Navigation – Plan du site

Le charme slave

Images littéraires et paralittéraires de femmes slaves émigrées en Italie : stéréotypes et réalité
Antonella Mauri
p. 213-234

Résumé

Antonella Mauri analyse l’image des femmes slaves immigrées en Italie telle qu’elle apparaît à travers la publicité, la littérature romanesque (La ballata dei lavavetri de Peter Del monte, Luce Profuga de Valerio Aiolli, Pornokiller de Bruno Ventavoli), le cinéma, la bande dessinée (Danilo Maramotti), image qu’elle oppose aux résultats d’une enquête qu’elle a menée sur le terrain. Elle s’interroge en particulier sur la permanence des stéréotypes liés à la femme slave.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Parmi lesquelles on peut signaler par exemple l’Eks&tra de Rimini, la Sinnos et la Datanews de Rome (...)
  • 2 Sauf pour le tout premier, de Pap Khouma, voir note 3

1Au début des années 90, on a pu assister à une première vague de publications en langue italienne dont les auteurs étaient issus de l’immigration. Ce fait, qui pouvait faire croire à la naissance d’un nouveau phénomène littéraire, s’est rapidement avéré comme éphémère, étant finalement limité à deux années (1990 et 1994). Les raisons de cette baisse d’intérêt vis-à-vis de ces écrivains et de leurs œuvres sont nombreuses. Soulignons d’abord que parmi elles il n’y a certainement pas de l’indifférence de la part des immigrés : lors du concours pour le premier prix littéraire attribué aux écrivains issus de l’immigration, organisé en 1995 par l’éditeur Eks&tra de Rimini, il y a eu plus de six cents participants, et parmi eux il y avait nombre de ressortissants des pays de l’Est. En revanche, l’une des raisons de l’absence presque totale de ces ouvrages dans le panorama littéraire italien actuel est certainement liée au manque d’intérêt des grands éditeurs pour ce genre de littérature, ainsi qu’aux difficultés rencontrées par les petites maisons spécialisées1 à distribuer leurs publications. Mais derrière tout cela il y a sans doute un autre manque d’intérêt, cette fois de la part des lecteurs italiens, ce qui ne peut que décourager les éditeurs. Il est vrai que l’accueil que le public a réservé à la plupart de ces ouvrages a été plutôt mitigé2, et que le climat politique et social en Italie ne semble actuellement pas favorable pour mener à nouveau ce type d’expérience. Il est d’ailleurs difficile de savoir si ces livres ont été mal accueillis parce que les Italiens n’étaient pas intéressés par le sujet, ou parce que les récits se ressemblaient trop entre eux (d’où une rapide saturation), ou pour d’autres raisons encore. Les écrivains sont des immigrés de première génération, ils maîtrisent souvent mal la langue italienne, et la qualité littéraire des textes n’est pas toujours extraordinaire, et ceci est vrai même dans le cas des auteurs qui ont connu un relatif succès. On peut même affirmer que ces ouvrages, à l’heure actuelle, ont un intérêt socio-historique plutôt que littéraire. D’autre part, il est important de signaler que si les œuvres littéraires ont presque disparu des catalogues des éditeurs, les enquêtes et les essais concernant les courants migratoires vers l’Italie, écrits par des Italiens ou par des immigrés, se sont en revanche multipliés à partir de la seconde moitié des années 90.

  • 3 On peut signaler : Pap Khouma, Io, venditore di elefanti, Milan, Garzanti, 1990, que l’auteur, séné (...)

2En Italie, les œuvres littéraires écrites par des immigrés ne comprennent pour l’instant que des récits relatant l’expérience migratoire personnelle de l’auteur, et elles sont presque exclusivement sorties de la plume d’écrivains africains3 ; il nous manque donc pour l’instant le point de vue des ressortissants en provenance d’autres aires géographiques, pourtant massivement présents sur le territoire italien. En ce qui concerne les immigrés venus de l’Europe de l’Est, il n’y a pour l’instant aucune œuvre en italien écrite par l’un d’eux. Le regard porté sur cette immigration n’est donc, forcément, que le regard des auteurs italiens. Mais, d’abord, quel est exactement le regard que les Italiens portent sur cette immigration et sur les femmes slaves immigrées ? Nous allons commencer avec quelques lignes à propos d’un regard politiquement correct sur l’immigration en général, et nous verrons ensuite plus en détail ce qui concerne les ressortissantes de l’Europe de l’Est.

3A partir du mois de juin 2003 nous avons remarqué aussi bien en France qu’en Italie une campagne publicitaire qui vantait les mérites d’une société spécialisée dans l’envoi d’argent vers les pays étrangers. Cette campagne concernait cinq aires géographiques : Afrique Noire, Maghreb, Asie, Amérique Latine et Europe de l’Est ; le slogan qui accompagnait chaque image était des plus simples : « Pour mes envois d’argent vers (aire géographique) je fais confiance à (nom de la société) ». L’image mérite en revanche que l’on s’y attarde, car elle était à elle seule un concentré de clichés le plus éculés : il y avait au premier plan les doigts d’un homme qui tenaient un portefeuille contenant une photographie où l’on voyait une femme et un enfant, propres, beaux, souriants et même assez élégants. Nous pouvons immédiatement remarquer que cette image fait partie d’une idée très occidentale et le plus souvent fausse des réalités familiales et migratoires autres, ne tenant pas compte du fait que dans plusieurs de ces pays une famille composée uniquement des parents et d’un ou plusieurs enfants est exceptionnelle, voire inimaginable. De plus, les personnes qui dépendent de celui qui est parti travailler à l’étranger sont souvent bien plus nombreuses que sa famille de sang, si élargie soit-elle. On l’a probablement fait remarquer aux responsables, car la campagne publicitaire 2004 a été modifiée dans ce sens.

  • 4 On ne pourra pas reproduire ici ces images pour des raisons de copyright.
  • 5 Il s’agissait clairement de l’image d’un garçon dans le cas de l’Afrique Noire, d’un très jeune enf (...)
  • 6 Néanmoins, si cela paraît évident dans le cas de la pizza, il est plus difficile de comprendre en q (...)

4Mais revenons sur l’image concernant les pays de l’Est. Cette image, après tout, ne contredit pas la réalité sociale de cette aire géographiquement et culturellement proche de l’Occident et de ses coutumes. Nous pouvons peut d’abord remarquer que les photographies utilisées en 2003 dans les campagnes publicitaires française et italienne différaient légèrement4. Dans les deux cas, on voyait une pièce confortable où se tenaient une jeune femme blonde et souriante et une fillette encore plus souriante, probablement âgée de huit ou neuf ans, aux longues couettes blondes (notons, au passage, qu’il s’agissait de la seule image où l’enfant représenté était sans ambiguïté possible de sexe féminin, ce qui pose d’autres interrogations sur la façon politiquement correcte de ne pas froisser des susceptibilités vraies ou supposées)5. En France, la photo montrait la petite fille tenant sur ses genoux un chien, un cocker aux longues oreilles aussi blondes que les couettes de sa petite maîtresse. En Italie il n’y avait pas de chien, et la fillette, toujours très souriante, mordait dans un énorme triangle de pizza. L’image visait-elle à faire immédiatement comprendre dans quel pays avait immigré le chef de famille6 ? Ou alors les publicitaires ont-ils pensé qu’il fallait modifier une image de base pour flatter immigrés et pays d’accueil, en adressant en même temps un clin d’œil aux Français et aux Italiens ? Mais ce qui est plus intéressant pour nous est un autre message contenu dans cette photo, comme dans toutes les autres concernant cette campagne publicitaire : dans l’imaginaire général des pays occidentaux, celui qui part faire fortune et qui s’occupe de sa famille quitte à s’éloigner des années durant est encore et toujours un homme. Pourtant, on sait que de nos jours cela est totalement faux, notamment si l’on considère le pays d’émigration concerné (Italie) et l’aire géographique d’origine des immigrés (Europe de l’Est, mais il faut souligner que ce discours est valable aussi pour l’Amérique Latine ainsi que pour certains pays d’Asie, comme les Philippines).

5Le stéréotype présenté par ces images correspond à une vision de l’immigration très XIXe siècle où, quand les femmes aussi partaient, cela signifiait qu’elles avaient émigré avec leur famille. Si une femme partait seule, elle était assimilée à une aventurière et on pensait que, de toute façon, elle se destinait à la prostitution : les plus chanceuses et habiles comme cocottes de luxe, les autres dans les bordels ou sur le trottoir. Ce cliché sexiste n’a pas complètement disparu de la conscience collective italienne. En Italie il est difficile d’oublier une longue histoire d’émigration d’hommes seuls, et l’on se souvient encore de ces sinistres villages peuplés uniquement de vieillards et de femmes, les veuves blanches, qui vivotaient cloîtrées en attendant le retour, toujours aléatoire, des maris partis au loin. Le changement social a été plus que rapide dans les dernières années et si la littérature italienne est riche en chefs-d’œuvre qui relatent les tragédies de l’émigration des Italiens, les auteurs et le public n’ont pas encore vraiment assimilé ce nouveau statut qui est celui d’une Italie riche, devenue désormais un pays d’accueil. Nous verrons que dans les œuvres des rares auteurs italiens qui ont écrit sur les ressortissantes des pays de l’Est presque personne, pour l’instant, ne s’est beaucoup éloigné de tous les clichés que nous avons évoqué.

  • 7 Milano, Longanesi, 1989. C’est bien en cette année que l’on commence à publier aussi les premiers e (...)
  • 8 Albinati (Rome 1956) a écrit des romans, des poèmes et des reportages de guerre, notamment sur les (...)
  • 9 Le scénario, écrit par Sergio Bazzini, Peter del Monte et Dominik Wieczorkowski, s’inspire assez li (...)

6Le premier texte qui traite de l’immigration des Slaves en Italie est Il polacco lavatore di vetri7 de Edoardo Albinati8. Il s’agit aussi de l’un des premiers ouvrages consacrés au phénomène migratoire vers ce pays; un phénomène qui, en 1989, était encore tout nouveau et encore en pleine évolution. Ce livre à eu un grand succès de public, au point qu’en 1998 on en a tiré un film, La ballata del lavavetri, de Peter del Monte9. Ce texte est toujours très intéressant car, s’il véhicule les clichés les plus frustes sur les Polonais(es), par-ci par-là on y trouve quand même une vision, parfois assez prophétique, de la condition que connaissent actuellement en Italie les immigrées en provenance de l’ancien bloc soviétique. Il est aussi très important car nous pouvons affirmer qu’il s’agit du seul roman récent où les femmes slaves ne sont pas forcément et uniquement vues comme des prostituées.

7Dans ce roman, il est question d’une famille polonaise qui, venue en Italie en voyage organisé pour voir le pape, décide de ne pas rentrer en Pologne. Les hommes de la famille Korniakowski sont trois, et ils représentent bien les idées reçues que les Italiens avaient à cette époque au sujet des Polonais : Joachim, qui avait été emprisonné et torturé dans son pays en tant que membre de Solidarnosc, travaille dur et est loyal et religieux ; Zygmunt, son frère, est un bon à rien sympathique, un brin philosophe, alcoolique et sensuel ; Szymon Tadeusz, fils aîné de Joachim, est beau et charmant, semble cynique mais au fond est très naïf. Pour ne pas aller laver les vitres des voitures comme son père et son oncle, il se fait enrôler dans une bande de petits délinquants romains grâce aux bons soins de Jan Pawel Krol, un voyou polonais. Joachim tombe dans le Tibre au tout début de l’histoire et disparaît à jamais ; Zygmunt s’interroge sur la religion, rêve de femmes et cherche à travailler le moins possible ; Szymon sera tué par la police après un casse qui a mal tourné. Il paraît évident que ces personnages et leur destin, Solidarnosc à part, se retrouvent tels quels dans la littérature slave, notamment russe. Le père Witold, un curé polonais qui accueille la famille Korniakowski à Rome, est une figure un peu plus originale, avec ses délires sadiques à propos des premiers martyrs chrétiens, mais lui non plus n’échappe pas au cliché, le clergé polonais ayant en Italie la réputation d’être le plus rigide et le plus rétrograde du monde.

  • 10 Dans le roman, à la différence du film, il est clair qu’elle ne travaille pas.
  • 11 Edoardo Albinati, op. cit., p. 55

8Dans la famille Korniakowski il y a aussi deux femmes, Janina dite Nina, que nous pouvons considérer comme la vraie héroïne du roman et qui est la fille de Joachim ; et Helena Maria, sa femme. Helena Maria est un personnage effacé dont nous ne saurons presque rien : si elle est cultivée ou inculte, si elle a jamais eu une profession10, ni même si elle est la mère ou la belle-mère de Nina et Szymon. L’auteur nous dit qu’elle est très croyante, qu’elle est « une femme efflanquée, aux cheveux roux coupés court, la quarantaine » avec des mains trop grandes et des longues jambes blanches et raides, toujours habillée en noir11. Elle craint d’avoir été abandonnée par Joachim à cause d’une autre femme et en parle à son beau-frère qui la rassure et en même temps essaye de la séduire, sans y parvenir. Elle supporte passivement ses problèmes et ses malheurs, en s’attendant toujours à être prise en charge par quelqu’un : sa famille, l’Église, une association caritative… Helena Maria ressemble physiquement aux immigrées d’âge mûr et peu séduisantes dont nous reparlerons plus loin, mais sans posséder leur endurance, leur force de caractère et leur débrouillardise.

  • 12 « Il songea qu’elle était une fille merveilleusement belle, et si endormie et lente qu’elle avait v (...)
  • 13  « Amoureuse ? Non, je ne crois vraiment pas que je suis amoureuse […]. Je ne désire personne […]. (...)

9Nina est en revanche, pour son travail, une figure assez représentative de la vie de certaines femmes slaves dans l’Italie actuelle et, dans ce sens, nous pouvons la considérer comme vraiment intéressante même si elle n’échappe à aucun des clichés qui collent aux jeunes Slaves. Ainsi, Nina est docile, blonde, belle12, assez cultivée et, bien qu’étant totalement inaccessible aux troubles de la chair13, elle attire les convoitises de tous ses employeurs. Nina cède à certains de leurs désirs, même pervers, avec une placide indifférence que l’auteur qualifie d’innocence. Albinati laisse même planer un soupçon plus dérangeant : les rapports entre Nina et son frère sont troubles au point qu’au début du livre nous pouvons penser qu’ils ont une relation incestueuse, mais rien de plus précis sera dit à ce propos. Il y a dans la figure de Nina trois éléments très importants que nous allons examiner de plus près : le travail fantasmé, les fantasmes masculins sur la femme slave et le véritable travail de ces femmes en Italie.

  • 14 On appelle badanti les femmes qui s’occupent jour et nuit des personnes plus ou moins lourdement dé (...)

10Le travail fantasmé se relie aux fantasmes masculins (mais pas exclusivement) sur ces femmes : il est évident que Nina, d’une certaine façon, est en train de glisser vers la prostitution. Elle semble être une fille très facile, et cela en dépit de son éducation catholique et de l’exemple de ses parents à la foi inébranlable (politique aussi bien que religieuse, dans le cas de son père). Elle se laisse d’abord embrasser les pieds, les poignets et la bouche par un couple fétichiste chez qui elle travaille comme baby-sitter. Au terme de la séance, ils lui donnent un peu d’argent, argent qu’elle n’a d’ailleurs pas exigé. Plus tard, elle couche avec la jeune femme dépressive dont elle s’occupe, mais dans ce cas il n’est pas question d’argent. Mieux, il n’est jamais question d’argent en tant que compensation de ses prestations sexuelles : le couple qui l’avait engagée comme baby-sitter ne lui donne qu’un pourboire en plus du salaire qui lui avaient proposé pour s’occuper de leur fille. Quant à la jeune femme dont elle est une badante14 ante litteram, Nina pense (d’après celle qui semble l’idée d’Albinati) que le fait de coucher avec elle fait partie des prestations pour lesquelles on la paye. La prostitution n’est donc pas évoquée ouvertement dans ce roman. En revanche, dans des textes plus récents on en parle beaucoup, et à tel point qu’il nous arrive de penser que ces auteurs ne voient pas d’autre métier pour les jeunes Slaves immigrées en Italie.

  • 15 Valerio Aiolli (Florence 1961) a écrit aussi des nouvelles et le roman Io e mio fratello, Rome, Edi (...)
  • 16 Rome, Editions e/o, 2001.

11Valerio Aiolli15, dans son Luce profuga16 raconte l’histoire de Goran, un immigré originaire de l’ex-Yougoslavie qui, tout en étant un ouvrier modèle n’hésite pas à prostituer sa sœur adolescente pour arrondir ses fins de mois. Toutefois, dans ce livre il est plutôt question d’un cliché concernant les hommes de l’Est, lesquels, d’après certains Italiens, auraient tendance à être tous des souteneurs potentiels.

  • 17 Bruno Ventavoli (Turin 1961), spécialiste de littérature hongroise, est écrivain et journaliste à L (...)
  • 18 Rome, Editions e/o, 1997.
  • 19 Danilo Maramotti (Savona 1949) auteur-dessinateur parmi les plus populaires en Italie. Il a collabo (...)

12Dans un des polars de Bruno Ventavoli17, Pornokiller18, on évoque aussi le phénomène de la prostitution des filles slaves à Turin, notamment dans l’industrie du cinéma pornographique, et la violence et les misères qui vont avec. Mais il ne faut pas oublier que le polar est un genre à part, qui s’occupe le plus souvent d’une partie cachée de la société, de figures qui sont relativement exceptionnelle et qu’il utilise des clichés qui lui sont propres, comme nous allons voir plus loin à propos de Danilo Maramotti19. Finalement, même s’il est clair que Albinati écrivait à un moment où le problème de la prostitution des immigrées slaves n’était pas encore d’actualité en Italie, il est d’autant plus intéressant de comprendre pourquoi il en parle. La question est de savoir si les stéréotypes existant à cette époque véhiculaient déjà cette image de femme facile, prête à tout pour gagner de l’argent.

13La figure de l’immigrée slave n’est pas nouvelle dans la littérature et l’imaginaire collectif italien, bien que jusqu’aux années 90 il n’ait jamais été question d’immigration de masse. Il est vrai, d’ailleurs, que dans l’imaginaire italien il existe depuis toujours des clichés concernant l’excentricité, la sexualité débridée et la surprenante candeur de marque païenne de ces femmes. Ce paganisme supposé s’applique mal aux Polonaises, mais la Pologne et son catholicisme parfois exaspéré ne seront connus par les masses italiennes qu’à la fin des années 70 avec l’élection de Jean-Paul II. On en parlera plus encore à la fin des années 80 avec les luttes syndicales de Solidarnosc, avec l’élection de Lech Walesa à la présidence de la république et sa chute successive. Mais avant 1978, tout le bloc soviétique se confondait dans les têtes et dans la littérature italienne en une image globale d’athées sans états d’âme face au péché. N’ayant pas reçu une solide éducation morale et religieuse, les femmes slaves seraient donc incapables de modérer leurs natures débridées. Il est clair que la propagande anticommuniste menée par la Démocratie Chrétienne et par l’Eglise catholique n’est sûrement pas étrangère à cette vision manichéenne des pays dits « sans dieu ».

  • 20 Camilla Cederna (Milan 1911-1997), une des meilleures journalistes italiennes de l’après-guerre. Pa (...)

14Il y a eu aussi en Italie des affaires qui ont fait beaucoup de bruit et qui ont renforcé cette image de la femme fatale slave, comme par exemple celle concernant l’attentat au chef de la police d’Agrigente, Cataldo Tandoj, mystérieusement tué par balle en 1947. Au cours de l’enquête judiciaire, on avait découvert que sa femme Leila Motta Tandoj avait une liaison avec Mario La Loggia, un médecin et homme politique lié à la mafia, mais aussi avec sa femme Danika Pajovic La Loggia. Appelée « l’étrangère » par les habitants d’Agrigente, Leila avait été décrite par la presse d’abord comme « la belle Slave », ensuite comme « cette Slave, dénuée de préjugés et de scrupules ». Si tout le monde s’étonnait du comportement désinvolte de madame Tandoj, les journalistes, les enquêteurs et le public avaient l’air de trouver normal que madame La Loggia, étant slave, fût corrompue, bisexuelle et sans aucune morale. Mais il faut dire aussi qu’avant l’immigration massive des années 90 la femme slave était souvent vue comme une espèce de sympathique aventurière, charmante et un peu farfelue. Camilla Cederna20 en trace un savoureux portrait, qui semble résumer tous les clichés encore d’actualité en 1961 :

Elle est encore belle, ou alors elle garde les traces d’une ancienne splendeur […]. D’habitude elle est habillée n’importe comment : gilet en poil de singe, boléro en chiffon jouant le rôle d’écharpe, éventail en plumes d’autruche, châles turcs, peignoirs en dentelle. Outrageusement maquillée, mais avec un sans-gêne amusant. Pour la reconnaître immédiatement au milieu d’une foule, il suffit d’une phrase quelconque, comme : « Oh ouiii, trrès trop beau » […]. Tous, hommes et femmes, on succombait au charme de son accent étranger, de ses déhanchements […]. On se laissait charmer par son indépendance d’esprit, mélange de sexe et de candeur, et par sa verve.

Elle détient un certain nombre de records. Dans notre entourage, elle a été la première qui a divorcé : « Peter toujours dans les bras de bouteille » et la première qui a transformé ses catastrophes sentimentales en une cordialité unique : « Hier déjeuné et trinqué avec mon deuxième ex-mari, sa nouvelle femme adorrrable petit agneau ». Elle a été la première et probablement la dernière à connaître les frères Midvani, à consoler « pôvre, pôvre Gloria » (Swanson) abandonnée par son quatrième mari, à se déguiser en hussard pour rejoindre son amoureux à l’armée.

  • 21 Camilla Cederna, « La balcanica trapiantata », Il lato debole, vol. I, Milan, Bompiani, 1977, p. 17 (...)

Parfois elle saisit une guitare et braille d’une voix rauque (mais avec des trilles, des frétillements et des gazouillis soudains) des légendes paysannes à propos de jeunes femmes pleines de consonnes enlevées par des uhlans blafards ou par des derviches. Dans un dialecte des Carpates ou de la Volga et de sa nourrice, une bergère des Oural, « chère vieille sage poivrote »21.

15Nous remarquerons que les stéréotypes évoqués dans ce portrait remontent bien plus en arrière dans le temps. On y trouve un mélange d’images d’opérette du début du siècle, avec ses veuves joyeuses et ses princes de Ruritanie, ainsi que de romans hongrois à la mode dans les années 30, et de Madones des Sleepings ou autres aventurières internationales qui étaient présentes dans toute la littérature populaire italienne et d’importation (française, notamment) à partir des années 20. Toutefois, il est clair que cette image de femme facile est aussi l’image d’une femme gaie et sensuelle et pas du tout froide et inaccessible. Ce stéréotype est donc plus récent, et vient probablement en même temps d’un fait de société et d’un genre littéraire plus moderne.

  • 22 Plus rarement pour la crainte d’être arrêtés ou repoussés à la frontière de l’URSS, la douane sovié (...)

16Pendant les années du rideau de fer, en Italie nombre d’hommes ont fait du tourisme sexuel dans la plupart des pays de l’ex-bloc soviétique, avec des méthodes bien rodées de chasse à la femme, et les fantasmes issus de leurs comptes rendus sont encore incrustés dans l’imaginaire collectif italien. La méthode de chasse la plus classique était celle de partir avec une valise (ou une voiture) pleine à craquer d’articles qui étaient banals et bon marché en Italie, mais introuvables ou hors de prix dans ces pays : collants en nylon, produits de maquillage, jeans, Eau de Cologne… Avec cela ces hommes se payaient les faveurs des jeunes femmes de l’Est, surtout roumaines, yougoslaves et polonaises, plus rarement soviétiques22. Vrai ou faux, c’est cela qu’ils racontaient à leur retour, et s’il y avait des affabulateurs parmi eux, nous pouvons imaginer qu’un certain nombre disait la vérité. Or, ces personnages mettaient toujours en avant le fait que cette prostitution n’en était pas une, du moment qu’ils ne sortaient pas des billets pour payer les filles ; qu’il ne s’agissait pas d’une passe car la liaison durait plusieurs jours, voire toute la durée de leurs vacances et parfois se prolongeait d’une année sur l’autre. Pire, ils affirmaient même être, en quelque sorte, des généreux bienfaiteurs : sans eux, ces pauvres femmes n’auraient jamais eu l’occasion de se procurer ces objets. Machisme aidant, et en se contredisant ouvertement, ils mettaient aussi en avant le fait que si ces filles couchaient avec eux, c’était d’abord parce qu’elles avaient succombé à leur charme, l’intérêt pour les marchandises venait ensuite. Certes, elles étaient froides, parfois glaciales. Et la conclusion qu’en tiraient les chasseurs de Slaves était toujours la même : la froideur de ces femmes ne venait pas du fait qu’elles étaient en train de se prostituer, car elles ne se prostituaient pas, mais de leur nature. Elles étaient donc à la fois faciles et inaccessibles, comme Nina.

  • 23 On peut facilement constater, par exemple, que dans les ex-républiques soviétiques, environ 35% des (...)

17Cette figure de femme facile et froide nous la retrouvons souvent dans les polars, genre dont les stéréotypes sont plutôt liés à un rôle qu’à une nationalité ; ainsi l’espionne est toujours amorale et glaciale, quelle que soit son origine. Nous avons déjà cité le polar de Ventavoli, mais il y a un exemple plus intéressant dans l’univers de la bande dessinée italienne. Danilo Maramotti a crée le personnage de Rocky Rude, un détective privé qui est une caricature des figures de la BD et du polar américain. Ses histoires, à prendre toujours au second degré, traitent d’un ton léger des problèmes d’actualité, comme le pouvoir de la mafia, la pédophilie, la corruption des hommes politiques, et l’immigration, sujet dont il parle souvent. Il se moque de tous les clichés qui agrémentent ses scénarios, aussi bien ceux du genre policier que ceux concernant les Slaves. Mais souvent il met le doigt sur des problèmes réels, comme dans cette histoire où une Slave, ancienne prostituée, épouse un Italien tout en croyant qu’en Italie tout le monde est riche comme Crésus, car les émissions de la télévision italienne, que désormais l’on capte partout dans le monde grâce aux satellites23, lui font croire que ce pays est l’Eldorado et ses habitants des millionnaires :

24

18Ce problème, avant l’époque des antennes satellites, concernait surtout des pays limitrophes, comme la Slovénie, la Croatie ou encore l’Albanie, la Tunisie, etc., qui captaient les chaînes nationales italiennes, mais aussi les chaînes privées de Berlusconi, qui nous montrent principalement des spectacles à base de filles peu habillées, de faux luxe et de paillettes. Ce mirage peut désormais tromper le monde entier, pour peu que les habitants d’un pays défavorisé aient accès à la télévision par satellite.

19Un polar plus classique utilise la figure de l’espionne apparemment glaciale, qui joue un double jeu qui finalement se révèle être triple, avec les rebondissements typiques de ce genre :

2526

20Maramotti se moque immédiatement de certains clichés dans son texte, comme quand il fait dire à son héros qu’il avait déjà constaté que tous les lieux communs concernant les infirmières étaient vrais… Zina est le prototype même de la belle espionne venue du froid, avec des lunettes d’intellectuelle et un corps de sex-symbol. Elle est intelligente et rusée, a des mœurs très libres et est médecin de surcroît. Le final est moins amer qu’il ne l’est d’habitude chez Maramotti, avec Rude et Zina qui perdent les coffres au trésor au milieu d’un pauvre village, parmi les habitants en liesse. Rude en est dépité mais il est aussi fataliste et compréhensif, alors que Zina, folle de rage, l’abandonne et s’en va au volant du camion qui transportait l’or. Zina est une femme hors norme : une pépée blonde, mais intelligente, cultivée et rusée. Par contre, nous pouvons remarquer que les jeunes villageoises ne sont pas, en apparence, très différentes des Italiennes moyennes de leur âge. Leur aspect physique, leur gestuelle, leur coiffure, leur façon de s’habiller ne les connotent pas comme Slaves :

27

21Dans ce sens, Maramotti ne cède pas aux stéréotypes qui veulent que ces femmes soient plus belles, blondes et provocantes que les Italiennes ou alors grosses, mal fagotées et au teint rouge (car portées sur la vodka).

22Les deux dernières vignettes sont extraites d’une histoire qui s’inspire du modèle de James Bond : Galina, prostituée en Italie mais infirmière en Russie, est recherchée à la fois par les hommes de la mafia russe et par les agents des multinationales pharmaceutiques, car le scientifique avec lequel elle travaillait en Russie, avant d’être assassiné, lui avait tatoué sur le crâne la formule d’un médicament-miracle qu’il avait découvert et qui soignait le cancer :

28

23L’histoire se termine avec la victoire du cynisme et du pouvoir : les émissaires des multinationales demandent à Galina d’aller avec eux pour qu’ils puissent effacer la formule de sa peau. En échange, ils vont lui donner beaucoup d’argent et exiger qu’elle ne parle jamais à personne de tout cela. L’un des deux dit à Rude, qui semble un peu perplexe : « Guérir le cancer… quelle idée ! » Et Galina, s’en allant avec les deux agents, lance à Rude, en guise de remerciement : « Adieu Rude. Je vous enverrai un chèque… d’une plage des Bahamas ».

24Ce qui ressort de toutes les histoires plus récentes concernant les Slaves, au premier ou au second degré, est la fascination pour un Occident qui promet des richesses matérielles plus ou moins grandes et plus ou moins faciles. Au-delà des aventurières et des prostituées, toutes semblent être capables de faire n’importe quoi pour améliorer leur situation. Est-ce que cela correspond à une situation réelle ?

25Albinati nous dit que Nina travaille d’abord comme baby-sitter, et qu’ensuite elle est embauchée pour s’occuper d’une jeune fille qui sort d’une grave dépression et a besoin d’une surveillance permanente. Ce travail de badante est le travail qui est proposé le plus souvent à ces femmes en Italie. Ayant eu l’occasion de parler à un certain nombre d’entre elles (voir annexe), nous avons pu avoir des précisions à ce propos, mais aussi leur point de vue sur la société italienne, les fantasmes masculins à leur sujet et leur opinion sur le phénomène de la prostitution de certaines de leurs compatriotes. Toutes les femmes concernées travaillent dans des villes moyennes de la banlieue nord-est de Milan. Les Moldaves sont toutes originaires de la même région, à la différence des Polonaises et des Ukrainiennes, et elles ont trouvé du travail grâce à un réseau de bouche à oreille qui semblerait être géré par Irina, en Italie depuis huit ans. La plupart d’entre elles (23 sur 29) sont mariées, et leur mari est resté au pays avec les enfants. Ces hommes ont tous un travail, mais la situation économique de la famille n’était pas des meilleures avant le départ des femmes. La plupart des hommes restés au pays sont des paysans, mais parmi eux il y a aussi quelques ouvriers, un gendarme et deux instituteurs. La plupart des enfants sont encore scolarisés, certains font des études, d’autres encore aident leur père à la campagne.

26Il n’est pas facile de savoir quelle est la formation ou le parcours de ces femmes. Une dizaine ont affirmé qu’elles étaient infirmières, mais il s’agit plus probablement d’aides-soignantes. Deux ont été des ouvrières, les autres n’avaient pas de profession ou étaient des paysannes. Elles sont toutes sans papiers, et aucune ne souhaite, en apparence, de sortir de sa clandestinité. Irina explique que cela irait contre leur intérêt : elles n’ont aucune intention de se fixer en Italie, et veulent gagner le plus possible d’argent pour réaliser quelques projets au pays. Evidemment, elles sont mieux payées en travaillant au noir. Parmi les choses qu’elles souhaiteraient réaliser avec leurs gains, il y a principalement l’accès à la propriété, comme l’achat d’une boutique ou de terres, la construction d’une maison, l’achat d’appartements à louer… Pour certaines, il y a aussi le financement des études de leurs enfants, de manière qu’ils puissent avoir une bonne situation, mais cela vient toujours après l’accès à la propriété car, comme nombre d’entre elles affirment, « ce n’est pas les enfants qui vont te prendre en charge quand tu seras vieille ».

27Interrogées sur certains stéréotypes qui les concernent, ces femmes ne se reconnaissent pas vraiment dans les images littéraires et paralittéraires. Chapitre religion, les Polonaises se sont toutes déclarées catholiques, pratiquantes mais « pas fanatiques ». Quant aux autres, il y en a qui haussent un peu les épaules quand on les interroge à ce propos : « Je ne sais pas », « Nous, vous savez… », « J’ai été éduquée à l’époque soviétique, alors… », « Ce n’est pas un problème qui me concerne. » D’autres m’ont dit être croyantes, dans la plupart des cas de confession orthodoxe, mais aucune d’elles ne fréquentait l’église.

28Celles qui sont depuis longtemps en Italie avouent avoir été un peu déçues à leur arrivée, s’attendant effectivement à un pays plus riche et plus coloré, plein de bons vivants. Il faut souligner que la zone géographique où elles ont choisi de travailler est l’une des plus riches d’Italie, mais elle ne brille ni par ses beautés naturelles, ni par son climat, ni par la joie de vivre de ses habitants. Celles qui sont arrivées plus tard savaient déjà que ce n’était pas le paradis sur terre, probablement parce que les autres les avaient prévenues.

  • 29 Edoardo Albinati, op. cit., p. 30.

29Le travail qui est demandé à ces femmes est très dur, mais toutes estiment être payées d’une manière convenable, voire bien payées. Elles semblent donc être d’accord avec Albinati qui fait dire à Nina que « ces personnes ont été très… généreuses. Ils m’ont donné plus d’argent par rapport à ce que le père Witold leur avait demandé pour moi »29. Elles reçoivent souvent, en plus du salaire, des dons en nature : vêtements et chaussures, casseroles, linge de maison, parfois même des appareils ménagers (robots, aspirateurs, cocottes-minutes…). La famille qui emploie Irina lui a récemment vendu à un prix dérisoire une très vieille voiture qui permettra à son fils de devenir chauffeur de taxi au pays. Ce qu’elles ne disent pas, c’est que le plus souvent elles sont exploitées, qu’elles sont sans aucun droit et sont soumises à un horaire de travail inhumain. Elles semblent trouver cela logique. Certaines d’entre elles font remarquer que les familles auraient embauché « plutôt une Italienne, si nous on ne coûtait pas moins cher, pas vrai ? ».

  • 30 La jeune femme moldave était la badante qui s’était occupée de la femme de l’employeur, paralysée a (...)

30Concernant le sexe, si toutes ont accepté de répondre, soulignons qu’il n’y avait ni le temps ni l’occasion d’établir une relation approfondie, et en conséquence il était clair dès le départ qu’aucune n’aurait confié ses expériences réelles avec les Italiens, si jamais elles en avaient eu. Toutes ont affirmé n’avoir jamais été ni harcelées ni même taquinées par leurs employeurs et leur entourage. Il est néanmoins intéressant de remarquer qu’aucune ne n’a parlé non plus d’une amie ou d’une compatriote à qui il serait en revanche arrivé quelque chose de ce genre. Comme on peut le voir en annexe, si l’âge de ces femmes s’échelonne de 34 à 51 ans, la plupart d’entre elles ont de 40 à 47 ans ; certaines paraissent plus que leur âge et ont un physique assez ingrat. Nous pouvons donc imaginer que leurs employeurs ne les trouvent pas tentantes, et elles-mêmes disent que les familles, notamment là où il y a des célibataires, préfèrent embaucher une femme assez âgée et pas très jolie pour « éviter des dégâts ». Ces dégâts concernent évidemment la possibilité d’une liaison, voire d’un mariage, qui seraient indésirables aux yeux de la famille de l’éventuel conjoint italien. Etant au courant d’un cas de mariage entre une badante moldave et son employeur30, nous avons demandé à ses compatriotes si elles la connaissaient et ce qu’elles pensaient de cette histoire. Dans le groupe qui était en Italie depuis plus de cinq ans, toutes la connaissaient, mais elles n’avaient plus aucun contact avec elle depuis son mariage, sans qu’on puisse savoir si c’était elle qui refusait de les voir ou si les autres s’étaient éloignées parce qu’elles n’approuvaient pas sa conduite, car toutes paraissaient avoir une attitude assez critique (un soupçon de jalousie n’est pas à exclure, notamment de la part des plus jeunes). Tout en n’exprimant pas ouvertement leur pensée, certaines nous ont fait clairement comprendre qu’à leurs yeux il s’agissait d’une traînée, qui avait bien médité et travaillé son coup. Comme les prostituées, d’ailleurs.

31Justement, c’est la question sur la prostitution qui a montré les points de vues et les préjugés les plus intéressants. Les Polonaises semblent beaucoup plus indulgentes, soulignant que sans doute beaucoup de ces filles ont été arnaquées avec la promesse d’un travail honnête. Les autres, au contraire, se sont montrées terriblement sévères, insistant sur le fait que ces jeunes femmes savent très bien ce qui les attend, et qu’elles sont parfaitement d’accord pour se prostituer. Nous pouvons résumer leur opinion, en gros, en disant qu’elles pensent qu’une jeune fille aujourd’hui n’est plus une oie blanche, même si elle vient de la campagne, et que quand quelqu’un promet monts et merveilles (une carrière d’actrice, de top-model, etc.), il faut se méfier car l’on sait de quoi il s’agit en réalité. Mais ces filles, de toute façon, n’ont pas envie de travailler dur et préfèrent l’argent facile. Un peu interloqués par ce « facile » nous avons demandé à celles qui avaient utilisé cette expression de s’expliquer. Elles ont répondu que les prostituées ne font rien de leurs dix doigts mais gagnent beaucoup d’argent, et qu’elles sont des parasites de la société (ici, nous entendons clairement l’écho du discours soviétique moralisant de leur enfance et jeunesse). Celles qui ont des filles adolescentes ont affirmé qu’elles ne les laisseraient jamais partir tant qu’elles sont jeunes et jolies, car après on sait très bien ce qu’elles risquent. Leur faire remarquer qu’il y a beaucoup de femmes jeunes et belles qui gagnent leur vie comme femmes de ménage ou baby-sitters ne leur a pas semblé vraiment convaincant.

  • 31 « Les Maghrébins en raffolent ». Rappelons ici qu’en Italie le terme marocchino est utilisé pour in (...)

32Deux femmes – Vera et Ljuba – ont tenu à nous faire savoir qu’elles aussi avaient eu des offres (de la part de souteneurs, probablement) pour « travailler le trottoir » mais, comme elles sont des femmes sérieuses, elles ont refusé net. Or, si Vera est jeune et assez jolie, Ljuba paraît beaucoup plus vieille que son âge, et elle est très grosse et assez laide. Remarquant notre air sceptique, elle a expliqué avec entrain que les femmes comme elles, grosses et pas très jeunes « piacciono da matti ai marocchini »31 mais qu’elle ne coucherait jamais avec « ces gens-là » car ils sont sales, paresseux, voleurs et ainsi de suite. Inutile de lui dire que ces étiquettes sont les mêmes que certains en Occident collent volontiers à leurs compatriotes, et qu’on les a longtemps collées aux émigrés italiens. Le racisme reste de mise entre émigrés d’origine différente, et c’est peut-être dommage de n’avoir pas eu l’occasion de demander aux ressortissants maghrébins leur opinion sur les Slaves, jeunes ou âgées et « sérieuses ». Les autres Slaves partageaient, dans la plupart des cas, l’avis de Ljuba, et dans le mépris pour les prostituées, il y avait aussi le fait qu’elles couchent avec les marocchini. Aucune jalousie ne transparaît de ces propos sur les prostituées, en dépit de l’argent qualifié de « facile » et du fait qu’elles travailleraient moins dur que les autres immigrées. En revanche, la jalousie est toujours présente dans les propos concernant les « traînées » qui sont devenues les épouses ou les maîtresses d’un Italien.

  • 32 Il existent des enquêtes sur la prostitution des immigrées, mais elle concernent surtout les Nigéri (...)

33En conclusion, nous pouvons dire que si le regard littéraire et paralittéraire en Italie est encore lié à des clichés surannés, il est vrai qu’il est difficile de connaître toutes les facettes de l’univers des Slaves immigrées. Si nous avons cité le texte de Ventavoli sans nous y attarder, c’est parce que nous ne savons rien de concret sur le phénomène de la prostitution ou du cinéma porno, et il est très difficile d’en savoir plus, car nous ne voyons pas comment faire pour approcher et interroger ces femmes32. Probablement tout auteur italien a le même problème : le regard de l’extérieur est toujours un regard partiel, lié à notre éducation et à l’imaginaire culturel qui nous est propre. Le regard de l’intérieur n’existe pas encore pour les Slaves, et cela est lié sans doute au fait que ce phénomène migratoire est récent, mais aussi au caractère temporaire de cette migration, qui n’encourage pas l’apprentissage approfondi de la langue et, surtout, qui ne marque qu’une parenthèse dans la vie de ces femmes. C’est un phénomène nouveau dans l’histoire de l’émigration : il n’y aura pas de deuxième génération née dans le pays d’accueil, ni d’enfants déracinés qui grandissent loin de leur pays d’origine, mais qui jouissent d’un double regard grâce à leur double culture. Difficile donc de prévoir si tôt ou tard on lira des textes en italien écrits par des auteurs slaves, immigrés temporaires ou qui se sont installés définitivement en Italie.

Haut de page

Annexe

Ce tableau présente certaines données concernant les femmes slaves interrogées entre le mois d’octobre 2003 et le mois d’avril 2004. Elles sont originaires de trois pays : Pologne (PL), Ukraine (UC) et Moldavie (MD). Les prénoms ont le plus souvent été changés, à la demande de l’intéressée, et nous ne connaissons pas leurs noms de famille. Les divorcées n’ont pas précisé s’il s’agissait d’un divorce en règle ou d’une séparation ; en ce qui concerne celles se disant mariées nous ne savons pas s’il s’agissait d’un premier ou d’un deuxième mariage. Toutes ont des enfants (la plupart en ont deux), toutes parlent un italien plus ou moins bon, sauf les trois qui ont eu recours à l’aide d’Irina : elles en connaissent quelques mots, mais cela était insuffisant pour comprendre toutes les questions et y répondre. Olga parlait couramment français, et elle a préféré utiliser cette langue plutôt que son italien, assez limité.

Nom

Âge

Situation

Pays

Profession

En Italie depuis

1

Katarzyna

43

Veuve

PL

badante

2 ans

2

Maria

47

Mariée

MD

badante

4 ans

3

Sonia

46

Mariée

MD

badante

6 ans

avec intervalles

4

Olga

43

Mariée

UC

badante

1 an

5

Natalia

41

Mariée

MD

badante

2 ans

6

Galina

48

Veuve

MD

badante

3 ans

7

Tatjana

44

Mariée

MD

badante

5 ans

8

Bronia

35

Mariée

PL

badante

2 ans

9

Svetlana

40

Mariée

MD

badante

1 an

interprète Irina

10

Vera

34

Mariée

MD

Femme de

ménage

1 an et demi

11

Anna

45

Divorcée

MD

badante

3 ans

12

Martina

39

Mariée

PL

badante

2 ans

13

Claudia

38

Mariée

UC

Femme de

ménage

1 an et demi

14

Tamara

37

Mariée

MD

badante

1 an

15

Irina

48

Mariée

MD

badante

8 ans

avec intervalles

16

Elena

47

Mariée

MD

badante

6 ans

17

Teresa

41

Mariée

PL

badante

4 ans

18

Mira

39

Mariée

MD

badante

8 mois

interprète Irina

19

Ludmilla

45

Divorcée

MD

badante

(enfant)

6 ans

20

Valentina

49

Divorcée

MD

badante

5 ans

21

Larissa

51

Mariée

MD

badante

5 ans

22

Elvira

43

Mariée

MD

badante

4 ans

23

Klonia

43

Mariée

PL

badante

4 ans

24

Marina

39

 ?

MD

badante

6 mois

interprète Irina

25

Zina

42

Mariée

UC

badante

3 ans

26

Sabina

47

Mariée

PL

badante

2 ans

27

Lydia

45

Mariée

MD

badante

2 ans

28

Grazyna

44

Mariée

PL

badante

5 ans

29

Ljuba

39

Mariée

UC

badante

3 ans

Haut de page

Notes

1 Parmi lesquelles on peut signaler par exemple l’Eks&tra de Rimini, la Sinnos et la Datanews de Rome, L’Harmattan Italia de Turin, la Kaos de Milan, l’Asterias de Trento…

2 Sauf pour le tout premier, de Pap Khouma, voir note 3

3 On peut signaler : Pap Khouma, Io, venditore di elefanti, Milan, Garzanti, 1990, que l’auteur, sénégalais, a écrit en collaboration avec le journaliste italien Oreste Pivetta ; Chiamatemi Alì, Milan, Leonardo, 1990, du Marocain Mohamed Bouchane ; Immigrato, Rome, Theoria, 1990, du Tunisien Salah Methnani. On trouve parmi ces auteurs des femmes, toujours africaines, qui ont écrit sur leur expérience d’émigrées : Ribka Sibathu avec Aulò. Una storia eritrea, Rome, Sinnos, 1994 et Shiran Razanali Fazel avec Lontana da Mogadiscio, Rome, Datanews, 1994 ; ou encore un texte de la journaliste capverdienne Maria De Lourdes Jesus : Racordai. Vengo da un’isola di Capo Verde, Rome, Sinnos, 1994. Plus récemment, a paru le récit du Maghrébin Mellah Fawzi, Clandestino nel Mediterraneo, Trente, Asterias, 2001. Le seul ouvrage qui ait connu un franc succès est celui de Pap Khouma, qui continue son activité d’écrivain : il est l’auteur de nombreux articles (parus surtout dans L’Unità et Linus) qui parlent généralement de l’immigration africaine ou qui sont censés expliquer aux Italiens l’Afrique Noire et ses ressortissants. Il faut souligner que les talents d’écrivain de Khouma ne sont pas très appréciés par bon nombre de critiques italiens, et que ses articles ont souvent suscité des polémiques (cela concerne surtout les lecteurs de Linus) à cause de ses positions parfois simplistes et manichéennes.

4 On ne pourra pas reproduire ici ces images pour des raisons de copyright.

5 Il s’agissait clairement de l’image d’un garçon dans le cas de l’Afrique Noire, d’un très jeune enfant (environ trois ans) mais qui paraissait être aussi de sexe masculin pour le Maghreb, d’un bébé d’environ deux ans (donc, encore plus difficile de comprendre si c’était une fille ou un garçon) pour l’Amérique Latine, alors que pour l’Asie il était absolument impossible de déterminer le sexe de l’enfant, s’agissant d’un nourrisson.

6 Néanmoins, si cela paraît évident dans le cas de la pizza, il est plus difficile de comprendre en quoi un chien représenterait-il la France dans l’imaginaire britannique (la campagne a été créé par une agence située au Royaume-Uni).

7 Milano, Longanesi, 1989. C’est bien en cette année que l’on commence à publier aussi les premiers essais consacrés à l’immigration, comme Gianni Giardesco, Dai magliari ai vu’ cumprà, Milan, Rubettino, 1989, ou les actes du premier grand colloque sur l’immigration, qui a eu lieu à Milan le 3 octobre 1989.

8 Albinati (Rome 1956) a écrit des romans, des poèmes et des reportages de guerre, notamment sur les Balkans (Orti di guerra, Fazi, 1997) et l’Afghanistan (Il ritorno, Milan, Mondadori, 2003).

9 Le scénario, écrit par Sergio Bazzini, Peter del Monte et Dominik Wieczorkowski, s’inspire assez librement du livre, comme l’on peut voir en comparant les deux trames. On donne ici celle du film, tout en respectant le montage des scènes : à la fin des années 80 une famille polonaise arrive à Rome où elle attend un visa pour le Canada. Pour survivre, tout le monde se trouve un petit boulot : le chef de famille, Janusz, lave les vitres des voitures avec son frère Zygmunt et son fils Rafal. Sa fille Justyna et sa nouvelle copine Helena travaillent comme femmes de ménage dans une famille italienne. Soudainement, Janusz disparaît sans laisser de trace. Après sa disparition, Zigmunt s’adonne à l’alcool et, alors qu’il vagabonde sous les ponts de Rome, il a une vision du pape qui lui parle et lui adresse de sévères reproches. Pawel, un Polonais qui vit depuis longtemps à Rome, fait rentrer le jeune et introverti Rafal dans une bande de petits délinquants romains. Pendant l’un des « petits boulots » de la bande, Rafal finit par tuer un boss napolitain. Justyna, alors qu’elle rentre la nuit tombée de son travail, accepte de monter en voiture avec des jeunes gens. Mais quand elle comprend qu’ils veulent la violer, elle essaye de s’enfuir, tombe et meurt. Peu après, le plus jeune de ses assaillants, repenti et plein de chagrin, la voit réapparaître dans le ciel au-dessus de Castel Sant’Angelo. Entre-temps Rafal s’était caché chez une prostituée qu’il connaissait. Il lui vole quelques objets et il part. Zigmunt, toujours ivre, rêve d’être chez lui, en Pologne, dans une pièce où les présents mangent, boivent et dansent, et où tout le monde est heureux.

10 Dans le roman, à la différence du film, il est clair qu’elle ne travaille pas.

11 Edoardo Albinati, op. cit., p. 55

12 « Il songea qu’elle était une fille merveilleusement belle, et si endormie et lente qu’elle avait vraiment l’allure d’un animal sacré. Une génisse. Une chatte noire. Une louve gravide. » Ibidem, p. 64.

13  « Amoureuse ? Non, je ne crois vraiment pas que je suis amoureuse […]. Je ne désire personne […]. Ils me regardent, et avec beaucoup d’insistance. C’est gentil mais… cela ne me séduit pas […]. Oui, il est difficile de me séduire. » Ibidem, p. 67-68.
« Nina restait de glace, comme si sa froideur était nécessaire pour mener à terme un envoûtement à la formule compliquée ; pourtant, plongée dans son calme glacial, sans souffler mot, Nina vibrait toute d’une sorte d’assouvissement spirituel. » Ibidem, p. 148.

14 On appelle badanti les femmes qui s’occupent jour et nuit des personnes plus ou moins lourdement dépendantes à cause de l’âge ou d’un handicap physique. Elles sont censées les laver, les habiller, les nourrir et les surveiller, tout en s’occupant aussi du ménage et des courses. Elles cumulent ainsi les fonctions d’aide-soignante, aide ménagère et parfois même d’infirmière à domicile.

15 Valerio Aiolli (Florence 1961) a écrit aussi des nouvelles et le roman Io e mio fratello, Rome, Editions e/o, 1999.

16 Rome, Editions e/o, 2001.

17 Bruno Ventavoli (Turin 1961), spécialiste de littérature hongroise, est écrivain et journaliste à La Stampa de Turin. Il a publié un autre polar où les protagonistes sont des immigrés originaires d’Amérique Latine, Amaro colf, Rome, Editions e/o 1998).

18 Rome, Editions e/o, 1997.

19 Danilo Maramotti (Savona 1949) auteur-dessinateur parmi les plus populaires en Italie. Il a collaboré à nombre de quotidiens, hebdomadaires et mensuels spécialisés, comme Frigidaire, Corto Maltese, Il Corriere della Sera, Il Messaggero, Linus, Cuore… Il a gagné le grand prix de la satire politique de Forte dei Marmi en 1994.

20 Camilla Cederna (Milan 1911-1997), une des meilleures journalistes italiennes de l’après-guerre. Parmi ses nombreux ouvrages, l’enquête révélant au public le scandale qui porta aux démissions du président de la République Giovanni Leone en 1977.

21 Camilla Cederna, « La balcanica trapiantata », Il lato debole, vol. I, Milan, Bompiani, 1977, p. 176-177.

22 Plus rarement pour la crainte d’être arrêtés ou repoussés à la frontière de l’URSS, la douane soviétique ayant la réputation d’être très sévère avec ce type de voyageurs. Les plus « courageux » qui réussissaient quand même à franchir la frontière, racontaient qu’il était encore plus facile de trouver là des femmes qui étaient disposées à tout ou presque en échange d’un jean.

23 On peut facilement constater, par exemple, que dans les ex-républiques soviétiques, environ 35% des chaînes captées par satellite sont italiennes.

24 « Amour fou », Linus n° 397, avril 1998, p. 59.

25 « Farina del diavolo », Linus n° 414, septembre 1999, p. 67.

26 Ibidem, p. 69.

27 Ibidem.

28 « Scalpi », Linus, n° 402, septembre 1998, p. 65.

29 Edoardo Albinati, op. cit., p. 30.

30 La jeune femme moldave était la badante qui s’était occupée de la femme de l’employeur, paralysée après un attaque vasculaire cérébral. Quelques mois plus tard la dame était décédée, mais la jeune moldave avait gardé l’emploi comme femme de ménage, et finalement avait épousé son employeur, en dépit de la différence d’âge (une trentaine d’années) et de l’hostilité de sa fille qui s’était opposée de toutes ses forces en qualifiant la Moldave d’aventurière sans scrupules et son père de « ramollo ». Entre père et fille il y a eu une rupture totale, la fille étant approuvée par le reste de la famille et presque tous les proches. Je connais bien la fille, et j’ai sa version des faits, évidemment pas du tout favorable à la belle-mère (il faut dire aussi que ce monsieur est un petit industriel, qu’il a beaucoup d’argent et qu’en Italie le conjoint est toujours l’héritier principal). J’ai essayé de contacter la belle-mère moldave, mais elle ne souhaitait pas parler ni de sa nouvelle vie ni même de son expérience de badante.

31 « Les Maghrébins en raffolent ». Rappelons ici qu’en Italie le terme marocchino est utilisé pour indiquer tous les Maghrébins et, plus généralement, tous les ressortissants des pays du Moyen et Proche Orient.

32 Il existent des enquêtes sur la prostitution des immigrées, mais elle concernent surtout les Nigérianes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antonella Mauri, « Le charme slave », Babel, 11 | 2004, 213-234.

Référence électronique

Antonella Mauri, « Le charme slave », Babel [En ligne], 11 | 2004, mis en ligne le 14 septembre 2012, consulté le 28 mars 2017. URL : http://babel.revues.org/1396 ; DOI : 10.4000/babel.1396

Haut de page

Auteur

Antonella Mauri

CIRCE-Paris III

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org