Navigation – Plan du site

Diaspora grecque et francophonie aux XXe et XXIe siècles

Une littérature de la migration
Efstratia Oktapoda-Lu
p. 69-102

Résumé

Consacré aux auteurs grecs en exil, l’article d’Efstratia Oktapoda-Lu analyse un corpus d’œuvres publiées en français, où se déclinent différentes façons d’aborder la mémoire et la construction identitaire de l’individu, entre oubli et nostalgie, entre conflit et équilibre, entre retour fantasmé et expérience de la double culture.

Haut de page

Texte intégral

Au galant homme tout pays est patrie
Cardinal Mazarin (1602-1661)

  • 1 Alain Rey, Dictionnaire historique de la langue française, Le Robert, Paris, 2 tomes, 2000.

1Si le terme diaspora fait plutôt allusion à la situation des juifs exilés à travers le monde à la suite des persécutions de l’Antiquité, il s’agit en fait d’un emprunt récent (1908) au terme grec « diaspora » qui désigne par métonymie l’ensemble des communautés migrantes et par extension (1949) la dispersion d’une ethnie de par le monde1.

  • 2 Richard Brown, Introduction, Ioardanis Psimmenos, Metanasteusi apo ta Balkania - Koinonikos apoklei (...)
  • 3 Cf. Encyclopédie Papyros-Larousse-Britannica, tome 42, p. 11.

2Le phénomène de l’émigration est très ancien, presque aussi ancien que l’histoire de l’humanité. Pendant plusieurs milliers d’années les hommes se sont déplacés dans l’espace et le temps, poussés par le besoin d’échapper au flux de la surpopulation et le manque des réserves de la terre, la pauvreté et les sociétés ou les gouvernements oppresseurs, ou attirés par de nouvelles occasions, essentiellement matérielles, comme la chance de conserver un ancien mode de vie ou d’en développer un nouveau. Bien souvent certes, c’est un mélange de facteurs qui à la fois donnaient les impulsions et les freinaient. Bien souvent, les déplacements des hommes ont été causés par des guerres ou des occupations faites par des chefs militaires et d’autres fois, le déplacement semble avoir été provoqué par le bas, et être le résultat des centaines de milliers des décisions, probablement séparées, des hommes et des familles2. Les populations excédentaires en Europe, souffrant des conséquences du développement inéquitable dans leurs pays, du manque de liberté, politique ou religieuse, ont cherché refuge vers le Nouveau Monde – tendance encouragée par les grandes puissances colonisatrices, recherchant le développement de leurs colonies3.

  • 4 Émile Témime, France, terre d’immigration, Paris, Découvertes, Gallimard, 1999, quatrième de couver (...)

3En France aussi, l’immigration est un phénomène ancien, indissociable de l’identité nationale. Son histoire est une histoire passionnelle faite d’adhésion à une nation idéalisée mais aussi de déceptions, de rejets et d’affrontements. La Révolution de 1789 a ouvert la patrie de la liberté aux exilés venus de toute l’Europe. La révolution industrielle et la dénatalité ont provoqué au milieu du XIXe siècle une immigration de masse, essentiellement européenne, qui a perduré jusque dans les années 1960. Mais, au cours des dernières décennies, la nature et les formes des flux migratoires, touchés eux aussi par la mondialisation, ont changé4.

4Terre de métissages, au carrefour de l’Europe, la France est une véritable mosaïque des peuples qui s’y enracinent tout en préservant chacun leurs coutumes et où l’étranger appartient plutôt à l’élite cosmopolite. Car directement ou indirectement, l’apport de l’immigration à la société française est une réalité incontournable. De nombreux porte-drapeaux de la culture française dans le domaine de l’art, du sport, de la science ou des lettres, sont issus de l’immigration : Chagall, Picasso, Chopin, Marie Curie, Verlaine, Beckett, Apollinaire, Ionesco, Henri Troyat, Makine, tout comme Lépidis, Kranaki, Liberaki, Alexakis… qui ont écrit tous, et à des époques différentes, une littérature de la migration.

  • 5 « Pays essentiellement rural, la France n’est pourtant pas un monde clos et immobile. Les déplaceme (...)
  • 6 Gérassimos Notaras, « Avant-propos. La diaspora, un phénomène diachronique longtemps passé sous sil (...)
  • 7 Sur la diaspora grecque, voir l’introduction de Gérassimos Notaras, art. cit., p. 1-3 et Hélène Ant (...)

5Si la France a été depuis toujours terre d’immigration, jouissant d’une très ancienne présence étrangère5, de l’Antiquité à nos jours, le phénomène diasporéique occupe une place prépondérante dans la société hellénique : d’une part il rassemble des types de migrations et de modes d’organisation collective fort différents à travers les âges et de l’autre, il a habitué les Grecs à vivre en milieu international6. Depuis toujours l’émigration fut pour la Grèce et pour certaines régions en particulier, le facteur essentiel de ses transformations démographiques7.

6Depuis l’antiquité en effet, le peuple grec était voué au déplacement ; il suffit d’évoquer les colonies de l’antiquité (apoikies), les migrations des communautés grecques du Moyen-Âge (metoikesies) et les communautés grecques de l’époque ottomane (paroikies). À l’origine de tous ces déplacements à travers les âges l’on trouve des causes variables, essentiellement marchandes et économiques, mais liées aussi aux persécutions, voire à la guerre.

7La diaspora hellénique en France n’est pas un phénomène nouveau, la France a toujours été un pôle d’attraction pour les Grecs. Qu’on songe à la fondation de Marseille par les Grecs de Phocée d’Asie Mineure vers l’an 600 av. J.-C., tout comme la fondation d’Antibes-Antipolis, de Nice, d’Agde et bien d’autres. Si l’on voulait schématiser, on pourrait même avancer que si la diaspora du sud de la France est liée à des raisons économiques et politiques, celle de la capitale parisienne et de ses environs répond surtout aux aspirations intellectuelles et scientifiques des Grecs de la diaspora. Par ailleurs,

  • 8 Hélène Antoniadis-Bibicou, art. cit., p. 9.

nombreux sont les Grecs qui s’établirent en France bien avant la Révolution française comme négociants, « industriels », ou simples artisans. […] Au XVIIIe siècle, ce sont les spécialistes des recherches concernant les matières tinctoriales et les colorants qui sont mis à contribution pour la production des étoffes8.

8La conquête de la Crète par les Turcs (1645-1669) fut à l’origine de l’émigration des Maniotes, habitants du Péloponnèse, en Corse (1676) qui passa plus tard sous domination française.

  • 9 Ibidem, p. 10.

Un siècle plus tard, avec la fin de la guerre russo-turque de 1770 et l’échec sanglant de la révolte des Grecs de Morée, des vagues des réfugiés affluaient en Corse et dans le Midi de la France où ils trouvaient alors des points d’ancrage bien mieux préparés et une solidarité encourageante9.

  • 10 On peut évoquer les poèmes de Victor Hugo, défenseur fervent des Grecs et en particulier ses Orient (...)

9Vient ensuite l’époque des Lumières10, et notamment la deuxième moitié du XVIIIe siècle, où de nombreux jeunes venaient faire des études à Paris ; l’on peut citer à titre d’exemple Coray qui, après une thèse de médecine à la faculté de Montpellier, séjourna à Paris, rue Madame. La Révolution française et les nouvelles visions idéologiques ont créé un climat favorable à la cause des Grecs et à leur lutte pour l’indépendance (1821) : les philhellènes sympathisants des Grecs et de leur lutte pour la liberté sont nombreux. Hélène Antoniadis-Bibicou rappelle que le mouvement philhellénique en France a eu un caractère plus massif et populaire que dans les autres pays

  • 11 Hélène Antoniadis-Bibicou, art. cit., p. 11.

en partie à cause de la collaboration ne serait-ce qu’informelle des Hellènes de la diaspora, des libéraux et des autres couches de la population [qui] a joué un rôle fondamental dans l’orientation finale de la politique des gouvernements en faveur de la création de l’État néo-hellénique11.

  • 12 Émile Témine, op. cit., p. 31.
  • 13 Hélène Antoniadis-Bibicou, art. cit., p. 11.

10Sous le Second Empire, on note déjà un afflux migratoire méditerranéen. Les Grecs de Smyrne ou de Chio, tout comme les Levantins d’Alep ou de Damas, commis ou négociants, interprètes et parfois agents d’immigration, se sont établis sur la côte méridionale de la France dès le début du XXe siècle12. En ce qui concerne les émigrants de la période moderne, la courbe qui présente l’évolution du nombre des citoyens grecs résidant en France connaît un spectaculaire mouvement ascendant de 1911 à 1931, en raison des guerres mondiales et des réfugiés politiques évoqués plus haut13. Ainsi, aux vagues plus anciennes de travailleurs immigrés, Belges et Italiens au sommet, se joignent de nouveaux venus, Espagnols et Grecs, résultat de la Grande Guerre qui a accéléré le mouvement migratoire en bouleversant les anciennes données nationales.

  • 14 Ibidem, p. 7.
  • 15 Sur la diaspora grecque en France à l’époque des Lumières en Grèce, voir surtout Anna Tabaki, « Les (...)
  • 16 À signaler à titre indicatif qu’entre la fin de la Deuxième guerre mondiale et 1959 en Grèce, le no (...)

11Une typologie du phénomène diasporéique grec – le tiers de la population grecque vit actuellement en dehors des frontières de pays –, imposerait d’insister sur le fait diachronique de la diaspora grecque. Pourquoi les Grecs émigrent-ils et où émigrent-ils pour la plupart ? Questions essentielles pour comprendre le processus de l’émigration liée aux problèmes de la société grecque moderne et contemporaine. Car si dans l’Antiquité, il est lié à l’expansion et au reflux du monde hellénique pour prendre une ampleur hors mesure à l’époque hellénistique, il n’en est pas de même au XXe et XXIe siècles. Les gens changent, les époques aussi et avec eux les raisons des déplacements. Il convient ainsi de distinguer l’émigration du simple voyage tout comme il convient de distinguer le séjour temporaire, même long de l’installation définitive hors du pays. Mais quelles soient les raisons, un paramètre temps est primordial, presque incontournable : celui du temps. En persistant à l’époque ottomane via l’Empire byzantin, le phénomène migratoire revêt des formes diverses : de collectif dans la Grèce antique, il change de registre dans le Byzance où l’on reçoit plutôt les étrangers – ce que H. Antoniadis-Bibicou appelle « diaspora négative »14 ; aux raisons marchandes et commerciales des XVIIe et XVIIIe siècles15 succèdent des raisons idéologiques et le désir de liberté des Grecs à l’époque ottomane où le phénomène diasporéique continue à se manifester à l’intérieur de l’Empire mais surtout vers l’extérieur, pour arriver au XXe siècle où à côté de la main-d’œuvre, les ouvriers grecs qui émigrent suite à la Première Guerre mondiale (1914-1916), et de l’afflux des réfugiés après la catastrophe d’Asie Mineure (1922), on a affaire à l’intelligentsia grecque, à des réfugiés politiques qui fuient le pays pendant la dictature de Metaxas (1936), à la suite de la Deuxième Guerre mondiale, à partir surtout de décembre 194516, et au moment de la dictature des colonels en Grèce (1967-1974).

12L’histoire agitée du pays et les événements traumatisants des deux derniers siècles est à l’origine des départs, des exodes, des déportations et des exils.

  • 17 Sans parler des immigrants grecs qui sont partis au début du siècle essentiellement outre-mer, ains (...)
  • 18 Alors qu’entre 1880 et 1900, la migration grecque se fait à destination des pays du Moyen-Orient, d (...)
  • 19 Vassiliki Lalagianni & Marita Paparoussi, « La diaspora néo-hellénique en Europe : le cas de Margar (...)

La Méditerranée orientale et le Proche Orient, la péninsule balkanique, l’Europe orientale et ensuite l’Europe occidentale, ont été successivement les endroits où se sont déployés les réseaux de la diaspora grecque jusqu’à la fin du XIXe siècle. Dès le début du XXe siècle, le Nouveau Monde et l’Europe occidentale ont constitué le cadre de vie privilégié du déploiement de la diaspora grecque à cause de leur croissance économico-industrielle17. Alors que la diaspora prolétaire, de main-d’œuvre, est apparue aux États-Unis à la fin du XIXe siècle18, la diaspora intellectuelle et politique se dispersa surtout en Europe tout au long du XXe siècle, soit par choix délibéré, soit par nécessité, cas qui inclut les périodes d’instabilité et de persécutions politiques qui ont marqué l’histoire de la nation grecque19.

  • 20 Parmi les écrivains grecs qui ont fui la junte des colonels, aux côtés de Vassilis Alexakis, figure (...)

13Toutefois, une distinction significative s’impose pour cette période au cours de laquelle l’afflux de migrants grecs est composé de deux groupes temporels et socioculturels distincts. Au premier appartiennent les jeunes intellectuels et les anciens résistants invités à Paris à partir de décembre 1945 par le gouvernement français, groupe étoffé par les réfugiés politiques à cause de la guerre civile et fratricide en Grèce qui devenait de plus en plus difficile à supporter. Le second est principalement constitué de jeunes intellectuels fuyant la dictature des colonels20.

Pour une littérature grecque de la migration

  • 21 Sur la prose grecque de la migration, voir Venetia Balta, Problèmes d’identité dans la prose grecqu (...)

14Le florilège d’écrivains grecs de la migration retenu ici s’inscrit dans un cadre qui se veut représentatif de la littérature francophone grecque de la migration à l’ère contemporaine21. Il s’agit de tirer des conclusions généralisantes sur le phénomène migratoire grec culturel et littéraire.

15Citons d’abord parmi les contemporains, Clément Lépidis (1920-1997), pseudonyme de Kléanthis Tchélébidès. Par son père, Grec fuyant la Smyrne de Kemal Ataturk, il appartient à la lignée des écrivains exilés. Ses œuvres sont empreintes de la mémoire du pays perdu, de la Grèce et de l’Asie Mineure. Chantre de Belleville où il est né et a grandi, Grec de deuxième génération, Lépidis est à nos yeux l’exemple illustre de la diaspora francophone grecque.

16Mentionnons ensuite Marguerite Liberaki (1919-2001), jeune bourgeoise intellectuelle qui fait des études de droit, lit Marx et qui part à Paris, en 1946, en compagnie de sa fille, au lendemain de la séparation avec son époux. Il faut dire que les temps étaient difficiles en Grèce de la guerre civile et que Marguerite qui avait envie d’écrire, était à la recherche de nouvelles voies.

  • 22 Il s’agit du Mataroa, navire de guerre britannique.

17Dans la même période, et pour des raisons tout à fait différentes, arrive à Paris Mimika Kranaki (1920), également diplômée en droit et sciences politiques. Elle appartient à ce groupe d’intelligentsia d’extrême gauche grecque qui fuit comme elle peut la Grèce de la résistance et de la guerre civile et fratricide qui divisa la Grèce au lendemain de la Deuxième guerre mondiale. Boursière du gouvernement français, c’est à bord d’un navire de guerre22 qu’elle arrive en France, en 1945 en compagnie d’autres jeunes intellectuels grecs et marxistes comme elle : Elli Alexiou, Costas Axelos, Melpo Axioti, Cornélius Castoriadis, Nikos Svoronos et bien d’autres, à une époque où foisonnaient à Paris les mouvements littéraires.

18Des années plus tard, toujours dans le même registre de la survie et de la liberté d’expression, une deuxième fournée arrive à Paris, les résistants de la dictature des colonels : Aris Fakinos, Vassilis Vassilikos, Dimitris Hadzis, Vassilis Alexakis…

  • 23 Émile Témime, op. cit., p. 64.

19La France, qui représente encore aux yeux du monde le pays où souffle le vent de liberté, au lendemain de la guerre, la France devient plus que jamais le lieu où l’on remet en question les certitudes anciennes et les valeurs établies. Paris est au centre de cette révolution des formes et des mots qui se traduit, dès l’avant-guerre, dans l’œuvre littéraire d’un Apollinaire ou dans la peinture d’un Pablo Picasso, étrangers étranges qui résident dans la capitale française des années 2023. Alors que Max Ernst ou Salvador Dali quittent la France de la Deuxième Guerre mondiale, d’autres viendront, après 1945, soulignant la persistance, par-delà les vicissitudes de l’Histoire, de l’attraction française et parisienne. C’est le cas de ces deux écrivains grecques Kranaki et Liberaki.

  • 24 Né en 1922 en Grèce, le philosophe décède à Paris le 26 décembre 1997.
  • 25 Efstratia Oktapoda-Lu, « De la Grèce à la France. Marguerite Liberaki entre prise de conscience et (...)

La place de Paris sur la scène intellectuelle et artistique n’a pas cessé de croître tout au long du vingtième siècle. La fascination qu’exerce encore et toujours Paris dans la conscience collective se traduit par une multitude des écrivains qui ont choisi de vivre à Paris et de rédiger – ou de traduire – leur œuvre en français. Le fait que beaucoup d’écrivains, et non des moindres qui, au détriment de leur langue maternelle ont choisi le français comme langue d’expression est des plus significatifs, pour n’évoquer que Georges Séféris, Odusseas Elytis, Nikos Kazantzakis, Andréas Kambas, Costas Axelos, André Kedros, Cornélius Castoriadis24, Mimika Kranaki, Marguerite Liberaki, Vassilis Alexakis25.

  • 26 Cité par Pierre Brunel, « Paris », Dictionnaire des mythes d’aujourd’hui, Éditions du Rocher, 1999, (...)
  • 27 Ibidem.

20Paris, la capitale des capitales, « la tête du globe » écrit Balzac26, « Babylone moderne » écrit Pierre Brunel27, est une ville mythique pour les Grecs.

  • 28 Auteur de Cassandre et le loup (Seuil, 1976) et du Somnambule (version française en 1987).
  • 29 Dans son autobiographie, l’auteur raconte que tous les samedis matins elle allait à la piscine, com (...)

21Le tropisme parisien avec sa vie littéraire et mouvementée est au cœur de la fascination de tous ces jeunes intellectuels grecs non seulement de la génération 30, mais surtout de celle de l’après-guerre, et des réfugiés politiques. La plupart cotoient dès leur arrivée dans la métropole française les futurs grands écrivains et poètes français. Mêlés à la vie socioculturelle du pays d’accueil et naturalisés Français, ils participeront eux aussi et sans distinction à la vie littéraire en France. Kranaki tiendra pendant des années la direction et la production de radio France Culture, alors que Liberaki choisira le français pour écrire ses romans. Dans le même sillage, Margarita Karapanou (1946)28, sa fille, élit elle aussi domicile à Paris où elle côtoie Marie-France, la fille de Ionesco, sa meilleure amie29.

22Après un premier départ pour compléter son cursus scolaire à l’École de journalisme à Lille, après un heureux contact aussi, il faut bien l’avouer, avec la France, Vassilis Alexakis (1945) y revient en 1967. Cette fois c’est pour fuir la junte des colonels. La France devient alors son deuxième pays : il épouse une Française, écrit ses œuvres en français, mais il enseigne le grec à ses enfants. N’est-ce pas le sort d’un « immigré » ? L’auteur avoue qu’il n’aime pas tellement ce mot auquel il préfère le mot « étranger ». Certes « étranger à lui-même », écrit Kristeva ; toutefois de ce rapport avec l’Autre, Alexakis sort renouvelé, ressuscité à travers des réflexions sur l’étrangeté et sur l’Autre, sur le bilinguisme et la langue maternelle aussi. Avoir une deuxième langue, une deuxième culture crée des problèmes existentiels, des déchéances psychiques, des interrogations identitaires. Alexakis et les écrivains qui ont connu le même sort, des expatriés dirions-nous (Makine, Del Castillo, Semprun, Huston, Supervielle…), souffrent de leur dualité, de leur conscience morcelée et produisent des récits autobiographiques qui réfractent la souffrance singulière de leur existence.

Migration et identité : une littérature de déracinement

  • 30 León Grinberg & Rebeca Grinberg, Psychanalyse du migrant et de l’exilé, traduit de l’espagnol par M (...)

23La migration est un changement et comme tout changement elle entraîne « la perte des objets [qui] est massive, y compris les objets les plus significatifs et les plus précieux : personnes, choses, lieux, langue, culture, coutumes […] tout ce à quoi sont liés les souvenirs et des affects intenses »30.

24Chez Alexakis, le phénomène de la migration donne lieu à la douleur pour la perte du pays, perte de la langue. Son roman Paris-Athènes et encore plus La langue maternelle sont des cris de douleur, douleur de la perte de la langue maternelle, douleur de se sentir Français.

  • 31 Vassiliki Lalagianni & Marita Paparoussi, op.cit.

La langue grecque, facteur de continuité, a toujours été avec la religion, au cœur de l’identité nationale de la diaspora grecque. Cela ne fut pas toujours le cas pour l’intelligentsia qui adoptait la langue du pays d’accueil, soit parce qu’elle cherchait un public plus large, soit parce qu’elle s’exprimait désormais plus aisément en cette langue31.

25Chez Lépidis, la douleur vient de la patrie anatolienne perdue à tout jamais, terre ancestrale sans avoir même eu l’occasion de la connaître. Curieusement, Lépidis qui ne parle pas le grec et qui n’a jamais voyagé en Grèce et en Anatolie, fait de cette Grèce rêvée et auréolée la thématique essentielle de sa littérature. Toutes ses œuvres ont trait à la Grèce, à Smyrne et au Bosphore. Tous ses récits narrent les histoires de Nikos, Takis, Pandélis, Stamatis, Praxitèle…, qui se passent en Macédoine, à Skopelos ou à Lesbos…

  • 32 Ourania Polycandrioti « Mémoire et identité. Remarques sur quelques textes de la diaspora grecque e (...)
  • 33 Ibidem, p. 108.

26« La substance du migrant porte incontestablement les marques de la différenciation et de l’altérité, même quand il s’agit de migrants de deuxième ou de troisième génération » remarque Ourania Polycandrioti32. Le cas de Clément Lépidis est caractéristique du « processus d’adaptation au nouveau groupe social à travers les marques civilisatrices d’une origine lointaine »33.

  • 34 Clément Lépidis, La fontaine de Skopelos, Seuil, coll. Méditerranée, 1969, p. 15.

L’émigration du père touchait à sa fin au bord d’un gouffre aussi gras qu’un terrain pétrolifère. De ce jour date l’impérieux besoin de partir à la recherche de mon identité. De rejoindre les souvenirs que l’irremplaçable absence ressuscitait en moi. D’ouvrir toute grande la fenêtre entrebâillée durant l’enfance par-delà les plaines françaises jusqu’aux confins de la Turquie. De franchir enfin le seuil de l’ancienne patrie martyre34.

  • 35 Tzvetan Todorov, Les abus de la mémoire, Paris, Seuil, Arléa, 1995, quatrième de couverture.

27« En cette fin de millénaire », écrivait Todorov au XXe siècle finissant, « les Européens, et tout particulièrement les Français, semblent littéralement obsédés par un culte : celui de la mémoire. Cette ferveur compulsive participe d’abord de la nostalgie. Mais elle se présente aussi comme un devoir, une injonction »35.

  • 36 Ibidem, p. 16.

28L’écrivain Lépidis souffre du déracinement, de la douleur du pays perdu. À travers les récits de son père exilé, la mémoire historique fonctionne comme un catalyseur pour lui et son œuvre. A-t-on vraiment le droit d’empêcher le recouvrement de la mémoire ? « Lorsque les événements vécus par l’individu ou par le groupe sont de nature exceptionnelle ou tragique, ce droit devient un devoir », écrit Todorov36.

  • 37 Ibidem, p. 18.

La place de la mémoire et le rôle du passé ne sont du reste pas non plus les mêmes dans les différentes sphères qui composent notre vie sociale, et ils participent à des configurations diverses37.

29Dans le cas de Lépidis le souvenir se légitime, voire se renforce par l’Autre. Les autres suscitent sa mémoire par des questions, des lettres et des invitations, en le complétant en quelque sorte. La mémoire familiale assure chez lui une mémoire de l’identité :

  • 38 Gérard Namer, Mémoire et société, préface de Jean Duvignaud, Paris, Klincksieck, 1987, p. 44.

C’est parce que le souvenir familial est à la fois une image et une notion que les points de repères de la mémoire ont un sens et une valeur normative tout comme une capacité de reconstruire une image particulière du passé38.

  • 39 Voir Clément Lépidis, « Autobiographie », La nation des émigrés, [s. d.], p. 5, dans les archives d (...)
  • 40 Efstratia Oktapoda-Lu, sous presse, op. cit.

30À l’inverse des Grecs qui quittent la Grèce pour la France, Lépidis répond à l’appel de la Grèce et entreprend, à l’âge adulte, un voyage à l’envers, en Grèce et à Istanbul, voyage initiatique à la terre d’origine. « C’est peut-être parce que je voulais exterminer le monstre que j’avais en moi, dans un effort de connaître mes origines, de voir plus clair en moi »39, avoue l’auteur dans son autobiographie40.

  • 41 Benedict Anderson, L’imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, trad (...)
  • 42 Ibidem, p. 19.

31Parti à la recherche de son identité culturelle, Lépidis y parvient grâce à ses romans. Sa grécité ressort de toute son œuvre romanesque. Les protagonistes de ses romans ont tous une conscience nationale aiguë qui relève du pays des ancêtres, le malheureux pays des expatriés. Dépourvus de souvenirs d’enfance, Lépidis constuit de la Grèce et de l’Asie Mineure, une vision sortie tout droit de son imaginaire qui lui fournit le matériau de ses romans. Car, ainsi que le soutient Benedict Anderson, « il n’est de communauté qu’imaginaire »41, « une communauté politique imaginaire et imaginée »42. En s’identifiant à ses personnages romanesques, tous Grecs d’Anatolie, Lépidis découvre son identité, reconstitue son unité historique et culturelle et fait de leur patrie sa patrie.

32Le retour au pays par l’imaginaire constitue le sujet d’une nouvelle du recueil au titre plus que révélateur : Les émigrés du soleil.

  • 43 Clément Lépidis, Les émigrés du soleil, Nouvelles, Paris, Seuil, 1976, p. 20.

33Et sa nostalgie lui inspira un long texte en prose qui le libéra d’une grande partie de la solitude qui était la sienne depuis qu’il avait quitté la terre des orangers pour celle de la neige, le parfum du mimosa pour l’odeur du métro, avoue le narrateur43.

  • 44 Efstratia Oktapoda-Lu, sous presse, op. cit.

34L’œuvre de Clément Lépidis est profondément imprégnée par la douleur du déracinement et de l’exil personnel. Toutefois, l’auteur ne songe guère à moraliser. Il veut tout simplement se faire le conteur des tribulations saisissantes sans pouvoir s’empêcher tout de même d’entendre la voix nocturne d’un homme – du Pirée ou d’Istanbul – chantant sa douleur de perdre de vue le pays natal. C’est peut-être cela l’attitude de l’écrivain : comprendre les larmes sans en verser44.

  • 45 Daniel Sibony, Entre-deux, l’origine en partage, Paris, Seuil, 1991, p. 32.

Dans la nostalgie on oublie que l’objet du désir c’est l’oubli, que ce qu’on veut ce n’est pas le retour de « cette chose-là » mais l’atteinte de mémoire qu’elle était, le don et la perte de mémoire. […] Le paradoxe est que notre mémoire n’est pas un stock mais une pulsation multiple : elle rattrape ce qu’elle lâche, elle lâche pour retenir, et ses appels sont des forces de rappel45.

35Dans un style autobiographique, l’auteur retrace à rebours le trajet en même temps que les illusions perdues de Nikos le Macédonien, Grec de Thessalonique, de venir travailler à Paris, chez Renault, aux côtés de son cousin :

  • 46 Clément Lépidis, « Nikos le Macédonien », Les émigrés du soleil, op. cit., p. 74.

Ton histoire commence dans l’Orient-Express. La Macédoine ensoleillée, abondante, réduit d’heure en heure la distance qui te sépare de cette France où tu espères gagner ton pain. En plus d’une valise soigneusement ficelée, tu emportes un cruchon d’eau et l’adresse du cousin Takis qui travaille chez Renault. La grande usine. En vérité Takis n’est pas ton cousin mais un vieux camarade de Micagnona46.

36Des émigrés du soleil, dans un monde de l’exil et de la solitude dont Clément Lépidis restitue toute la cruauté.

Écriture déracinée, langage de l’absurde

37Les Philhellènes de Mimika Kranaki, roman présenté sous la forme épistolaire et portant comme sous-titre : 24 lettres d’une Odyssée (en grec, 1992), est un roman exemplaire de la littérature grecque de la migration. L’auteur qui vit depuis 1946 à Paris dans le XIVe arrondissement, choisit des personnages des migrants, comme elle, qui deviennent des philhellènes, comme elle aussi, puisque leur rapport avec la Grèce n’existe que dans leur mémoire. D’autres parviennent, d’autres échouent. Le monde est un chaos, un vide où l’homme est condamné à errer sans cesse.

38On retrouve cette même problématique dans L’autre Alexandre (roman adapté par l’auteur pour le théâtre) et Le Saint Prince (drame en trois actes) de Marguerite Liberaki, écrivain grecque de la migration :

  • 47 Marguerite Liberaki, « Notes », Le Saint Prince, Paris, Gallimard, 1963, p. 12.

comme un errant et toujours sur des [sic] frontières, dans le monde et hors du monde, dans le sein de la famille et sans famille, luttant entre le désir de se faire reconnaître et la peur d’être reconnu47.

  • 48 Minos Volanakis, Théâtre, n° 13, janv.-fév. 1984, cité dans Tetradia Théatrou, n° 31, Thessalonique (...)

39Tel est le destin d’Alexis, le protagoniste de Saint Prince, tels sont aussi les propos de Liberaki qui « renverse la géographie et, exprimant une génération d’émigrés, fait projeter les racines de Byzance qui n’est pas la division entre Orient et Occident, mais la présence des absents »48.

  • 49 Marie-France Rouart, « Juif errant », Dictionnaire des mythes littéraires, Pierre Brunel dir., édit (...)

Errance dans la connaissance d’un ciel ou d’un destin, errance assimilée au mouvement même de l’histoire humaine, errance indissociable d’un châtiment dont les origines ont été rapprochées des plus anciens mythes cosmiques49.

40Le chant du coryphée dans Les Danaïdes, opéra-ballet lyrique, ne rejoint-il pas le destin de l’auteur et de tout Grec vivant loin du pays :

  • 50 Marguerite Liberaki, Les Danaïdes, Paris Gallimard, 1963, p. 219.

Sans époux, sans enfants, sans patrie,
Je veux me soutenir moi-même et courir
Par le sentier de chardons jaunes et bleus…50

  • 51 Olympia Antoniadou, « Margarita Liberaki en quête de l’identité à travers la mythologie grecque et (...)

41Désarroi, complexité, incommunicabilité sont aussi les traits caractéristiques de L’Autre Alexandre, où, égarés et confus, les personnages cherchent désespérément leur identité. « Au-delà d’un roman “nouveau”, Liberaki poursuit son portrait d’une génération perdue, prisonnière de l’envie de saisir ce qui a disparu et ce qui vient de paraître. Et puis, d’une voix plus basse, au travers de ces destins, elle raconte une vie et sa mise en éclat »51.

  • 52 Marguerite Liberaki, L’Autre Alexandre, pièce, Paris, Gallimard, 1957, Acte III, p. 110.

42« Alexandre ! Alexandre ! Arrête-toi ! […] J’ai tellement de choses à te dire. Alexandre ! Alexandre, je veux voir ton visage » crie désespérément Alexandre à l’autre Alexandre, son demi-frère52.

  • 53 André Karatson & Jean Bessière, Déracinement et littérature, Presses de l’Université de Lille, Trav (...)

43En adoptant la vision narrative de l’absurde et du déracinement, Liberaki structure le thème à travers les vicissitudes du combat que se livrent esprit et corps, temps et espace dans les obscures régions de l’affectivité nostalgique. André Karatson va même plus loin en approfondissant à propos du déracinement : « Qu’est-ce que c’est l’absurde sinon le déracinement du sens, son errance, son inadaptation permanente ? »53.

  • 54 Ibidem, p. 20.

44En poussant plus loin encore l’analyse, on peut même parler du mythe du déracinement « chez tous les auteurs qui se situent dans cette perspective [et dont] un lien significatif apparaît entre l’expérience de l’exil et le thème de l’étranger »54.

Les fantasmes du retour

45Mimika Kranaki et Marguerite Liberaki, traitent de la thématique migratoire dans l’après-guerre. Le premier roman déjà de Kranaki, Contre-temps (1947 et 20015), roman grec malgré son intitulé français, est entièrement imprégné de la nostalgie du pays natal, alors que Les Arbres de Liberaki (1945), roman également en grec, focalise l’adolescence d’Irini, la jeune héroïne, partie faire des études à Paris, comme l’auteur elle-même. Si Les Arbres ne marchent pas, en revanche, leurs racines s’enfoncent dans le sol et avancent verticalement, tient à préciser Sikélianos dans l’introduction au roman.

  • 55 Topos des écrivains grecs de la diaspora.
  • 56 Olympia Antoniadou, op. cit.

À travers les thèmes de la diaspora, de l’exil politique et du manque de la liberté […], de la migration, de la quête identitaire à travers un itinéraire en plein Paris55, jusqu’aux monuments grecs de l’Asie Mineure, glisse l’image actuelle des îles grecques. La Grèce lointaine et absente a pris des dimensions mythiques et devient pour Liberaki, qui a peur de perdre sa grécité, l’obsession d’un fantôme qui la poursuit : » La Grèce-fantôme me chasse. La Grèce absente est toujours devant moi »56.

46écrit l’auteur dans Diaspora (scénario écrit en grec, 1999).

47L’étranger et l’émigration constituent le fil conducteur des Philhellènes (1992), le beau roman épistolaire de Mimika Kranaki ; pas spécialement le migrant grec, mais tout migrant sans distinction.

48Dans ce récit, ou cette chronique à dimension philosophique Kranaki, philosophe elle-même se pose des questions existentielles liées au départ, au grand départ, aux émigrés, aux étrangers, au xenos et à la xenitia… Les philhellènes sont des voix de nulle part, des gens de l’ailleurs qui aiment à distance une Hellade utopique. C’est d’eux qu’il est question dans cette parodie de l’Odyssée où il n’y a ni Ulysse ni Ithaque, écrite en vingt-quatre lettres, au double sens épistolier et alphabétique, venant de Suisse, de Californie, mais surtout de Paris et d’Athènes, villes protagonistes et antagonistes où vit l’auteur depuis cette fameuse année de 45. Pour les uns ce sera l’émigration définitive, les ponts sont coupés avec la Grèce où la guerre civile fait rage. Quant aux autres, ceux qui ne sont pas « mêlés » à la politique, ils rentrent au pays leurs études terminées, font fortune et fondent une famille. Les plus fragiles meurent de solitude ou bien, dépressifs se soignent dans quelque clinique.

  • 57 Mimika Kranaki, Philhellènes : vingt-quatre lettres d’une Odyssée, roman, Athènes, Ikaros, 1992, p. (...)

En 45, nous sommes tous partis, tu le sais, pour la France au bord d’un bateau ivre. Tu vois Andréas, il y a deux sortes de migrants, les vrais et les autres. Moi je fais partie des autres. Les vrais partent sans bagages, pierre noire derrière eux, ni racines, ni amours, ni sursis. Ils s’évadent de la pauvreté, le camp, la prison et ainsi de suite, c’est pour cette raison qu’ils réussissent plus facilement, les Irlandais en Amérique, les Anglais en Australie, les Juifs et les Grecs partout sur la terre. Cela se passe exactement comme dans le conte avec l’âne qui traverse la rivière tantôt avec des éponges, tantôt avec du sel. Le sel du pays a fondu dès que Smerdis est entré dans la rivière parisienne. Alors que les éponges des autres ont absorbé tant d’eau qu’elles les ont fait couler en les tirèrent au fond57.

49De 1945 à 1990, au fil de leurs expériences et des grandes migrations qui secouent la planète, ils sont de plus en plus nombreux de découvrir qu’elle est peuplée de philhellènes. Aux anciens comme eux, viennent s’ajouter d’autres minorités ethniques, toute sorte d’ethnies. La liste est longue, de telle sorte que la nationalité « étranger » est la plus répandue, tout comme la « xénophobie » qu’elle entraîne. De géométrique et serein qu’il était, l’espace devient champ de bataille sanglant, théâtre de haine et de passion, d’errance et d’erreur.

  • 58 Ibidem, p. 182.

50Si l’enfer c’est les autres, écrit Sartre dans Huis-Clos, « tous les Hommes sont philhellènes » écrit Kranaki, « personne n’est étranger. Le marxisme n’est pas une théorie romantique, c’est l’évangile de l’optimisme »58.

  • 59 Ibidem, p. 254-255.

Tout le monde n’émigre pas, je veux dire que l’émigration on l’a en nous avant de partir, chacun à sa façon, c’est pour cette raison qu’on n’accepte pas tous de la même façon son orphelinat. Pourquoi y a-t-il des gens qui partent et d’autres qui restent dans leur pays ? Pourquoi, parmi ceux qui partent, l’un a-t-il oublié et pas l’autre ? Au-delà de la pauvreté et de la politique il existe une sorte de prédisposition pour l’émigration, exactement comme pour la tuberculose, d’autres sont contaminés et d’autres pas. On traîne avec nous, qui sait quelles blessures, chacun les siennes, et des peines différentes. Des prédispositions, si vous me le permettez. On appelle « patrie » la terre de notre père, cependant la langue on la veut « maternelle », et chacun de nous a un père et une mère et un rapport unique avec eux, probablement difficile, mais en tout cas exclusif. C’est peut-être pour cela que l’émigration (l’expatriation) me blesse autant. Parce qu’elle revivifie un état d’orphelinat beaucoup plus ancien, une séparation plus profonde, plus sombre. Dites-moi pourquoi, alors que je pouvais rentrer, et que depuis vingt ans je n’ai pas été capable de faire quelque chose à Paris, pourquoi je ne rentre pas, eh, pourquoi ?59

51Témoignage vital de l’histoire de la migration.

52Car même le retour au pays n’est pas la fin de l’exil. Par delà le destin individuel, ils appartiennent à une nouvelle race humaine, celle de la « quatrième personne du pluriel », mélange de « nous » et de « ils », d’ici et d’ailleurs.

  • 60 Ibidem, p. 113.

J’avoue que c’est une chance au fond d’être à Paris, au centre de la terre, avec tant de possibilités pour vivre, je commence à aimer l’Île Saint-Louis, le quartier de la Contrescarpe…60

53Décidément, si seulement le voyage du retour pouvait se faire !… Mais l’exil, n’est-il pas en fait un voyage qui ne sait pas trouver son retour ?

54Des masses d’apatrides, des gens de nulle part, des exclus nés des nationalismes et des exodes liés au communisme, atteste l’auteur, victime elle-même de l’exode communiste de 1945, ni Grecque ni Française, vivant quelque part entre ici et là-bas. Étrangère ici, étrangère là-bas, l’auteur souffre de solitude et cherche le bonheur, le bonheur perdu alors qu’elle n’avait que vingt-cinq ans. L’a-t-elle trouvé ? Peut-être entre le bleu de la mer et le bleu du ciel de l’île de Gia. Nationalité ? Philhellène.

Béances identitaires et voyage de l’origine

  • 61 León Grinberg & Rebeca Grinberg, op. cit., p. 42.
  • 62 Alexandre Mucchielli, L’identité, Paris, PUF, 19943, p. 85 et 97.

55Le terme migration, mobilité apparente géographique d’un individu ou d’un groupe, est connoté de la perte de quelque chose, perte de soi, perte d’identité. « La migration est un changement d’une telle importance qu’elle ne met pas seulement en évidence, mais en péril l’identité »61. Dans son nouvel environnement, le migrant adopte en quelque sorte un statut de minoritaire et de dominé du point de vue de la puissance économique et de l’influence culturelle62. Des interrogations identitaires se posent. L’immigration est l’expérience d’un déracinement par rapport à la culture d’origine, culture perdue. Des identités multiples se construisent, des êtres « entre deux cultures » qui se définissent et s’identifient par rapport aux deux cultures, aux deux pays, aux deux histoires. En quête d’identité, le migrant se construit moins dans le rapport à soi que dans le rapport à l’autre. La question de l’Autre est au centre de l’œuvre de tous les écrivains francophones grecs émigrés en France. Le thème même de l’immigration renvoie à la question philosophique de l’Autre, cet Autre si étranger. Son acceptation et la perception de sa différence sont d’autant plus difficiles qu’elles imposent de se définir soi-même.

  • 63 Cité par Emmanuel Vaillant, L’immigration, Paris, Les essentiels Milan, 2001, p. 57.

56Le regard de l’Autre confronte chacun à sa propre limite d’être. Le Même et l’Autre, ou en d’autres termes l’identité et l’altérité, sont des termes relatifs qui forment un tout. Lorsqu’il surgit dans l’inconscience, cet Autre devient en termes psychanalytiques une inquiétante étrangeté (Freud). « Tout le monde vient d’ailleurs, ce qui n’empêche qu’il ne soit chez lui ici. Il n’y a pas d’étranger et nous le sommes tous. Ici et partout, il n’y a que des Ici »63.

  • 64 André Karatson & Jean Bessière, op. cit., p. 7.

l’esthétique de la dérive et du hors lieu, les tenants du nouveau roman expérimental ne passent guère pour instituables et ne se veulent point tels. À vouloir convertir les errances du déracinement en démarches régies par la rigueur théorique, ils occultent volontiers ceux qu’ils miment. Aussi se réinscrivent-ils dans l’histoire lors même qu’ils nient la filiation de l’histoire littéraire. Ce paradoxe marque une différence par rapport au déracinement que son poids de l’indéfini fait également jouer contre deux traditions littéraires affectant un traitement de l’ailleurs : l’internationale des belles lettres et l’émigration64.

  • 65 Ibidem, p. 22.
  • 66 Cité par León Grinberg & Rebeca Grinberg, op. cit., p. 27.

57L’écriture de la « diaspora » qui nous occupe ici est marquée du sceau de l’aventure existentielle. Chez tous les écrivains francophones grecs exilés « vécu et art sont inséparables, expérience humaine, thème, vision et technique forment un tout organique. Un tout suspendu dans le vide, un complexe de déracinement »65. « Une situation de crise, individuelle ou collective, peut être le facteur déclenchant d’une expérience migratoire ou bien en être sa conséquence. Toute crise implique une idée de “rupture”, de séparation ou d’arrachement »66.

Alors que j’avais cru trouver un équilibre entre deux pays et deux langues, j’ai eu la sensation que je marchais dans le vide. Comme dans un cauchemar, je me suis vu en train de traverser un gouffre sur un pont qui, en réalité, n’existait pas,

  • 67 Vassilis Alexakis, Paris-Athènes, Paris, Seuil, 1989, p. 18.

58avoue le narrateur de Paris-Athènes67.

  • 68 Daniel Sibony, op. cit., p. 51.

Le phénomène des immigrés, leur présence réelle, est à penser comme une épreuve de vérité pour toutes les parties concernées. Ce n’est pas rien qu’un pays comporte des aires de migration, des traces de voyages inscrites dans sa texture : voyages présents, internes en quelque sorte. Les immigrés y sont confrontés à leur origine et à ce qu’ils voudraient devenir d’autre. Comme étrangers, avec des problèmes en apparence très spécifiques, ils révèlent au pays d’accueil ses points de crise latents. La culture qui les accueille pourrait presque les remercier de la réveiller à leur insu, de la mettre à l’épreuve d’elle-même, de la rappeler à ses béances identitaires, aux abîmes que comporte son identité, aux énigmes de son origine ; d’interroger sa fonction culturelle qui est de faire des haltes intéressantes dans le voyage de l’origine où chacun, comme il peut, trouve à s’identifier68.

59L’expérience migratoire constitue la thématique privilégiée de l’œuvre de Vassilis Alexakis. Devenu écrivain dans l’émigration, Alexakis a tiré de sa condition toute son œuvre romanesque, de Talgo (1983) à Paris-Athènes (1989) et à La langue maternelle (1995).

60Dans Talgo, l’auteur pose le problème de l’émigration et du migrant. Grigoris, le protagoniste, Grec émigré à Paris, fait de brillantes études et devient Maître de conférences d’Économie politique à l’Université. Symbole de la réussite, il s’intègre si bien en France, qu’il se marie avec une Française et se fait naturaliser Français ; il a des amis français et aime tout ce qui est français. Ce n’est que des années plus tard que le malaise s’exprime : nostalgie du pays, nostalgie de son enfance. Le roman qui se présente comme une longue lettre d’amour qui ne sera jamais envoyée, rédigée par Hélène – la maîtresse du protagoniste – montre l’angoisse de Grigoris qui cherche son image :

  • 69 Vassilis Alexakis Talgo, Paris, Seuil, 1983, p. 85-86.

Un soir où tu rentrais chez toi sous une pluie fine, tu as vu un poisson jeté sur le trottoir, devant une poissonnerie. Tu as regardé un moment et tu as pensé que cette image, d’un poisson mort frappé par la pluie, pourrait servir de conclusion ou d’introduction à un film sur la vie des immigrés.
Après dix-huit ans de vie en France, tu t’es senti comme au début de ton séjour : un étranger. Une nuit, en ouvrant la porte de ton appartement, tu as cru que tu t’étais trompé d’étage, que tu t’étais trompé d’appartement : tu n’as rien reconnu, pas même la bibliothèque que tu as toi-même fabriquée69.

61Errant dans le labyrinthe, de la société des hommes et de sa conscience, Grigoris, ou plutôt l’auteur partage la condition des apatrides, c’est un déraciné. Ne plus être chez lui nulle part, cela constitue l’un des aspects atroces de son destin, de son châtiment. Curieusement, l’espoir naît dans l’exil, situation déracinée par excellence.

  • 70 León Grinberg & Rebeca Grinberg, op. cit., p. 164.

62Dans sa lutte pour l’auto-préservation, Alexakis fait sans cesse appel à ses souvenirs, aux différents éléments de son environnement d’origine, ce qui lui permet de maintenir l’expérience de se sentir soi-même. Eléments qu’ils sont d’une « telle importance parce qu’(ils) sont les sources d’éléments d’identification, nécessaires dans la construction de l’identité, de même qu’elles servent de points de référence indispensables pour la différenciation »70.

63S’efforçant de raconter dans son livre sa vie de migrant, Alexakis écrit :

  • 71 Paris-Athènes, op. cit., p. 9.

En fait, ce n’est pas aujourd’hui que j’ai commencé ce livre. C’était il y a un an, peut-être. C’était peut-être il y a vingt-cinq ans, lorsque j’ai quitté la Grèce. J’avais dix-sept ans. Je ne me souviens plus à quelle heure partait le bateau. Il faisait jour, il faisait chaud. Je me souviens des lunettes de soleil que portait ma mère pour cacher ses larmes. J’avais une grande valise blanche, en faux cuir, d’autres bagages aussi. Pendant que j’avançais péniblement sur le quai, j’ai regardé mon ombre : elle m’a fait penser à une figurine comique, accoutrée d’une énorme jupe rectangulaire. Ai-je vraiment regardé mon ombre, ai-je vraiment eu cette impression ? Je ne le jure pas. C’est peut-être ce jour-là, en tout cas, que j’ai commencé ce livre. J’étais trop ému pour parler. À l’origine de chaque livre il y a, je crois, un silence71.

64Ainsi débute Paris-Athènes, récit autobiographique d’Alexakis ; sur un silence qui traduit vingt-cinq ans après son départ de la Grèce la profonde émotion de l’auteur. Dans le même processus identitaire, et torturé par la mémoire et l’imagination, substrat de ses œuvres, Alexakis écrit :

  • 72 Ibidem, p. 190.

Je me reconnaissais dans mes personnages, cependant aucun d’entre eux n’était un immigré. J’avais presque oublié que je l’étais moi-même – après la naissance de mes enfants, la validité de ma carte de séjour passa de trois à dix ans. Le mot immigré ne me plaisait pas trop, étranger me paraissait plus élégant, plus rare, plus digne de moi en somme »72.

  • 73 Ibidem, p. 191.

65En pensant au livre grec qu’il allait écrire, l’auteur écrit : « Il doit certainement davantage à ma mémoire qu’à mon imagination. Le personnage principal masculin est un immigré grec vivant à Paris, gagné par la nostalgie73. Double culture et double vie aussi pour le narrateur de Paris-Athènes qui vit le malaise d’appartenir à l’entre-deux cultures.

  • 74 Ibidem, p. 178.

À Paris, je m’étais si bien installé dans la peau de mon personnage que la plupart du temps je n’avais pas l’impression de jouer la comédie. J’avais naturellement conservé la barbichette bien française que je portais depuis Lille. Cependant chaque fois que mes parents venaient à Paris, je devenais très maladroit. Leur présence suffisait à ressusciter mon double. Je ne savais pas comment me comporter, quoi dire. J’étais capable de jouer un rôle, mais pas deux à la fois. Je m’encombrais. Le malaise que je ressentais explique peut-être l’agressivité que je manifestais parfois à leur égard74.

  • 75 André Karatson & Jean Bessière, op. cit., p. 93.

66Le narrateur, loin de son pays, se découvre comme un ensemble psychique et autonome grâce aux noms des rues, des villes : « le nom dit à l’expatrié ce qu’il est en lui-même et ce qui est autre que lui. Le paradoxe de l’histoire qui se fait se confond avec celui de l’écriture, non seulement nomination, mais encore osmose et frontière du sujet et du réel75.

  • 76 Ibidem, p. 91.

67Les Grecs de la Diaspora sont en fait doublement enracinés. Leur adhésion à une double culture doit être vécue comme un acte heureux, privilégié. Et dans cette perspective, la migration, l’errance, l’exil ne sont pas, ou pas seulement, porteurs de souffrance et de frustration ; ils sont aussi porteurs d’une meilleure connaissance de soi, d’où le sens positif dans la ruine même de l’individu : autonomie et identité, ce que Jean Bessière appelle « le sentiment de la ruine, attaché à l’épreuve de la détermination, [qui]fonde le sentiment de l’individualité »76.

68Au bout de ses quêtes personnelles, dérouté, déraciné, Alexakis se veut sceptique vis-à-vis de l’émigration et des notions de l’étranger et de l’étrangeté qu’il écrit :

  • 77 Vassilis Alexakis, La Langue maternelle, Paris, Fayard, 1995, p. 290.

L’exemple que j’ai choisi pour accompagner le si interrogatif, ei apodeimein, évoque déjà l’émigration. J’aimerais cependant réserver une page à part à ce dernier mot. J’ai passé la plus grande partie de ma vie à l’étranger. La plupart de mes amis à Paris sont des étrangers. […] Malheureusement, ni étranger (xénos) ni émigré (xénitémenos) ne commencent par E. Il est vrai que le mot émigré est de plus en plus souvent utilisé en grec aussi (on dit énas émigrès), mais je ne suis pas encore sûr que la langue l’ait définitivement adopté. Je préfère donc écrire ekpatrisménos, expatrié77,

69écrit l’auteur qui essaie d’élucider dans le roman le mystère de la lettre E.

  • 78 León Grinberg & Rebeca Grinberg, op. cit., p. 88.

70Dans le cas d’Alexakis « “Être” un émigrant c’est, en fait, très différent de “savoir” que l’on émigre. Cela implique d’assumer pleinement et profondément la vérité et la responsabilité absolues inhérentes à cette condition. Les réalisations de ce type appartiennent à un état mental et émotionnel difficile à supporter. Cela explique le besoin de recourir à de multiples opérations défensives, pour rester seulement dans le “savoir” et non l’“être” émigrant »78. L’auteur n’acceptera jamais d’être un migrant, et après de multiples tourments, il rentrera finalement au pays, où il se sentira enfin libre et heureux, après avoir effectué le retour par la langue maternelle. Alors qu’il avouait en France se sentir plutôt Français que Grec, Alexakis retrouve, à l’âge adulte, ses racines, et redevient Grec. Définitivement…

En guise de conclusion

71La dictature des colonels, la résistance et la guerre civile qui en ont été les conséquences de la Seconde Guerre mondiale sont à l’origine d’une littérature de migration qui ne cesse de se développer selon le schème thématique de l’exil et de l’identité, nationale, culturelle et existentielle. La représentation de la scène étrangère, Paris et la France, l’espace de l’expérience de la migration et son effacement avec ou sans le retour au pays sont des topos incontournables. L’œuvre de la migration met à jour ses conditions de possibilité et de l’impossibilité : elle note la finalité de la migration.

72À côté de la migration, il y a l’œuvre littéraire, l’entreprise créatrice, la propriété de l’écriture proprement dite qui propose un substrat dialectique. Pour tous nos écrivains déracinés, l’expérience individuelle de la nostalgie du pays perdu les conduit à une œuvre littéraire faisant fonction de catalyseur et mettant à nu les codes littéraires.

  • 79 Ibidem, p. 196.

73Si la migration est « temporaire » pour Liberaki, elle est tout à fait « spécifique » pour Lépidis et sa famille paternelle déracinée : c’est l’exil. « Ce sont les aspects spécifiques de l’exil qui marquent une différence fondamentale dans les vicissitudes et l’évolution du processus migratoire : l’obligation de partir et l’impossibilité du retour »79.

74Lépidis, qui fait partie d’une seconde génération d’immigrants, garde en lui les séquelles de la transplantation de cette migration et devient dans son œuvre le dépositaire du deuil délégué par son père émigré. Puis, dans un second temps, par amour pour cette patrie à la fois perdue et inconnue, il parvient à l’élever au niveau du mythe, à l’idéalisation.

75Par le biais du processus de l’émigration, Kranaki choisit de s’approprier la terre étrangère. En revanche, Alexakis et Liberaki sortent avec une nouvelle identité plurielle qui se traduit par le retour au pays.

76Nouveaux romanciers et nouveau roman posent le problème de l’homme moderne, l’homme du XXe siècle, traumatisé, déraciné, expatrié et assoiffé d’Histoire.

77Si le terme d’immigration désigne le mouvement, il désigne aussi le résultat de ce mouvement. En France, à une seule exception près (en 1940 sous le régime de Vichy), le mélange des populations et des ethnies, des cultures et des coutumes crée un climat d’euphorie où chaque élément exotique contribue à la richesse de la nation, façonne la diversité de la population française et forge l’identité plurielle du pays.

  • 80 Pierre Brunel, op. cit., p. 9.

78Dans une Europe de l’immigration et de la mondialisation, les Grecs ont été nombreux au cours de l’histoire à émigrer vers la France, l’Amérique du Nord ou l’Australie. Depuis, la tendance s’est inversée. La Grèce, comme ses voisins méditerranéens, l’Italie, l’Espagne, etc. connaît une forte croissance économique et devient à son tour terre d’immigration. Émigration, immigration ? identité, altérité ? individualité, métissage ? identité en mutation, pluralité ? en tout état de cause un véritable mythe. Le mythe de l’Eden, de Babel, d’Œdipe… « Mythe, que me veux-tu ? » s’écrie Pierre Brunel « Ce muthos que les Grecs distinguaient à peine du simple logos, tout en ayant […] le sentiment qu’il pouvait s’agir d’une parole autre, donnant accès à des réalités et à des vérités d’un autre ordre »80.

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie primaire

Vassilis ALEXAKIS, Les mots étrangers, Paris, Stock, 2002.

Vassilis ALEXAKIS, Le Colin d’Alaska, nouvelle, tirage limité, Paris, 1999.

Vassilis ALEXAKIS, Le cœur de Marguerite, Paris, Stock, 1999.

Vassilis ALEXAKIS, Papa, nouvelles, Paris, Fayard, 1997.

Vassilis ALEXAKIS, La Langue maternelle, Paris, Fayard, 1995.

Vassilis ALEXAKIS, Avant, Paris, Seuil, 1992.

Vassilis ALEXAKIS, Paris-Athènes, Paris, Seuil, 1989.

Vassilis ALEXAKIS, Contrôle d’identité, Paris, Seuil, 1985.

Vassilis ALEXAKIS, Talgo, Paris, Seuil, 1983.

Vassilis ALEXAKIS, Les Girls du City-Boum-Boum, Paris, Julliard, 1975.

Mimika KRANAKI, Philhellènes : vingt-quatre lettres d’une Odyssée, roman, Ikaros, Athènes, 1992

Mimika KRANAKI, Contre-Temps, Estia, Athènes, 1947, 19924.

Mimika KRANAKI, Tsirko (Cirque), nouvelles, Ikaros, Athènes, 1950, 1985.

Mimika KRANAKI, Grèce, Seuil, « Petite Planète », 1955, 198215.

Mimika KRANAKI, Méditerranée, Lausanne, La Guilde du Livre, 1957.

Mimika KRANAKI, Grèce Byzantine, Lausanne, La Guilde du Livre, 1962.

Mimika KRANAKI, Îles Grecques, Seuil, « Petite Planète », 1979, 19823.

Clément LÉPIDIS, La vie en chantier, Denoël, 1993.

Clément LÉPIDIS, La fontaine de Skopelos, Paris, Seuil, 1969, p. 15.

Clément LÉPIDIS, Le marin de Lesbos, Paris, Seuil, 1972.

Clément LÉPIDIS, L’Arménien, Paris, Seuil, 1973.

Clément LÉPIDIS, Les émigrés du soleil, Nouvelles, Paris, Seuil, 1976.

Clément LÉPIDIS, La rose de Büyükada, Paris, Seuil, 1978.

Clément LÉPIDIS, Les oliviers de Macédoine, Paris, Seuil, 1985.

Marguerite LIBERAKI, Les Arbres, Introduction A. Sikelianos, Athènes, Kastaniotis, 199512 (I filoi tou vivliou, 19451 ; titre original Ta Dentra).

Marguerite LIBERAKI, Trois étés, traduction du grec par Jacqueline Peltier (titre de l’original Psathina kapela), Paris, Gallimard, 1950.

Marguerite LIBERAKI, L’Autre Alexandre, roman, traduit du grec par Jacqueline Peltier et l’auteur, Paris, Gallimard, 1953.

Marguerite LIBERAKI, L’Autre Alexandre, pièce, Paris, Gallimard, 1957.

Marguerite LIBERAKI, Le Saint Prince suivi de Les Danaïdes, Paris Gallimard, 1963.

Marguerite LIBERAKI, Sparagmos, pièce, Paris, Christian Bourgeois, 1973.

Marguerite LIBERAKI, Erotica, Paris, Christian Bourgeois, 1974.

Marguerite LIBERAKI, Mystère, Athènes, Kedros, 1976, 19842.

Marguerite LIBERAKI, Diaspora, Athènes, Kastaniotis, 1999.

Bibliographie secondaire

Benedict ANDERSON, L’imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, traduit de l’anglais par Pierre-Emmanuel Dauzat, Paris, La Découverte, 1996.

Hélène ANTONIADIS-BIBICOU, « À titre d’introduction sur la diaspora hellénique en France », La Diaspora hellénique en France, Gilles Grivaud éd., Athènes, École Française d’Athènes, Paris, De Broccard, 2000, p. 5-11.

Olympia ANTONIADOU, « Margarita Liberaki en quête de l’identité à travers la mythologie grecque et personnelle », La Francophonie dans les Balkans : Les Voix des femmes, E. Oktapoda-Lu et Vassiliki Lalagianni éd., Paris, Publisud (à paraître)

Astérios ARGYRIOU, « Images de la Grèce à travers le “miroir brisé” de quelques prosateurs grecs de la diaspora », L’Hellénisme hors des frontières de la Grèce, Congrès International des Néo-hellénistes des Universités Francophones, tenu à Paris en 1983 INALCO, Publications Langues’O, 1984, p. 233-250.

Venetia BALTA, Problèmes d’identité dans la prose grecque contemporaine de la migration, Paris, L’Harmattan, 1998.

Richard BROWN, Introduction, Ioardanis Psimmenos, Metanasteusi apo ta Balkania - Koinonikos apokleismos stin Athina (Émigration des Balkans - Exclusion sociale à Athènes), Athènes, Papazissis, 1995, (traduit de l’anglais en grec).

BRUNEAU, « Pour un modèle géohistorique de l’hellénisme et de la diaspora grecque », Mesogeios, 1, 1998, p. 33-53.

Pierre BRUNEL (dir.), « Avant-propos » et « Paris », Dictionnaire des mythes d’aujourd’hui, Paris, Éditions du Rocher, 1999, p. 9-12 et p. 608-615.

Joël CANDAU, Mémoire et identité, Paris, PUF, 1998.

Katerina DIMOPOULOU, « La dimension autobiographique dans Les Arbres de Margarita Liberaki », Ombrella, n° 41, 1998, p. 74-80.

Georges DRETTAS, « Des Grecs invisibles. Propos sur l’objet et les méthodes des études consacrées aux phénomènes diasporéiques : l’exemple des Grecs de France », La Diaspora hellénique en France, Gilles Grivaud éd., Athènes, École Française d’Athènes, Paris, De Broccard, 2000, p. 15-27.

Yannis EMIRIS, « Les œuvres de Vassilis Vassilikos écrites pendant ses années d’exil (1967-1974) », L’Hellénisme hors des frontières de la Grèce, Congrès International des Néo-hellénistes des Universités Francophones, tenu à Paris en 1983, INALCO, Publications Langues’O, 1984, p. 227-232.

Entretien de M. Liberaki et de A. Fostieris et de T. Niarchos, I Lexi, n° 31, 1984, p. 62-63.

Entretien de Vassilis Alexakis et de Efstratia Oktapoda-Lu, le 30 novembre 1999, Paris (inédit).

Entretien de Mimika Kranaki et de Efstratia Oktapoda-Lu, le 23 mars 2004, Paris (inédit).

G.FARINOU-MALAMATARI, « Marguerite Liberaki », I Metapolemiki pezografia (La prose grecque de l’après-guerre), Sokolis, vol. 5, Athènes, 1990, p. 130-148.

Georges FRÉRIS, « Identité culturelle et utopie : le cas des auteurs francophones », Multiculturalisme et identité en littérature et en art, Jean Bessière et Sylvie André éd., Université de Polynésie française, Paris, L’Harmattan, 2002, p. 185-194.

Georges FRÉRIS, Introduction à la francophonie. Panorama des littératures francophones, Paratiritis, Thessalonique, 1999, notamment le chapitre « La littérature grecque francophone », p. 317-334.

Georges FRÉRIS, « La Littérature francophone grecque de l’après-guerre : une littérature traductive ? », Cahiers francophones d’Europe Centre- Orientale, n° 8, 1999, p. 47-59.

Georges FRÉRIS, « La Littérature comme mythe », Inter-Textes, Thessalonique, n° 1, 1999, p. 11-20.

Georges FRÉRIS, « La Littérature francophone grecque jadis et aujourd’hui », Annales du Département d’Études Françaises de l’Université de Thessalonique, N° 3, 1997, p. 65-78.

Georges FRÉRIS, « Le Dialogue interculturel de Vassilis Alexakis dans Paris-Athènes », Cahiers francophones d’Europe Centre-Orientale, N° 5-6, Y a-t-il un dialogue interculturel dans les pays francophones, Pecs/Vienne, 1995, p. 387-398.

Georges FRÉRIS, « Vassilis Alexakis ou le jeu du refus et de l’assimilation de deux cultures », Nouvelles du Sud, n° 13, nov.-déc.-janv. 1990, « Écrivains grecs de langue française », Paris, Éditions SILEX/CERCLEF, p. 143-151.

León GRINBERG & Rebeca GRINBERG, Psychanalyse du migrant et de l’exilé, traduit de l’espagnol par Mireille Ndaye Ba avec la collaboration de Yvette et Claude Legrand, Césura Lyon Éditions, 1986.

HASSIOTIS, Episkopisi tis istorias tis neoellinikis diasporas (Histoire de la diaspora grecque), Thessalonique, Paratiritis, 1993.

L’Hellénisme hors des frontières de la Grèce, Congrès International des Néo-Hellénistes des Universités Francophones, tenu à Paris, 1983, INALCO, Publications Langues ’O, 1984.

Interview avec Clément Lépidis. Le Grec de Belleville, Propos recueillis par Monique Maire, Le Chirurgien Dentiste de France, n° 72, 26 juin 1980.

Interview avec Mimika Kranaki. Propos recueillis par Kostas Dadinakis, Diavazo, n° 380, décembre 1987, p. 114-123.

Robert JOUANNY, Singularités francophones, Paris, PUF, 2000.

Robert JOUANNY (dir.), Écrivains grecs de langue française, Nouvelles du Sud, n° 13, nov.-déc.-janv. 1990, Paris, éditions SILEX/CERCLEF.

Margarita KARAPANOU, Cassandre et le loup, Paris, Laffont, 1976.

Margarita KARAPANOU, Somnambule (roman), Paris, Gallimard, 1987.

Margarita KARAPANOU, « Les samedis à Paris », Lexi, n° 144, 1998, p. 236-237.

André KARATSON & Jean BESSIÈRE, Déracinement et littérature, Presses de l’Université de Lille, Travaux et Recherches, 1982.

Kathimerini, « Marguerite Liberaki », 22/1/1977.

Elissavet KOTZIA, « Mimika Kranaki », I Metapolemiki pezografia ( La prose grecque de l’après-guerre), t. 5, Sokolis, p. 8-22.

« Vassilis Alexakis : interview », Kyriakatiki, 23 janvier 2000.

Vassiliki LALAGIANNI & Marita PAPAROUSSI, « La diaspora néo-hellénique en Europe : le cas de Margarita Lymperaki », Efstratia Oktapoda-Lu éd., Francophonie et multiculturalisme dans les Balkans, Introduction Pierre Brunel, Paris, Publisud (sous presse).

« Vassilis Alexakis : Athènes parabolique », Libération, 9 septembre 1999.

Guy LE MOIGNE & André LEBON, L’immigration en France, PUF, Que sais-je ?, 1986.

Clément LÉPIDIS, « Autobiographie », La nation des émigrés, [s. d.], p. 5.

Clara MALRAUX, Venus des quatre coins de la terre, Julliard, 1971.

Richard MARIENSTRAS, Être un peuple en diaspora, préface de Pierre Vidal-Naquet, Maspero, 1975.

« L’“enfance africaine” de Vassilis Alexakis », Le Monde, 20 septembre 2002.

« Vassilis Alexakis, profession étranger », Le Monde, 9/10 janvier 2000.

Alexandre MUCCHIELLI, L’identité, Paris, PUF, 19943.

Gérard NAMER, Mémoire et société, préface de Jean Duvignaud, Paris, Klincksieck, 1987.

Gérassimos NOTARAS, « Avant-propos. La diaspora, un phénomène diachronique longtemps passé sous silence », La Diaspora hellénique en France, Gilles Grivaud éd., Athènes, École Française d’Athènes, Paris, De Broccard, 2000

Efstratia OKTAPODA-LU, « De la Grèce à la France. Marguerite Liberaki entre prise de conscience et quête d’identité », Roumiana Stantchéva et Alain Vuillemin dir., L’Europe, la France, les Balkans. Littératures balkaniques et littérature comparées, Arras, Éditions de l’Institut d’Études Balkaniques, Sofia et Artois Presses Université, 2004, p. 195-204.

Efstratia OKTAPODA-LU, « Vassilis Alexakis ou la quête d’identité », La Langue de l’Autre ou La Double identité de l’écriture, Textes réunis par Jean-Pierre Castellani, Maria Rosa Chiapparo et Daniel Leuwers, Publication de l’Université François Rabelais, Tours, Littérature et Nation, n° 24, 2001, p. 281-295.

Efstratia OKTAPODA-LU, « Terres d’origine, terres d’adoption. Le nostos de Clément Lépidis, un écrivain grec dans l’Europe des Balkans », Francophonie et multiculturalisme dans les Balkans, E. Oktapoda-Lu éd., Paris, Publisud, p. 167-176 (sous presse).

Maria ORPHANIDOU-FRÉRIS, « Vassilis Alexakis et l’écriture “apatride” », Multiculturalisme et identité en littérature et en art, Jean Bessière et Sylvie André éds., Université de Polynésie française, L’Harmattan, 2002, p. 213-222.

Maria ORPHANIDOU-FRÉRIS, « Vassilis Alexakis : Écrire et se traduire », Francofoni, Ankara, n° 10, 1998, p. 117-129.

Papyros-Larousse-Britannica, « Émigration », t. 42, p. 11-12.

Ourania POLYCANDRIOTI, « Mémoire et identité. Remarques sur quelques textes de la diaspora grecque en France au 20e siècle », Sigrisi/Comparaison, 13, 2002, Athènes, Patakis, p. 105-119.

Vasso PORTARITOU, « L’émigration », Encyclopédie Ellada, Istoria kai Politismos (Grèce, Histoire et Civilisation), t. 8, Athènes, éditions Pagosmia Sygchroni Paideia, Malliari, 1982, p. 326-365 (en grec).

Ioardanis PSIMMENOS, Metanasteusi apo ta Balkania - Koinonikos apokleismos stin Athina (Émigration des Balkans - Exclusion sociale à Athènes), Athènes, Papazissis, 1995.

Alain REY, Dictionnaire historique de la langue française, Le Robert, Paris, 2 tomes, 2000

Marie-France ROUART, « Juif errant », Dictionnaire des mythes littéraires, Paris, Éditions du Rocher, 1988, p. 889-899.

Daniel SIBONY, Entre-deux, l’origine en partage, Paris, Seuil, 1991.

Anna TABAKI, « Les intellectuels grecs à Paris (fin du XVIIIe-début du XIXe siècle) », La Diaspora hellénique en France, Athènes, Gilles Grivaud éd., École Française d’Athènes, Paris, De Broccard, 2000, p. 39-53.

Tetradia Théatrou, n° 31, Thessalonique, mars 1977 (à propos de Marguerite Liberaki).

Émile TÉMINE, France, terre d’immigration, Paris, Découvertes, Gallimard, 1999.

Tzvetan TODOROV, Les abus de la mémoire, Paris, Seuil, Arléa, 1995.

Henri TONNET, Histoire du roman grec des origines à 1960, Paris, L’Harmattan, Études grecques, 1996.

Emmanuel VAILLANT, L’immigration, Paris, Les essentiels Milan, 2001.

Mario VITTI, La génération des années 30, Athènes, Ermis, 1977.

Mario VITTI, Histoire de la littérature grecque moderne, texte français de Renée-Paule Debaisieux, Hatier, Confluences, 1989.

Minos VOLANAKIS, « Marguerite Liberaki », Théâtre, n° 13, janvier-février 1984.

Xénophon ZOLOTAS, Metanasteusis kai oikonomiki anaptyxis (Émigration et développement économique), Athènes, Trapeza tis Ellados, 1966.

Haut de page

Notes

1 Alain Rey, Dictionnaire historique de la langue française, Le Robert, Paris, 2 tomes, 2000.

2 Richard Brown, Introduction, Ioardanis Psimmenos, Metanasteusi apo ta Balkania - Koinonikos apokleismos stin Athina (Émigration des Balkans - Exclusion sociale à Athènes), Athènes, Papazissis, 1995, (traduit de l’anglais en grec), p. 1. J’ai traduit en français les propos de Richard Brown.

3 Cf. Encyclopédie Papyros-Larousse-Britannica, tome 42, p. 11.

4 Émile Témime, France, terre d’immigration, Paris, Découvertes, Gallimard, 1999, quatrième de couverture.

5 « Pays essentiellement rural, la France n’est pourtant pas un monde clos et immobile. Les déplacements des hommes y sont monnaie courante, que ce soit à l’intérieur même du territoire ou au-delà des frontières, qui sont souvent mal définies et fort aisément franchissables. Il suffit pour s’en convaincre de suivre les traces des pèlerins et des marchands, des saisonniers et des colporteurs. Ces déplacements ne sont pas uniquement individuels. Ainsi les vastes mouvements de foule qui lancent sur les routes, du XIe au XIIIe siècle, les croisés de toutes origines concernent des centaines de milliers d’hommes, paysans et seigneurs, dont certains se fixeront durablement en Orient. Il s’agit bien ici d’une véritable colonisation, d’une émigration massive, en tout cas, comme on n’en connaîtra plus avant la fin du XIXe siècle », écrit Émile Témime (op. cit., p. 16-17), et il continue : « Le colportage est jusqu’au XIXe siècle le métier itinérant par excellence. Les commerçants ambulants proposent leurs marchandises, mais aussi des livres, brochures et almanachs qui servent souvent, par-delà les frontières, à la diffusion des connaissances et des idées nouvelles. Les mariages royaux favorisent l’établissement durable d’une élite politique d’origine étrangère » Ibidem, p. 15.

6 Gérassimos Notaras, « Avant-propos. La diaspora, un phénomène diachronique longtemps passé sous silence », La Diaspora hellénique en France, Gilles Grivaud éd., Athènes, École Française d’Athènes, Paris, De Broccard, 2000, p. 1-2.

7 Sur la diaspora grecque, voir l’introduction de Gérassimos Notaras, art. cit., p. 1-3 et Hélène Antoniadis-Bibicou, « À titre d’introduction. Sur la diaspora hellénique en France », La diaspora hellénique en France, ibidem. Voir aussi Georges Drettas, « Des Grecs invisibles. Propos sur l’objet et les méthodes des études consacrées aux phénomènes diasporéiques : l’exemple des Grecs de France », ibidem, p. 15-28. Pour plus de détails sur la migration et l’économie grecques, voir Xénophon Zolotas, Metanasteusis kai oikonomiki anaptyxis (Émigration et développement économique), Athènes, Trapeza tis Ellados, 1966, notamment les pages 37-42. On peut lire aussi Despina Papadopoulou, « Données démographiques et sociales sur l’immigration grecque en France au XIXe siècle », La diaspora hellénique en France, op. cit., p. 67-82 et Cédric Polère, « “Artistes grecs de la diaspora” versus “artistes de l’intérieur”. Chronique d’une fracture de l’art grec contemporain », ibidem, p. 119-134.

8 Hélène Antoniadis-Bibicou, art. cit., p. 9.

9 Ibidem, p. 10.

10 On peut évoquer les poèmes de Victor Hugo, défenseur fervent des Grecs et en particulier ses Orientales.

11 Hélène Antoniadis-Bibicou, art. cit., p. 11.

12 Émile Témine, op. cit., p. 31.

13 Hélène Antoniadis-Bibicou, art. cit., p. 11.

14 Ibidem, p. 7.

15 Sur la diaspora grecque en France à l’époque des Lumières en Grèce, voir surtout Anna Tabaki, « Les intellectuels grecs à Paris (fin du XVIIIe-début du XIXe siècle) », La Diaspora hellénique en France, op. cit., p. 39-53.

16 À signaler à titre indicatif qu’entre la fin de la Deuxième guerre mondiale et 1959 en Grèce, le nombre des émigrés grecs était en moyenne entre vingt et trente mille, dont plus de la moitié émigrait vers les pays d’outre-mer comme les États-Unis, le Canada ou l’Australie, où partaient par tradition les émigrants grecs. Ultérieurement, le courant migrateur présenta une impétueuse augmentation. Cf. Zolotas, op. cit., p. 37. Voir aussi Iordanis Psimmenos, Metanasteusi apo ta Balkania – Koinonikos apokleismos stin Athina ( Émigration des Balkans – Exclusion sociale à Athènes), Athènes, Papazissis, 1995.

17 Sans parler des immigrants grecs qui sont partis au début du siècle essentiellement outre-mer, ainsi que des couches paysannes qui ont fait l’objet de départ massif vers les pays d’Europe occidentale. Il y a aussi les diasporas helléniques en Afrique, la diaspora des pays de l’Est et de dizaines de milliers de réfugiés politiques dans ces pays, mais aussi la diaspora demeurée à Constantinople et ceci malgré les échanges de populations de 1923 – cela s’est terminé par le départ massif des Grecs de Constantinople au début des années 60. Il y a aussi la florissante diaspora hellénique d’Égypte, tout comme la diaspora des Grecs en Russie, phénomène qui a atteint au paroxysme à la fin des années 80 et au début des années 90 avec la perestroïka et la glasnost et l’arrivée massive des Grecs pontiques en Grèce. Cf. Notaras, op. cit., p. 2-3.
Sur la diaspora grecque, voir l’ouvrage de I. Hassiotis, Episkopisi tis Istorias tis neoellinikis diasporas (Introduction à l’histoire de la diaspora grecque), Thassaloniki, Vanias, 1993 (en grec), ainsi que l’article de R. Clogg, « The Greek diaspora : the historical context », The Greek Diaspora in the Twentieth Century, R. Clogg ed., Oxford University Press, Oxford, 1999 ; Voir aussi l’Encyclopédie Papyros-Larousse-Britannica, tome 42, p. 11-12 et l’article de Vasso Portaritou « L’émigration », Encyclopédie Ellada, Istoria kai Politismos (Grèce, Histoire et Civilisation), t. 8, éditions Pagosmia Sygchroni Paideia, Malliari, Athènes, 1982, p. 326-365.

18 Alors qu’entre 1880 et 1900, la migration grecque se fait à destination des pays du Moyen-Orient, de la Méditerranée et de l’Europe occidentale, dans la dernière décennie du XIXe siècle, on remarque une transposition du phénomène vers des pays et des continents plus lointains, essentiellement aux États-Unis avec un pic pendant la période suivante, c’est-à-dire entre 1900 et 1921. Cf. V. Portaritou, « L’émigration », Encyclopédie Ellada, Istoria kai Politismos (Grèce, Histoire et Civilisation), op. cit., p. 328 et 330.

19 Vassiliki Lalagianni & Marita Paparoussi, « La diaspora néo-hellénique en Europe : le cas de Margarita Lymperaki », Efstratia Oktapoda-Lu éd., Francophonie et multiculturalisme dans les Balkans, Introduction Pierre Brunel, Paris, Publisud (sous presse). À souligner qu’à la suite de la vague migratoire en Grèce par les réfugiés d’Asie Mineure (1922), et à la suite de la Première Guerre mondiale, on remarque à partir de 1933 un grand phénomène migratoire vers les pays de l’Europe occidentale. La vague suivante est celle de l’après-guerre (1946-1960) avec un nouveau tournant vers les pays d’Outre-Mer. Durant cette période, les émigrants grecs sont numériquement en deuxième position parmi les émigrants méditerranéens suivi des Portugais, des Espagnols et des Italiens (source : Annuaire Statistique de la Grèce, 1967). De 1960 à nos jours, l’émigration grecque est tournée vers l’Allemagne qui occupe la première place des pays d’accueil pour les émigrants grecs (source : K. Kasimatis, « L’émigration syndrome du capitalisme », in revue Economie et Société, juin 1979, en grec) ; cité par V. Portaritou, Encyclopédie Ellada, Istoria kai Politismos, op. cit.., p. 336-337.

20 Parmi les écrivains grecs qui ont fui la junte des colonels, aux côtés de Vassilis Alexakis, figure Vassilis Vassilikos (1934), originaire de Kavala, ambassadeur de l’UNESCO à Paris, auteur de Z (1966, traduction française en 1967), dont l’œuvre de cette période porte l’empreinte directe des événements politiques contemporains. Citons entre autres : Le fusil-harpon (Psarontoufeko, 1971, traduction française en 1973), Assassinat (Doloktonia, 1971), Metokissen (1971), Le placier ambulant (O planodios placier, 1971), Café Emigrek (1972), Le magnetophone (1972), Glaukos Thrassakis (1974) etc., romans tous en grec ayant trait à la thématique de la migration. Un autre écrivain grec parti à la même période et pour les mêmes raisons de Grèce est Aris Fakinos (Athènes 1935-Paris 1998) qui vient lui aussi à Paris, en 1967, pour échapper à une arrestation certaine. Ses œuvres sont traduites en français et publiés en France avant même leur parution en Grèce. Parmi ses œuvres, à noter : Les derniers barbares (en grec, 1979, traduction française 1969), Zone de surveillance (traduction française, 1972), Les rats de Hambourg (traduction française en 1976), L’homme qui donnait aux pigeons (traduction française, 1980) ou encore Les enfants d’Ulysse (traduction française, 1989), La citadelle de la mémoire (Fayard, 1992), La vie volée (Seuil, 1995), romans également de la migration. D’autres écrivains grecs aussi comme Alki Zei et surtout Dimitris Hadzis écrivent des œuvres littéraires de l’exil et de la migration. À signaler entre autres Alki Zei (1925), militante de gauche pendant la guerre civile, exilée surtout en Union Soviétique, puis à Paris pendant le régime militaire en Grèce, autant d’images d’exils et d’exilés qu’elle dresse dans son recueil Arvilakia kai goves (Souliers et escarpins), 1975. À signaler aussi Dimitris Hadzis (1913-1981), lui aussi résistant pendant l’Occupation, communiste torturé et déporté, combattant révolutionnaire pendant la guerre civile qui s’exile en l’Europe de l’Est (Roumanie, Allemagne de l’Est et Hongrie) ; son roman To diplo vivlio (Le Livre double), 1976, est la plus caractéristique des œuvres de la diaspora grecque. Son titre n’est-il pas d’ailleurs significatif de la double vie du narrateur ? Pour des raisons personnelles, des écrivains français font aussi de la Grèce la thématique privilégiée de leurs romans, en déformant à l’occasion l’image de la Grèce historique, mais c’est pour toutes autres raisons ; signalons Michel Déon et Françoise Xenakis, née en Sologne, grecque de mariage avec le compositeur Yannis Xenakis, et son roman La natte coupée (1982). Sur les écrivains grecs de la diaspora, voir Astérios Argyriou, « Images de la Grèce à travers le “miroir brisé” de quelques prosateurs grecs de la diaspora », L’Hellénisme hors des frontières de la Grèce, Congrès International des Néo-Hellénistes des Universités Francophones, INALCO, Publications Langues ’O, 1984, p. 233-250 ; voir aussi Yannis Emiris, « Les œuvres de Vassilis Vassilikos écrites pendant ses années d’exil (1967-1974) », L’Hellénisme hors des frontières de la Grèce, op. cit., p. 227-232.

21 Sur la prose grecque de la migration, voir Venetia Balta, Problèmes d’identité dans la prose grecque contemporaine de la migration, L’Harmattan, coll. « Études grecques », 1998, qui présente en particulier les cas de Aris Fakinos, Vassilis Alexakis et Alki Zei.

22 Il s’agit du Mataroa, navire de guerre britannique.

23 Émile Témime, op. cit., p. 64.

24 Né en 1922 en Grèce, le philosophe décède à Paris le 26 décembre 1997.

25 Efstratia Oktapoda-Lu, « De la Grèce à la France. Marguerite Liberaki entre prise de conscience et quête d’identité », Roumiana Stantchéva et Alain Vuillemin dir., L’Europe, la France, les Balkans. Littératures balkaniques et littérature comparées, Arras, Éditions de l’Institut d’Études Balkaniques, Sofia et Artois Presses Université, 2004, p. 196. On peut consulter avec profit l’ouvrage fondateur grec de Georges Fréris, spécialiste de la francophonie et des littératures francophones, Introduction à la francophonie, et notamment le chapitre consacré à la littérature francophone grecque qui est très exhaustif du point de vue notes et bibliographie. Cf. Georges Fréris, Introduction à la francophonie. Panorama des littératures francophones, Paratiritis, Thessalonique, 1999 et le chapitre « La littérature grecque francophone », p. 317-334.
Voir aussi Écrivains grecs de langue française, Robert Jouanny dir., Nouvelles du Sud, n° 13, nov.-déc.-janv. 1990, éditions SILEX, qui regroupe entre autres des contributions sur Séféris, Moréas, Mitsakis, Psichari, Valaoritis, Epaminondas Deligeorges, Kazantzakis, Engonopoulos, Alexakis.

26 Cité par Pierre Brunel, « Paris », Dictionnaire des mythes d’aujourd’hui, Éditions du Rocher, 1999, p. 608.

27 Ibidem.

28 Auteur de Cassandre et le loup (Seuil, 1976) et du Somnambule (version française en 1987).

29 Dans son autobiographie, l’auteur raconte que tous les samedis matins elle allait à la piscine, comme si elle cherchait désespérément le bleu de la Grèce qui lui manquait tant à Paris, son parfum aussi, même si ce n’était que pour un moment. Puis elle passait les après-midi en compagnie de Marie-France Ionesco, elles allaient toutes les deux au cinéma, accompagnées par Rodecca, l’épouse de Ionesco. Margarita Karapanou raconte aussi ses premiers pas dans les lettres. Avec Marie-France, elles s’adonnait à l’écriture des romans policiers, comme une sorte de nouveau roman, et à la rédaction de textes d’elle et de Marie-France qu’elle conserve encore dans ses tiroirs. Ce n’est pas un hasard, si elle est devenue écrivain. Comme sa mère qu’elle a connue luttant contre la page blanche dès son jeune âge, elle aussi va connaître cette lutte implacable qui donnera lieu à des œuvres d’art magnifiques dans une vie inexorablement tournée vers la littérature. Voir Margarita Karapanou, « Les samedis à Paris », Lexi, n° 144, 1998, p. 236-237.

30 León Grinberg & Rebeca Grinberg, Psychanalyse du migrant et de l’exilé, traduit de l’espagnol par Mireille Ndaye Ba avec la collaboration de Yvette et Claude Legrand, Césura Lyon Éditions, 1986, p. 42.

31 Vassiliki Lalagianni & Marita Paparoussi, op.cit.

32 Ourania Polycandrioti « Mémoire et identité. Remarques sur quelques textes de la diaspora grecque en France au 20e siècle », Sigrisi/Comparaison, 13, 2002, Athènes, Patakis, p. 107-108.

33 Ibidem, p. 108.

34 Clément Lépidis, La fontaine de Skopelos, Seuil, coll. Méditerranée, 1969, p. 15.

35 Tzvetan Todorov, Les abus de la mémoire, Paris, Seuil, Arléa, 1995, quatrième de couverture.

36 Ibidem, p. 16.

37 Ibidem, p. 18.

38 Gérard Namer, Mémoire et société, préface de Jean Duvignaud, Paris, Klincksieck, 1987, p. 44.

39 Voir Clément Lépidis, « Autobiographie », La nation des émigrés, [s. d.], p. 5, dans les archives de l’auteur.

40 Efstratia Oktapoda-Lu, sous presse, op. cit.

41 Benedict Anderson, L’imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, traduit de l’anglais par Pierre-Emmanuel Dauzat, Paris, La Découverte, 1996, p. 20.

42 Ibidem, p. 19.

43 Clément Lépidis, Les émigrés du soleil, Nouvelles, Paris, Seuil, 1976, p. 20.

44 Efstratia Oktapoda-Lu, sous presse, op. cit.

45 Daniel Sibony, Entre-deux, l’origine en partage, Paris, Seuil, 1991, p. 32.

46 Clément Lépidis, « Nikos le Macédonien », Les émigrés du soleil, op. cit., p. 74.

47 Marguerite Liberaki, « Notes », Le Saint Prince, Paris, Gallimard, 1963, p. 12.

48 Minos Volanakis, Théâtre, n° 13, janv.-fév. 1984, cité dans Tetradia Théatrou, n° 31, Thessalonique, mars 1977 (à propos de Marguerite Liberaki), p. 6-8.

49 Marie-France Rouart, « Juif errant », Dictionnaire des mythes littéraires, Pierre Brunel dir., éditions du Rocher, 1988, p. 889.

50 Marguerite Liberaki, Les Danaïdes, Paris Gallimard, 1963, p. 219.

51 Olympia Antoniadou, « Margarita Liberaki en quête de l’identité à travers la mythologie grecque et personnelle », La Francophonie dans les Balkans : Les Voix des femmes, Efstratia Oktapoda-Lu et Vassiliki Lalagianni éd., Paris, Publisud (à paraître).

52 Marguerite Liberaki, L’Autre Alexandre, pièce, Paris, Gallimard, 1957, Acte III, p. 110.

53 André Karatson & Jean Bessière, Déracinement et littérature, Presses de l’Université de Lille, Travaux et Recherches, 1982, p. 60.

54 Ibidem, p. 20.

55 Topos des écrivains grecs de la diaspora.

56 Olympia Antoniadou, op. cit.

57 Mimika Kranaki, Philhellènes : vingt-quatre lettres d’une Odyssée, roman, Athènes, Ikaros, 1992, p. 137. Le roman ayant été écrit en grec, la traduction française des citations sont dues à l’auteur de l’article.

58 Ibidem, p. 182.

59 Ibidem, p. 254-255.

60 Ibidem, p. 113.

61 León Grinberg & Rebeca Grinberg, op. cit., p. 42.

62 Alexandre Mucchielli, L’identité, Paris, PUF, 19943, p. 85 et 97.

63 Cité par Emmanuel Vaillant, L’immigration, Paris, Les essentiels Milan, 2001, p. 57.

64 André Karatson & Jean Bessière, op. cit., p. 7.

65 Ibidem, p. 22.

66 Cité par León Grinberg & Rebeca Grinberg, op. cit., p. 27.

67 Vassilis Alexakis, Paris-Athènes, Paris, Seuil, 1989, p. 18.

68 Daniel Sibony, op. cit., p. 51.

69 Vassilis Alexakis Talgo, Paris, Seuil, 1983, p. 85-86.

70 León Grinberg & Rebeca Grinberg, op. cit., p. 164.

71 Paris-Athènes, op. cit., p. 9.

72 Ibidem, p. 190.

73 Ibidem, p. 191.

74 Ibidem, p. 178.

75 André Karatson & Jean Bessière, op. cit., p. 93.

76 Ibidem, p. 91.

77 Vassilis Alexakis, La Langue maternelle, Paris, Fayard, 1995, p. 290.

78 León Grinberg & Rebeca Grinberg, op. cit., p. 88.

79 Ibidem, p. 196.

80 Pierre Brunel, op. cit., p. 9.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Efstratia Oktapoda-Lu, « Diaspora grecque et francophonie aux XXe et XXIe siècles », Babel, 11 | 2004, 69-102.

Référence électronique

Efstratia Oktapoda-Lu, « Diaspora grecque et francophonie aux XXe et XXIe siècles », Babel [En ligne], 11 | 2004, mis en ligne le 14 septembre 2012, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://babel.revues.org/1384 ; DOI : 10.4000/babel.1384

Haut de page

Auteur

Efstratia Oktapoda-Lu

Université de la Sorbonne-Paris IV

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org