Navigation – Plan du site

La première ascension italienne au Monviso (août 1863), acte fondateur de l’alpinisme italien

Du voyage initiatique au symbole identitaire
Jean-Paul Zuanon
p. 71-85

Résumé

Face à la domination britannique dans la conquête des sommets des Alpes, la première ascension italienne du Monviso (août 1863) est un acte fort, car elle contribue à la création du Club alpin italien. Sous l’égide de l’homme politique piémontais Quintino Sella, elle apparaît comme l’affirmation d’une identité italienne et, à ce titre, prend toute sa place dans le processus de l’unité italienne.

Haut de page

Entrées d’index

Personnes citées :

Sella (Quintino)
Haut de page

Texte intégral

1Le 12 août 1863, quatre alpinistes italiens atteignent le sommet du Monviso, point culminant des Alpes du Sud (3841 m), à la frontière entre Queyras et Piémont.

2Cet événement peut sembler banal car ce sommet (même pas un « 4000 ») a déjà été gravi à deux reprises quelques mois auparavant. Pourtant, il va avoir de grandes répercussions sur l’avenir de l’alpinisme italien puisqu’il contribuera largement à la création du club alpin italien quelques semaines plus tard. Cette première ascension italienne du Viso peut même être considérée comme une pierre d’angle de l’histoire de l’alpinisme transalpin.

3Comment et pourquoi une simple course a-t-elle pu jouer un tel rôle catalyseur ? Comment a-t-elle été utilisée et mise en valeur par ses protagonistes pour en faire un acte fondateur exemplaire ?

4Après une présentation de ce haut fait, que nous resituerons dans le contexte politique, social et culturel de l’époque, nous nous attacherons à montrer comment, dans cette ascension (et surtout dans la valorisation qui en a été faite à travers un récit largement diffusé) on retrouve des composantes du voyage initiatique : l’invitation à une découverte, la révélation dune vérité, l’exaltation de la valeur formatrice (physique et morale) de cette ascension pour chaque homme et pour l’élite dune nation.

5En conclusion, nous élargirons la perspective. Dans la seconde moitié du XIXe siècle, ce discours sur la valeur formatrice de l’alpinisme est en effet récurrent dans différents pays de l’arc alpin. Toutefois, dans aucun de ces pays, on ne trouve une histoire aussi simple : un homme gravit une montagne avec ses amis, il en fait le récit. Ces deux faits anodins suffisent à donner naissance à un club qui, 140 ans plus tard, est fort de plusieurs centaines de milliers d’adhérents.

Les faits

1. Avant-premières et premières britanniques

  • 1 On pense par exemple à la déclaration d’Henri Duhamel sur l’inaccessibilité de la Meije par son ver (...)

6La première tentative sérieuse d’ascension du Viso est celle du géomètre Ansaldi en 1834. A 150 mètres du sommet, il est arrêté par le brouillard et par un obstacle que, à l’instar d’autres pionniers affrontant des itinéraires nouveaux et un peu ardus, il juge « infranchissable »1. Ce n’est qu’à partir de la fin des années 50 que l’on s’intéresse vraiment à cette montagne et à d’autres. C’est le début de l’âge d’or de l’alpinisme, marqué à la fois par une profusion de premières, le plus souvent réalisées par des alpinistes anglais, avec des guides suisses, et par l’institutionnalisation de la pratique de l’alpinisme. La création de l’Alpine Club remonte à 1857 et elle est suivie dans les années 60 par la naissance d’associations d’alpinisme dans les différents pays de l’arc alpin (Autriche 1862, Suisse et Italie 1863, Allemagne 1869, France 1874).

7En 1860, John Ball, un des grands noms de l’alpinisme britannique (c’est le premier président de l’Alpine Club) fait une tentative plus poussée qui échoue à cause du mauvais temps. Le 30 août de l’année suivante, ses compatriotes W. Mathews (un des plus ardents promoteurs de la création de l’Alpine Club) et W. Jacomb, accompagnés des guides chamoniards Michel et J.Baptiste Croz réalisent la première ascension. Dès l’été 1862, leur compatriote F.F. Tuckett atteint lui aussi le sommet (où il bivouaque), avec Michel Croz et le guide Peter Perren de Zermatt. L’équipe est complétée par le porteur local B. Peyrotte dont les talents d’alpiniste semblent limités puisque, à en croire Tuckett, c’est lui, le client anglais, qui a dû pousser/tirer jusqu’au sommet le malheureux porteur. Celui-ci devient ainsi à son corps défendant le seul Italien à avoir gravi le Viso.

2. Pourquoi pas un club alpin italien ?

8Quelques jours après son ascension, Tuckett rencontre le comte de St Robert, un militaire italien passionné d’alpinisme qui admire beaucoup les Anglais. Il lui confie le récit de sa course, que le comte s’empresse de faire traduire pour publication dans la Gazzetta di Torino. Le petit chapeau de présentation de ce texte en dit long sur l’état d’esprit des élites turinoises :

nous publions ce récit afin de distraire un peu nos touristes des courses stéréotypées à travers la Suisse, pour qu’ils se tournent vers celles, aussi belles sinon plus, que nous offre la nature de chez nous.

9De ce court texte, on peut déduire deux choses : il existe déjà des « touristes » italiens qui s’intéressent à l’alpinisme mais les beautés des montagnes italiennes restent méconnues et à découvrir. Ce double constat incite à penser qu’il ne manque qu’une chose à l’Italie, un club d’alpinisme. L’idée de créer une association sur le modèle anglais est dans l’air dans le pays au début de 1863. Pourquoi l’Angleterre ? C’est la seule référence disponible à l’époque, le seul exemple ayant déjà fait ses preuves. Par ailleurs, le Piémont libéral de Cavour baigne dans une atmosphère d’anglophilie. Par bien des aspects, l’Angleterre est un modèle, mais elle est parfois jalousée. Les alpinistes anglais sont très présents en Italie. Les Italiens sont blessés dans leur fierté nationale par cette intrusion étrangère, aussi pacifique soit-elle. Ils doivent en convenir, leurs montagnes restent peu explorées et mal connues. C’est un point particulièrement sensible pour des spécialistes des sciences de la terre, notamment des géologues, qui jouent un rôle important dans les débuts du club alpin italien.

  • 2 Quintino Sella (1827-1884), est « laureato » en minéralogie en 1847. Intégré dans le corps royal de (...)

10Parmi les plus ardents promoteurs de la création d'une association d’alpinistes, émerge la figure de Quintino Sella, géologue, alpiniste et homme d’Etat2. Son projet politique, parfaitement cohérent, consiste à doter l’Italie nouvelle d'une organisation montrant quelle est devenue un pays moderne. Dans ce contexte, la pratique alpine est conçue comme un moyen d’explorer, de connaître et de mieux valoriser les montagnes. Au-delà de son côté sportif et scientifique, l’alpinisme est perçu comme un moyen de former des hommes, pour que les Italiens soient enfin à la hauteur des ambitions d’un pays dont l’unité toute fraîche reste par certains aspects bien fragile.

11C’est apparemment Sella qui lance l’idée de créer un club alpin à Turin. Plusieurs réunions privées sont organisées au début de l’année 1863 pour en définir les objectifs et Sella écrit à un de ses amis :

  • 3 Lettre de Sella à son ami G.B. Rimini, citée dans Cronaca del club alpino italiano dal 1863 al 1888(...)

J’ai confiance que nous nous trouverons en plus grand nombre que ce que nous pensons. Si nos efforts isolés et non soutenus sont restés jusqu’ici stériles, quand ils gagneront en efficacité grâce à l’association, ils viendront faire connaître et goûter nos merveilles et apporteront dans nos vallées les plus reculées un degré de civilisation jusqu’ici inconnu3.

Le Mont Viso, gravure anonyme vers 1862

Le Mont Viso, gravure anonyme vers 1862

3. Première italienne au Viso

  • 4 Jacques Peletier, auteur d’un poème sur la Savoye (1572) l’évoque par exemple en ces termes :
    Tous l (...)

12Il faut cependant une étincelle, un geste symbolique fort pour concrétiser ces intentions et catalyser les énergies. Ce sera l’ascension du Viso. Pourquoi ce sommet ? A plusieurs titres, c’est une montagne emblématique. C’est l’un des plus hauts sommets entièrement italiens. On le voit parfaitement depuis Turin, capitale du royaume et berceau de l’alpinisme italien. C’est un sommet que connaissaient déjà les Romains, qui le tenaient pour le plus haut des Alpes. Chose exceptionnelle, ils lui avaient donné le nom de « Pinifer Vesulus ». Il a ensuite été évoqué et décrit plus que tout autre au Moyen Age. Dante, Boccace, Chaucer, Léonard de Vinci ont parlé de lui4. A ses pieds naît le plus grand fleuve d’Italie. Enfin, il a déjà été gravi à deux reprises par des alpinistes anglais.

13Ces deux ascensions sont suivies de plusieurs tentatives italiennes dans l’été 1863, au début duquel une véritable compétition s’engage pour réaliser la première ascension « nationale » de ce sommet qui focalise tout à coup toutes les ambitions des alpinistes piémontais. En juillet, on ne compte pas moins de trois entreprises avortées à cause d’un enneigement exceptionnel pour la saison. Elles ne sont pas seulement du fait de géologues turinois mais d’autres s’y intéressent, notamment des journalistes à la recherche d’un « scoop ».

14Retardé par la session parlementaire, Sella ne peut rien tenter avant le début août. Il doit en effet défendre la loi de finances dont il est le rapporteur tandis que son collègue et compagnon de cordée pressenti, Baracco, est directement concerné par la loi sur la répression du « brigantaggio » en Sicile. Un nouveau contretemps vient contrarier ces projets. Le fameux « guide » Peyrotte sur lequel Sella comptait a montré une nouvelle fois son manque de compétence et de motivation lors dune tentative infructueuse en juillet. Déçus, les compagnons de Sella proposent de reporter le départ en attendant qu’on fasse appel à des guides de Chamonix ou Zermatt. Sella ne l’entend pas de cette oreille : il ne faut pas se faire doubler et l’ascension doit être 100 % italienne. On embauche un ouvrier agricole et deux chasseurs du cru et on part.

  • 5 Cette ascension réussie faillit mal tourner pour lui à la suite d’un dévissage, ce qui aurait été u (...)
  • 6 L’histoire na conservé que ces quatre noms et on a rapidement oublié que Sella et ses compagnons av (...)

15Le 12 août 1863, c’est la « première » italienne. La composition de l’équipe victorieuse est chargée de symboles : on y trouve le comte de Saint-Robert (officier d’artillerie), qui entretient des liens étroits avec les principaux responsables de l’Alpine Club. Son frère, le chevalier de Saint-Robert, a participé quelques jours auparavant à une tentative infructueuse5. Baracco a de solides références alpines (il a gravi le Mont-Blanc en 1861 et la pointe Dufour, point culminant du mont Rose, en 1862). Il est aussi député de Calabre (afin que « sur le sommet extrême des Alpes soit représentée l’extrême Calabre », déclare Sella). Peut-on trouver meilleur symbole de l’unité du pays6 ?

  • 7 Bartolomeo Gastaldi (1818-1878) fait des études de droit et devient d’abord avocat. Il se consacre (...)
  • 8 Ce texte, dont on a longtemps sous-estimé l’importance, a fait l’objet dune réédition critique en 1 (...)
  • 9 Mais ne s’agit-il que du Viso ? Selon Crivellaro qui a retrouvé des documents provenant de Guido Re (...)

16Sella relate son ascension dans une lettre enthousiaste à son collègue et ami Bartolomeo Gastaldi7. En dépit de sa longueur (43 pages dans la version de P. Crivellaro)8, elle est intégralement publiée dans la presse piémontaise, d’abord dans le quotidien pro-gouvernemental L’Opinione à partir du 4 septembre puis sous forme d’extraits dans le Corriere del Po de Saluzzo. La publication de ce roman-fleuve peut surprendre mais elle répond aux attentes d’un public friand de récits d’aventures « domestiques » qui permettent aux Italiens doublier un quotidien peu exaltant. Ce n’est donc que l’aboutissement, le point d’orgue de ce que Pietro Crivellaro a appelé « la fièvre du Viso »9. Le récit de l’ascension de Mathews a été publié en janvier 63, celui de Tuckett en mars. Au début de l’été, plusieurs journaux publient des articles relatant de nouvelles tentatives : une Escursione al Monviso de Cimino puis Une semaine sur le Viso de Grimaldi, texte accompagné de photos inédites du photographe turinois Vialardi. Loin d’être blasés, les lecteurs en redemandent.

17Dans la période euphorique qui suit cette victoire, tout va aller très vite. Le Viso est à nouveau gravi deux semaines plus tard par les frères de Roasenda. L’un deux est ampélographe, l’autre est minéralogiste et collègue de Sella. Tous deux figureront parmi les membres fondateurs du club.

18Début septembre, on peut lire ce surprenant entrefilet, quelque peu anticipateur, dans la Gazzetta di Torino :

A Turin, nous avons un nouveau club qui s’intitule alpin et qui a été fondé sur les exhortations de l’infatigable parcoureur de nos Alpes, l’avocat Cimino (...). Le club aura un organe qui s’appellera Giornale alpino.

  • 10 Cimino fondera rapidement une Rivista delle Alpi e degli Apennini qui jouera jusqu'en 1865 le rôle (...)
  • 11 Outre les ministres de l’Intérieur et des Affaires étrangères, figurent le président de la Chambre (...)

19En dépit des apparences, ce n’est pas une initiative concurrente ni un défi lancé à Q. Sella. A en croire P. Crivellaro, Cimino cherche au contraire à se rapprocher de Sella et apporter sa contribution au futur club en prenant en charge la création d’un journal10. En tout cas, son carnet d’adresses bien rempli semble avoir permis de contacter de nombreux sympathisants. De son côté, Sella se met en rapport avec les responsables de l’Alpine Club pour connaître leurs statuts et leur organisation. Le 23 octobre, un club alpin (qui ne se dit pas encore italien) est créé à Turin par une quarantaine de personnes, à l’invitation de Sella qui signe fort modestement « socio ». Parmi les membres fondateurs, on trouve quelques grands noms de la vie politique et intellectuelle italienne11.

20Le petit cercle d’initiés réuni lors de l’assemblée fondatrice fait vite des émules : une centaine de membres fin 1863, près de 500 en 1871 et plus de 5000 à la fin du siècle. La crise liée au transfert de la capitale à Florence (1865) est assez rapidement surmontée. Entre-Temps, le club a essaimé, encourageant la création de sections (34 en 1900) et il a affirmé sa vocation nationale en devenant club alpin « italien » en 1867. Il s’est aussi affirmé comme un acteur à part entière dans la vie du pays, prenant part au débat sur la déforestation, sur le développement économique et social de la montagne, sur la création d’un corps de chasseurs alpins. Le projet un peu fou ébauché par Sella et ses amis, à une époque où la jeune Italie avait pourtant bien d’autres soucis, a pris corps. Aurait-il pris autant de vigueur sil ne s’était pas appuyé sur un geste symbolique fort ? La question reste sans réponse. Une chose est sûre, on ne peut dissocier cet exploit de la relation qui en a été faite. Si l’ascension du Viso est l’acte fondateur de l’alpinisme italien, le récit quelle a suscité peut être considéré comme un véritable texte fondateur, qui va inspirer pendant plusieurs années les responsables du club et donner forme à une certaine conception de l’alpinisme, qui joue un rôle social allant bien au-delà de la simple santé physique de ceux qui le pratiquent.

Les idées

  • 12 Lettre de François Pétrarque sur son ascension au Mont-Ventoux, traduite par H. Sebert et précédée (...)

21De tout temps, les auteurs de premières ont éprouvé le besoin, bien naturel, de raconter leur course, à l’instar de Pétrarque relatant son expédition au Ventoux à son ami le père François Denis de Borgo San Sepolcro12.

22Ceux qui avaient précédé Sella sur le Viso n’avaient pas dérogé à la règle. Mathews raconte son ascension d’août 1861 dans le numéro de 1862 de Peaks, passes and glaciers. Elle est traduite et publiée en Italie en janvier 1863. Dans cette relation détaillée et souvent minutée, on ne trouve pas la moindre considération sur les sentiments qui animent les alpinistes ni, a fortiori, de réponse à la question « à quoi ça sert de monter sur les montagnes ? » Aucune euphorie, aucun enthousiasme particulier, même si le spectacle depuis le sommet est « le plus extraordinaire et imposant spectacle » que le narrateur ait jamais vu dans les régions alpines. Mathews se contente de décrire la topographie des lieux et de donner quelques conseils techniques à ceux qui voudraient marcher sur ses traces (« pensez à prendre à manger et couvrez-vous bien »). Il termine sur une « pique » qui traduit un sentiment de supériorité mal dissimulé :

le Viso est un remarquable point d’observations trigonométriques et météorologiques et on peut s’étonner de « l’étrange apathie des géographes italiens » face à cette noble et puissante montagne. Serait-ce le fait dune « radicale singularité du caractère du peuple italien » ?

23Le récit de F.F. Tuckett, plus largement diffusé puisque il sera publié dans un journal, semble cependant moins détaillé et moins utilisable. C’est en tout cas celui de Mathews que Sella et ses amis utilisent en guise de topo-guide.

  • 13 Dans le même registre, Sella écrit : « Nous sommes venus tout seuls, sans besoin d’étrangers ».

24A son tour, Quintino Sella va raconter son ascension et essayer d’en faire une relation exemplaire qui, sortant du cadre du banal récit de course, propose une vision plus large. Ce récit détaillé n’est pas un exercice littéraire d’auto-glorification même si l’auteur en éprouve une légitime fierté (« Nous avons réussi ! Enfin, une cordée italienne a gravi le Monviso ! »)13. C’est une description minutieuse des lieux, non dépourvue de quelques réminiscences romantiques (« ce que les horreurs alpines ont de plus sublime et de plus impressionnant »), accompagnée de digressions sur les observations scientifiques réalisées, notamment sur l’utilisation du baromètre. Sella accumule les notations géologiques, botaniques, topographiques. Visiblement, il s’agit de fournir aux futurs ascensionnistes des informations pratiques sur ces contrées encore méconnues.

25Pourtant, cet aspect scientifique reste modeste, pour deux raisons au moins. De son propre aveu, Sella na pas vu grand-chose et na guère eu le temps de faire des mesures. En outre, il doit trouver un moyen terme entre le simple récit et les considérations scientifiques afin de toucher un large public. Enfin et surtout, l’important n’est pas là, la cordée Sella s’est contentée de « trouver un accès à la cime du Viso » et cela lui a suffi. On voit apparaître une conception nouvelle de l’alpinisme : l’ascension compte autant que l’arrière-plan d’observations plus ou moins scientifiques qui lui ont longtemps servi d’alibi. Ce faisant, Sella s’inscrit dans la lignée des alpinistes sportifs comme Leslie Stephen et se démarque nettement des tenants d’un alpinisme scientifique comme Tyndall.

26Le récit de Sella s’achève à Castelfino, où la cordée reçoit les félicitations des habitants. On avait repéré ses tentes et chacun croyait avoir à faire à des Anglais, « comme si eux seuls avaient quelque chose à faire sur nos montagnes » ajoute Sella, non sans quelque agacement. Un curieux et brutal changement de registre se produit alors dans le récit : les alpinistes anglais, tiens justement, parlons-en... et voilà Sella qui enfourche son cheval de bataille et qui, sous forme dune banale et ultime « observation », délivre son message. Sur sa lancée, il propose de créer un club :

A Londres, on a fait un club alpin, c’est-à-dire des personnes qui passent quelques semaines par an à gravir les Alpes, nos Alpes (c’est nous qui soulignons). Là, on trouve tous les livres dont on peut avoir besoin, des instruments qui permettent de faire des observations sur les sommets ; on y lit les descriptions de toutes les ascensions ; on s’y retrouve pour parler de la beauté incomparable de nos montagnes et pour discuter sur les observations scientifiques faites ou à faire ; ceux qui n’ont pas beaucoup de connaissances en botanique, géologie, zoologie, apportent les fleurs, les cailloux ou les insectes qui ont attiré leur attention et trouvent quelqu’un qui leur en donne le nom et les propriétés ; on y trouve une très forte incitation non seulement à tenter de nouvelles ascensions et à surmonter des difficultés pas encore vaincues mais aussi à observer des faits que la science connaît encore mal.
Trois élégants volumes ont déjà été publiés sous le titre de Pics, cols et glaciers. Excursions des membres du Club alpin. (...) On ne dira jamais assez l’aide que ces publications peuvent apporter aux touristes. Sans le beau récit de Mathews, je ne sais pas si nous aurions réussi à gravir le Monviso.
Ne pourrait-on pas faire quelque chose de semblable chez nous ? (...) Les habitants du Nord reconnaissent à la race latine beaucoup de goût pour les arts mais ils lui reprochent d’en avoir trop peu pour la nature (...). Mais depuis quelques années, il y a eu de gros progrès (...) Chaque été le nombre de personnes aisées qui affluent vers la montagne augmente et on voit nos meilleurs chroniqueurs (...) entreprendre et décrire les ascensions alpines et exalter avec de très belles paroles les beautés des Alpes. Il (...) ne faudrait pas faire beaucoup pour inciter nos jeunes qui surent passer sans transition de la mollesse du luxe à la vie de soldat, à empoigner le bâton ferré et à éprouver la mâle satisfaction de sillonner en tous sens et jusque sur les plus hauts sommets ces Alpes merveilleuses que tout le monde nous envie. En développant cet attrait, on fera grandir l’amour pour l’étude des sciences naturelles et on n’aura plus à voir que nos belles richesses sont parfois plus étudiées par les étrangers que par les Italiens.

27Tout est dit ou presque dans ces quelques phrases de Sella : la pratique de l’alpinisme doit permettre de « faire des observations sur les sommets... inciter nos jeunes à sillonner les Alpes... » tout en montrant que les Latins savent s’intéresser à la nature montagnarde pour étudier leurs « belles richesses ». Dune certaine façon, il s’agit de reprendre symboliquement le contrôle du territoire, surtout aux abords des frontières montagneuses, jusque-là aux mains des Anglais. Cet alpinisme scientifique se double dune dimension éducatrice car Sella

  • 14 Ezio Nicoli. Monviso, re di pietra. Ed. Tamari, Bologna, 1972.

était convaincu qu’il fallait mettre au premier plan le développement des énergies physiques, qualité qui aurait pu conduire à l’attrait pour les entreprises audacieuses, à la ténacité dans le travail, en bref, au culte des plus élevés et des plus nobles idéaux. Et pour Sella, le meilleur des milieux dans lesquels faire germer de tels sentiments était la montagne14.

28On retrouve ce thème de l’alpinisme formateur développé de façon plus explicite encore et avec plus de vigueur dix ans plus tard (août 1874) dans un discours de Sella à l’occasion du VIIe congrès des alpinistes italiens à Turin :

dans les montagnes, vous trouverez le courage d’affronter les dangers mais vous y apprendrez aussi la prudence et la prévoyance pour les surmonter sans dommage (..) Les Alpes sont aussi une étonnante école de persévérance (...) Même votre loyauté et votre honorabilité s’accroîtront dans les Alpes. La noble et fidèle solidarité qui rend sûrs et sauve les alpinistes attachés à la même corde dans les passages difficiles n’est pas sans effet sur le caractère (...) Dans les circonstances difficiles de la vie, vous croirez être engagés dans une difficile ascension (...) Le courage, la prévoyance, la constance, la loyauté peuvent vous aider à dominer toute épreuve. Vous vous apercevrez alors de la grande valeur morale et éducative de l’alpinisme (...) De même que l’alpinisme combat sur le plan physique les effets dune vie trop sédentaire à laquelle nous contraint la civilisation moderne, de même il nous défend sur le plan moral des effets pernicieux du culte écrasant des intérêts matériels.

  • 15 ... ce qui n’empêche pas Sella de faire parfois preuve d’humour. Lors de ce même congrès de 1874, i (...)
  • 16 Giuliano Procacci. Histoire des Italiens. Paris, Fayard, 1969, p. 315.

29C’est une conception fort austère de la pratique de l’alpinisme qui se dégage. Elle est aux antipodes de limage caricaturale que l’on donne parfois de l’Italie, un pays bruyant, expansif, aimant faire la fête15. En revanche, cet état d’esprit est conforme à la philosophie de la droite historique qui gouverne alors l’Italie, « d’une intégrité qui confine parfois à l’ascétisme16 ».

  • 17 Le 14 avril 1882, Carolina Palazzi Lavaggi, auteur de la première ascension du Moncimour en 1879, p (...)
  • 18 A la différence de ce qui se passe en Suisse, elles ont toutefois la possibilité d’adhérer au club, (...)

30Tout ce discours est au masculin. On peut s’offusquer aujourd’hui du caractère sexiste d’un propos qui s’adresse à ceux qui sont capables d’éprouver de « mâles satisfactions ». Le sexe faible est exclu de cette histoire, même si on trouve quelques rares femmes intrépides qui osent, comme Alessandra Boarelli, protagoniste dune des tentatives infructueuses de juillet 63 au Viso17. Mais ce ne sont que des exceptions qui confirment la règle : la montagne, comme la politique, comme la guerre est une affaire d’hommes18.

Conclusion

31Cette affirmation du rôle socialisateur et formateur de l’alpinisme n’est pas une exclusivité italienne. On le retrouve, avec quelques nuances, dans d’autres pays de l’arc alpin. On en voudra pour exemple la façon dont les clubs de deux pays voisins, la Suisse et la France, se sont positionnés.

  • 19 Gianni Haver. Le Club alpin suisse 1863-1953. Première partie : linstitutionnalisation. Note de tra (...)

32En Suisse, le CAS19 joue dès ses débuts un rôle non négligeable dans la constitution de la nouvelle société civile et politique. Si l’on ne trouve guère de références à l’intérêt que présente la pratique de l’alpinisme en termes de fortification du corps et de développement des qualités morales, le Club apparaît comme un vecteur privilégié dune certaine forme de patriotisme et comme un lieu où s’affirme le sentiment d’appartenir à une communauté nationale, au-delà des appartenances et des singularismes cantonaux.

  • 20 Olivier Hoibian. Les origines du Club alpin français. Note de travail non publiée, 2001. 15 p.

33En France, le CAF20 est né avec un net décalage dans le temps par rapport à ses voisins. La déconfiture de 1870 en est la cause principale. Cela ne pouvait pas ne pas se traduire dans les statuts et la vocation assignée au Club. Si la fameuse devise « Pour la patrie, par la montagne » n’est apparue que plus tard, c’est bien déjà de cela qu’il s’agit dès 1874 : donner plus de force au patriotisme, former les soldats de demain. Ce souci se traduit par la rapide mise en place de caravanes scolaires, censées lutter contre le déclin de la nation française liée à l’amollissement de la jeunesse (thème largement récurrent dans la France des années 70).

  • 21 Un siècle d’imaginaire de l’Alpe. Mutation du récit d’ascension et fin de l’initiation institutionn (...)

34On ne peut donc qu’adhérer à la thèse avancée par Jean-Paul Bozonnet selon laquelle « les grandes institutions et notamment les appareils d’Etat se sont approprié l’imaginaire des Alpes (...) sen servant comme support initiatique »21, tout en divergeant un peu par rapport à la datation du phénomène. Alors que J. P. Bozonnet le situe dans les deux premiers tiers du XXe siècle, on peut sans crainte d’anachronisme le placer déjà dans le dernier quart du XIXe, à une époque où, pour diverses raisons, les différents pays de l’arc alpin étaient confrontés à des problèmes d’affirmation de leur identité, de renforcement de leur patriotisme, de formation de leur jeunesse.

  • 22 Une autre ascension à forte valeur symbolique mériterait d’être mise en avant. En juillet 1871, le (...)
  • 23 Sa double casquette d’alpiniste et d’homme politique a fait la joie des satiristes. Le fameux caric (...)

35Le parallèle entre l’Italie et ses deux voisins s’arrête là. Pour en revenir à l’objet central de ce colloque, le récit initiatique, ni la Suisse ni la France n’ont connu un tel « coup médiatique » lors de la création de leurs clubs alpins respectifs. Les choses se sont passées de façon plus linéaire et plus discrète, sans le recours à la mise en scène (puis à l’écriture d'une histoire) autour dune ascension. Faut-il voir là un avatar dune certaine théâtralisation de la vie publique italienne22 ? Théâtre ou pas, la mémoire de Quintino Sella, homme politique souvent réduit à sa face peu flatteuse de ministre des Finances-inventeur de taxes, rôle ingrat sil en est, méritait d’être réhabilitée23. Son rôle dans la construction dune identité nationale par, et autour de, la montagne doit être lui aussi revalorisé.

Haut de page

Notes

1 On pense par exemple à la déclaration d’Henri Duhamel sur l’inaccessibilité de la Meije par son versant sud. Dans une lettre du 6 octobre 1876, il écrit à A. Joanne, président du CAF « du côté des Etançons, plusieurs siècles devront s’écouler avant qu’on puisse dépasser l’endroit où mes braves guides ont établi une pyramide ». Ces propos imprudents seront démentis moins d’un an plus tard lors de l’ascension de Boileau de Castelnau et des Gaspard (le 16 août 1877).

2 Quintino Sella (1827-1884), est « laureato » en minéralogie en 1847. Intégré dans le corps royal des Mines, il fait une spécialisation à l’Ecole des Mines de Paris. A moins de trente ans, il est déjà membre de l’Académie des Sciences. D’abord enseignant et chercheur, il se lance ensuite dans la politique. Elu député en 1860, il sera à plusieurs reprises ministre des Finances, notamment dans les gouvernements Rattazzi (1862), La Marmora (1864-1865) et Lanza (1869-1873).

3 Lettre de Sella à son ami G.B. Rimini, citée dans Cronaca del club alpino italiano dal 1863 al 1888 par Scipione Cainer (éd. du CAI, 1889).

4 Jacques Peletier, auteur d’un poème sur la Savoye (1572) l’évoque par exemple en ces termes :
Tous les surpasse encore le Montvise
Planté au lieu que le Dauphiné divise
Du Marquisat [de Saluzzo ]

5 Cette ascension réussie faillit mal tourner pour lui à la suite d’un dévissage, ce qui aurait été une anticipation du drame du Cervin mais la corde fut assez solide et le guide put enrayer sa chute.

6 L’histoire na conservé que ces quatre noms et on a rapidement oublié que Sella et ses compagnons avaient bénéficié des services de trois guides locaux, dont le guide Gertoux dont l’expérience semble avoir été décisive. Il est d’ailleurs le seul à avoir atteint le sommet oriental, qui est le point le plus haut

7 Bartolomeo Gastaldi (1818-1878) fait des études de droit et devient d’abord avocat. Il se consacre ensuite à la géologie et rencontre Sella, avec qui il sympathise, lors d’un séjour à l’Ecole des Mines de Paris. De retour à Turin, il devient secrétaire de l’école d’ingénieurs (le futur Politecnico) où il enseigne. Il publie de nombreuses études de minéralogie et de paléontologie. Président du CAI de 1864 à 1873.

8 Ce texte, dont on a longtemps sous-estimé l’importance, a fait l’objet dune réédition critique en 1998 Una salita al Monviso. Lettera a Bartolomeo Gastaldi. Préface de Lodovico Sella (éditions Tararà, Verbania). Cette remarquable étude de Pietro Crivellaro, abondamment documentée, resitue parfaitement l’entreprise de Sella dans le contexte politique et culturel de l’époque.

9 Mais ne s’agit-il que du Viso ? Selon Crivellaro qui a retrouvé des documents provenant de Guido Rey (grand nom de l’alpinisme italien au début du XXe siècle et neveu de Sella), Rimini aurait évoqué un véritable complot devant permettre aux Italiens de gravir aussi le Cervin. On sait qu’ils jouèrent de malchance puisque l’équipe italienne montée par le versant sud fut devancée de peu par la cordée Whymper, montée par le versant suisse.

10 Cimino fondera rapidement une Rivista delle Alpi e degli Apennini qui jouera jusqu'en 1865 le rôle dorgane officieux du CAI, jusquau lancement du Bollettino del CAI à l’initiative de Gastaldi.

11 Outre les ministres de l’Intérieur et des Affaires étrangères, figurent le président de la Chambre des députés, le directeur de l’Observatoire astronomique de Brera, le baron Bettino Ricasoli et Cesare Ricotti, futur ministre de la Guerre (1870-76) et à ce titre réorganisateur de l’armée italienne

12 Lettre de François Pétrarque sur son ascension au Mont-Ventoux, traduite par H. Sebert et précédée dune étude par Gabriel Faure. Paris, Jacques Haumont, 1944, 48 p.

13 Dans le même registre, Sella écrit : « Nous sommes venus tout seuls, sans besoin d’étrangers ».

14 Ezio Nicoli. Monviso, re di pietra. Ed. Tamari, Bologna, 1972.

15 ... ce qui n’empêche pas Sella de faire parfois preuve d’humour. Lors de ce même congrès de 1874, il déclare en riant que, sil avait le malheur de redevenir ministre, il abolirait tous les impôts dès que tous les Italiens seraient montés au moins une fois sur les plus hauts sommets du pays.

16 Giuliano Procacci. Histoire des Italiens. Paris, Fayard, 1969, p. 315.

17 Le 14 avril 1882, Carolina Palazzi Lavaggi, auteur de la première ascension du Moncimour en 1879, présente une conférence sur les femmes alpinistes au siège de la section turinoise du CAI.

18 A la différence de ce qui se passe en Suisse, elles ont toutefois la possibilité d’adhérer au club, tout comme en France.

19 Gianni Haver. Le Club alpin suisse 1863-1953. Première partie : linstitutionnalisation. Note de travail non publiée, 2001, 23 p.

20 Olivier Hoibian. Les origines du Club alpin français. Note de travail non publiée, 2001. 15 p.

21 Un siècle d’imaginaire de l’Alpe. Mutation du récit d’ascension et fin de l’initiation institutionnelle in L’espace alpin et la modernité. Bilans et perspectives au tournant du siècle (sous la direction de Daniel Grange). Grenoble, PUG, 2002, pp. 339-354. Cet ouvrage rassemble les actes d’un colloque organisé par le CRHIPA (centre de recherche sur l’histoire de l’Italie et des pays alpins) les 23 et 24 septembre 1999.

22 Une autre ascension à forte valeur symbolique mériterait d’être mise en avant. En juillet 1871, le comte de St Robert, protagoniste heureux de la première italienne au Viso, gravit le Gran Sasso, histoire de rappeler que l’Italie du Sud n’est pas que le pays des citrons mais qu’on y trouve des montagnes. A la manière de Sella, il lance un appel à la jeunesse italienne pour quelle cesse de paresser dans les cafés et, "se ceignant les reins et empoignant l’alpenstock, quelle parcoure les montagnes d’Italie". Mais le Gran Sasso n’est pas le Viso et St Robert n’est pas Sella...

23 Sa double casquette d’alpiniste et d’homme politique a fait la joie des satiristes. Le fameux caricaturiste Teja dessine par exemple Sella devant les caisses vides le l’Etat, en train d’y mettre ses chaussures de montagne et déclarant : « mais je vous promets que j’amènerai cet été les fonds de l’Italie à des hauteurs qu’ils n’ont encore jamais atteintes ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Le Mont Viso, gravure anonyme vers 1862
URL http://babel.revues.org/docannexe/image/1318/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 825k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Paul Zuanon, « La première ascension italienne au Monviso (août 1863), acte fondateur de l’alpinisme italien », Babel, 8 | 2003, 71-85.

Référence électronique

Jean-Paul Zuanon, « La première ascension italienne au Monviso (août 1863), acte fondateur de l’alpinisme italien », Babel [En ligne], 8 | 2003, mis en ligne le 11 septembre 2012, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://babel.revues.org/1318 ; DOI : 10.4000/babel.1318

Haut de page

Auteur

Jean-Paul Zuanon

Chargé de recherche en science politique
CERAT- Institut d’études politiques de Grenoble

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org