Navigation – Plan du site

Texte intégral

1L’arrivée de populations immigrées dans un pays d’accueil finit toujours par engendrer des manifestations culturelles qui peuvent être le fait des créateurs locaux, attentifs à l’évolution de la société qui sert de base à leur inspiration, mais aussi des immigrés eux-mêmes. Dans ce dernier cas, la langue utilisée peut être la langue du pays d’origine ou la langue du pays d’accueil, en particulier pour les descendants d’immigrés. Dans le domaine littéraire, on parle alors, selon le point de vue adopté, de littérature de l’immigration, de l’émigration, ou encore de la migration, et aussi, lorsqu’interviennent des facteurs politiques particulièrement marqués (changement de régime, dictature…), de littérature de l’exil.

  • 1 Voir Jean-Jacques Marchand (sous la direction de), La letteratura dell’emigrazione. Gli scrittori d (...)

2Ce recueil d’articles ne peut être rangé sous aucune de ces étiquettes, d’abord parce qu’il ne se limite pas au seul domaine littéraire et surtout parce que ces étiquettes sont floues : ainsi faudrait-il encore faire la différence entre les œuvres d’auteurs émigrés qui écrivent dans leur langue d’origine et les œuvres qui ont pour thème l’émigration1. De plus, les catégories cessent de fonctionner dès lors que l’on change de point de vue et que l’on se situe dans le pays d’accueil, dans le pays d’origine, qu’on regarde arriver les migrants, qu’on les regarde partir, revenir…

  • 2 Ce recueil fait ainsi écho au premier colloque du centre de recherches Babel de la Faculté des Lett (...)

3Les différents articles de ce recueil conduisent le lecteur à déplacer systématiquement son point de vue et à relever ainsi, dans des contextes culturel, géographique et même historique différents, des constantes2 sur les mécanismes qui engendrent et régissent les manifestations culturelles liées aux phénomènes migratoires : questions identitaires, linguistiques, traitement du processus autobiographique, relations avec la culture d’origine et la culture d’accueil… Nombreux sont les échos que renvoie l’étude de ces manifestations culturelles entre les pays où l’immigration est récente et ceux où l’immigration est ancienne. C’est le cas par exemple pour l’Italie, à laquelle ce volume fait une large place. On voit aussi alternativement en positif et en négatif les mêmes images projetées des deux côtés du miroir, par exemple l’image de la valise que l’on fait ici et que l’on voit défaire là-bas. Mais où est ici, où est là-bas ?

4Les articles peuvent être regroupés sous trois thèmes. Apparaissent d’abord quelques questions littéraires liées à l’émigration, en commençant par l’émigration italienne. Joseph Boggiani nous propose de suivre l’écrivain luxembourgeois, Jean Portante, dans sa recherche, à la fois thématique et formelle, de son identité de fils d’ouvriers italiens dans l’univers de la sidérugie luxembourgeoise. Avec les outils de la littérature comparée, Crystel Pinçonnat s’intéresse au thème de l’enfance, montrant notamment comment les écrivains issus de l’émigration (maghrébine en France et hispanique aux États-Unis) comblent l’absence de greniers de grands-mères à fouiller pour retrouver leurs racines. Suivent deux approches monographiques, qui ont aussi en commun la dimension politique de l’exil, avec Caroline Lepage et Efstratia Oktapoda-Lu qui s’intéressent respectivement aux auteurs cubains et grecs en exil. Caroline Lepage étudie l’idée du retour à Cuba en cas de changement politique, telle qu’elle apparaît chez les auteurs cubains de l’intérieur et ceux de l’étranger, qui écrivent tous en espagnol. Quant à Efstratia Oktapoda-Lu, elle analyse un corpus d’œuvres d’auteurs grecs publiées pour la plupart en français.

  • 3 Sur ce type d’approche culturelle, dans le domaine des langues romanes, voir Jean-Charles Vegliante (...)

5Le champ s’élargit ensuite à d’autres domaines culturels3. Isabelle Rigoni nous montre l’extraordinaire vivacité des manifestations culturelles liées à l’émigration turque, en Allemagne, surtout, et en France, et leurs retombées sur le pays d’origine et le pays d’accueil. Valeria Emi Mara Sgueglia nous apporte les outils de la philosophie qu’elle applique à la question de la migration. Elle expose les concepts de la vision réductionniste de l’identité... Les articles suivants nous ramènent au domaine italien, avec un texte de Nicolas Violle sur l’intégration des Italiens en France par la pratique sportive à travers laquelle émigrés et enfants d’émigrés trouvent, plus facilement que par d’autres moyens, une revanche sociale. Bruno Bartolo nous expose le cas bien particulier de la Sicile au Moyen Âge qui reçoit un apport de populations en provenance du nord de l’Italie, apport dont l’influence se fait ressentir aujourd’hui encore, alors que la Sicile est devenue l’un des territoires italiens les plus directement touchés par l’arrivée de nouveaux migrants.

6C’est à ce phénomène émergent de l’immigration en Italie que sont consacrés les quatre derniers articles de ce numéro de Babel. Erik Pesenti-Rossi a choisi d’évoquer quelques films italiens qui traitent de l’immigration en Italie et d’étudier deux cas d’immigrés, une Camerounaise et un Iranien, qui écrivent en italien. Antonella Mauri analyse l’image des femmes slaves immigrées en Italie telle qu’elle apparaît à travers la publicité, la littérature romanesque (d’auteurs italiens), le cinéma, la bande dessinée, image qu’elle oppose aux résultats d’une enquête qu’elle a menée sur le terrain. Brigitte Le Gouez concentre son étude sur les auteurs africains qui écrivent en italien. Enfin, dans le dernier article, nous proposons une lecture du premier roman d’un Iraqien installé à Turin, une ville qui reçoit massivement des étrangers, des Marocains notamment.

7Toutes les régions du monde ne sont pas représentées. Le phénomène migratoire étant universel, comment prétendre à l’exhaustivité ? Le parcours proposé nous est très donc personnel, bien qu’il ait été écrit à de nombreuses mains, vingt-quatre exactement. Que les auteurs qui nous font l’honneur et l’amitié de nous offrir leur contribution soient ici chaleureusement remerciés.

Haut de page

Notes

1 Voir Jean-Jacques Marchand (sous la direction de), La letteratura dell’emigrazione. Gli scrittori di lingua italiana nel mondo, Turin, Fondazione Giovanni Agnelli, 1991, p. XIX et XXIII.

2 Ce recueil fait ainsi écho au premier colloque du centre de recherches Babel de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de l’Université du Sud Toulon-Var que nous avons organisé avec la même approche pluridisciplinaire et sans limite géographique ni temporelle. Voir Bilinguisme : Enrichissements et conflits, actes du colloque de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de l’Université de Toulon et du Var des 26, 27 et 28 mars 1998, réunis par Isabelle Felici, Paris, Éditions Honoré Champion, 2000.

3 Sur ce type d’approche culturelle, dans le domaine des langues romanes, voir Jean-Charles Vegliante (sous la direction de), Phénomènes migratoires et mutations culturelles (Europe-Amériques XIXe-XXe siècles), École Doctorale « Études romanes et Latino-Américianes », Presses de la Sorbonne Nouvelle, 1998.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Felici, « Présentation », Babel, 11 | 2004, 7-9.

Référence électronique

Isabelle Felici, « Présentation », Babel [En ligne], 11 | 2004, mis en ligne le 14 septembre 2012, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://babel.revues.org/1376

Haut de page

Auteur

Isabelle Felici

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org