Navigation – Plan du site

Les Gallo-Siciliens

Bruno Di Bartolo
p. 167-190

Résumé

Bruno Bartolo expose le cas bien particulier de la Sicile au Moyen Âge, qui reçoit un apport de populations en provenance du nord de l’Italie, apport dont l’influence se fait ressentir aujourd’hui encore, alors que la Sicile est devenue l’un des territoires italiens les plus directement touchés par l’arrivée de nouveaux migrants. Le point est ainsi fait sur les sources relatives à la présence de minorités gallo-italiennes au Moyen Âge, ainsi que sur les raisons de ce déplacement de populations vers l’île alors majoritairement musulmane. Sont également étudiées les traces de cette présence dans la culture et la littérature siciliennes.

Haut de page

Texte intégral

1Il est une terre qui caractérise et résume les phénomènes migratoires anciens et actuels : la Sicile. De terre d’émigration de la fin du XIXe siècle au XXe siècle, elle est devenue terre d’immigration à la fin du XXe. En effet de nombreux Siciliens ont quitté leur terre d’origine pour s’installer aux États-Unis d’Amérique, en France, en Allemagne, en Italie du Nord. La plupart se sont intégrés, voire assimilés dans leur nouvelle terre d’accueil et ont su lui donner une partie de leur culture d’origine. Citons quelques exemples : Franck Capra, Francis Ford Coppola, Martin Scorsese, Mario Puzo, Franck Sinatra aux États-Unis, Salvatore Adamo en Belgique. Ce que l’on oublie, c’est qu’avant d’être une terre de départ, la Sicile fut pendant des siècles, une île convoitée et qui attira de nombreux envahisseurs et migrants. Dès la plus haute Antiquité, des populations étrangères vinrent s’y installer. Sa position géostratégique en plein cœur de la Méditerranée y est pour beaucoup. Chaque peuple riverain l’a occupée. On peut, en étant exhaustif, en citer une bonne vingtaine. Chacun y a laissé des traces qui se reflètent dans l’aspect physique des Siciliens, leur mentalité et leur culture. Bien que la Sicile soit un pont vers l’Orient et l’Afrique, on néglige le fait qu’elle est avant tout occidentale. En effet, depuis le Moyen Âge, l’île est revenue dans le giron de l’Occident. Ce sont les Franco-Normands qui l’ont re-latinisée. Ils en ont fait un Eldorado pour des milliers d’aventuriers provenant de France et d’Italie du Nord. Il reste encore aujourd’hui 60 000 personnes sur 6 millions de Siciliens qui parlent un dialecte gallo-sicilien. Le grand public n’a qu’une connaissance infime de ces populations qui, bien que siciliennes, ont gardé des caractéristiques particulières. Ces populations nous interpellent sur les phénomènes migratoires qu’a connus la Sicile au Moyen Âge. Il nous reste peu de documents, mais lorsque l’on plonge dans les sources de l’époque et qu’on s’intéresse aux conséquences qui s’ensuivirent pour la Sicile, on est surpris par l’incroyable modernité du phénomène. Celui-ci nous permet de comprendre pourquoi les Siciliens, bien qu’attachés à leur culture d’origine sont extrêmement souples et s’intègrent, voire s’assimilent facilement à l’étranger. On dispose d’une espèce de matrice, de modèle de référence pour que l’immigration ou le contact entre civilisations puisse devenir positif. La Sicile est le fruit de ces vagues successives d’immigrations d’où est sortie une richesse considérable qui peut servir d’exemple dans un monde où désormais les migrations se font à l’échelle planétaire. Nous nous intéresserons donc à l’étude de ces populations gallo-siciliennes dont l’histoire et la culture nous permettent de mieux comprendre l’histoire sicilienne et, dans une plus large mesure, le phénomène d’interculturalité. D’autant plus que celui-ci ayant déjà été observé dans l’histoire se retrouve inconsciemment parmi les Siciliens qui ont émigré vers d’autres terres où se rejoue l’interculturalité et la fusion des cultures. Pour cela nous ferons un historique de ces migrations, étudierons leurs conséquences et verrons ce qu’il en reste encore à l’heure actuelle.

2Qu’entendons-nous par minorités gallo-italiennes de Sicile ? C’est un mélange de populations venues d’Italie du Nord et de France. Les sources historiques ne parlent pas de minorités gallo-italiennes, étant donné que ce terme est un néologisme désignant les gens qui parlent un dialecte néo-latin formé sur le substrat gaulois. Les anciens les désignaient sous l’appellation de Lombards et parfois de Français. Rappelons la signification du mot « lombard » au Moyen Âge. A cette époque l’Italie était devenue la Lombardie à cause des événements du Haut Moyen Âge. Comme la Gaule prit le nom de ses envahisseurs francs pour s’appeler la France, l’Italie du Nord et du Centre subit le même sort. « Lombardie » vient du nom de la tribu germanique des Longobards ou Lombards, qui occupait une partie de la péninsule à la fin du VIe siècle. Italie et Italiens étaient devenus des mots savants que le peuple ne comprenait plus. Pour les Européens, le pays au sud des Alpes, qui correspond à l’Italie du Nord, était habité par les Lombards. Les Lombards de Sicile auxquels il est fait allusion dans les documents de l’époque normanno-suève, sont originaires de cette zone géographique.

I- Arrivée des premiers immigrés

  • 1 Sur la conquête de l’Italie du Sud et de la Sicile par les Normands : Jean Marie Martin, Italies No (...)
  • 2 Henri Bresc, « Féodalité coloniale en Terre d’Islam. La Sicile (1070-1240) », Structures féodales e (...)
  • 3 Sur les Aleramici en Sicile, voir G. A. Garufi, « Gli Aleramici e i Normanni in Sicilia e nelle Pug (...)

3Au début du XIe siècle, les premiers contingents de mercenaires normands firent leur apparition en Italie du Sud1. La région abandonnée à l’anarchie offrait de belles opportunités à ces guerriers pauvres et ambitieux. La nouvelle des exploits des Normands et de la facilité avec laquelle on réussissait à s’enrôler comme mercenaire parmi les petits seigneurs du Sud, arriva en Italie du Nord, donnant ainsi l’impulsion à un flux migratoire d’une certaine importance. Les migrations du Nord vers le Sud furent favorisées par le passage de chevaliers normands qui recrutaient des troupes en Lombardie. En 1038, sous l’empereur byzantin Michel le Paphlagonien, le général Georges Maniakès débarqua à l’est de la Sicile avec une importante armée byzantine renforcée par des mercenaires italiens, scandinaves et normands. Les Normands étaient commandés par un aventurier lombard : Ardouin. La tentative de reconquête parce que Georges Maniakès tomba en disgrâce. Ce n’est qu’en 1061 que les Normands reprirent pied en Sicile, cette fois-ci par leurs propres moyens. Ils prirent Messine et avancèrent vers l’intérieur. Avec l’aide de chrétiens encore nombreux dans le Val Démone, ils prirent Troina. Après le débarquement, la pénétration en Sicile advint par la dorsale des Monts Erei où furent installées les premières places fortes. Là Roger Ier fit tracer des routes stratégiques et implanta de solides colonies militaires de Normands et d’Italiens. Une petite garnison suffisait à montrer la présence normande et à maintenir en respect les populations. Les châteaux se multiplièrent selon une tactique qui fut plus tard appliquée dans la Palestine franque. C’est ainsi que l’on peut découvrir l’origine des divers villages appelés « lombards » par les chroniqueurs. Ces garnisons se trouvaient surtout dans le centre de la Sicile : Paternò et sa région, San Fratello face à la mer tyrrhénienne, Nicosia, Piazza Armerina, Butera, Randazzo… On peut noter qu’elles apparaissent aux différents points stratégiques de l’île capables de contrôler les grands axes de communication. Cette sorte d’« incastellamento » avait été fait exprès pour faire front à l’élément musulman. Une telle ligne directrice coupait en deux parties la Sicile pour rendre impossible les communications entre les grandes villes aux mains des Musulmans2. La plupart des soldats des garnisons provenait d’Italie du Nord. En effet, pendant la conquête en 1089, Roger Ier conclut une alliance matrimoniale avec le marquis Aleramico de Savoie, Boniface del Vasto ; il épousa Adélaïde, fille du marquis Manfred, frère de Boniface. Le frère d’Adélaïde, le marquis Henri épousa Flandina fille de Roger. Deux fils du comte, Geoffroi et Jourdain, épousèrent deux sœurs d’Adélaïde. La famille des Aleramici représentait une tradition politique et un sang prestigieux en Italie. Ces alliances apportaient non seulement leur savoir politique et leur légitimité mais elles préparaient la reconnaissance et l’entrée dans la famille des rois. Pour la Sicile la conséquence la plus remarquable fut l’afflux des populations « lombardes », c’est-à-dire originaires de la Marche Aleramica, entre Savone, Asti et Coni, ligures, lombardes et piémontaises, mais lombardes par le droit et la tradition de liberté militaire. La forte autorité des marquis de Savone et les capacités navales de la côte ligure pouvaient permettre cette immigration. Les Lombards s’établirent dans des « terres » qui furent données aux Aleramici, Paternò, Butera, ou fondées par eux, Piazza, Mazarino et dans l’aire voisine qu’ils dominaient, Randazzo, Nicosia, Vaccaria et Sperlinga ainsi qu’à Maniace, Santa Lucia et San Fratello, Enna et Caltagirone, par petits groupes. La plupart de ces villes n’ont que le témoignage de leur dialecte pour justifier cet apport lombard3.

II- Sources sur l’immigration et la présence de minorités gallo-italiennes à l’époque normanno-suève

  • 4 G.A. Garufi, op. cit., p. 71 et 72.
  • 5 Michele Amari, Storia dei Musulmani di Sicilia, III, 1, Florence, Successori Le Monnier, 1868, p. 2(...)
  • 6 Publié par Garofalo, Tabularium regiae ac imperiale capellae collegiatae Divi Petri sacri et regi P (...)
  • 7 Falcand, La Historia o Liber del regno Siciliae e la epistola ad Petrum Panormitane Ecclesie Thesau (...)
  • 8 Romualdo Salernitano, Chronicon (A. m. 130-A.C. 1178) a cura di C.A. Garufi, in Rerum Italicorum Sc (...)
  • 9 Fazello, De rebus Siculis decades II, ed. Amico et Statella, Catane, 1749-1753, 3 vol. in folio.
  • 10 Giuseppe Carnevale, Storia e descrizione del regno di Sicilia, Naples, 1591, rééd., Papiro editrice (...)
  • 11 Voir J.-L.-A.Huillard-Breholles, Historia diplomatica Friderici Secundi, Paris, tome V, EXCUDEBAT H (...)
  • 12 Michele Amari, op. cit., p. 230.
  • 13 Sources principales dans « Rinaldo di Giovanni Lombardo habitator terrae Policii », par Illuminato (...)
  • 14 Antonino De Stefano, Il registro di Giovanni Maiorana del 1297-1300, Palerme, 1953. On peut trouver (...)
  • 15 Luigi Vasi, « Delle origini e vicende di San Fratello », Archivio Storico Siciliano, n.s. VI, Socie (...)
  • 16 Alberto Varvaro, Lingua e storia in Sicilia, I. Dalle guerre puniche alla conquista normanna, Paler (...)
  • 17 Pour une synthèse et une chronologie des sources historiques voir Bruno Di Bartolo, « Les minorités (...)

4Le plus ancien document faisant mention de Lombards installés en Sicile date du 9 mars 1130. Henri, fils du marquis Manfred et oncle de Roger II de Sicile, donne au monastère de San Bartolomeo de Lipari une terre dans le territoire de Butera où il est question de voie lombardorum4. Cette voie rentrait très précisément dans les domaines d’Henri et on ne pouvait l’entendre que comme la voie qui menait à Piazza Armerina et à Aidone. Cela nous prouve que des Lombards s’étaient installés en Sicile avant 1130, si en cette année la chancellerie seigneuriale pouvait parler de voie lombardorum comme d’une chose assez connue et justement dans les domaines du marquis Henri qui était dit lui-même lombardus. L’autre exemple diplomatique se situe entre 1151 et 11545. Dans cet acte Roger II concédait aux « Lombards » de Santa Lucia les mêmes franchises qu’à ceux de Randazzo. Il nous montre les privilèges dont disposaient ces immigrés et prouve que les colonies de Santa Lucia et de Randazzo jouissaient de droits supérieurs à ceux de très nombreux hameaux. Cela signifie que les Lombards appartenaient à une sorte de bourgeoisie rurale puisqu’ils disposaient de nombreux privilèges : exemption de corvées, moyennant un service militaire maritime. Un autre diplôme dont la date de juin 1145 est sûre nous parle de l’accord entre l’église de Catane et les chapelains du roi sur les dîmes de Castrogiovanni, Aidone et les dépendances6. Dans cet acte figure le nom Lombardia. Les sources les plus sûres restent encore celles des chroniqueurs contemporains et d’autres documents postérieurs. Falcand7 et Romuald de Salerne8 suivis par Fazello nous font savoir que les populations lombardes de Butera, Piazza et d’autres villes consœurs, mues par Roger Schiavo, fils illégitime de Simon, fils du marquis Henri, prirent les armes contre le roi Guillaume Ier et les Sarrasins résidant en Sicile. La révolte fut étouffée par le roi qui fit raser en 1161 la ville de Piazza où les Lombards s’étaient réunis et d’où était partie la révolte. Cet épisode doit être vu avec un véritable esprit de croisade. Des pogromes, suivis de répressions locales furent organisés pour anéantir les spécificités sarrasines. Les Lombards ne partageaient pas la politique de tolérance et d’intégration des Normands avec les Musulmans. Ceux-ci étaient élevés aux plus hautes dignités de l’État et de l’armée au détriment des vieux alliés lombards, qui jaloux de leur originalité, ne s’étaient jamais intégrés aux Musulmans. En outre, nous savons par Falcand, que plus tard en avril 1168, les populations de Randazzo, Vaccaria, Capizzi, Nicosia, Maniace et d’autres villes lombardes, offrirent une armée de presque 20 000 combattants au roi Guillaume II. En effet, les Grecs de Messine s’étaient rebellés contre Etienne du Perche, grand chancelier du royaume. Tommaso Fazello9, un historien postérieur qui avait utilisé l’œuvre de Falcand, n’hésita pas à ajouter, dans le nombre des colonies lombardes, Aidone, San Fratello grâce au témoignage des dialectes subsistant encore au XVIe siècle. A la même époque, un historien italien, qui avait voyagé en Sicile10, signalait quant à lui, que la ville de San Fratello était peuplée par des Longobards et que les habitants utilisaient encore un langage bien distinct. La dernière mémoire des colonies lombardes nous est enfin transmise par un diplôme qui date d’avril 123711, et par lequel l’empereur Frédéric II de Hohenstaufen concédait à Oddon de Camerana et aux Lombards qui étaient passés avec lui en Sicile, la terre de Corleone en échange de Scopello, qui leur avait été précédemment concédée. Les historiens ne mentionnent pas d’autres colonies. Pourtant on peut ajouter, malgré le manque de sources et grâce à l’infaillible preuve de leur langage particulier, Sperlinga près de Nicosia, Novara di Sicilia dans la province de Messine, ainsi que Caltagirone. Des indices de populations lombardes installées dans d’autres parties de la Sicile ne manquent pas. Par exemple la dénomination de Lombardia donnée à certains quartiers de San Filippo d’Argira ou de Castrogiovanni (Enna) prouve la présence de ces Septentrionaux12. L’immigration se maintint massivement pendant tout le cours des XIe, XIIe et XIIIe siècles, voire jusqu’au XIVe siècle. Elle ne se limita pas à la seule Lombardie Occidentale, à l’intérieur de laquelle les Aleramici servirent de stimulants, mais elle concerne aussi le Mezzogiorno, le reste de l’Italie septentrionale et centrale. Pour cette époque, nous avons des sources d’actes notariaux ou commerciaux dont l’onomastique témoigne de l’origine souvent nordiste de nombreux individus13. Dans presque toutes les contrées de l’île, grâce à l’étude de l’onomastique et de la toponymie résultant du dépouillement de nombreux actes contemporains qui ont survécu jusqu’à nos jours, se saisissent les signes de l’immigration. On dispose de nombreuses dénominations ethniques de lieux, par exemple : la Tour pisane, une propriété appartenant à des Génois et la ruelle des Amalfitains à Palerme ; la rue des Florentins à Messine, le quartier des Cosentins à Lentini. Des infiltrations peuvent être relevées dans l’étude des traditions ou des cultes locaux. Ainsi le culte de Saint-Georges dans la ville de Caltagirone prouve une immigration ligure voire génoise. De nombreux noms de famille attestent une origine ethnique et témoignent de l’affection que pouvaient avoir ces immigrés et leurs descendants pour leur patrie laissée. Dans le registre de Giovanni Maiorana, notaire de San Giuliano (Erice) à la fin du XIIIe siècle, les noms des clients enregistrés dans les textes et actes privés font allusion à l’origine des descendants. On y trouve des noms d’ascendance toscane, lombarde, génoise, napolitaine, calabraise. Des descendants de Catalans, Espagnols, Narbonnais et même Flamands sont attestés14. Dès le XIXe siècle, Luigi Vasi avait fait l’inventaire de plus d’une cinquantaine de noms de lieux, de familles et de personnes à San Fratello15. Il a cherché leur origine en les comparant à des noms extra-siciliens et a pu confirmer, par la micro-toponymie et l’onomastique, l’immigration de masse dans la ville étudiée. A des noms autochtones d’origine byzantine, arabe et sicilienne, s’ajoutent des noms provenant de presque toutes les régions d’Italie (en particulier du Nord de la péninsule) et à un moindre degré de la France. Mais si la présence des Lombards est attestée, il n’existe pas de sources concernant la présence de blocs compacts de populations d’origine française et normande dans l’île. Aussi repère-t-on individuellement la présence de gens d’origine gallo-romane dans les documents qui nous sont parvenus. Mais des patronymes, la micro-toponymie et certaines traditions locales des colonies lombardes prouvent une influence française. Il semble que ces Ultramontains soient venus seuls et amalgamés très tôt à la population lombarde grâce aux affinités linguistiques des deux parties. Leur apport fut surtout linguistique. Alberto Varvaro a mis en relief le fait que l’origine normande conférait un haut prestige social16. Ils étaient peut-être minoritaires, mais les Gallo-Siciliens, à l’exception d’une élite cultivée consciente de ses origines cisalpines, avaient oublié l’ascendance lombarde pour ne se souvenir que de l’origine française17.

III- Les causes de l’émigration vers la Sicile

  • 18 Sur la féodalisation de la Sicile, cf. Henri Bresc, « Féodalité coloniale en Terre d’Islam. La Sici (...)
  • 19 Luigi Vasi, op. cit., p. 269 et 270.
  • 20 Sur les relations économiques entre l’Italie du Nord et la Sicile, cf. David Abulafia, The two Ital (...)

5Les sources historiques concernant la présence de populations originaires d’Italie du Nord et d’ailleurs sont minces. Mais il n’en reste pas moins vrai qu’elles sont les témoignages historiques les plus directs de l’immigration lombarde en Sicile. Mais quelles étaient les raisons qui poussaient ces gens à se mouvoir vers d’autres contrées ? Si l’on tient compte de la situation politique et économique de l’Italie continentale durant l’époque normanno-suève, les stimulants ne manquaient pas. Il y avait tout un ensemble de mobiles pour émigrer en Sicile. Les exploits des Hauteville dans la terre d’Italie nous permettent de mettre en évidence les motivations qui poussaient les représentants de l’aristocratie féodale à chercher des champs à leurs ambitions et à leurs besoins. Ils recevaient une terre en échange d’un service militaire et préféraient amener avec eux des colons de leur territoire d’origine. Dans de nombreux cas agissaient les mêmes causes et impulsions sociales et économiques qui accompagnaient les motivations religieuses lors des Croisades : croissance démographique, manque de terres, foule de pauvres à la recherche du mieux-être matériel. Les agitations du pays d’origine, les douleurs d’une société en crise d’évolution dont les alternatives entre les institutions communales et féodales étaient des expressions particulières, prirent une grande importance. Elles se montrèrent vives et remuèrent les masses. Les migrations vers la Sicile se seraient déroulées de la fin du XIe siècle jusqu’aux dernières années du XIIIe siècle. Les causes principales furent les contrastes intestins, parfois alimentés par les ambitions à l’intérieur des organismes seigneuriaux, ou nourris par les controverses entre parties papales et impériales. Celles-ci attisèrent les passions, de l’émergence du problème des investitures jusqu’à la consolidation des factions des groupes rivaux à l’intérieur des Communes. Les luttes internes aboutissaient fréquemment à l’expulsion d’une des factions de la ville. L’exemple le plus frappant est celui des Lombards de Brescia qui lassés des guerres multiples qui ravageaient leurs territoires demandèrent à l’empereur Frédéric II l’autorisation de s’installer en Sicile. Ils se rendirent d’abord à Scopello et ensuite à Corleone comme le signale un diplôme d’avril 1237. De plus le processus de désagrégation des structures sociales, pour lesquelles les vilains et les serfs couraient les risques associés à l’infraction des lois et habitudes pour l’abandon du sol et du domaine, était une excellente raison d’émigrer. Derrière l’espoir et l’engouement pour une condition juridique et morale moins humiliante, il y avait la possibilité d’obtenir un genre et un niveau de vie plus supportables : le statut de bourgeois était accordé aux immigrés qui obtenaient ainsi d’avantageux privilèges. De même les colonies lombardes de Sicile jouissaient d’une certaine autonomie administrative et pouvaient se régir selon leurs propres lois18. Le royaume de Sicile offrait un asile sûr pour ces hommes du Nord. Un bon climat favorable et l’éventualité de la possession d’une terre, devinrent pour l’émigration vers l’île du Soleil un important stimulant. A propos des Lombards de l’Émilie, Luigi Vasi avait émis l’hypothèse qu’ils avaient été poussés par les inondations des fleuves et des rivières qui dévastaient particulièrement cette région d’Italie19. A côté des raisons engendrées par des phénomènes de grande envergure, il en existait d’autres occasionnelles. Parallèlement aux motifs négatifs, les perspectives favorables d’installation dans les places commerciales, comme les suggestions de fortunes vantées par des aventuriers étaient des éléments positifs de l’émigration vers l’île. Une colonisation de la Sicile s’ensuivit grâce à une flotte qui devait sans doute partir de Gênes. En effet, la ville de Saint-Georges avait développé un intense trafic et commerce de céréales avec l’île qui était encore le grenier à blé de l’Italie20. Une majorité de Septentrionaux s’installèrent dans la Sicile intérieure qui présentait des nuances continentales avec de grandes amplitudes thermiques. Le climat plus froid que sur les côtes pouvait rappeler celui de la terre d’origine.

IV- L’immigration comme solution au problème musulman

  • 21 Sur la Sicile musulmane, cf. Aziz Ahmed, La Sicile islamique, Paris, Publisud, 1990.
  • 22 Sur l’évolution des colonies lombardes au XIVe siècle, cf. Henri Bresc, Un monde méditerranéen. Eco (...)
  • 23 « La Lombardia Siciliana ». Tavole a cura di Salvatore C. Trovato », Progetto galloitalici. Saggi e (...)

6Nous avons vu les raisons qui ont poussé ces gens à quitter leur terre. Nous allons nous demander comment et pourquoi la Sicile a pu accueillir ces nouveaux habitants ? La Sicile était sortie de la domination musulmane comme un pays meurtri à cause de la longue guerre de conquête. Elle souffrit d’un large épuisement de ses ressources naturelles et d’une pénurie de main d’œuvre. La conquête s’était accompagnée d’une trentaine d’années de traumatismes démographiques : famines, massacres, émigrations de masse. La situation était aussi compliquée par la présence de noyaux très élevés et vraisemblablement d’une majorité de population islamique ou islamisée, même si de nombreux Sarrasins avaient été tués lors de la guerre. Après les massacres consécutifs à leur conquête, les Arabes et les Berbères avaient laissé une forte empreinte par les immigrations ininterrompues de l’Afrique du Nord et la conversion de nombreux indigènes à l’Islam pour se soustraire aux tributs ou adoucir leur servitude. Comme en Espagne, les coutumes et la culture musulmanes s’y étaient infiltrées et propagées. En Sicile, il ne restait que quelques communautés chrétiennes grecques dans les villes et un gros centre demeuré chrétien dans le Val Démone, partie médiane de la zone nord. Le cas le plus difficile était celui des Musulmans qui au moment de la conquête constituaient la majorité de la population. Roger Ier comprit qu’il ne pouvait baptiser par contrainte, expulser ou tuer tous les habitants mahométans de l’île. Il décida de régner, lui et son petit nombre de seigneurs franco-normands, sur un État presque entièrement peuplé de Musulmans auxquels il laissa la liberté religieuse, leurs coutumes et une bonne part de leur organisation politique et de leurs lois. Son fils Roger II connaissait la forte emprise de l’Islam sur les âmes et il savait que des persécutions religieuses auraient jeté son royaume dans le chaos. Il poursuivit à l’égard de ses sujets mahométans la politique de son père et continua à les attirer à la cour et à leur donner des emplois dans l’administration, l’armée et la marine. Il fut payé en retour par une affection et une fidélité réelles de la part des Sarrasins qui voyaient en lui leur défenseur et leur seul recours contre le fanatisme et les persécutions. Ceux-ci participèrent à l’élan culturel de l’île qui devint sous les rois normands un intermédiaire actif entre le monde gréco-arabe et l’Europe. Mais malgré tout, la conversion intégrale des habitants et leur latinisation étaient le programme explicite du pouvoir, puisqu’il voulait ramener la Sicile dans le giron de la chrétienté. Il s’ensuivit la création d’un nouvel équilibre ethnico-religieux. On assista au réveil de la vigoureuse chrétienté grecque. En effet Roger Ier avait déjà renoncé à liquider l’Église byzantine. Il garantit aux chrétiens de rite grec leurs droits et la liberté de leur culte. La christianisation se fit par le biais du Clergé grec qui ménageait une transition mozarabe aux nouveaux convertis. Mais la solution dans le doute et le développement des effets de la conversion se présenta justement dans l’appel aux chrétiens plutôt de rite latin, parallèlement à la reconstitution de l’épiscopat romain en Sicile. De considérables seigneuries territoriales se formèrent en faveur d’évêchés ou de fondations monastiques. Ceux-ci promirent une œuvre de conversion et de réorganisation ethnique qui se fit grâce à une immigration latine de masse provenant de toutes les régions d’Italie, mais principalement de l’Italie padane. L’immigration des catholiques latins était catalysée au début par la famille des Aleramici qui accomplit comme on l’a vu précédemment, cette fonction dans les vastes contrées de son comté. L’afflux des Lombards dans leurs domaines fut le facteur décisif de la modification culturelle. Une chaîne de villes isola les deux principaux centres de la résistance arabo-musulmane du Val di Mazara et du Val di Noto. On se souvient qu’il y eut un véritable esprit de croisade et des pogromes suivis de répressions locales pour anéantir les Sarrasins. La coexistence glorifiée par les Hauteville en fut bouleversée. Les événements précipitèrent la fuite des Musulmans en Espagne, en Afrique et en Orient21. La majorité musulmane resta à l’ouest et au sud-est. Elle fit l’objet de l’effort principal de la monarchie, cantonnée, soumise à l’entreprise de déculturation que menèrent le Clergé grec et latin. Peu à peu la Sicile reprit sa physionomie de pays occidental et chrétien. Quant aux Lombards, leur esprit de liberté et leur capacité de révolte armée ne cessèrent d’inquiéter la monarchie, conduisant à l’anéantissement de Vaccaria et à la quasi-disparition de Maniace à titre d’exemple. Leur force militaire déboucha sur la révolution des « Vêpres siciliennes » qui réalisa l’idéal « communaliste » lombard de Sicile et qui fut mené par les « Lombards des montagnes », auxquels se joignirent les Lombards de Corleone, exilés gibelins. Le patriotisme lombard continua d’être alimenté jusqu’au XIVe siècle par la pratique d’un droit particulier : le mundium ou mundualdus. Cette institution qui sanctionne de son autorité tout acte juridique accompli par une femme, toujours mineure, est étroitement liée à l’ethnie lombarde. On la repère à Polizzi (en 1288, 1294, et jusqu’en 1404), et dans les milieux palermitains liés à Corleone au XIIIe siècle. Elle se serait justement conservée au sein de groupes isolés, soucieux de préserver leur originalité. L’unité entre les communautés lombardes apparaît encore à la fin du XIIIe siècle, ainsi que dans la structure démocratique de la répartition de la fortune à Corleone et à San Fratello. Le particularisme lombard se canalisa dans un système de rivalités institutionnelles entre quartiers qui localisaient et perpétuaient l’opposition entre vieux Siciliens et immigrés du XIIe siècle, en la vidant de son contenu ethnique. A San Fratello et à Nicosia, la « guerre » oppose deux quartiers, avec ses trêves, ses paix et ses violences et une structure bipartite de l’administration provinciale. Dans toute la Sicile au XIVe siècle, certaines églises conservent encore leurs qualifications « nationales » et rituelles des « Grecs » et des « Latins » le plus souvent, mais aussi des « Français ». L’effacement des particularismes ethniques et linguistiques fut sans doute inachevé dans l’évolution objective de l’île à la fin du XIVe siècle22. Il resta des îlots dialectaux destinés pour certains, à durer, à s’enraciner pour être redécouverts dans la conscience cultivée des intellectuels du XIXe siècle. Ils s’épanouirent enfin dans le mythe des « Grands Lombards » illustré par Elio Vittorini. Mais ils ne jouèrent plus aucun rôle politique et ne suscitèrent plus de processus conflictuels ni d’assimilation réciproque, l’identité lombarde n’étant plus ressentie. La survie des colonies est due au fait qu’il a suffi que la communauté fût consciente de sa propre existence, garantie par son originalité par rapport aux indigènes et que des groupes, même limités se fissent dépositaires de cette identité, étant en mesure d’absorber de nouveaux immigrants septentrionaux d’une autre provenance ou un certain nombre d’indigènes. Cette conscience de soi a résisté seulement jusqu’à un certain point, puis la communauté allogène a été submergée. Des dialectes apparentés au groupe gallo-italien sont encore parlés en Sicile à Novara di Sicilia (avec Fondaccheli-Fantina), Piazza Armerina, Aidone, Nicosia, Sperlinga et San Fratello. Cette dernière commune a été frappée par un éboulement en 1922 et une partie de la population a émigré vers l’habitat d’Acquedolci. Certains centres conservent des traces notables de dialecte gallo-italien. Il s’agit de : San Piero Patti, Montalbano Elicona, Roccella Valdèmone, Randazzo, Maletto, Bronte, Valguarnera Caropepe, Mirabella Imbàcarri, Caltagirone, Buccheri, Ferla, Càssaro. Dans d’autres, on peut noter des traces ténues de dialecte gallo-italien : Tortorici, Galati Marmetino, Ucria, Raccuia, Basico, Tripi, Floresta, Malvagna, Francavilla, Castiglione di Sicilia, Linguaglossa, Piedimonte Etneo, San Michele di Ganzaria, Corleone. Il faut ajouter les lieux où le dialecte gallo-italien a disparu et où les éléments septentrionaux ont été absorbés : Santa Lucia del Mela, Cappizzi, Maniace, Vaccària, Rossomano, Blino, Fundro, Gatta, Butera23.

V- Origine des Italiens du nord immigrés en Sicile

  • 24 Gerhard Rohlfs, « Colonizzazione gallo-italica nel Mezzogiorno d’Italia », Mélanges offerts à Mario (...)
  • 25 Giulia Petracco Sicardi, « Influenze genovesi sulle colonie gallo-italiche della Sicilia ? », Bolle (...)
  • 26 Mary Bonomo Finocchiaro, The gallo-italian dialect of Nicosia, New York, Columbia University Press, (...)
  • 27 Joseph Privitera, Bettina Privitera, Language as historical determinant the Normans in Sicily (1061 (...)

7De nombreux historiens et linguistes du passé se sont posé la question, sans trop faire attention les uns et les autres à leurs recherches respectives. Les premiers recueillaient et triaient les traditions locales. Les seconds, spécialement les érudits locaux, comme Luigi Vasi et Mariano La Via, mais aussi des chercheurs insulaires comme De Gregorio ou de renommée internationale, comme Salvioni ont entre la fin du XIXe siècle et le début du XXe siècle vivement discuté sur le caractère des dialectes des colonies principales, surtout San Fratello, Nicosia et Piazza Armerina, pour en tirer des indices et découvrir l’aire de provenance de ces immigrés. Le procédé suivi peut se résumer ainsi : on individualisait certains phénomènes du dialecte d’une localité et on cherchait les correspondances septentrionales qui se présentaient là. De cette façon on pensait trouver l’aire d’origine des colons. En effet, on comparait les dialectes gallo-italiens modernes avec ceux de la Sicile qui n’avaient plus de rapports directs depuis des siècles avec eux, sans s’assurer que ces dialectes gallo-italiens de la fin du XIXe siècle étaient identiques aux modernes. La ressemblance de deux phénomènes pouvait être le résultat de développements autonomes et au contraire, d’anciennes ressemblances pouvaient avoir été effacées par des évolutions postérieures. Enfin chaque étude se fondait sur une sélection de phénomènes postérieurs, qui seuls étaient considérés comme pleins de significations. Mais le choix était subjectif et la sélection des phénomènes différents de la part de nombreux chercheurs pouvait aboutir à des résultats opposés pour une même localité. Le problème de ne pas retrouver tous les phénomènes rencontrés dans un seul dialecte gallo-italien de Sicile était résolu en supposant que les immigrés provinssent pour une part d’une zone et pour l’autre d’une zone différente de l’Italie du Nord. Du point de vue historique, ces hypothèses étaient parfaitement plausibles, mais elles devenaient absurdes du point de vue linguistique si on conçoit le dialecte de la colonie comme le résultat statique d’une somme spécifique de phénomènes surtout phonétiques hétérogènes. Il ne faut pas oublier que dans les années auxquelles on se réfère en linguistique (1880-1910), l’attention était alors accordée aux systèmes structuraux. En matière de linguistique historique on préférait voir des rapports sur la longue durée chronologique plutôt que d’examiner concrètement les dynamiques évolutives singulières des dialectes gallo-italiens de Sicile. Un autre problème important ne trouvait pas de réponses satisfaisantes. On se demandait si les dialectes des six localités gallo-italiennes (Aidone, Piazza Armerina, Nicosia, Sperlinga, Novara di Sicilia et San Fratello) n’étaient pas sous leurs six différentes formes actuelles à l’origine, une seule et même variété d’un unique et ancien dialecte lombardo-sicule. La dernière réponse nous vient de Gerhard Rohlfs qui, se basant sur treize phénomènes phonétiques considérés comme caractéristiques et communs aux six colonies, identifiait comme aire de provenance une bande des Apennins qui allait de Tende à Ronco, à cheval entre la Ligurie et le Piémont. Plus tard, il constata qu’au-delà de nombreuses différences qui semblaient spécialement dues à différentes réactions devant l’influence du sicilien parlé aux alentours, il y avait entre ces dialectes une notable solidarité dans les choix lexicaux surtout quand ceux-ci s’opposaient au sicilien. Il s’agissait de caractères qui se vérifiaient en général dans les aires du Montferrat et de la Ligurie Occidentale, les mêmes qui constituaient les domaines féodaux de la famille aléramique24. Les dernières recherches de Giulia Petracco Sicardi sur le sujet tendent à confirmer cette hypothèse25. Pour elle, le Piémont, la Lombardie cispadane, la région de Plaisance et l’hinterland ligure constituent l’aire septentrionale où nous trouvons les plus nombreuses correspondances phonétiques et morphologiques septentrionales des colonies gallo-italiennes de Sicile. Elle ajoute qu’il n’existe pas de phénomènes franchement septentrionaux qui excluent une zone en faveur d’une autre. L’origine des colons est substantiellement confirmée, c’est-à-dire la thèse « monferrine », avec des arguments linguistiques, mis en correspondance avec des bases historiques, en clair des rapports entre la cour normande de Sicile et les Aleramici du Montferrat dans les dernières années de Roger Ier et durant la régence d’Adélaïde. Si la thèse « monferrine » est la plus sûre à partir des phénomènes analysés, il faut étendre l’aire hypothétique d’émigration du Montferrat à proprement parler. On peut inclure au Sud, une bonne partie de l’intérieur de la province de Savone, à l’Est le coin lombardo-cispadin et la partie de la province de Plaisance (Val Trebbia) qui a toujours eu des liens étroits avec le territoire de Voghera et de Tortona. Pour Giulia Petracco Sicardi, cette situation est due à la pluralité d’origine des colons, après examen des éléments pour lesquels il y a divergence entre les singulières colonies et dans les limites de chacune. Elle explique que cette pluralité est à comprendre surtout dans le sens qu’à Nicosia on trouve la présence de colons plus méridionaux (c’est-à-dire plus proches de la Ligurie) et plus occidentaux (franchement plus piémontais que lombards), tandis que pour San Fratello les colons auraient été plus proches de la région Nord-Est de la zone large de provenance. Dans chaque cas la pluralité d’origine est à admettre : des noyaux de colons provenant de régions ou de groupes de régions diverses auraient été assignés dans chaque colonie, mais il est possible ou plutôt probable que, dans les installations plus importantes, la population d’une seule colonie même, fut constituée par de nombreux noyaux de provenance diverse. En ce qui concerne l’influence française dans les dialectes gallo-italiens de Sicile, Mary Bonomo Finocchiaro a émis d’intéressantes hypothèses. Elle s’est occupée plus particulièrement du nicosien, mais ses conclusions sont valables pour les autres colonies26. A cause du même substrat celte d’origine, la même influence germanique (franque pour la Gaule, longobarde pour la Gaule cisalpine) et carolingienne, les habitants de l’Italie supérieure : Piémont, Lombardie, Ligurie, Emilie parlaient un langage nettement plus gallo-roman avec des phénomènes linguistiques, lexicaux et phonétiques qui au fur et à mesure sont tombés en désuétude dans les dialectes modernes. Cela explique aisément les gallicismes propres aux dialectes gallo-italiens de Sicile. Mais il ne faut pas non plus négliger le phénomène migratoire franco-normand et provençal que de nouvelles recherches ont pu réévaluer, d’autant plus qu’il est notable dans les traditions culturelles des colonies gallo-siciliennes. Joseph F. Privitera, professeur d’ancien provençal aux États-Unis d’Amérique et dont l’épouse est d’origine sanfratellienne, a constaté que le dialecte sanfratellien avait autant d’éléments lexicaux, verbaux et grammaticaux provenant de l’ancien français et de l’ancien provençal que du dialecte du Montferrat27. Les descendants des colons venus neuf cents ans plus tôt de l’Italie cisalpine et de la France ont maintenu leur dialecte gallo-italien relativement pur au milieu des dialectes méridionaux qui les entourent (même s’ils ont absorbé certains caractères phonétiques distinctifs des parlers méridionaux). Au contraire, cette langue n’a plus participé aux phénomènes successifs d’adaptation des dialectes septentrionaux et aux phénomènes secondaires. Ces dialectes gallo-siciliens représentent l’ancienne situation linguistique de l’italien septentrional et de l’ancien français et provençal (dans une moindre mesure) des XIe et XIIe siècles, c’est-à-dire pour une époque pour laquelle nous ne disposons d’aucun document de langue vulgaire pour la Haute Italie.

VI- Traces de l’influence gallo-italienne dans la culture sicilienne

8La langue que parlaient ces populations septentrionales est restée dans un certain nombre de lieux et a influencé et formé en partie, d’après les spécialistes, l’actuel dialecte sicilien. Des traces de leur présence sont visibles dans certains aspects de la culture et de la mentalité siciliennes. On peut les relever localement mais aussi dans l’imaginaire et l’œuvre littéraire de nombreux écrivains siciliens, en particulier chez Elio Vittorini à l’origine du mythe du « Grand Lombard ». Celui-ci remonte au XIXe siècle, après le Risorgimento, lorsque l’Italie eut retrouvé son unité. « Après avoir fait l’Italie, il fallait faire les Italiens ». Cette citation devint un leitmotiv parmi les politiciens et les milieux cultivés de la péninsule. Il fallait ainsi justifier historiquement, culturellement et ethniquement l’unité italienne. Du Nord de l’Italie à la Sicile, on pouvait retrouver le même sang et aussi la même mentalité. Les Lombards de Sicile devaient être l’échine nordique de l’île. C’est ainsi qu’ils entrèrent dans l’imaginaire cultivé sicilien pour devenir un mythe. Celui-ci n’est autre qu’un avatar du mythe nordique qui se développa au XIXe siècle et qui est commun au monde occidental. Le professeur suédois, Jöran Mjöberg, cite Goethe pour définir en termes psychologiques, le contraste entre le Nord et le Sud :

  • 28 Jöran Mjöberg, « Romantisme et Renaissance », Les mondes nordiques, Librairie Jules Tallandier et V (...)

Le Sud classique signifiant chaleur, clarté, intelligence et art, le Nord romantique signifiant rudesse, tempête et combat héroïque. Lorsque la vie nous semble trop raffinée, trop civilisée et qu’elle ramollit et corrompt les valeurs essentielles de la vie, ce sont vers nos ancêtres teutons que nous nous tournons instinctivement et que nous retrouvons les vertus et la pureté des Anciens28.

9Nous retrouvons le mythe du bon sauvage cher à Jean-Jacques Rousseau. Tout bonnement les Siciliens avaient aussi leurs Nordiques : les Normands et les Lombards. A juste titre : ces Lombards de Sicile descendaient de l’ancienne population gauloise latinisée et des Longobards, un peuple scandinave arrivé dans la péninsule au VIe siècle. Les Italiens du Nord du XIe siècle avaient été très imprégnés par l’esprit germanique : violent, belliqueux, sauvage, amoureux de la liberté. Ils étaient très sensibles à la justice et en cas de manque de pouvoir, ils n’hésitaient pas à se faire justice eux-mêmes à l’occasion de vendettas, nommées « faides ». On se souvient, comme nous l’ont appris les sources historiques, que les Lombards de Sicile, auxquels on peut aussi intégrer les Franco-Normands, furent le noyau d’immigrés le plus valeureux, le plus compact et le plus discipliné. Ils étaient belliqueux, animés d’un très vif esprit d’initiative et toujours prêts à combattre des situations de sujétion ou de compromis. Ils démontrèrent leur agitation et leur volonté de se diriger eux-mêmes à maintes reprises. Ils étaient fiers et doués d’une forte personnalité. Non seulement ils conservèrent leur langue et les habitudes de leur terre d’origine, mais ils cherchèrent à réaliser l’union et la solidarité des différentes colonies, en ressentant vivement le besoin de tenir haut ce prestige acquis dans les batailles et combats de la conquête. A ces particularités vertueuses et exaltées par l’éloignement de la terre natale, on doit la durée de l’intégrité linguistique des colonies lombardes dans l’île. Ces structures mentales se retrouvent parfois dans la réputation d’un certain nombre de colonies lombardes de Sicile. De même, les Siciliens présentant des caractères physiques nordiques, sont tantôt admirés, honnis, désirés ou repoussés. On peut en saisir toutes les nuances dans un certain nombre d’œuvres de la littérature sicilienne. Nous pouvons commencer par Le Guépard, où la description du prince Salina résume tous ces aspects. Dans le roman de Lampedusa, le héros appartient à une famille de très haute noblesse, sans doute d’ascendance normande et espagnole. Sa mère était de plus une princesse allemande :

  • 29 Giuseppe Tomasi di Lampedusa, Le Guépard, Paris, Point Seuil, 1980, p. 17-18.

Si une peau blanche et des cheveux blonds constituent un avantage sérieux au milieu d’une race à la peau olivâtre et aux cheveux d’ébène, en revanche, un sang chargé de ferments germaniques était cause de maints inconvénients pour un aristocrate sicilien, en cette année 1860. Son tempérament autoritaire, sa raideur morale, sa propension aux idées abstraites, rencontrant la mollesse de la société palermitaine, s’étaient mués respectivement en caprices tyranniques, en cas de conscience perpétuels, en mépris pour ses parents et amis qui lui semblaient vaguer à la dérive le long des lents méandres du pragmatisme sicilien29.

10Mario Puzo, écrivain siculo-américain montre dans Le Sicilien ces ambiguïtés en décrivant ainsi l’inspecteur Federico Velardi :

  • 30 Mario Puzo, Le Sicilien, Paris, Le livre de poche, 1987, p. 12.

C’était l’inspecteur Velardi, chef des services de la sûreté pour toute la Sicile, le seul des trois qui n’eut pas un sourire accueillant. Mince portant des vêtements beaucoup trop bien coupés pour un salaire de fonctionnaire, il jaugea Mickaël du regard froid de ses yeux bleus, héritage de lointains conquérants Normand[…].Il sentit soudain les yeux bleus et froids de l’inspecteur Velardi posés sur lui. Le visage maigre et aristocratique du policier était empreint de mépris, comme si Mickaël avait fait montre de lâcheté30.

11Quelques pages plus loin, Mario Puzo évoque Montelepre, le lieu d’origine du personnage central du roman, Salvatore Giuliano, qui devint le symbole du bandit d’honneur et bien aimé dans la Sicile de l’après-guerre :

  • 31 Ibidem, p. 105.

Ils étaient si fiers que chaque famille, par exemple, peignait sa maison de la même couleur que ses ancêtres l’avaient fait. Des siècles auparavant, les Normands peignaient leur logis en blanc alors que les Grecs utilisaient toujours du bleu et les Arabes du rose ou du rouge […]. Mais maintenant ils se considéraient tous comme des Italiens et des Siciliens. Il y avait de tels mélanges de races depuis un millier d’années qu’il était devenu impossible de reconnaître le propriétaire d’une habitation à ses caractéristiques physiques […]. Bien qu’il eût des traits plutôt arabes, Aspanu Pisciotta vivait dans une maison blanche. La dominante de celle de Giuliano était le bleu et le visage de Turi était véritablement grec bien qu’il eût une solide charpente de Normand. Mais apparemment la fusion de ces sangs différents avait donné quelque chose d’étrange et de dangereux qui faisait de lui un vrai Sicilien…31

12Quelques pages plus haut, le portrait de Salvatore Giuliano est évocateur du mélange ethnique, ce qui lui donne une dimension mythique et symbolique :

  • 32 Ibidem, p. 81.

Comme les antiques statues disséminées dans toute la Sicile, il était solidement bâti, la peau brun clair et les cheveux blonds tirant sur le roux. Il était toujours très calme mais dès qu’il se déplaçait, c’était avec une étonnante vivacité32.

13Toujours dans Le Sicilien les caractéristiques nordiques entraînent un sentiment d’attirance et de charme, mais aussi de répulsion. Prenons l’exemple de deux autres personnages du roman, Stefan Andolini cousin de Mickaël Corleone et le docteur Nattore.

  • 33 Ibidem., p. 12.
  • 34 Ibidem., p. 62.

« Je m’appelle Stefan Andolini, reprit-il. Ton père et moi avons grandi ensemble à Corleone. Je t’ai vu en Amérique quand tu étais petit. Te souviens-tu de moi ? » Curieusement Mickaël se souvenait de lui, car il avait la particularité d’être roux. Et c’était une croix qu’il lui fallait porter, car ses compatriotes pensent que Judas était roux33.
Bien qu’il eût vu le jour à Palerme, le docteur Nattore n’avait pas l’air d’un Sicilien. Il avait des cheveux blonds clairsemés et montrait sa colère, ce qu’un vrai Sicilien n’eût jamais fait dans une situation aussi délicate. Sûrement à cause des gênes déficients hérités de quelque lointain conquérant normand34.

14Nous voyons donc que dans l’imaginaire sicilien, ces descendants de Nordiques sont synonymes de méfiance, respect et force. Puzo décrit ainsi la ville de Corleone, dont on se souvient qu’elle fut une des dernières colonies lombardes à avoir été fondées en Sicile :

  • 35 Ibidem, p. 273.

Même en Sicile […], la folie sanguinaire des habitants de Corleone inspirait une terreur universelle. Des familles rivales s’exterminaient dans des querelles portant sur un méchant olivier […]. Même les Amis des Amis, pourtant réputés pour leur calme, succombaient à cette folie et leurs différentes branches s’étaient livrées une lutte à mort à Corleone jusqu’à ce que Don Croce y mette bon ordre35.

15Les vendettas typiques de cette ville, sont un héritage des « faides », que les lointains ancêtres longobards pratiquaient. On retrouve de tels comportements chez de nombreux mafieux. Cette violence extrême était une des caractéristiques du clan des Corléonais dirigé par Salvatore Riina. En revanche, Elio Vittorini a exalté ces descendants de gens du Nord en créant le mythe du « Grand Lombard ». Pour preuve dans Conversations en Sicile, il part à la recherche du « Grand Lombard » qui est censé être le grand-père maternel du héros. Celui-ci est un homme insatisfait d’accomplir ses devoirs quotidiens et il est toujours à la recherche de nouveaux pour être encore plus utile aux autres. Dans le train qui le mène en Sicile, il décrit ainsi un voyageur :

  • 36 Elio Vittorini, Conversation en Sicile, Paris, Gallimard, Coll. L’imaginaire, 1990, p. 32.
  • 37 Ibidem, p. 37.

C’était un Sicilien, grand, sans doute un Lombard ou un Normand de Nicosia, un type de charretier lui aussi, comme ceux du couloir, mais authentique, l’air ouvert et de haute taille, et les yeux bleus…36
Il eût voulu avoir une conscience fraîche c’est ainsi qu’il s’exprima, et qui lui demandât d’accomplir d’autres devoirs, des devoirs nouveaux et plus hauts, envers les hommes, parce qu’à accomplir les devoirs habituels il n’y avait pas de satisfaction, et l’on se retrouvait avec soi-même comme si l’on n’eût rien fait, mécontent de soi, déçu37.

  • 38 Vincenzo Consolo, Le sourire du marin inconnu, Paris, Grasset, 1980, p. 178 à 182.

16De même quelques pages plus loin, il entreprend un dialogue avec sa mère pour lui parler de son grand-père qu’il veut à tout prix voir comme un « Grand Lombard », physiquement et mentalement. Au-delà du mythe qu’a pu engendrer dans l’inconscient collectif et l’imaginaire sicilien, cet héritage lombardo-normand, c’est Vincenzo Consolo qui nous décrit plus objectivement les descendants de ces immigrés et comment ils sont perçus par les populations voisines. Vincenzo Consolo a vécu et connaît parfaitement une des dernières colonies : San Fratello. Originaire de Sant’Agata Militello, une ville proche de San Fratello, il a dans ses premiers romans souvent évoqué des Sanfratelliens, sans complaisance aucune et sans les mythifier. Dans Le sourire du marin inconnu38, roman qui raconte les événements de l’année 1860 dans sa région, nous avons droit au portrait détaillé d’un Sanfratellien emprisonné :

C’est un diable d’enfer déchaîné […]. Quand Mandralisca se planta devant lui, l’homme lui rit au nez avec un défi méprisant. C’était un garçon d’une vingtaine d’années, grand et bien planté, les yeux bleus, avec une figure couleur de brique cuite, des cheveux frisés et sauvages, jaunes comme la boucle d’oreille de métal qui lui perçait le lobe droit […].
– D’où est-il ? demanda Mandralisca à Matafù, en se penchant vers le siège, quand ils furent arrivés à Vallon di Posta.
– Qui, Excellence ?
– Le prisonnier.
– Ah ! De San Fratello, Dieu nous en garde ! Des sauvages, des gens bizarres, pas comme les autres. Et ils parlent une drôle de langue comme des étrangers. Alors Mandralisca se rappela que San Fratello était un des villages lombards du Val Démone, comme Piazza, Aidone, Noara, Sperlinga, Nicosia… canailles de San Fratello, dévots de Saint Alfio, philadelphes, descendants de nomades, de barbares, des hordes d’Emilie et de Lombardie à la solde de Roger et d’Adelasia – c’est à Fragalà que, suivant un vœu, le condottiere laissait un étendard –, juifs du cortège de la Passion, intelligences bûcheronnes, diablotins empourprés, anges de soufre et gorgés de vin sautillant sur des trompettes d’or et des grincements de chaînes : et qui dans l’île, entend cette langue romane, passée par des gosiers gaulois et teutons, vulgaire, archaïque, patois encore presque intact ?

  • 39 Idem, La blessure d’avril, Paris, Éditions le Promeneur, 1990, p. 29 et 30.

17Dans La blessure d’avril39, Vincenzo Consolo raconte l’histoire d’un jeune lycéen sanfratellien parti étudier hors de San Fratello :

D’accord, c’est un village vieux comme le monde, quand nous parlons personne ne nous comprend mais chacun sa langue et quand ceux qui sont instruits parlent, on les prend pour des gens du Nord. Un jour où je récitais ma leçon, don Sergio me l’a demandé : « Dis voir un peu : tu s’rais pas septentrional sur les bords. » Et les rires de tous ces connards m’ont suffoqué. Je lui ai dit que j’étais un Zanglé, que j’avais une langue spéciale. Don Sergio a voulu savoir et a découvert que ça devait être une colonie française, parce que Zanglé était une déformation de lesanglé, les Normands donc et pas les Anglais. A parler de bon, je ne suis pas un Zanglé, un de ces bourgeois du Cercle, visages pâles et perches de hêtre, mais un Zarabouin, si on veut vraiment savoir. « Les Zarabouins ce sont les Arabes a dit don Sergio. Arabes et Normands : deux races, deux classes bien distinctes, la seconde a vaincu la première et ça a produit cette cassure nette qui dure encore aujourd’hui »… Français ou pas Français, c’était du pareil au même : ici et dans tout ce coin, quand ils entendaient Zanglé, Zarabouin, ils entendaient le diable : tous les sales défauts, c’est nous qui les avions et si Mussolini n’a pas réussi, plus personne ne parviendra à faire de nous des chrétiens.

  • 40 Palerme 1070-1492. Mosaïque de peuples, nation rebelle : la naissance de l’identité sicilienne, Par (...)

18Nous venons de voir en présentant le cas des Gallo-Siciliens, ce que l’immigration a pu engendrer comme manifestations dans la culture sicilienne avec des phénomènes toujours présents à près de neuf siècles de distance. Au-delà du temps, les descendants de ces immigrés septentrionaux ont su préserver leur langue, leurs habitudes sans pour autant exclure les apports extérieurs. Ils se sentent profondément Siciliens et Italiens. Cela nous montre que des siècles auparavant, il a pu y avoir interculturalité entre immigrés et autochtones avec un enrichissement considérable pour les deux parties, même si au départ les échanges ne furent pas faciles. Nous avons vu le rôle que jouèrent ces immigrés dans la naissance de la complexe identité sicilienne, que bon nombre d’historiens fait naître au Moyen Âge40. Dominique Fernandez écrivait à propos des Siciliens :

  • 41 Dominique Fernandez, Mère Méditerranée, Paris, Le Livre de poche, 1983, p. 271.

Chaque fois, au contraire que j’aborde un Sicilien, c’est comme si j’engageais un combat dont l’issue se présente incertaine. A qui ai-je affaire ? Quelle corde vais-je toucher ? La subtilité grecque, la brutalité punique, le fatalisme musulman, l’orgueil espagnol, la fourberie napolitaine ?41

19Désormais à ce portrait insulaire il convient d’ajouter l’esprit lombard et normand.

Haut de page

Notes

1 Sur la conquête de l’Italie du Sud et de la Sicile par les Normands : Jean Marie Martin, Italies Normandes XIe-XIIe siècles, Paris, Hachette, 1994.

2 Henri Bresc, « Féodalité coloniale en Terre d’Islam. La Sicile (1070-1240) », Structures féodales et féodalisme dans l’Occident méditerranéen (Xe-XIIIe siècles), Rome, Collection de l’École française de Rome 44, p. 631-647.

3 Sur les Aleramici en Sicile, voir G. A. Garufi, « Gli Aleramici e i Normanni in Sicilia e nelle Puglie », Centenario della nascita di Michele Amari, I. Palerme,Stabilimento Tipografico Virzi, 1910, p. 47-83 ; E. Pontieri, « La madre di re Ruggero : Adelaide del Vasto contessa di Sicilia e regina di Gerusalemme ( ?-1118) », VIII Centenario della morte di Ruggero II.. Atti del Convegno Internazionale di Studi Ruggeriani (21-25 aprile 1954), II., Società Siciliana di Storia patria, Boccone del Povero, 1955, p. 327-432 ; Henri Bresc, « Gli Aleramici in Sicilia : alcune nuove prospettive », Bianca Lancia d’Agliano fra il Piemonte e il regno di Sicilia. Atti del Convegno (Asti-Agliano, 28 /29 aprile 1990), Alessandria, Edizioni del’Orso, 1992, p. 147-163 ; Hubert Houben, « Adelaide del Vasto nella storia del regno di Sicilia », Bianca Lancia D’Agliano fra il Piemonte e il regno di Sicilia. Atti del onvegno (Asti-Agliano, 28/29 aprile 1990), Alessandria, Edizioni del’Orso, 1992, p. 121-145.

4 G.A. Garufi, op. cit., p. 71 et 72.

5 Michele Amari, Storia dei Musulmani di Sicilia, III, 1, Florence, Successori Le Monnier, 1868, p. 2ç83. Erich Caspar, Roger II (1101-1154), Und die Gründung der Normannish-Sicilischen Monarchie, Insbruck, Wagner, 1904, p. 577. Le texte original a été publié par Rosario Gregorio, « Considerazioni sopra la storia di Sicilia, c. 1, 1. 1 », Opere scelte, 3 ed, Palerme, 1852, p. 85-87. Le document a été repris par Mariano La Via, « Le cosidette “colonie lombarde” di Sicilia », Archivio Storico Siciliano, n.s., XXIV (1899), Società Siciliana per la Storia Patria, Tipografia « lo statuto » Palerme, p. 4 et 5.

6 Publié par Garofalo, Tabularium regiae ac imperiale capellae collegiatae Divi Petri sacri et regi Palatii Panomitani, Panormi, 1835, doc VII. Mariano La Via a aussi repris ce document dans son article déjà cité au-dessus.

7 Falcand, La Historia o Liber del regno Siciliae e la epistola ad Petrum Panormitane Ecclesie Thesaurarium di Ugo Falcando, Nuova edizione sui codici della biblioteca nazionale di Parigi a cura di G.B. Siragusa, Istituto Storico Italiano, Fonti per la storia d’Italia, Rome, 1897.

8 Romualdo Salernitano, Chronicon (A. m. 130-A.C. 1178) a cura di C.A. Garufi, in Rerum Italicorum Scriptores, tomo VII parte I, casa editrice Lapi, Città di Castello, 1935.

9 Fazello, De rebus Siculis decades II, ed. Amico et Statella, Catane, 1749-1753, 3 vol. in folio.

10 Giuseppe Carnevale, Storia e descrizione del regno di Sicilia, Naples, 1591, rééd., Papiro editrice Enna, Caltanissetta, 1987.

11 Voir J.-L.-A.Huillard-Breholles, Historia diplomatica Friderici Secundi, Paris, tome V, EXCUDEBAT HENRICUS PLON, 1857, p. 128 à 131.

12 Michele Amari, op. cit., p. 230.

13 Sources principales dans « Rinaldo di Giovanni Lombardo habitator terrae Policii », par Illuminato Peri, Studi medievali in onore di Antonino De Stefano, Società Siciliana per la storia patria, Palerme, 1956, p. 429-506.

14 Antonino De Stefano, Il registro di Giovanni Maiorana del 1297-1300, Palerme, 1953. On peut trouver la liste des clients du registre dans l’article de Illuminato Peri, « La questione delle colonie “lombarde” in Sicilia », Bollettino storico bibliografico subalpino, Torino Palazzo Carignano, LVIII (1959), p. 253-280.

15 Luigi Vasi, « Delle origini e vicende di San Fratello », Archivio Storico Siciliano, n.s. VI, Società Siciliana per la storia patria, Stabilimento tipografico Virzi, Palerme, 1881, p. 239-311. Liste p.264-68.

16 Alberto Varvaro, Lingua e storia in Sicilia, I. Dalle guerre puniche alla conquista normanna, Palerme, Sellerio editore Palerme, 1981, p. 204.

17 Pour une synthèse et une chronologie des sources historiques voir Bruno Di Bartolo, « Les minorités gallo-italiennes en Sicile à l’époque normanno-suève », Studi medievali 3a serie. Anno XXXV. Fasc. II. Spoleto, décembre 1994, p. 797-816.

18 Sur la féodalisation de la Sicile, cf. Henri Bresc, « Féodalité coloniale en Terre d’Islam. La Sicile (1070-1240) », op. cit. et aussi Illuminato Peri, Villani e cavalieri nella Sicilia medievale, Roma-Bari, Biblioteca Universale Laterza, 1993.

19 Luigi Vasi, op. cit., p. 269 et 270.

20 Sur les relations économiques entre l’Italie du Nord et la Sicile, cf. David Abulafia, The two Italies. Economic relations between the Norman Kingdom of Sicily & the Northen Comunes, Cambridge, Cambridge University Press, 1977. Dans le même registre, Emanuele Librino, « Rapporti tra Pisani e Siciliani a proposito di una causa di rappresaglie nel secolo XIV. Note e appunti », Archivio Storico Siciliano, n.s., XLIX, Società Siciliana per la storia patria, 1928, p. 179-213.

21 Sur la Sicile musulmane, cf. Aziz Ahmed, La Sicile islamique, Paris, Publisud, 1990.

22 Sur l’évolution des colonies lombardes au XIVe siècle, cf. Henri Bresc, Un monde méditerranéen. Economie et société en Sicile. 1300-1450, II. Paris, École française de Rome, 1986.

23 « La Lombardia Siciliana ». Tavole a cura di Salvatore C. Trovato », Progetto galloitalici. Saggi e Materiali1, Catane, Dipartimento di Scienze linguistiche filologiche letterarie medievali e moderne, Università di Catania, 1989, p. 22-23.

24 Gerhard Rohlfs, « Colonizzazione gallo-italica nel Mezzogiorno d’Italia », Mélanges offerts à Mario Roques, t. 1, Paris, Librairie Marcel Didier, 1950, p. 253-259.

25 Giulia Petracco Sicardi, « Influenze genovesi sulle colonie gallo-italiche della Sicilia ? », Bollettino del Centro di Studi filologici e linguistici siciliani, t.9, Palerme, 1965, p. 106-132. Idem, « Gli elementi fonetici e morfologici « settentrionali », nelle parlate gallo-italiche del Mezzogiorno », Bollettino del Centro di Studi filologici e linguistici siciliani, tome 10, Palerme, 1969, p. 326-358.

26 Mary Bonomo Finocchiaro, The gallo-italian dialect of Nicosia, New York, Columbia University Press, 1950.

27 Joseph Privitera, Bettina Privitera, Language as historical determinant the Normans in Sicily (1061-1200), Washington D.C., American International Book Development Council, 2000.

28 Jöran Mjöberg, « Romantisme et Renaissance », Les mondes nordiques, Librairie Jules Tallandier et VBI, 1980, p. 225-238.

29 Giuseppe Tomasi di Lampedusa, Le Guépard, Paris, Point Seuil, 1980, p. 17-18.

30 Mario Puzo, Le Sicilien, Paris, Le livre de poche, 1987, p. 12.

31 Ibidem, p. 105.

32 Ibidem, p. 81.

33 Ibidem., p. 12.

34 Ibidem., p. 62.

35 Ibidem, p. 273.

36 Elio Vittorini, Conversation en Sicile, Paris, Gallimard, Coll. L’imaginaire, 1990, p. 32.

37 Ibidem, p. 37.

38 Vincenzo Consolo, Le sourire du marin inconnu, Paris, Grasset, 1980, p. 178 à 182.

39 Idem, La blessure d’avril, Paris, Éditions le Promeneur, 1990, p. 29 et 30.

40 Palerme 1070-1492. Mosaïque de peuples, nation rebelle : la naissance de l’identité sicilienne, Paris, Éditions Autrement, Série Mémoires n°21, 1993.

41 Dominique Fernandez, Mère Méditerranée, Paris, Le Livre de poche, 1983, p. 271.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bruno Di Bartolo, « Les Gallo-Siciliens », Babel, 11 | 2004, 167-190.

Référence électronique

Bruno Di Bartolo, « Les Gallo-Siciliens », Babel [En ligne], 11 | 2004, mis en ligne le 14 septembre 2012, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://babel.revues.org/1392 ; DOI : 10.4000/babel.1392

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org