensée viennent éclairer les enjeux de notre temps, entre dynamique de la mondialisation et intensification des mouvements de population ?

Haut de page

Texte intégral

1Le statut de « terre d’accueil » qui est devenu celui de l’Italie ne date que de trois décennies. La société italienne a dû assimiler cette nouvelle réalité en l’espace d’une génération à peine : c’est un fait qu’il convient de garder à l’esprit lorsqu’on aborde les problématiques interethniques et multiculturelles avec la tentation de comparer le cas italien à celui de ses voisins français, allemands, belges ou anglais. L’Italie représente un cas tout à fait particulier, de par la rapidité avec laquelle elle a été amenée à intégrer les éléments allogènes arrivés sur son territoire assez discrètement dans les années soixante-dix puis de façon massive à partir des années quatre-vingts. C’est en effet vers le milieu de cette décennie, définie par les économistes comme celle du « second miracle économique italien », que les soldes migratoires s’inversent et que, pour la première fois depuis la réalisation de l’Unité, le pays accueille plus d’immigrés qu’il ne voit partir d’émigrés.

2L’Italie accueille ainsi une mosaïque de nationalités où aucune communauté ne se révèle fortement prépondérante comme c’est le cas en France avec la communauté algérienne, en Allemagne avec les Turcs ou en Angleterre avec les Indiens. Si certains migrants proviennent de l’ancien empire d’A.O.I – dont la durée a été éphémère et l’extension peu comparable à celle de l’empire britannique ou des colonies françaises –, la grande majorité des flux proviennent de pays n’ayant pas nécessairement entretenu de relations historiquement privilégiées avec l’Italie : Philippines, Chine, Sénégal, Maroc…

  • 1 BASILI (Banca Dati sugli Scrittori Immigrati in Lingua Italiana) est une banque de données qui a ét (...)

3A partir des années quatre-vingt-dix, ce phénomène s’est accompagné de l’émergence d’une production culturelle émanant des auteurs et artistes « allogènes ». Après quelques hésitations terminologiques, des chercheurs et opérateurs culturels italiens ont adapté le terme anglais de « migrant writers » et se sont intéressés au phénomène des « scrittori migranti ». Ces « écrivains migrants » utilisant l’italien comme une koyné sont de toutes provenances : à la date du 15 août 2004, parmi les textes publiés, on recense 42 références pour les auteurs venus d’Asie, 69 pour l'Europe (il s'agit, en grande majorité, d'auteurs venus d'Europe centrale et orientale), 58 pour le continent américain (en fait, exclusivement d’Amérique latine) et 150 pour le continent africain, selon les chiffres fournis par la base de données BASILI élaborée par le Professeur Armando Gnisci de l’Université de « La Sapienza » à Rome 1.

4Notre intérêt présent a porté uniquement sur les auteurs originaires d’Afrique, ce choix n’étant pas dicté par l’arbitraire mais par des considérations de plusieurs ordres. La première est quantitative : dans la mosaïque des présences littéraires allogènes, ces auteurs sont, avec 150 références, les plus représentés. Chronologiquement, il se trouve aussi que les trois premiers auteurs publiés – dont les ouvrages marquent, en quelque sorte, la naissance d’une littérature de la migration en Italie – sont tous trois issus du continent africain : de Tunisie, du Maroc et du Sénégal. Enfin, c’est dans le cas des auteurs africains qu’on est amené à poser la question du rapport entre littérature de la migration et littérature post-coloniale.

Présences littéraires allogènes en Italie : les débuts

  • 2 Salah Methnani et Mario Fortunato, Immigrato, Rome-Naples, Theoria, 1990.
  • 3 Le Vu’ cumpra’ est un vendeur ambulant, la plupart du temps arrivé clandestinement en Italie où il (...)
  • 4 Pap Khouma, Io, venditore di elefanti. Una vita per forza fra Dakar, Parigi e Milano, Milan, Garzan (...)
  • 5 Mohamed Bouchane, Chiamatemi Alì, Milan, Leonardo editore, 1990.

5La panorama littéraire italien, jusqu’à une époque récente, comptait des œuvres écrites par des auteurs installés à l’intérieur ou à l’extérieur du pays mais dont l’italien était la langue maternelle. Il n’y avait pas de domaine « ethnique » au sein des Lettres italiennes comme c’est le cas, par exemple, avec la littérature anglo-indienne et, bien sûr, encore moins d’équivalent possible à la francophonie et à ses expressions les plus foisonnantes, canadiennes, africaines ou antillaises. On a donc affaire à un phénomène éditorial tout à fait digne d’intérêt lorsque, en 1990, on voit surgir au sein de la production littéraire de l’année, trois romans italiens écrits par des africains. Le Tunisien Salah Methnani publie Immigrato2, écrit en collaboration avec le journaliste Mario Fortunato. Pap Khouma, Sénégalais, raconte la vie des « Vu’ Cumpra’ »3 dans Io, venditore di elefanti. Una vita per forza fra Dakar, Parigi e Milano4, écrit en collaboration avec Oreste Pivetta, journaliste au quotidien L’Unità. Mohamed Bouchane, Marocain, publie Chiamatemi Alì5, récit recueilli et mis en forme par Carla De Girolamo et Daniele Miccione. Renouant avec l’intérêt des années soixante-dix pour la littérature de témoignage, ces récits d’un genre nouveau dans une Italie tout récemment confrontée aux mutations sociologiques causées par l’afflux d’une immigration massive, vont trouver leur public. Ainsi, ces trois romans feront-ils l’objet de plusieurs rééditions. Celui de Pap Khouma est même pratiquement devenu un « classique » : entré dans les anthologies à usage des classes du secondaire, il a connu pas moins de huit rééditions.

  • 6 Saidou Moussa Ba, La promessa di Hamadi, Novare, De Agostini, 1991.
  • 7 Nassera Chohra, Volevo diventare bianca, a cura di Alessandra Atti di Sarro, Rome, edizioni e/o, 19 (...)
  • 8 Shirin Ramzanali Fazel, Lontano da Mogadiscio, Rome, Datanews, 1994.
  • 9 Maria De Lourdes Jesus, Racordai. Vengo da un’isola di Capo Verde, Rome, Sinnos, 1996.
  • 10 Iyere Ikhifa, Questo paese non è per te, Santarcangelo di Romagna, Fara editore, 1996.

6Les trois récits présentent de nombreuses similitudes dans leur structure narrative et leur progression thématique. En outre, ils ouvrent la voie à d’autres témoignages reprenant plus ou moins le même cadre narratif : La promessa di Hamadi (1991)6 du Sénégalais Saidou Moussa Ba, Volevo diventare bianca (1993)7 de l’Algérienne Nassera Chohra ; Lontano da Mogadiscio (1994)8 de la Somalienne Shirin Ramzanali Fazel ; Racordai. Vengo da un’isola di Capo Verde (1996)9 de Maria de Lourdes Jesus qui fut la première présentatrice africaine à la télévision italienne avec son émission hebdomadaire « Nonsolonero » diffusée sur Rai2 entre 1989 et 1997 ; Questo paese non è per te (1996)10 du Nigerian Iyere Ikhifa, etc…

7Quels sont donc les éléments qui caractérisent le cadre narratif du récit de migration ? Le roman de Mohamed Bouchane, Chiamatemi Alì, peut être considéré, à cet égard, pratiquement comme un « modèle du genre ». Il en donne à voir de façon très évidente les objectifs et les étapes. L'auteur raconte « une année à Milan dans la vie d'un clandestin venu du Maroc » et c'est en ces termes qu'est présenté le roman en première page de couverture. Le protagoniste, âgé de 26 ans, arrive en Italie en 1989 après avoir fini ses études de biologie à l'Université de Rabat. Jeune et diplômé, c'est de son plein gré qu'il a choisi l'Italie comme pays susceptible de lui offrir de meilleures opportunités économiques. Ses deux partenaires d'écriture, mari et femme, sont journalistes à Milan. Ils ont le même âge que lui et c'est par le biais d'un cours d'italien pour étrangers qu'il a connu la jeune femme, enseignante bénévole.

  • 11 Mohamed Bouchane, Chiamatemi Alì, op. cit., p. 8.
  • 12 Ibidem, p. 190 : « Mon journal devient un livre. Daniel et Carla me rassurent, mais les mots ne ser (...)

8Le livre épouse la forme du journal intime et relate les moments significatifs du parcours qui va de la migration à l’insertion ; il commence à la date du 24 mars 1989 et se termine le 15 mai 1990. Tout en respectant la forme fragmentaire du journal, ces moments sont reclassés en neuf chapitres. Le premier chapitre relate le moment du départ : le jeune homme est encore parmi les siens et il ne lui reste que peu de temps avant de prendre le train qui l’emmènera vers l’Europe. La scène est sous le signe de l’émotion contenue : il cache ses larmes et c’est, pour finir, sa mère qui éclate en sanglots. Le chapitre se clôt avec le départ du train, « su questo treno diretto in Europa, alla ricerca di chissà che cosa »11. Après la narration du premier contact avec la Terre promise rêvée, les premières rencontres italiennes, les contacts avec les compatriotes et les autres immigrés, les difficultés économiques et matérielles de tous ordres et celles de l’intégration culturelle, le récit se termine dans le bureau de l’éditeur par une sorte de happy end qui consacre la réussite du parcours. Celle-ci est manifestée par la reconnaissance institutionnelle et l’accès à une identité nouvelle ; si l’immigré n’est pas encore devenu un citoyen italien à part entière, du moins bénéficie-t-il d’une reconnaissance prometteuse dont lui-même s’émerveille puisqu’il devient « un auteur italien » : « Il mio diario diventa un libro. Daniele e Carla mi rassicurano, ma le parole non servono a niente. È tutto vero quello che mi sta capitando? »12

  • 13 Armando Gnisci, La letteratura della migrazione, Rome, Lilith edizioni, collection « lingua franca  (...)

9En somme, c’est une sorte de parcours-type de l’immigré qui est ici raconté. Il progresse par une succession de thèmes qui vont tendre à devenir autant de « passages obligés » dans le cadre d’un récit de migration. Cette littérature du témoignage était-elle donc nécessairement appelée à créer de nouveaux topoï, pour ne pas parler de clichés ? Comment se libérer de l’exercice imposé : arrivée, confrontation du rêve et de la réalité, désillusion, confrontation des expériences, premiers signes d’intégration…? Cette question nous semble être celle à poser lorsqu’on veut rendre compte du tarissement de ce filon « migrant » dans les grandes maisons d’édition italienne, une fois passé l’engouement des années 1990-1993. Selon Armando Gnisci, le marché « non tirava più »13 (le marché avait cessé d’être porteur). En fait, il est probable que le renouvellement de la matière était alors insuffisant pour garder l'intérêt d'un public dont la curiosité première avait été, pour ainsi dire, satisfaite.

10Comment éviter l’écueil du topos ? Peut-être en passant directement au second roman… serions-nous tentée de dire ! Au-delà d’une simple boutade, force est de reconnaître que seuls quelques auteurs ont, après une première œuvre de l’ordre du témoignage, continué à écrire et ont pu changer de dimension en accédant à la fiction romanesque.

« Essais transformés »

  • 14 Mohsen Melliti, I bambini delle rose, Rome, edizioni Lavoro, 1995.
  • 15 Mohsen Melliti, Pantanella. Canto lungo la strada, Rome, edizioni Lavoro, 1993.

11C’est vraisemblablement au deuxième roman que se confirme le statut de l’écrivain. Après le jaillissement d’un premier récit fruit de l’expérience de la transmigration – nécessairement bouleversante du point de vue identitaire – seuls quelques-uns ont su prolonger l’expérience de l’écriture en dépassant la dimension du vécu pour aller chercher ailleurs la matière de leur inspiration. Parmi les réussites littéraires qui nous semblent les plus significatives, citons le beau récit I bambini delle rose (1995)14 du Tunisien Mohsen Melliti, une œuvre de fiction qui succède à un premier récit-témoignage15. Dans cette seconde œuvre, les personnages – un enfant gitan et une petite fille chinoise – ne sont nullement des alter ego de l’auteur et cependant, la portée du témoignage n’est pas moindre pour autant.

  • 16 En apparence, du moins, car on peut toutefois se poser quelques questions sur l’authenticité de la (...)

12Avant de trouver sa propre voie dans l’écriture, il est sans doute nécessaire que l’auteur puisse sortir vainqueur de deux processus d’émancipation, le second étant la condition du premier. Tout d’abord, il doit pourvoir s’émanciper des partenariats d’écriture. Ainsi, Methnani, Bouchane et Pap Khouma n’avaient-ils pu écrire leur témoignage qu’à quatre mains (voire à six, dans le cas de Bouchane). Il est certain que la collaboration d’un journaliste oriente et conditionne en grande part la forme du récit. Dans les années quatre-vint-dix, ces partenaires d’écriture ont été les vecteurs nécessaires vers le grand public car beaucoup d’auteurs n’avaient pas la maîtrise linguistique leur permettant une écriture autonome. C’est là une limite très tangible des premières expressions littéraires des auteurs migrants. De virulentes polémiques occasionnées par la question de la propriété littéraire n’ont pas tardé à s’ensuivre et l’écriture à quatre mains a été peu à peu abandonnée16.

  • 17 Younis Tawfik, La Straniera, Milan, Bompiani, 2000.
  • 18 Younis Tawfik, La città di Iram, Milan, Bompiani, 2002.

13Naturellement, le temps joue en faveur des écrivains immigrés et c'est lorsque ceux-ci accèdent à une meilleure maîtrise linguistique que les conditions de leur émancipation sont près de se réaliser. Ces dernières années ont été publiés des auteurs immigrés ayant fait leurs études dans les universités italiennes. Capables de s’exprimer de façon parfaitement autonome, ils sont aussi mieux à-même de trouver leur style propre. C’est le cas de Younis Tawfik, le plus irakien des Turinois (ou le plus turinois des Irakiens), dont le roman La Straniera17 distingué en 2000 par le prix Grinzane Cavour, tout en conservant les éléments qui caractérisent le récit de la migration, dépasse le modèle-type et accède à une dimension romanesque véritable. Là aussi, l’essai est « transformé » en 2002 avec le roman La città di Iram18 qui réalise une heureuse synthèse entre un référent très italien et un imaginaire nourri par les œuvres classiques de la littérature arabe.

14Parmi les auteurs issus du continent africain, seuls quelques-uns ont vu confirmée leur vocation littéraire au-delà d’un ou deux ouvrages publiés. Quelques noms se dégagent : ceux de l’Algérien Amor Dekhis, de l’Égyptien Mohamed Ghonim, de l’Ivoirien Anty Grah, des Sénégalais Modou Gueye, Pap Khouma, Saidou Moussa Ba, du Togolais Kossi Komla-Ebri, du Camerounais Yogo Ngana Ndjock. D’autres continuent à écrire sans toutefois dépasser le stade du fragment : des poésies ou bien de courtes nouvelles diffusées dans le cadre de publications collectives. Il est probable que le passage à l’écriture romanesque implique une capacité de structuration et, encore une fois, de maîtrise linguistique, qui continuent d’échapper à nombre de locuteurs italophones de fraîche date.

  • 19 Parmi les plus connus : le concours "Eks&Tra" qui a lieu tous les ans à Santarcangelo di Romagna, ( (...)
  • 20 Kossi Komla-Ebri, All’incrocio dei sentieri – I racconti dell’incontro, Bologne, EMI, 2003. Nous tr (...)

15On citera deux cas – assez différents l’un de l’autre – où le parcours littéraire s’est poursuivi avec bonheur. Le Togolais Kossi Komla-Ebri apparaît ainsi comme l’un des auteurs africains les plus prolifiques. La base de données BASILI répertorie douze titres à son nom, ce qui en fait l’auteur ayant la production la plus riche. Il faut toutefois modérer cette première impression puisque nombre de titres référencés sont en réalité de courtes nouvelles, répertoriées une première fois à la date de leur première publication – souvent dans un des magazines littéraires ouverts à la littérature migrante ou dans un des recueils nés des concours littéraires organisés dans des localités provinciales19 – et recueillies à une seconde date dans un volume rassemblant les textes précédemment publiés de façon éparse. Plusieurs nouvelles publiées par Kossi Komla-Ebri entre 1997 et 2001 sont ainsi reprises dans le recueil All’incrocio dei sentieri. I racconti dell’incontro ( 2003)20.

16Kossi Komla-Ebri, comme Younis Tawfik ou l’Albanais Ron Kubati, a fait ses études en Italie. L’italien a été l’outil de sa formation de médecin-chirurgien, presqu’une seconde langue « maternelle » puisque c’est à travers elle qu’il vit la deuxième naissance – sociale – qu’est l’acquisition d’une identité professionnelle. Il exerce actuellement dans un hôpital de la province de Côme et poursuit en parallèle une activité d’écriture où la part autobiographique tend à devenir plus souterraine et la dimension fictionnelle plus affirmée. En 2002, il a publié Neyla, roman d’amour écrit en italien et situé en Afrique. La rencontre entre un Togolais expatrié de retour au pays et une jeune femme africaine sert de support à une réflexion sur l’avenir de l’Afrique incarnée ici par Neyla. Elle est destinée à mourir en couches mais elle aura auparavant amené l’auteur à une prise de conscience nouvelle : elle lui transmet la faculté de voir avec « les yeux de l’âme » et de ne plus céder à l’illusion des fausses promesses.

  • 21 Pap Abdoulaye Khouma, « Le pesti di Djama » in Alì e altre storie –Letteratura e immigrazione, Rome (...)

17Dans un cadre différent, Pap Khouma a lui aussi, « transformé l’essai » et poursuit son parcours au sein des lettres migrantes. De la vente des objets de pacotille sur les plages de Rimini au statut d’opérateur culturel reconnu et invité dans les plus grandes universités américaines, son parcours a été assez exceptionnel. Le succès du premier ouvrage a certainement été très porteur mais, alors que d’autres ont disparu de la scène littéraire, Pap Khouma a continué à travailler dans le cadre des activités didactiques et des projets interculturels. Il a publié en 1998 la nouvelle Le pesti di Djama21, avec cette fois une plus grande autonomie d’écriture permise par huit années d’engagement interculturel en Italie. Travaillant actuellement dans une librairie de Milan, il collabore également à quelques journaux italiens.

  • 22 Il s’agit de Cristina Ali-Farah, Tahar Lamri, Gabriella Ghermandi, Mia Lecomte, Raffaele Taddeo, So (...)
  • 23 « El Ghibli, la nouvelle revue on line de littérature de la migration : interview avec Gabriella Gh (...)

18Ces deux auteurs sont deux figures emblématiques de l’apport qu’une migration, qu’elle soit diplômée ou non, réalise dans un pays donné. Pap Khouma comme Kossi Komla-Ebri sont partenaires dans le beau projet qui a vu le jour en septembre 2003. Avec huit autres personnes venues de tous horizons et unis par le même goût de l’écriture22, ils forment le comité d’édition de la revue on-line El-Ghibli financée par la province de Bologne et dirigée par Pap Khouma. La revue est un espace ouvert sur les expressions migrantes mais aussi sur toute expression mue par le goût de la rencontre. Gabriella Ghermandi, Italo-éthiopienne qui a contribué à sa fondation, définit ses prémisses en disant que l’idée « est née de quelques écrivains qui désiraient pouvoir s’unir dans une sorte de mouvement qui donnerait force et conscience de ce qu’[ils] faisaient. […] C’est un projet qui vise à être utilisé par n’importe qui dans n’importe quelle partie du monde : El Ghibli ne veut pas être la revue d’un groupe fermé d’écrivains mais une revue à 360 degrés dont l’espace est ouvert aux écrivains qui ne vivent pas seulement en Italie mais dans toute l’Europe et qui partagent l’idée de former dans le futur un projet qui les mette tous en relation avec des villes de différents pays d’Europe »23.

  • 24 La revue trimestrielle Caffè, éditée par l’Archivio dell’immigrazione de Rome sous la direction du (...)

19Une telle présentation du projet – de même que ses premières réalisations effectives qui se poursuivent au rythme de quatre numéros par an – nous amène à faire deux remarques. Tout d’abord, il faut souligner l’originalité de la démarche qui, contrairement à de nombreuses autres initiatives comme celle, par exemple, qui a donné le jour à la revue Caffè, revue « per una letteratura multiculturale »24, résulte de l’initiative des écrivains migrants eux-mêmes. Ce sont eux aussi qui en assurent la direction et l’administration.

20Ensuite, nous sommes tentée de rapprocher cette réalisation de l’idée du Parlement International des écrivains voulu par Édouard Glissant. Dans cette u-topie littéraire pourtant bien réelle, on trouve un lieu ouvert à tous, au service des expressions particulières et de l’universel sans qu’il y ait là ni oxymore ni conflit latent. Si la problématique fondamentale de l’écrivain migrant est de trouver son lieu (ou encore : l’endroit où il a « lieu d’être »), alors l’espace virtuel de l’internet – espace déterritorialisé par excellence – et la métaphore du désert parcouru par le vent (mot dont la racine signifie aussi « esprit » dans les langues sémites) s’annoncent comme particulièrement propices.

Écritures migrantes en Italie : un espace pour une « contre-culture » ?

21Alors que le discours culturel de masse – en particulier celui véhiculé par les médias audio-visuels – ne cesse de décliner les multiples variantes d’une échelle de valeurs où triomphent des standards uniformisés de beauté, richesse, force et pouvoir, la littérature de la migration peut représenter une alternative. Dans la société italienne contemporaine, où l’obsédant souci de « fare bella figura » tient parfois lieu de morale, il arrive que la tentation nombriliste et la complaisance narcissique menacent la création d’asphyxie. A la fin des années quatre-vingt-dix, le texte littéraire se « cannibalise ». Littérature et cinéma, fascinés par la représentation du vide idéologique d’une génération et de la société de la surconsommation, tendent à s’enfermer dans la répétition d’un discours de la crise : crise du trentenaire, crise du quadragénaire, crise du couple, crise de la famille, crise des valeurs… La littérature de la migration, elle, dit « autre chose ». Elle commence par creuser une distance salutaire où il est donné à la société d’accueil l’opportunité de se voir dans le regard de l’autre. De ce point de vue, elle est comme un caillou qui viendrait troubler l’onde où se mirait Narcisse. Mais au-delà de ce simple retournement du regard, l’éclosion d’un discours qui est le fait des citoyens des marges est riche aussi d’autres potentialités.

  • 25 « Colf » : bonne à tout faire ; « badante » est un néologisme qui a pris forme avec cette réalité n (...)
  • 26 Armando Gnisci, op.cit., p. 78.

22Dans le cas de la littérature écrite par des auteurs d’origine africaine, quelques remarques particulières s’imposent. Alors que les femmes sont généralement des citoyens de second ordre dans leur société d’origine comme dans la société d’accueil où les attendent souvent des emplois de colf ou de badante 25, elles sont assez présentes dans la littérature migrante. On ne peut que souhaiter toutefois qu’elles le soient davantage. A quelques années de distance, nous ne partageons pas tout à fait le point de vue d’Armando Gnisci qui déclarait en 1998 dans son essai sur La letteratura italiana della migrazione 26 que cette littérature est plus égalitaire, non discriminante et largement ouverte aux voix féminines. Si les récits de quelques auteurs femmes (Shirin Ramzanali Fazel, Maria de Lourdes Jesus, Ribka Sibhatu…) ont connu un certain succès dans les années 1992 à 1996, force est de constater qu’à la date du 15 août 2004, sur soixante-quatorze auteurs africains répertoriés sur la base de données BASILI, on ne compte que treize femmes. Par rapport à l'ensemble des auteurs, elles ne représentent donc qu'un peu plus de 20% : on est encore loin de la parité…

  • 27 C’est un processus du même type qui a conduit à la perte d’une partie du patrimoine des cultures ré (...)

23De manière plus générale, la construction d’un espace littéraire ouvert aux voix immigrées permet d’accueillir les expressions de culture souvent minoritaires, parfois menacées de disparition. De ce point de vue, écrire en italien permet, certes, la transmission d’un savoir et le partage interculturel mais au-delà, ce choix permet aussi la sauvegarde d’un patrimoine culturel. Dans pratiquement toutes les régions d’Afrique, celui-ci se transmet de manière orale. Or, en raison des conflits politiques, des guerres, de l’urbanisation et de l’éclatement des convivialités traditionnelles, cette transmission court le risque de plus en plus fréquent de manquer son destinataire27. L’italien devient alors une sorte de « conservatoire culturel ».

  • 28 Pape Siriman Kanouté, Mandé parole del griot, Rome, Lilith edizioni, 2000.

24Certains auteurs ont à cœur comme impératif premier de servir ce qu’ils appellent leur « mission ». C’est le cas de Pape Kanouté, descendant d’une famille de griots sénagalais, qui, dans Mandé parole del griot 28, raconte l’épopée de Soundiata, fondateur du grand empire Mandé, et explique les fondements de la culture mandingue. Le notion de mission est récurrente et le terme revient constamment dans l’entretien que nous avons eu avec lui en juillet 2002 à Rome. Il déclare ainsi être en Italie dans le seul but de donner à connaître sa culture. Il ajoute qu’une fois cette « mission » accomplie, il n’aura plus de raison de rester et se déclare prêt à de nouvelles expatriations.

  • 29 Le cas d’Elisa Kidanè, religieuse combonienne installée à Vérone, écrivant en italien et originaire (...)
  • 30 Ribka Sibhatu, Aulò, Rome, Sinnos editrice, 1993.
  • 31 Habtè Weldemariam, La terra di PuntMiti, leggende e racconti dell’Eritrea, Bologne, EMI, Collana (...)
  • 32 Mohamed Issé Hagi Abdi, Storie dell’Africa orientale, Florence, Loggia de’ Lanzi, 1999.

25Le souci de la sauvegarde du patrimoine culturel et de sa transmission est très présent chez d’autres auteurs, comme Ribka Sibhatu ou Habtè Weldemariam. Tous deux d’origine érythréenne et installés de longue date en Italie, leur langue d’origine, le tigrinya, ne compte que quelques centaines de milliers de locuteurs dont beaucoup sont expatriés. C’est donc une culture très minoritaire, déjà menacée dans un passé encore récent par une politique linguistique éthiopienne visant à la marginaliser au profit de l’amharique29, qui, « reversée » dans la langue italienne, peut être véhiculée vers de nouveaux destinataires. C’est le travail que fait Ribka Sibhatu, dans Aulò (1993)30, en recueillant, à la suite du récit de sa propre histoire, des proverbes et devinettes érythréennes. C’est aussi l’objectif de Habtè Weldemariam dans La terra di Punt – qui porte comme sous-titre : « Mythes, légendes et récits d’Érythrée » (1996)31 – ou celui de Mohamed Issé Hagi Abdi qui traduit des fables africaines publiées sous le titre Storie dell’Africa orientale (1999)32.

  • 33 Quelques-uns ont été recueillis et traduits dès la période coloniale, il est vrai. Ainsi, le travai (...)
  • 34 Voir notre article : « Mémoires familiales italiennes : ombres portées d'un passé africain » in L'A (...)

26Les auteurs et nationalités auxquels nous venons de faire référence nous amènent maintenant à poser la question du développement possible d’une littérature post-coloniale en Italie. La publication des mémoires des descendants des peuples colonisés par les Italiens pourrait permettre l’accès à cette « face cachée » de l’Histoire que l’historiographie officielle tend souvent à occulter. Dans le cas de la colonisation de l’Afrique orientale par les Italiens, il n’y a à l’heure actuelle à peu près aucun témoignage accessible sur les événements tels qu’ils ont été vécus par les colonisés. Ceux-ci n’ont pas manqué de s’exprimer mais c’est dans les « aulò » (célébration épique orale) – c’est-à-dire dans le cadre de la littérature orale en langue locale – et les mémoires transmises au sein des familles qu’il faut en chercher les échos33. En somme, il nous semble apercevoir là un espace propre à la culture italienne qui reste pour l’heure inoccupé. Sans doute la réception de ces témoignages n’était-elle pas placée sous les meilleures auspices alors que le souvenir des années de l’empire colonial, associé à l’époque fasciste et à la défaite, a fait l’objet d’un long refoulement dans la mémoire des Italiens. Pour des raisons générationnelles, il est probable que celui-ci est maintenant en train de céder34.

  • 35 C’est bien sur cette voie que semblaient s’engager Ribka Sibhatu dans certains passages de Aulò ou (...)

27Les descendants des populations colonisées d’Afrique orientale ou de Libye sont porteurs de savoirs et de mémoires qui intéressent à la fois notre connaissance de l’Afrique et de l’Italie. On ne peut que remarquer que ce possible filon littéraire, sauf dans le cas de courts récits35, n’a pratiquement pas été exploité.

28Il est peut-être excessif d’évoquer ici l’espace d’une « contre-culture » possible. Néanmoins, on ne peut rester indifférent à l’heure de la pensée unique et parfois même d’une certaine hébétude idéologique devant l’émergence de textes qui donnent voix aux minorités. Sur le passé, elles ont un témoignage à rendre, susceptible de nous donner à voir l’« autre face » de l’Histoire ; sur le présent, elles nous livrent un autre regard que celui que réfléchit le miroir ; quant à l’avenir, elles sont les protagonistes des transformations en cours qui affectent non seulement l’identité du migrant mais aussi de celui qui le reçoit.

Village global et créolisation

29Alors que les mouvements de population se sont accélérés et ont mis en contact des sociétés qui n’avaient l’une de l’autre que des représentations imaginaires ou lointaines, alors que le village global ne dort jamais et que les échanges en temps réel n’ont jamais été aussi intenses, il semble que les catégories de pensée auxquelles nous étions habitués ne permettent plus de rendre compte des changements advenus. Parmi elles, la notion d’identité, par exemple, est devenue hautement problématique. Il faut donc élaborer de nouvelles catégories descriptives mais aussi se défaire des catégories figées d’une pensée qui intègre mal l’élément dynamique.

30Contre la dictature de la vérité unique, du monolithe et de l’identité-racine, les auteurs migrants, anciens colonisés ou non, revendiquent la légitimité de la pluralité. Contre l’« ensouchement » pour reprendre un terme d’Édouard Glissant, ils disent l’expérience du voyage, du carrefour, de la rencontre, en somme : d’une identité qui se construit dans le déplacement et se nourrit de ses échanges avec l’autre.

31C’est à l’émancipation du principe de l’unique qu’appelle Yogo Ngana Njock dans son poème « Prigione » :

Vivere una sola vita
in una sola città,
in un solo paese,
in un solo universo,
vivere in un solo mondo
è prigione.
[…]
Conoscere una sola lingua,
un solo lavoro,
un solo costume,
una sola civiltà
conoscere una sola logica
è prigione.

  • 36 Yogo Ngana Ndjock, Nhindo-Nero, Rome, Edizioni Anterem, 1994. « Vivre une seule vie / dans une seul (...)

Avere un solo corpo,
un solo pensiero,
una sola conoscenza,
una sola essenza,
avere un solo essere
è prigione36

  • 37 Enseignante et chercheuse à l’Université de « La Sapienza » à Rome, Franca Sinopoli est l’auteur de (...)

32En réponse au développement d’un certain discours tenté par l’« intégrisme identitaire », les auteurs immigrés viennent rappeler qu’il peut y avoir plusieurs vies en une, plusieurs hommes en un (et le nombre des langues qu’il parle n’est de ce point de vue pas indifférent), et que l’identité a aussi une composante dynamique. Si le migrant est celui qui passe, n’est-il d’ailleurs pas une figure emblématique de la condition humaine ? C’est ce que n’ont pas manqué de souligner Armando Gnisci et Franca Sinopoli37 dans leur approche du phénomène.

  • 38 Armando Gnisci, op.cit., p. 93. C’est nous qui traduisons, ainsi que pour les passages suivants.
  • 39 Ibidem, p. 97 et 98.

33Armando Gnisci appelle auteurs migrants – descendants ou non des peuples colonisés – et européens – descendants ou non des peuples colonisateurs – à « une décolonisation des esprits ». Il s’agit de se défaire de l’« eurocentrisme » afin de pouvoir aborder à un nouvel art de vivre : car « rien n’empêche de vivre plusieurs vies dans la même vie […] à la suite l’une des autres ou bien simultanément. […] Il faut se transformer en ingénieur des ponts et chaussées de l’esprit : […] ouvrir à l’intérieur de soi d’autres chemins de vie ; parallèles et coplanaires, mais aussi surélevés, formant des croisements, au tracé long comme un destin ou un faisceau de destinées »38 écrit-il dans La letteratura italiana della migrazione avant de conclure : « Nous, européens, devons nous décoloniser de nous-mêmes et pour ce faire, nous adapter aux autres afin de pouvoir participer au colloque (colloquio) mondial de tous les mondes »39. C’est encore à Édouard Glissant que nous sommes reconduits ici. Le « colloque mondial de tous les mondes » évoqué par Armando Gnisci est-il différent du « Tout-Monde » de Glissant ?

  • 40 Édouard Glissant, Tout-Monde, Paris, Gallimard, nrf, 1993, p. 20.

Alors encore vous entendez ces langages du monde qui se rencontrent sur la vague le mont, toutes ces langues qui fracassent l’une dans l’autre comme des crêtes de vagues en furie, et vous entreprenez, tout un chacun applaudit, de bondir d’une langue dans l’autre, ça fait de grosses dévirades d’imprévu, puis vous coulez dans ce mystère des mots et voilà que vous quittez la débandade et vous défilez comme une rivière à sec dans le secret de son partage de rivière, alors là pas un n’applaudit, vous êtes seul à descendre, vous entamez d’avertir ce qu’on appelle un style, plus secret que le changer de peau d’une bête-longue au plus fond d’un bois-campêche, et qu’est-ce qu’ils appellent un style, c’est rien que la manière dont vous racontez la roche de rivière et le courant du vent sur la misère et le malheur, et la fumée des bois sur tous les bonheurs rassemblés. […] Et ça prend des temps et des temps, pas un ne comprend, vous vous appliquez, dans le silence que font ces fracas du monde40.

  • 41 La Caraïbe, « zone bleue du point de vue du contact des communautés » selon l’expression d’Édouard (...)
  • 42 R. Sibhatu, Il cittadino che non c’è. Rome, Edup, 2004. Sous ce titre, « le citoyen qui n'est pas l (...)
  • 43 Nous n'ignorons pas la charge polémique d’une telle appellation. Nous l’employons ici par commodité (...)
  • 44 « De la poétique de la relation au Tout-Monde », Interview d’Édouard Glissant par Avner Perez, cons (...)

34En apparence – mais en apparence seulement –, nous nous éloignons donc de nos auteurs d’Afrique et, forts du détour par la Caraïbe41 – à entendre non pas comme la désignation d’une aire géographique mais comme l’emblème de la pensée « archipélique » développée dans l’œuvre d’Édouard Glissant – voulons mettre en exergue les éléments-clefs d’un débat culturel de grande actualité. Ce n’est sans doute pas un hasard si l’œuvre de Glissant a été distinguée en 2004 en Italie par le prix Grinzane Cavour. Sans doute les enjeux de ce débat n’apparaissent-ils pas toujours clairement à ceux qui, pris dans l’immédiateté du quotidien, des limites économiques et politiques d’une société, buttent contre les problèmes de l’intégration et peinent à trouver la place du citoyen « che non c’è » (selon les termes de Ribka Sibhatu)42. Ce débat est pourtant celui qui permet de rendre compte de l’évolution récente de nos sociétés occidentales où les carrefours et métissages de toutes natures, aux sens propre et figuré, créent des réalités culturelles d’une complexité qui va croissant. Si les catégories monolithiques de l’identité-racine sont insuffisantes à rendre compte des nouvelles configurations qui apparaissent dans l’Italie d’aujourd’hui (et qui sont appelées à donner naissance à d’autres configurations encore plus complexes avec l’émergence d’une « deuxième » génération immigrée43), celle d’une identité « rhizome » est sans doute métaphoriquement plus porteuse. Reprenant cette image à la suite de Deleuze et Guattari, Édouard Glissant désigne par là « une identité qui ne soit pas un enfermement et qui s’étendrait en contact multiplié, avec d’autres identités rhizomes »44, en somme une « identité-relation ».

35Et en effet, au contact des mémoires et des langages, il n’y a plus ni immigré ni « citoyen de souche » mais des identités en relation qui échangent l’une avec l’autre et s’approprient quelque chose l’une de l’autre. C’est ce que Calvino mettait en lumière à travers sa description de la ville imaginaire d’Eufemia dans Les villes invisibles (1972) :

  • 45 Italo Calvino, Les villes invisibles, Paris, Seuil, 1974. (C’est nous qui traduisons ici). « Eufemi (...)

Les marchands de sept nations se retrouvent à la date de chaque solstice et de chaque équinoxe. […] Ce n’est pas seulement pour acheter et vendre qu’on vient à Eufemia, mais aussi parce que les nuits, à côté des feux, tout autour du marché, assis sur des sacs ou sur des barils ou allongés sur des tapis, à chaque mot que dit l’un – comme « loup », « sœur », « trésor caché », « bataille », « gale », « amants » – les autres racontent chacun son histoire de loup, de sœurs, de trésors, de gale, d’amants, de batailles. Et vous savez que, durant le long voyage qui vous attend, quand, pour rester éveillé malgré le balancement du chameau ou de la jonque, vous repenserez à tous vos souvenirs égrenés un par un, votre loup sera devenu un autre loup, votre sœur une sœur différente, votre bataille d’autres batailles, de retour d’Eufemia, la ville où à chaque solstice et à chaque équinoxe, on échange ses mémoires45.

36Dans cet espace interculturel, chacun finit par devenir un peu plus semblable à l’autre et l’autre un peu moins « autre ».

  • 46 Édouard Glissant, Poétique, Paris, Gallimard, 1997. Le volume rassemble des textes parus dans diver (...)

37Au sein d’un apparent chaos, où les anciennes catégories se révèlent inaptes à rendre compte des mutations en cours, et malgré le durcissement des résistances et les replis communautaires – probablement motivés justement par la perception de changements qui adviennent malgré nous et parfois à notre corps défendant –, le dernier mot pourrait revenir à Montaigne qui appelle à « suspendre non seulement le jugement, mais la fixité de l’être ». C’est en revendiquant ce parrainage qu’Édouard Glissant élabore ce qu'il définit dans sa Poétique comme une « pensée du tremblement »46. Littérature et poésie, jusque dans leurs expressions inabouties, « palpitantes du palpitement même du monde » selon l’expression d’Aimé Césaire, sont alors la respiration d’une société vivante, en croissance, loin d’être nécrosée par les crises et les impasses idéologiques.

Éléments pour une conclusion provisoire

38La littérature migrante peine encore à trouver sa place en Italie et ses auteurs les plus représentatifs, à quelques exceptions près, ne sont encore connus que des lecteurs sensibilisés aux enjeux de l’interculturalité. Cette littérature reste peu diffusée. Les grandes maisons d’édition italiennes, après les succès du début des années quatre-vingt-dix, s’en sont détournées et ce sont actuellement de petites maisons d’édition régionales qui publient ses textes. De là, un panorama littéraire fragmenté qui nuit à sa visibilité.

  • 47 À notre connaissance, seules les universités de Rome et de Bologne ont intégré la littérature migra (...)
  • 48 Parmi les chercheurs et universitaires qui étudient et contribuent à faire connaître cette littérat (...)

39Dans le domaine académique, elle a fait son entrée dans l'enseignement des Lettres italiennes par un biais quelque peu détourné, pourrait-on dire : celui de la littérature comparée. Certes, il n’y a pas de tradition « ethnique » dans l’Université italienne, comme c’est le cas dans les universités anglo-saxonnes. Aussi ne s’étonne-t-on pas de constater qu’à part de rares universités italiennes47, c’est surtout en Angleterre, en Australie et aux États-Unis que des chercheurs et universitaires lui ont donné droit de cité à travers les thèses et les colloques qu'ils lui ont consacré48.

40Comme l’a fait remarquer Armando Gnisci à travers la métaphore du décours karstique d’une rivière qui, visible dans les années 1990-1993, a poursuivi son travail de façon souterraine : le flux ne tarit pas. Aussi ce filon est-il aujourd’hui pleinement constitutif des Lettres italiennes, même si sa diffusion reste modeste. Il est incontestable qu’il représente une force de renouvellement au sein du discours littéraire, parfois fasciné par sa propre vacuité à la fin des années quatre-vingt dix. Si cette fascination n’a pas empêché quelques réussites poétiques, on peut toutefois penser qu’un discours qui se cannibalise n’offrait guère de voie d’interprétation nouvelle au « fracas des mondes ».

41Les auteurs venus d’Afrique ont, nous semble-t-il, un rôle particulier à jouer au sein de la littérature migrante italienne. D’une part, parce que certains d’entre eux sont porteurs d’une partie des mémoires de l’Histoire nationale, d’autre part parce que tous ou presque sont les descendants d’une expérience coloniale. A ce titre, ils savent déjà, mieux que d’autres, les dynamiques des identités linguistiques et imaginaires plurielles.

42Pour finir, on notera le clivage entre un débat culturel qui reste confiné dans les limites d’une culture de type universitaire – dont on trouve peu d’écho même dans les manifestations organisées autour de la littérature migrante italienne – et la politisation du débat autour de l’immigration en Italie, celui-là au contraire fortement médiatisé. Il représente une force de barrage non négligeable à la diffusion des textes des auteurs immigrés. Si le premier permettait de trouver une cohérence au-delà du chaos apparent, le second en revanche nous condamne pour le moment à une vision qui reste souvent partielle et partiale.

Haut de page

Bibliographie

Compléments bibliographiques

Pour faire le point sur la question de l’immigration en Italie, on pourra se référer à la synthèse de l’historienne Ada Lonni de l’Université de Turin : Immigrati, Milan, Bruno Mondadori, 2003. L’ouvrage est assorti d’une bibliographie commentée.

En ce qui concerne la littérature migrante, outre la base de données BASILI mentionnée dans le corps de notre article (voir note 1), on trouvera une bibliographie chronologique récente dans A. Gnisci et N. Moll, Diaspore europee & Lettere migranti, Rome, edizioni interculturali, collection Kuma – Lettere migranti, 2002. Ce volume rassemble les actes du premier « festival européen de la littérature migrante en Italie » qui s’est tenu à Rome en juillet 2002.

On pourra aussi s’informer sur l’évolution du phénomène en consultant le site de l’association Sagarana (www.sagarana.net) qui, entre 2001 et 2004, a organisé à Lucques en Toscane quatre « Séminaires italiens des écrivains migrants ».

Haut de page

Notes

1 BASILI (Banca Dati sugli Scrittori Immigrati in Lingua Italiana) est une banque de données qui a été créée par le professeur Armando Gnisci en 1997. Le projet est soutenu par le Département d’études italiennes et d’Arts du spectacle de l’Université de « La Sapienza » à Rome. Les ouvrages publiés en italien par des auteurs immigrés y sont répertoriés ainsi que les thèses, articles et essais consacrés au phénomène. La base de données est consultable sur le site www.disp.let.uniroma1.it/basili2001

2 Salah Methnani et Mario Fortunato, Immigrato, Rome-Naples, Theoria, 1990.

3 Le Vu’ cumpra’ est un vendeur ambulant, la plupart du temps arrivé clandestinement en Italie où il vit en vendant, dans les villes ou sur les plages, toutes sortes de produits : de la statuette africaine aux lunettes de soleil en passant par les cannettes de boisson. Le terme est apparu dans les années quatre-vingts en même temps que ces figures, souvent peu familiarisées avec la langue et qui abordaient le client potentiel en lui demandant : « tu veux acheter ? »

4 Pap Khouma, Io, venditore di elefanti. Una vita per forza fra Dakar, Parigi e Milano, Milan, Garzanti, 1990.

5 Mohamed Bouchane, Chiamatemi Alì, Milan, Leonardo editore, 1990.

6 Saidou Moussa Ba, La promessa di Hamadi, Novare, De Agostini, 1991.

7 Nassera Chohra, Volevo diventare bianca, a cura di Alessandra Atti di Sarro, Rome, edizioni e/o, 1993.

8 Shirin Ramzanali Fazel, Lontano da Mogadiscio, Rome, Datanews, 1994.

9 Maria De Lourdes Jesus, Racordai. Vengo da un’isola di Capo Verde, Rome, Sinnos, 1996.

10 Iyere Ikhifa, Questo paese non è per te, Santarcangelo di Romagna, Fara editore, 1996.

11 Mohamed Bouchane, Chiamatemi Alì, op. cit., p. 8.

12 Ibidem, p. 190 : « Mon journal devient un livre. Daniel et Carla me rassurent, mais les mots ne servent à rien.
Tout ce qui m’arrive est-il bien vrai ? »

13 Armando Gnisci, La letteratura della migrazione, Rome, Lilith edizioni, collection « lingua franca », 1998, p. 42.

14 Mohsen Melliti, I bambini delle rose, Rome, edizioni Lavoro, 1995.

15 Mohsen Melliti, Pantanella. Canto lungo la strada, Rome, edizioni Lavoro, 1993.

16 En apparence, du moins, car on peut toutefois se poser quelques questions sur l’authenticité de la langue de nombre d’écrivains migrants, seuls auteurs déclarés alors que le travail des « lecteurs » employés par les maisons d’édition continue la plupart du temps à « lisser » leur écriture.

17 Younis Tawfik, La Straniera, Milan, Bompiani, 2000.

18 Younis Tawfik, La città di Iram, Milan, Bompiani, 2002.

19 Parmi les plus connus : le concours "Eks&Tra" qui a lieu tous les ans à Santarcangelo di Romagna, (localité de 18 900 habitants!), siège d'un des éditeurs les plus actifs dans la promotion de la littérature de la migration : Fara editore.

20 Kossi Komla-Ebri, All’incrocio dei sentieri – I racconti dell’incontro, Bologne, EMI, 2003. Nous traduisons le titre : « Au carrefour des sentiers. Récits de la rencontre ».

21 Pap Abdoulaye Khouma, « Le pesti di Djama » in Alì e altre storie –Letteratura e immigrazione, Rome, Rai-ERI, 1998.

22 Il s’agit de Cristina Ali-Farah, Tahar Lamri, Gabriella Ghermandi, Mia Lecomte, Raffaele Taddeo, Sonia Trincanato, Candelaria Romero et Clementina Ammendola.

23 « El Ghibli, la nouvelle revue on line de littérature de la migration : interview avec Gabriella Ghermandi », 9 juillet 2003, en ligne sur le site : www.meltingpot.org/articolo1307.html

24 La revue trimestrielle Caffè, éditée par l’Archivio dell’immigrazione de Rome sous la direction du journaliste Massimo Ghirelli, publie depuis 1994 des textes d’auteurs immigrés ou des textes en dialecte d’auteurs italiens ainsi que des informations concernant l’actualité des « lettres migrantes ».

25 « Colf » : bonne à tout faire ; « badante » est un néologisme qui a pris forme avec cette réalité nouvelle : la société italienne n’ayant pas prévu en nombre suffisant de structures adaptées à sa population vieillissante, il a fallu trouver des personnes susceptibles de « s’occuper de » (« badare a ») ces vieillards du troisième ou du quatrième âge auxquels les solidarités familiales ne sont plus en mesure de porter assistance. Ces emplois non-qualifiés sont généralement occupés par des femmes immigrées, en situation régulière ou clandestines.

26 Armando Gnisci, op.cit., p. 78.

27 C’est un processus du même type qui a conduit à la perte d’une partie du patrimoine des cultures régionales en France, avec la disparition de la pratique de la veillée, par exemple.

28 Pape Siriman Kanouté, Mandé parole del griot, Rome, Lilith edizioni, 2000.

29 Le cas d’Elisa Kidanè, religieuse combonienne installée à Vérone, écrivant en italien et originaire d’Érythrée, est à cet égard particulièrement intéressant. Scolarisée en Érythrée au moment où sa langue était devenue pratiquement « hors la loi », elle a fait ses études en amharique et en italien. Ce n’est qu’à l’occasion d’un séjour en Amérique latine où l’ordre missionnaire auquel elle appartient l’avait envoyée, qu’elle a ressenti le besoin d’« apprendre » celle qui aurait dû être sa langue maternelle. Elle a ainsi étudié le tigrinya seule, au moyen de cassettes enregistrées.

30 Ribka Sibhatu, Aulò, Rome, Sinnos editrice, 1993.

31 Habtè Weldemariam, La terra di PuntMiti, leggende e racconti dell’Eritrea, Bologne, EMI, Collana Mondialità, 1996.

32 Mohamed Issé Hagi Abdi, Storie dell’Africa orientale, Florence, Loggia de’ Lanzi, 1999.

33 Quelques-uns ont été recueillis et traduits dès la période coloniale, il est vrai. Ainsi, le travail de Carlo Conti Rossini en Érythrée est-il particulièrement remarquable. Voir G. Negash, A History of tigrinya literature in Eritrea – The oral and the written 1890-1991, Research School of Asian, African and Amerindian Studies, University of Leiden, 1999.

34 Voir notre article : « Mémoires familiales italiennes : ombres portées d'un passé africain » in L'Afrique coloniale et post-coloniale dans la culture, la littérature et la société italienne, Presses universitaires de Caen, 2003.

35 C’est bien sur cette voie que semblaient s’engager Ribka Sibhatu dans certains passages de Aulò ou Shirin Ramzanali Fazel dans Lontano di Mogadiscio mais ces deux courts récits dépassent à peine le format de la nouvelle.

36 Yogo Ngana Ndjock, Nhindo-Nero, Rome, Edizioni Anterem, 1994. « Vivre une seule vie / dans une seule ville / dans un seul pays / dans un seul univers / vivre dans un seul monde / c’est une prison. […] Connaître une seule langue / un seul métier / une seule coutume / une seule civilisation / connaître une seule logique / c’est une prison / / Avoir un seul corps / une seule pensée / un seul savoir / une seule essence / n’avoir qu’un être / c’est une prison ».

37 Enseignante et chercheuse à l’Université de « La Sapienza » à Rome, Franca Sinopoli est l’auteur de différents essais sur la littérature migrante et coordonne le développement de la base de données BASILI.

38 Armando Gnisci, op.cit., p. 93. C’est nous qui traduisons, ainsi que pour les passages suivants.

39 Ibidem, p. 97 et 98.

40 Édouard Glissant, Tout-Monde, Paris, Gallimard, nrf, 1993, p. 20.

41 La Caraïbe, « zone bleue du point de vue du contact des communautés » selon l’expression d’Édouard Glissant (interview par René de Ceccatty, Le Monde, 3 juillet 2004), offre un prototype du devenir de nos sociétés européennes accueillant des populations allogènes aux origines de plus en plus diverses. À ce titre, la Caraïbe est riche d’enseignements pour une réflexion européenne autour de la créolisation en cours de nos sociétés.

42 R. Sibhatu, Il cittadino che non c’è. Rome, Edup, 2004. Sous ce titre, « le citoyen qui n'est pas là » ou bien « le citoyen manquant », Ribka Sibhatu publie sa thèse de doctorat en Sciences de la Communication qui a porté sur la représentation de l’immigré dans les médias italiens. Sous un titre très proche, A. Del Lago avait publié une étude sur l'exclusion sociale : Non persone. L'esclusione dei migranti in una società globale, Milan, Feltrinelli, Interzone, 1999.

43 Nous n'ignorons pas la charge polémique d’une telle appellation. Nous l’employons ici par commodité pour parler de ces enfants nés sur le sol italien dont les références culturelles et linguistiques sont plurielles. Nous avons à l’esprit certains jeunes Philippins de Florence que leur accent florentin ferait passer pour de proches parents de Roberto Begnini ou bien la définition identitaire de Sara, neuf ans, élève du lycée Châteaubriand à Rome et fille de Ribka Sibhatu, qui se dit « française à l’école, italienne dans la rue, érythréenne à la maison ».

44 « De la poétique de la relation au Tout-Monde », Interview d’Édouard Glissant par Avner Perez, consultable sur le site : http://site.ifrance.com/ATALAIA/glissant.htm ?

45 Italo Calvino, Les villes invisibles, Paris, Seuil, 1974. (C’est nous qui traduisons ici). « Eufemia » a donné son nom à un programme mis en place par la ville de Turin et la région du Piémont en 2002 dont l’objectif était « educarci alla convivenza con le parole degli immigrati » (apprendre à vivre ensemble, avec les mots des immigrés).

46 Édouard Glissant, Poétique, Paris, Gallimard, 1997. Le volume rassemble des textes parus dans diverses revues entre 1953 et 1961.

47 À notre connaissance, seules les universités de Rome et de Bologne ont intégré la littérature migrante dans leurs cursus académiques de Lettres. Bien sûr, d'autres chercheurs dans d'autres universités italiennes s'intéressent au phénomène.

48 Parmi les chercheurs et universitaires qui étudient et contribuent à faire connaître cette littérature à l’étranger, on citera donc Sandra Ponzanesi de l’Université d’Utrecht, Graziella Parati (Darmouth College), Jenny Burns (Université de Warwick), Maria Cristina Mauceri (Université de Sydney), Cristina Lombardi Diop (Université américaine de Rome), Jim Walker (Université de Houston), en présentant nos excuses à ceux que nous avons omis de citer. Ils ont été des précurseurs dans l’intérêt qu’ils ont porté à un phénomène naissant. Au fur et à mesure que celui-ci se développe, il retient bien sûr l'attention de chercheurs plus nombreux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Brigitte Le Gouez, « Auteurs d’Afrique et lettres italiennes », Babel, 11 | 2004, 235-254.

Référence électronique

Brigitte Le Gouez, « Auteurs d’Afrique et lettres italiennes », Babel [En ligne], 11 | 2004, mis en ligne le 15 septembre 2012, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://babel.revues.org/1398 ; DOI : 10.4000/babel.1398

Haut de page

Auteur

Brigitte Le Gouez

Université de Paris III-Sorbonne Nouvelle

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org