Navigation – Plan du site

Le versant de l’ombre : jeunesse, montagne et alpinisme chez Marc Augier (Saint-Loup)

Une initiation politique
Emmanuel Nadal
p. 169-202

Résumé

Le journaliste romancier Marc Augier (dit Saint Loup), est un exemple type de ces hommes passés « d’une extrémité à l’autre du champ politique,… de Léo Lagrange à Heinrich Himmler », jusqu’à devenir « un hitlérien français. » Cette conversion s’articule autour de trois thèmes fondamentaux, l’esprit communautaire, la célébration de la jeunesse et de l’exercice physique en montagne, ces deux derniers présentant un caractère initiatique évident.

Haut de page

Entrées d’index

Personnes citées :

Saint-Loup
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Saint-Loup, Montagne sans Dieu, Amiot-Dumont, 1955, p. 129.

« Ma chère amie, le philosophe a dit : « L’important n’est pas de guérir, mais de vivre avec ses maux ». Je vis. »1

  • 2 « Anniversaire d’Hitler : un commando sioniste s’invite au meeting néo-nazi. Le groupe d’action jui (...)
  • 3 Revue d’histoire révisionniste, n°4, février-avril 1991, p. 199.
  • 4 Collectif, Rencontres avec Saint-Loup, Les amis de Saint-Loup, Paris, 1991, p. 160. Voir en outre s (...)

1Le 20 avril 1991, jour anniversaire de la naissance d’Adolf Hitler, un commando faisait le coup de poing lors d’une réunion de l’Association des Amis de Saint-Loup à la Maison des Mines de Paris2. Quatre mois après sa mort, en décembre 1990, le journaliste-romancier Marc Augier, plus connu après la Seconde Guerre Mondiale sous le pseudonyme de Saint-Loup, continuait ainsi d’alimenter la polémique, et sa réputation sulfureuse faisait le délice des échotiers de la rubrique des faits-divers. La Revue d’histoire révisionniste, qui relata à l’époque l’événement dans ses colonnes, tint à préciser que « la réunion n’avait rien de néo-nazi et [que] la date du 20 avril avait été substituée à celle du 26 avril pour des raisons de convenance personnelle, à la demande de la veuve de Marc Augier »3 .Ce que cette revue omettait de mentionner, dans un réflexe effectivement bien révisionniste, c’est que l’ouvrage Rencontres avec Saint-Loup, publié par Les Amis de Saint-Loup à l’occasion de cette commémoration, avait été, ainsi que le stipule le colophon, « composé en caractère monotype Weiss » (sic !) et, par un concours « inattendu » de circonstances, bel et bien « achevé d’imprimer […] le 20 avril 1991. »4 La date avait-elle, ici aussi, été choisie « pour des raisons de convenance personnelle » ?

  • 5 La table des matières égrène ainsi, dans l’ordre des contributions, les noms suivants (parmi lesque (...)
  • 6 Bardèche (Maurice), Qu’est-ce que le fascisme ?, Les Sept Couleurs, Paris, 1961.

2Cette hagiographie posthume de l’écrivain défunt, œuvre de disciples et d’admirateurs, au nombre desquels se trouvaient quelques-unes des plus fameuses plumes de la « nouvelle droite » radicale5, faisait ainsi implicitement référence — dans son colophon —, et explicitement révérence — dans l’essentiel de ses contributions — à la figure tutélaire d’Adolf Hitler, figure centrale dans la vie et l’œuvre de Saint-Loup, comme dans celles des nostalgiques qui l’entourèrent. A la lecture de ce recueil, il demeure d’ailleurs bien difficile de saisir les pudeurs de la revue d’histoire révisionniste. Pourquoi ne pas qualifier simplement l’initiative des Amis de Saint-Loup de « néo-nazie » puisque, autant Maurice Bardèche avait pu en son temps affirmer tranquillement être « un écrivain fasciste »6, autant Saint-Loup n’avait jamais rien dissimulé dans ses écrits de sa sympathie profonde, voire de sa fascination, pour le national-socialisme et les principes qu’il véhicula ?

  • 7 Augier (Marc), Les Copains de la Belle Etoile, Denoël, 1941, p. 246.
  • 8 « Groupement des énergies françaises pour l’unité continentale »
  • 9 Le sort des armes conduira Marc Augier à publier après-guerre sous le pseudonyme de Saint-Loup. Il (...)

3Cette sympathie s’exprimait ainsi dès son premier roman7, dans lequel un des personnages, Paul Marcheron — auquel Marc Augier avait prêté ses propres traits — se décrivait sans vergogne, au terme d’un chaotique cheminement personnel, comme un « hitlérien français ». Le parcours de Marc Augier durant la Seconde Guerre Mondiale ne devait pas démentir cette première révélation romancée : journaliste à La Gerbe, responsable des « Jeunes de l’Europe Nouvelle » — mouvement de jeunesse du groupe « Collaboration »8 d’Alphonse de Châteaubriant — puis engagé dans la Légion des Volontaires Français contre le bolchévisme pour finir à la division Charlemagne de la Waffen SS, Marc Augier n’a jamais fait mystère de son engagement. Celui-ci lui vaudra l’exil en Amérique latine et la condamnation à mort par contumace en 19489. Il lui vaudra aussi de devenir, passée l’amnistie de 1953, un des inspirateurs récurrents de nombreux courants de la « nouvelle droite » radicale.

4Pour autant, cette trajectoire n’a que l’apparence d’une inclination nécessaire, d’un mouvement rectiligne et uniforme vers le nazisme, et, de fait, les premiers engagements du jeune Marc Augier l’orienteront d’abord vers la SFIO, à travers l’expérience du Centre Laïque des Auberges de Jeunesse. C’est donc bien d’une conversion dont il faudra parler ici, et qui revêt, au fond, toutes les dimensions d’un parcours initiatique. Et ce sont les causes, les circonstances de cette conversion et les modalités de cette initiation qu’il nous faudra expliciter : né à Bordeaux le 19 mars 1908, élevé dans une famille de la petite bourgeoisie bordelaise, industrielle et commerçante, fils d’une mère catholique et d’un père protestant, l’édification de Marc Augier est en partie le produit de ses origines, de son éducation, mais certainement aussi le produit des frustrations et des incertitudes de l’entre-deux-guerres.

  • 10 Sternhell (Zeev), Ni droite ni gauche. L’idéologie fasciste en France, Complexe, 2000, p. 145.
  • 11 Dobry (Michel), Sociologie des crises politiques, Presses de la FNSP, 1992.
  • 12 Loubet del Bayle (Jean-Louis), Les non-conformistes des années 30, Seuil, Points/histoire, 2001.
  • 13 Ory (Pascal), La Belle Illusion : culture et politique sous le signe du Front Populaire, Plon, 1994

5Son édification personnelle et son parcours politique sont à l’image de cette période sensible, époque de la « crise des vieilles choses », pour reprendre la formule de Zeev Sternhell, moment critique en effet, où « […] les réalités sociales, le mode de vie, le niveau technologique et, à beaucoup d’égards la vision que se font les hommes d’eux-mêmes changent plus profondément qu’à aucun autre moment de l’histoire moderne », époque charnière durant laquelle « […] la conscience de vivre dans un monde qui change avec une rapidité jamais connue dans le passé prend corps très clairement et se répand très largement »10. Dans cette situation de « conjoncture fluide »11, tous les retournements d’allégeance, toutes les déloyautés intellectuelles (mais aussi tous les repentirs) sont possibles, et Marc Augier ne fera pas vraiment figure d’exception en passant de la sorte, comme nombre de « non-conformistes des années 30 »12, d’une extrémité à l’autre du champ politique en l’espace de quelques années : du compagnonnage de la SFIO et du Centre Laïque des Auberges de Jeunesse à la « camaraderie virile » de la Légion des Volontaires Français puis de la Waffen SS, de Léo Lagrange à Heinrich Himmler, de la « belle illusion » du Front Populaire13 aux « illusions perdues » du front de l’est, du pacifisme intégral à la guerre totale.

  • 14 Sans nécessairement aller, il faut le constater, jusqu’à l’engagement « physique » dans des corps c (...)
  • 15 Pour une approche de cet itinéraire, voir Moreau (Jérôme), Sous le signe de la roue solaire. Itinér (...)
  • 16 Saint-Loup, « Alphonse de Châteaubriand, entre Jésus et Hitler », article initialement publié dans (...)

6Quiconque s’intéresse à l’histoire des années 1930 comprendra bien vite que la conversion idéologique de Marc Augier, pour paradoxale qu’elle puisse paraître a priori, ne représente ni un exemple isolé ni une posture nécessairement incohérente, voire irrationnelle. D’une part, ce passage radical, quoique progressif, de la gauche du champ politique à son extrême opposé ne lui est pas spécifique — nombre de « professionnels du verbe », et pour beaucoup d’une autre valeur littéraire que lui, ont suivi ce genre de chemins de traverse14. D’autre part, il s’inscrit dans une chaîne d’interdépendances, complexe mais intelligible, mêlant aux perturbations d’un contexte historique, culturel et politique turbide, un parcours sinueux d’édification personnelle. Ce n’est donc pas tant la description exhaustive, sur la longue durée, de l’itinéraire politique de Saint-Loup15 qui nous intéresse ici, que l’exploration de ses « années de conversion », celles de la « transformation » de Marc Augier en Saint-Loup, de « [sa] mutation subie du socialisme au national-socialisme »16.

  • 17 Cette allusion à l’œuvre maîtresse de Eugen Guido Lammer n’est évidemment pas fortuite, nous l’expl (...)

7Et c’est la mise à jour des éléments constitutifs et explicatifs de cette conversion qui nous préoccupera. Parmi ces éléments moteurs, sans prétendre en faire la clé d’interprétation unique et exclusive du personnage mais en les posant néanmoins comme absolument centraux dans son parcours, il nous semble nécessaire de mettre en avant le rôle joué par trois paramètres cruciaux : la fascination de Marc Augier pour les mouvements de jeunesse et le principe communautaire, son attraction pour la nature, et enfin son obsession de l’activité physique et du plein air. Ce triple appel à la jeunesse, à la nature et à la force s’exprimera d’abord, à partir du milieu des années 1920, à travers une passion jamais démentie pour les sports mécaniques — aviation, motocyclisme — puis, dès le début des années 1930, à travers la pratique assidue des sports de montagne. Tous ces éléments, jeunesse, montagne et sports, seront dans les faits indissociables aux yeux de Marc Augier, intimement convaincu que la montagne peut et doit constituer un espace privilégié pour le « sain épanouissement » physique et moral de la jeunesse, qu’elle représente à ce titre un espace inégalable d’initiation, bref qu’elle est, au sens strict, « fontaine de jouvence »17.

  • 18 Nous faisons ici référence à la production journalistique de Marc Augier à ses débuts, de la fin de (...)
  • 19 En incluant même une large part de ses écrits produits durant la guerre pour la presse collaboratio (...)
  • 20 Voir notamment Augier (Marc), Les copains de la Belle Etoile, Denoël, 1941 ; Saint-Loup, Face Nord, (...)
  • 21 Voir notamment Augier (Marc), « L’enfant en plein air », dans Collectif [Préface de Hazard (Paul)], (...)

8Cette clé d’interprétation repose sur un premier constat d’évidence : l’essentiel de la production littéraire de Marc Augier, sur la période courant du début des années 193018 jusqu’aux dix premières années de l’après-guerre19, s’articule autour de ces trois thèmes fondamentaux. De manière récurrente et systématique, la célébration conjointe de la jeunesse, de l’esprit communautaire et de l’exercice physique en montagne, va ponctuer l’essentiel de ses articles et de ses ouvrages, qu’il s’agisse de son œuvre romanesque20 ou bien encore d’essais et de témoignages divers21 : la jeunesse, la montagne et l’alpinisme vont de la sorte constituer à nos yeux la matrice de sa conversion. Sa fréquentation des jeunes, corrélée à sa fréquentation de la montagne, lui fournira ainsi tout un répertoire métaphorique lui permettant de se représenter le monde et de donner sens à ses engagements.

9Jeunesse et montagne seront ici initiatiques dans la double dimension du terme : en premier lieu en ce qu’elles offriront à Marc Augier un cadre global de socialisation, dispensateur de puissantes valeurs, qui seront à la base de sa socialisation politique ultime ; en second lieu en ce que l’ascension se présentera fondamentalement à lui comme un rite de passage, l’appréhension de la montagne et de l’alpinisme relevant bien souvent chez lui de l’épreuve ordalique.

1 • De l’aventure solitaire au(x) mouvement(s) de jeunesse(s) : copains ou initiés

  • 22 « A mes copains des Auberges de Jeunesse qui furent guidés par la belle étoile d’un monde meilleur, (...)
  • 23 « Il y a du Marc Augier dans Olivier, le jeune monarchiste désabusé qui se retrempe parmi les jeune (...)
  • 24 « Il avait vingt-six ans. Tout enfant il avait eu le goût violent de la mécanique et surtout de la (...)
  • 25 Voir notamment, dans le personnage d’Appelbaum, la référence implicite au couple Grunebaum-Ballin, (...)
  • 26 Il est intéressant de reproduire in extenso l’extrait halluciné de cette « révélation », car il fai (...)
  • 27 « Les jeunes hitlériens étaient souriants et fiers comme si la petite troupe venait à peine de desc (...)

10Par-delà sa forme romanesque, Les copains de la Belle Etoile, publié au début de la guerre chez Denoël, présente tous les aspects de l’introspection autobiographique. Ce premier roman de Marc Augier contribuera grandement à sa notoriété montante ; il est dédié « à [ses] copains des Auberges de Jeunesse »22. La galerie de personnages qui anime cette « fiction » puise en fait à plein dans son propre parcours23. Ce procédé stylistique récurrent dans son œuvre romancée — traduisant sinon un profond narcissisme du moins un goût certain pour la célébration de sa personne — permettra à Marc Augier, sous le couvert de la fiction, de s’incarner en divers caractères, tous porteurs de stéréotypes et de valeurs particulières. Deux personnages émergent ici du tableau, qui figurent le Janus qu’est Marc Augier dans ses années de conversion, et qui illustrent la maturation en lui de pulsions contradictoires à résoudre : d’un côté Jean Laval, jeune motard bordelais24, aventurier solitaire qui trouvera dans les Auberges de Jeunesse, puis dans l’alpinisme, un sens ultime à son existence, de l’autre Paul Marcheron, militant acharné de la communauté ajiste, rédacteur en chef de la « Voix des Auberges », défenseur de l’amitié entre les peuples et pacifiste convaincu à l’heure de « la montée des périls ». Dénonçant avec la guerre la « trahison » de l’esprit ajiste par ses responsables25, Paul Marcheron y décèlera naturellement la manifestation du « complot juif »26, leitmotiv classique, et il parachèvera de la sorte sa conversion au national-socialisme, débutée quelques années plus tôt avec la découverte des Jeunesses hitlériennes lors d’un « camp de rapprochement franco-allemand » des Auberges de Jeunesse27. Ces deux personnages, Laval et Marcheron, se croisent, se rencontrent, leurs trajectoires s’entremêlent tout au long du roman et, par-delà la fiction du récit, font écho précisément au propre parcours de Marc Augier.

  • 28 Augier (Marc), Les copains…, ouvr. cit., p. 52.
  • 29 « Le 4 juillet 1928 ! Il avait vingt ans, c’est là que commençait sa vie », Augier (Marc), Les copa (...)
  • 30 « Oui, il en avait vu en six années. Il avait parcouru toute l’Europe, l’Afrique du Nord, traversé (...)

11Jean Laval, c’est le Marc Augier de l’aventure solitaire, du milieu des années 1920 au début des années 1930. Baccalauréat en poche, après un passage rapide et sans enthousiasme par la faculté de droit, Marc Augier décide de suivre son propre cap au gré de ses passions naissantes, agressives et mécanisées : en août 1927, à l’école Blériot près de Versailles, une première expérience malheureuse dans l’aéronautique se conclue par un crash mais ne décourage pas pour autant son « goût violent de la mécanique ». C’est alors sur le motocyclisme, on l’a déjà évoqué, qu’il va focaliser son attention. Il fonde en 1928 le Motocycle Club Universitaire de Bordeaux et du Sud Ouest — « […] bien que n’ayant pas la moindre moto et ne faisant plus partie de l’université »28 — seul moyen pour un jeune désargenté d’avoir accès à l’objet de ses convoitises. Et c’est déjà une manière d’ « appel » vers les cimes, puisque ses premières « conquêtes » le conduisent vers les Pyrénées, où, à vingt ans à peine, il réalise, à moto, la première traversée d’Andorre29 et la première ascension du Pic de Lanoux. Suivront plusieurs années de pérégrinations, à peine interrompues par le service militaire, qui mèneront Marc Augier de part et d’autre de l’Europe, et jusqu’à l’Afrique du nord, lui donnant par là même l’occasion de découvrir la montagne et le ski, sans qu’il ne saisisse bien pour autant quelles significations donner au fond à ces incessants voyages30.

  • 31 Augier (Marc), Les copains…, ouvr. cit., p. 68.
  • 32 « Cette absurde course à la mort [l’auteur décrit une course en automobile contre le train rapide P (...)

12A cette étape du roman, désorienté et sans projet, Jean Laval rencontre Bob. Tous les deux « animés d’une même passion pour les bêtes racées à deux ou quatre roues »31, ils se lancent dans les défis motorisés les plus osés32, pour finalement trouver dans les Auberges de Jeunesse un cadre institutionnel pour canaliser leurs énergies.

13De la même manière, au retour de ses premiers vagabondages motocyclistes, Marc Augier fera la connaissance de Robert Sexé, en qui Jérôme Moreau (ou Ludovic Morel) voit un premier initiateur :

  • 33 Moreau (Jérôme), Sous le signe de la roue solaire. Itinéraire politique de Saint-Loup, L’Æncre, 200 (...)

Sexé n’est malheureusement pas resté à la postérité, mais Augier saura déceler dans cet homme saisissant, personnage célinien par excellence, un maître à penser. Journaliste au Cri des Auberges de jeunesse, sportif passionné de moto, Robert Sexé était un érudit qui a sans nul doute laissé son empreinte sur la pensé politique d’Augier. Ils étaient de la même pensée, du même idéal. Leur grande amitié était née sur les routes au cours de nombreux raids qu’ils exécutèrent ensemble à moto, mais aussi dans les Auberges de jeunesse. Elle devait se poursuivre après l’aventure ajiste à La Gerbe et au Combattant européen, et survivre à la guerre et à l’exil33.

  • 34 « On entrait alors aux auberges comme à l’église, parce qu’on avait besoin de croire, parce que c’é (...)

14Quant à Paul Marcheron, c’est le Marc Augier de l’utopie communautaire, constamment écartelé entre deux exigences contradictoires : agir en chef et se chercher dans le même temps une direction de conscience. Tout comme Paul Marcheron, Marc Augier appréhende le mouvement des Auberges à la fois avec le besoin d’agir et avec le besoin de croire34.

  • 35 « Les communistes adoraient Lénine, mais nous avions Giono. A chacun son dieu. On approchait de la (...)
  • 36 « Dans leur communion […], ils ne pouvaient apercevoir le ciel chargé d’orages. Ils ne savaient pas (...)

15Le couple Grunebaum-Ballin, puis Léo Lagrange, vont répondre à son besoin d’agir, en l’accueillant au sein du CLAJ et en lui ouvrant les portes du sous-secrétariat d’Etat aux loisirs du Front Populaire. Mais, avec Robert Sexé, c’est chez Jean Giono qu’il ira étancher son besoin de croire au milieu des années 1930. L’expérience du Contadour constitue une césure majeure dans son édification idéologique, sa montagne aux écritures35 : culte de la nature, répulsion pour la vie urbaine, aversion du matérialisme et pacifisme intégral vont dès lors constituer le substrat latent de sa pensée politique. D’où une première prise de distance avec l’ajisme, lorsque le mouvement, victime de son succès et d’une crise de croissance, liée à l’essor du Front Populaire, traverse aux yeux de Marc Augier une dérive « consumériste ». L’Auberge de Jeunesse n’est plus alors le lieu du retour respectueux à la terre, de l’effort physique roboratif, un monde élitiste d’initiés, comme le Contadour le lui avait révélé, mais semble se muer en une hôtellerie de masse à bon marché36.

  • 37 Quoique Giono n’ait pas fait grand mystère de sa propre fascination pour l’Allemagne hitlérienne. V (...)
  • 38 « En 1937, je n’étais qu’un petit socialiste bêta, nuance S.F.I.O., co-fondateur et animateur du Ce (...)
  • 39 « Me voici devant Alphonse de Châteaubriant. […] Physiquement il emporte l’adhésion du religionnair (...)
  • 40 « L’Allemagne actuelle n’a aucun projet contre la France. Cet esprit de proie que nous lui prêtons (...)
  • 41 « Paul Marcheron éclata de rire. Il rentrait tout juste de son deuxième camp franco-allemand d’Heid (...)
  • 42 Augier (Marc), Les copains…, Denoël, 1941, p. 191. Notons au passage la ressemblance frappante de c (...)

16L’autre rencontre est plus radicale encore37. Il s’agit d’Alphonse de Châteaubriant, qui entérinera la conversion définitive d’Augier au national-socialisme et son adhésion à la collaboration active. D’abord littéraire, avec la lecture en 1937 de La gerbe des forces38, la rencontre sera ensuite physique, en 1939 : contact nécessaire aux yeux de Marc Augier, pour qui le monde des idées est indissociable de celui des sensations brutes et pour ainsi dire « tactiles »39. Dans La gerbe des forces, Châteaubriant chante les louanges du nazisme, dépeignant une Allemagne inoffensive et pacifique, pacifiée et disciplinée, unifiée autour du principe du chef40 : autant d’indices qui ne peuvent que conforter Marc Augier dans ses propres obsessions d’ajiste, dans son engagement pacifiste, dans sa foi en une « jeunesse européenne », et dans son désir d’ordre41. Si « Hitler est bon », comme le dit Châteaubriant, sa jeunesse est, aux yeux de Marc Augier, meilleure encore, disciplinée, pétrie de certitudes et élevée dans le culte du corps, de la nature et de l’effort. D’où une seconde rupture. Ce que l’ajisme a manqué, par matérialisme et par individualisme libéral, les Wandervögel puis la Hitlerjugend l’ont accompli : « mieux vaut Hitler que le Front Populaire » et « un ajiste vivant et qui chante vaut mieux qu’un héros mort et silencieux sous la terre. »42

  • 43 En rupture avec l’ajisme, les deux se retrouvent ainsi avec quelques autres pour un camp d’altitude (...)

17Jean Laval et Paul Marcheron figurent donc le double visage romancé de Marc Augier : le jeune aventurier égocentrique en quête d’un idéal, le Marc Augier de la moto et de la montagne, et l’individualiste forcené en attente de socialisation, le Marc Augier des mouvements de jeunesse. Mais lorsque l’idéal des Auberges de Jeunesse s’étiole, c’est bien dans la montagne que Jean Laval et Paul Marcheron trouvent un exutoire commun à leurs déceptions et frustrations43.

  • 44 Mosse (George L.), De la grande guerre au totalitarisme, Hachette Littératures, 1999.
  • 45 Héritage direct de la Première Guerre Mondiale, premier conflit mécanisé qui a vu émerger une nouve (...)
  • 46 On sait ainsi, par exemple, ce que le fascisme italien dut au manifeste futuriste et à l’Opera Nazi (...)

18Dans la figure de Marc Augier se dessine ainsi une forme de parangon de ce que l’historien George L. Mosse décrit avec justesse comme la « brutalisation des esprits européens » dans l’entre-deux-guerres44. Et l’on retrouve de fait dans ses passions de jeunesse — bien avant même sa conversion finale au national-socialisme — tous les caractères propres à une jeunesse engagée, sans en avoir nécessairement la claire conscience, sur les voies de la radicalité politique : culte violent de la vitesse, à travers les sports mécaniques45, dilution de l’individu dans la communauté, à travers les mouvements de jeunesse, enfin célébration et appropriation concomitantes de la nature — de préférence ensauvagée et hostile — bien exprimées par l’alpinisme46.

  • 47 Pour une comparaison stimulante, voir Winock (Michel), Nationalisme, antisémitisme et fascisme en F (...)
  • 48 On remarquera incidemment que ces deux formes de récits sont le plus souvent mêlées dans les livres (...)
  • 49 Tous ces éléments sont condensés dans le récit de sa traversée hivernale de la Laponie, à ski, en 1 (...)
  • 50 « L’homme retrouve à ces latitudes, à cette époque de l’année, des conditions de vie aussi voisines (...)
  • 51 « En reprenant contact avec la vie élémentaire, la génération du camping à retrouvé d’instinct, un (...)
  • 52 « Nous avons chaussé les skis de fond sur la piste lapone en pensant qu’il doit y avoir un commence (...)
  • 53 Poliakov (Léon), La causalité diabolique. Essai sur l’origine des persécutions, Calmann-Lévy, 1994.
  • 54 « Je vomis un corps social qui a le culot de se décerner des palmes démocratiques et qui laisse enc (...)

19En tout état de causes, la prose de Marc Augier est topique du discours fascisant diffus dans l’entre-deux-guerres : elle en condense les schèmes essentiels47, qu’elle relève du témoignage vécu ou du roman48. Elle s’enracine tout d’abord dans le substrat récurrent, fondamental, de la décadence de la société française ; une idée solidement ancrée dans les esprits et qui n’est pas spécifique à Marc Augier. Les causes de la décomposition sont multiples à ses yeux : effets délétères et émollients de l’urbanisation, absence d’idéal d’une société française sénilisée par les pertes de la guerre de 14-18 et paralysée par les discours et le parlementarisme bourgeois… Les réponses qu’il apporte sont à l’avenant, et mêlent l’anti-modernisme et l’anti-intellectualisme au darwinisme social et au déterminisme racial49 : d’abord son expérience des voyages et sa rencontre avec Giono lui suggèrent la nécessité d’une rupture radicale avec la civilisation, d’un retour à la nature50 et aux certitudes de l’instinct51, ensuite son goût pour l’action et les sports de montagne lui dicte une morale de la régénération par l’effort, le sacrifice et la souffrance52, enfin la théorie du « complot démocratique » le conduit — suivant le déterminisme classique de la causalité diabolique53 — sur la voie de l’autoritarisme et du racisme54.

  • 55 Augier (Marc), Jeunesses d’Europe, unissez-vous ! (Causerie donnée le 17/05/1941 à Paris sous les a (...)

20La montagne va constituer de la sorte le lieu privilégié d’expression de la mystique de conversion de Marc Augier : la nature y est encore préservée des outrages de la civilisation — dénonciation de la décadence du corps social et mythification d’un âge d’or —, l’élévation se gagne au prix d’efforts intenses et périlleux — célébration de la force, mystique du combat et de la virilité —, et c’est enfin un espace comme prédestiné à la sélection et à l’élection — principe aristocratique et culte du chef. S’exprime alors dans l’initiation un discours de l’ordre de la révélation : l’initié est celui qui accède, au terme d’une mise à l’épreuve, à la révélation d’un ordre supérieur qui lui était jusqu’alors caché ou inaccessible. Initié, il devient élu et peut à son tour se faire initiateur et guide. La communauté de jeunesse à laquelle aspire au fond Marc Augier n’est donc pas, on l’aura compris, une communauté ouverte, libre et égalitaire, une communauté de « copains », elle est tout au contraire un cercle aristocratique, fermé et hiérarchisé, un cercle de « héros » constitué autour d’« une phalange de jeunes élites »55, qu’il s’agisse des « Jeunes de l’Europe Nouvelle » ou de la jeunesse en noir de la Waffen SS. Et l’alpinisme, conçu dans une dimension profondément mortifère et ordalique, va signifier aux yeux de Marc Augier une forme de rite de passage par lequel cette élite se trouvera désignée. C’est la montagne, sacrificielle, qui se charge dans les romans de Marc Augier, de sélectionner les forts, de les confirmer dans leur force, et d’éliminer les faibles.

2 • Ordalies en « Face Nord » : l’alpinisme mortifère comme rite de passage

21Pour commencer, comme dans toute initiation, tout le monde n’aura pas le même accès à la révélation et ni même simplement le droit de faire face à l’épreuve commandée par la montagne. La valeur de l’initiation tient d’abord au fait qu’elle s’adresse à un groupe particulier, seul jugé digne d’en percevoir le mystère. En l’occurrence, trois catégories d’humanité seront ainsi d’emblée tenues à l’écart de la célébration de la force et de la virilité que Marc Augier met en scène dans ses romans de montagne : les Juifs, les personnes âgées et les femmes. La montagne est avant tout la terre d’élection de la jeunesse, et tout particulièrement d’une certaine jeunesse, virile et aryenne.

  • 56 Winock (Michel), Nationalisme,…, ouvr. cit., p. 356-357.
  • 57 Mosse (George L.), L’image de l’homme, l’invention de la virilité moderne, Abbeville, 1997, p. 76-7 (...)
  • 58 Winock (Michel), Nationalisme,…, ouvr. cit., p. 339.
  • 59 Voir note 26. Cette dénonciation occupe une très large place dans les écrits journalistiques de Mar (...)
  • 60 Ce roman est rédigé à la fin de la guerre alors que Marc Augier, saisi d’une véritable fièvre obsid (...)

22Concernant les Juifs, Marc Augier ne fait que mettre ses fictions alpines en accord avec sa conception raciste du monde. Il reprendra en fait à son compte tous les stéréotypes bien connus, que Michel Winock avait très finement décodés dans son étude sur le roman Gilles de Drieu La Rochelle : « Le Juif est l’antiphysique, l’esprit désincarné, la valeur fiduciaire prétendant se substituer à la monnaie métallique ; bref, une personnalisation de l’abstrait. De Myriam, Drieu donne cette clé : “Dans son milieu, on ignorait toute expérience physique : que ce fût le sport, l’amour ou la guerre”. »56 Étranger à toute expérience physique, contretype veule et maladif de la virilité fasciste57, il est, nous dit Winock, au contraire de l’Homme d’Action, « l’Homme de la Transaction et de la Tractation »58. Durant toute la période de la Collaboration, notamment dans Les copains de la Belle Etoile publié sous Vichy, Marc Augier avait pu donner libre cours aux interprétations du genre et imputer violemment aux Juifs l’échec de la révolution des loisirs de plein air d’avant-guerre59. Avec Face Nord, son premier roman intégralement situé en montagne, et publié après la guerre, il avance à visage couvert par la force des événements60, mais n’en perpétue pas moins le stéréotype, situant dorénavant en creux ce qui apparaissait jusqu’alors en plein.

23Marc Augier (qui est devenu Saint-Loup) met ainsi en scène le personnage de Landau, jeune recrue du chantier de Jeunesse et Montagne qui constitue la toile de fond de l’ouvrage. Landau est Juif, ainsi qu’on l’apprend au début du roman, au cours d’un dialogue avec ses camarades, en route vers le centre de J.M. où ils doivent être « mis à l’épreuve » par le chef Guido La Meslée :

  • 61 Saint-Loup, Face Nord, Arthaud, 1947, p. 50.

« Il paraît que, dans les centres de Jeunesse et Montagne, il n’y a que des rutabagas à bouffer !
— Sans compter, précisait Landau, qu’on ne touche à peu près rien comme solde !
— T’es pas un peu juif, toi ? lançait Michelin qui était à l’écoute.
— Si, j’suis juif…et après ? Ça te dérange ? s’insurgeait Landau.
— Oh, moi, tu sais ! J’m’en fous ! Mais si monsieur vient à J.M. pour le pognon ou pour spéculer sur les terrains de ski, je crois que monsieur s’est trompé. »61

24Il n’est évidemment pas nécessaire de s’attarder sur cette première image, rebattue et bien épaisse, du Juif vénal et spéculateur. Mais les trois courts épisodes dans lesquels Landau apparaît dans la suite du roman constituent des éléments de réflexion plus roboratifs. Ainsi, au matin de la première sortie en montagne, Landau se fait porter pâle :

  • 62 Saint-Loup, Face Nord, ouvr. cit., p. 69.

« — Ça se lève. Rassemblement devant le chalet à 8h.30. En tenue et avec le matériel. Landau, vous êtes malade, naturellement ?
— Oui, chef, ça ne va pas du tout. Ah, mais pas du tout !
— Comme d’habitude ! Vous serez consigné pendant huit jours. Cela vous procurera le repos dont vous avez grand besoin. Vous pouvez vous dispenser de nous accompagner. Tout le plaisir sera pour nous. Il s’agit d’une promenade, pas d’une corvée… »62

25Plus symptomatique encore, car cela touche à l’esprit d’équipe et au sacro-saint principe communautaire, Landau, après sa chute lors « de la course de grand fond par patrouilles » mettant aux prises les skieurs de divers centres de Jeunesse et Montagne, force l’équipe à le transporter en traîneau, ce qui la prive de la victoire. Bien vite, ses camarades soupçonnent une simulation :

  • 63 Saint-Loup, Face Nord, ouvr. cit., p. 115-116.

« Vous pouvez le laisser, chef… on lui a pas fait de mal. Juste quelques dents cassées et un œil au beurre noir. Si vous écoutez ce filou, il vous dira qu’il est mort.
— Mais, que se passe-t-il ?
Mathis lissa ses cheveux. “Voilà…On entre dans le dortoir, avec Balmat, et qu’est-ce qu’on voit ? Le Landau qui s’était levé et qui dansait entre les lits…Son accident ?…Une blague !…D’ailleurs, le toubib n’y a pas coupé…Je l’ai interrogé. Alors, avec Balmat, on a fait faire au Landau des aveux spontanés. Il a craché le morceau. Sa patte cassée ? Combine ! C’était du transport en commun, pour épargner sa petite nature !…Salaud, va !…Tu nous en as fait baver, mais tu iras au plumard pour de bon ! »63

26Au final, pris dans un soudaine tempête lors d’une montée au col de la Lauze, chutant puis perdant ses skis, incapable de suivre le groupe dans la retraite, Landau se perdra pour toujours dans le froid et le brouillard :

  • 64 Saint-Loup, Face Nord, ouvr. cit., p. 132.

« C’était fini pour Landau.
“Même s’il est en train de tourner en rond, jamais il ne passera la nuit. Avec le moral qu’il a !” »64

  • 65 Il est intéressant ici de relever la « coïncidence » suivante : Guido La Meslée (le chef de J.M. en (...)

27Voici donc dressé en trois tableaux et épilogue la figure du Juif cupide, simulateur et traître à la communauté, sans force ni volonté. La sanction est sans appel. Certes, Landau ne sera pas le seul à disparaître dans la tempête65, mais cette présentation orientée n’apparaît pas sans arrière-pensée...

  • 66 Cette gérontophobie est déjà sensible dans Les copains de la Belle Etoile : « La France éternelle ? (...)
  • 67 « Etre jeune, être un homme nouveau dans cette France au cœur sec, au visage maintenant ridé par le (...)
  • 68 « Guido regagna l’hôtel. […] Peu de monde. […] Des dames âgées (les “punaises de la vallée” dont pa (...)

28Pour ce qui est des personnes âgées, nous avons déjà vu combien la sénéscence de la société française, consécutive aux pertes humaines de la Première Guerre Mondiale, avait joué dans l’émergence d’un discours fascisant en France. La jeunesse française à laquelle Marc Augier s’associe ne veut pas se reconnaître dans une élite chenue, associée dans son esprit à la décadence du « vieux monde », et elle le fait savoir66. Ce sentiment de méfiance envers les générations passées, portant le poids de la guerre et soupçonnées de ne pas avoir mesuré la portée de la défaite, ne sera pas sans conséquences sur les rapports complexes et conflictuels que Marc Augier entretiendra avec les institutions de la collaboration : la gérontocratie qui s’installe à Vichy avec le Maréchal Pétain lui sera très vite suspecte, car insuffisamment active et vigoureuse à son goût et affichant à ses yeux un juvénisme de façade, ce qui précipitera son engagement à la LVF. Marc Augier sera mordant à ce sujet dans ses articles de presse et dans ses conférences67, moins dans sa littérature alpine, quoiqu’il ait par endroits quelques expressions cruelles sur la question68. Mais en tout état de cause sa passion va toute entière à la jeunesse et ses héros montagnards seront des jeunes... hommes.

  • 69 « […] il nous paraît nécessaire pour la conservation de nos races, pour maintenir la dynamique de n (...)
  • 70 « […] Instruit par des années d’expérience des mouvements de plein air, je me refuse absolument à d (...)

29Car le rôle que Marc Augier assigne aux femmes ne souffre pas l’ambiguïté. D’une manière générale, l’initiation de la jeunesse étant d’abord conçue comme un combat69 — et c’est en cela que l’alpinisme constituera une épreuve pertinente —, les jeunes femmes ne sont pas conviées à y participer directement. C’est d’abord à une jeunesse virile que Marc Augier aspire. Echaudé par sa prime expérience des Auberges de Jeunesse — accusées par ses détracteurs d’avant-guerre d’avoir favorisé la dépravation et la dissolution des mœurs en faisant cohabiter garçons et filles —, il se pose dorénavant en ardent défenseur d’une stricte séparation des sexes d’inspiration nazie70.

  • 71 « Solitude. Jean n’avait jamais connu de femmes ou presque. La passion dévorante de sa jeunesse n’a (...)
  • 72 Saint-Loup, Montagne sans Dieu, ouvr. cit., p. 16.
  • 73 « L’amour, comme les poumons, a besoin d’oxygène et ne résiste pas à certaines promiscuités… sans p (...)
  • 74 « Les équipiers peuvent faire ce qui leur plaît en dehors du service. Aucun inconvénient ! Au contr (...)
  • 75 « Je ferai de vous de grands alpinistes. C’est une affaire entendue. Ca n’est pas suffisant ! N’imp (...)
  • 76 « “Voyons murmura Guido, qu’est-ce qui est le plus correct ? “Accès interdit aux femmes”… ou bien : (...)
  • 77 « “Ton installation aux Mazots n’est pas désirable. J’ai besoin de tout mon courage. De toute ma du (...)
  • 78 Une telle approche se situe hors de notre domaine de compétence, mais serait possible et vraisembla (...)

30De sorte que les héros montagnards de Marc Augier se présentent essentiellement comme de jeunes hommes solitaires. Jean Laval parcourt le plus souvent seul la montagne71. Francis Crétier, le guide de Montagne sans Dieu, le « meilleur grimpeur du monde » qui, malgré « un masque d’une laideur repoussante »72, suscite les accès de nymphomanie de toutes ses clientes, ne cède guère aux tentations de la chair73. Quant à Guido La Meslée, il n’a qu’une obsession, tout au long de Face Nord : soustraire ses jeunes stagiaires de Jeunesse et Montagne à la présence des jeunes filles lors de leur initiation74, afin d’en faire « les représentants d’une humanité supérieure »75. Pour ce faire, il ira même jusqu’à instaurer un espace de ségrégation sexuelle dans la vallée où se situe le chalet de Jeunesse et Montagne dont il a la charge76 ! D’ailleurs, les « chefs » eux-mêmes donnent l’exemple de l’ascèse et de la chasteté : Francis Crétier préfère quitter son épouse légitime, une citadine qui ne « comprend pas » la montagne, pour poursuivre sa quête spirituelle sur les sommets, et Guido La Meslée oblitère son lien marital77 pour se consacrer pleinement à la formation de ses jeunes recrues. Notre objet n’est pas ici de proposer une lecture psychanalytique78 de cette différenciation sexuelle radicale, mais de relever ce que la prose d’Augier emprunte sur ces thèmes à la rhétorique nationale-socialiste. Si le programme nazi prétend former un « homme nouveau », il n’a à aucun moment vocation à former une « femme nouvelle » : il s’applique au contraire à confiner la femme dans un triple rôle, considéré comme « traditionnel » et « ancestral », de repos du guerrier, de reproductrice de la race et de gardienne du foyer…

  • 79 Voir note 60.
  • 80 Nous renvoyons ici notamment à : Delbreil (Jean-Claude), Jeunesse et Montagne, Archives du S.H.A.A. (...)
  • 81 « Le thème principal du roman est un camp de “Jeunesse et Montagne” et l’auteur semble y exprimer l (...)

31C’est donc le jeune homme seul qui pourra, dans la montagne, être éveillé au sens de l’initation. Et Face Nord constitue l’archétype de ce que devrait être son parcours aux yeux de Marc Augier. Ce roman — peut-être le plus achevé malgré les circonstances79 — est situé dans le cadre des chantiers de Jeunesse et Montagne. L’objet de ces chantiers de jeunesse instaurés sous le régime de Vichy, à l’initiative de l’armée de l’air, est assez connu pour avoir été évoqué par de nombreuses études universitaires80. Nous ne reviendrons que ponctuellement sur leur fonctionnement, mais souhaitons dissiper ici le contre-sens ou l’ambiguïté contenue dans l’analyse que Michel Ballerini pose sur ce roman dans son étude fondatrice sur la littérature de montagne. Il y suggère notamment qu’il s’agirait d’un ouvrage écrit à la gloire de Jeunesse et Montagne.81

32Si Michel Ballerini avait été au fait, d’abord de ce que fut précisément Jeunesse et Montagne, ensuite du positionnement idéologique de Marc Augier, il aurait bien compris que, loin d’être une apologie de Jeunesse et Montagne, Face Nord en constitue bien au contraire une critique acide. Rédigé à la fin de la guerre, donc après la fermeture des chantiers Jeunesse et Montagne, Face Nord dresse implicitement le constat d’échec de cette institution. Et le paradoxe n’est ici qu’apparent. Certes, Marc Augier aurait eu a priori toutes les raisons d’entrer en empathie avec le principe de Jeunesse et Montagne : le passionné d’aviation aurait pu voir d’un bon œil cette initiative émanant du Ministère de l’Air, et consistant à éduquer les jeunes aviateurs démobilisés de 1940 par la fréquentation des cimes. Aviation, jeunesse, montagne : il y avait là de quoi pleinement le satisfaire. Il aurait aussi eu tout lieu de se réjouir de la promotion sans précédent que Vichy organisa autour des « vertus éducatrices de la montagne ». Mais c’est l’inverse qui se produisit, car Jeunesse et Montagne cumulait deux handicaps rédhibitoires à ses yeux : ne pas aller assez loin dans son initiation par la montagne, et laisser planer le doute sur ses intentions vis-à-vis de l’Allemagne.

  • 82 Marc Augier signait parfois ses articles de La Gerbe du pseudonyme « le Guide ».
  • 83 « — Pas trop de montagne, Guido La Meslée ! Nous ne sommes pas ici pour concurrencer le G.H.M., mai (...)
  • 84 « Ce sont vos méthodes de formation qui devaient, fatalement, conduire aux catastrophes que nous dé (...)

33De fait, Guido La Meslée, le héros de Face Nord en qui Marc Augier s’incarne volontiers82, tout entier attaché à former ses recrues aux valeurs de « l’humanité supérieure » — entendue comme hitlérienne par Marc Augier —, en les mettant au péril de leur vie face aux pires épreuves, se heurte au scepticisme voire aux remontrances de ses supérieurs hiérarchiques, désignés comme des bureaucrates serviles et sans culture montagnarde83. Il sera in fine renvoyé84. Avec Face Nord, Marc Augier expose ce qui, à ses yeux, a constitué le péché mortel de Jeunesse et Montagne et provoqué son échec : c’était une institution trop vychissoise et insuffisamment hitlérienne.

  • 85 « Les intentions du gouvernement nous paraissent entièrement suspectes. […] Les militaires donnent (...)
  • 86 Voir Comte (Bernard), Une utopie combattante : l’école des cadres d’Uriage, Fayard, 1991.
  • 87 Relatant sa visite à l’Ecole nationale des cadres d’Uriage, Marc Augier a ces mots : « Il est des l (...)

34Ainsi, dans ses articles rédigés pour La Gerbe, Marc Augier a tôt fait de suspecter des intentions cachées, des buts inavoués, dans l’organisation de la jeunesse que le gouvernement de Vichy met en place après l’armistice. La collaboration lui semble trop molle, insuffisamment volontaire, et il décèle dans ces atermoiements la tentation d’un double-jeu à l’égard de l’Allemagne85. Particulièrement visées : les écoles de cadres86. Fervent adepte d’une organisation unique et centralisée de la jeunesse, sur le modèle de la Hitlerjugend, Marc Augier se désole du pluralisme toléré par Vichy en la matière, et dont Jeunesse et Montagne est d’ailleurs une bonne illustration. Il fustige surtout dans ce pluralisme l’expression du personnalisme, doctrine au cœur de l’enseignement des écoles de cadres chargées de former les éducateurs de la jeunesse87 :

  • 88 George Lamirand, nommé secrétaire général chargé de la jeunesse de septembre 1940 à février 43.
  • 89 Augier (Marc), « Marchons au pas, camarades ! », La Gerbe, 24/07/1941.

Si la tâche du secrétariat à la Jeunesse est la plus lourde de toutes celles qui pèsent sur les épaules de la Révolution nationale, c’est qu’il doit préparer un nouvel homme. Aucune plate-forme raciale ou idéologique ne permet à M. Lamirand88 de définir ce nouvel homme. Les chefs des Ecoles de cadres n’ont eux-mêmes aucune vision claire de ce nouvel homme ; la plupart sont inféodés au personnalisme. Aucune mystique ne porte cette jeunesse qui est privée de l’élan révolutionnaire, condition première d’un renouveau.89

  • 90 « “Et si nous parlions de la fraternité entre les races ?”
    Personne n’avait d’idée bien arrêtée sur (...)

35Traduction dans Face Nord de cette défiance à l’égard des méthodes personnalistes : les veillées et cercles d’études, arsenal idéologique mis au point dans les écoles de cadres dans le but d’édifier la jeunesse des chantiers, ne suscitent qu’ennui et prostration90. A contrario, lorsque Guido La Meslée parvient à se soustraire au contrôle des responsables de Jeunesse et Montagne, exilé avec sa petite équipe au « chalet des Mazots », et qu’il peut alors enfin donner libre cours à ses conceptions de l’initiation par la montagne, sa première décision est sans équivoque :

  • 91 Saint-Loup, Face Nord, ouvr . cit., p. 163.

Je supprime les veillées, car je ne cherche pas à former des érudits, mais des hommes de caractère. Elles seront remplacées par des méditations et des retraites individuelles. […] Au cours de ces stages, volontaires ou forcés, pas de livres, pas de journaux. Aucun travail. Pas de thèmes de méditation. Vous devrez vous appliquer à ne pas penser…91

  • 92 Winock (Michel), Nationalisme,…, ouvr. cit., p. 367.

36Rhétorique anti-intellectualiste commune dans le discours fascisant : comme le remarque avec justesse Michel Winock, « même quand il ne fait pas d’alpinisme, le fasciste est un homme sain, au regard clair, à l’inverse de ces hommes de bibliothèques, cacochymes et myopes. »92 Alors s’il est, en plus, alpiniste… En tout état de cause, mieux vaut effectivement s’ « appliquer à ne pas penser », au centre des Mazots — un nom prédestiné ! —, car l’éthique et le programme du chef La Meslée n’invitent guère à la méditation :

  • 93 Saint-Loup, Face Nord, ouvr . cit., p. 164.

Au centre des Mazots, pas de place pour la pitié, la charité ou l’humilité. Tout cela est, pour moi, péché mortel. Voici quelques B.A. dont je tiendrai compte… Primo, avoir pris délibérément un risque inutile… Secundo, avoir, dans un passage difficile, et sans être commandé, couru plus de danger que ses camarades. Tertio, avoir, au cours d’une corvée, dans l’intérêt du clan, et non pas au nom de la charité, pris à son compte une part de fatigue supérieure à la norme…93

  • 94 Les héros alpins de ses romans sont toujours des alpinistes de « derniers problèmes » ou d’hivernal (...)
  • 95 Terme à considérer avec précaution, le « nietzschéisme » de la rhétorique nationale-socialiste n’ét (...)

37L’alpinisme décrit et prôné comme rite initiatique par Marc Augier sera donc une pratique austère, engagée, dangereuse ; un alpinisme de conquête et de souffrance, d'où toute notion de plaisir est bannie94. Le référence à la thématique « nietzschéenne »95 de « la volonté de puissance » y est constante, pour ne pas dire pesante. Elle est, bien sûr, elle aussi topique du discours fasciste. Rappelons que, de son aveu même, Marc Augier entendait dessiner dans Face Nord « un type d’homme pour le triomphe duquel [les nationaux-socialistes s’étaient] battus pendant quatre ans ». De fait, le jugement porté sur les carences de fond de Jeunesse et Montagne, s’il n’est pas partout explicite dans Face Nord, est à tout le moins sous-jacent. Il transparaît en tout cas très clairement dans un article de La Gerbe, qu’Augier écrit en réaction à des désordres publics causés par les permissionnaires d’un chantier de jeunesse à Grenoble :

  • 96 Augier (Marc), « Le paradis des adjudants », La Gerbe, 27/02/1941.

Comment, voilà des hommes qui pendant six mois ont eu toute liberté de disposer de cette puissance surnaturelle : la montagne, et qui n’ont pas su en tirer parti ! Prendre en mains un groupe de garçons quand on a la neige, le ski, les courses, devant la porte d’un camp est une tâche facile. Que l’on me donne un Jean B. pendant trois mois et j’en ferai un homme nouveau ou un homme mort. Car il n’y a pas d’autre alternative. […] Si j’étais chef de camp de travail en montagne, je préférerais envoyer mes garçons dans une crevasse qu’à la prison civile de Grenoble.96

  • 97 « — Je n’ai pas commis de faute, monsieur Josselin. Si vous connaissiez mieux la montagne, vous sau (...)

38L’alternative est sans équivoque : « homme nouveau » ou « homme mort ». Et ceux qui refusent, discutent ou transigent avec la morale de combat et de sacrifice édictée par Guido La Meslée trouvent effectivement la mort en montagne. Sur les dix-huit stagiaires dont il a successivement la charge au cours du roman, douze disparaissent, sans que le chef ne se sente pour autant remis en cause dans la certitude de la justesse de ses principes97… Le Marc Augier des Auberges de Jeunesse, qui entonnait, sous le Front Populaire, le refrain « allons au-devant de la vie ! », entonne alors, dans sa littérature alpine, un nouveau refrain, plus sombre : « allons au-devant de la mort ! »

  • 98 Dans son discours aux « Jeunes de l’Europe Nouvelle », il confond par exemple grossièrement l’ascen (...)
  • 99 Comici (Emilio), Alpinismo eroico, éd. Hoepli, 1942.
  • 100 Evola (Julius), Meditazioni delle vette, Il tridente, La Spezia, 1974, (EOF, Méditations du haut de (...)
  • 101 Rey (Guido), Alpinisme acrobatique, Dardel, 1919 et 1929 ; Lammer (Eugen Guido), Fontaine de Jouven (...)

39Cette exaltation de la mort et cette fascination de la chute, qui constituent deux thèmes majeurs de la littérature alpine de Marc Augier, ne lui sont bien entendu pas spécifiques. Ici encore, placer son œuvre dans le contexte idéologique de l’époque permet d’en saisir les principales inspirations et de mieux la décoder, même s’il est assez difficile de mesurer l’étendue exacte de la culture alpine de Marc Augier98 ainsi que la nature précise de ses sources d’inspirations en la matière. Ce qui est ici évident, c’est que Marc Augier est loin d’avoir été le seul à entonner l’air de l’ « alpinisme héroïque »99 au cours des années 1930 et 1940. Jérôme Moreau (ou Ludovic Morel) propose d’établir un parallèle avec Julius Evola, inspirateur renommé du fascisme italien, chez qui l’on peut trouver effectivement des points de convergence. Le parallèle est discutable cependant, car il est douteux que Marc Augier ait eu accès à la prose d’Evola au moment de rédiger ses premiers écrits de montagne. Les considérations d’Evola, parues sous forme d’articles dans la Rivista del C.A.I., à la fin des années 1930, ne seront publiées en recueil qu’au milieu des années 1970100. Ceci dit, si l’on considère que Marc Augier a découvert la montagne au début des années 1930, on ne peut faire l’économie de penser qu’il fut assez rapidement en présence des écrits de Guido Rey et surtout d’Eugen Guido Lammer101, tous les deux traduits en langue française à la même époque, et suscitant des débats passionnés dans les milieux alpins. La consonance du nom du héros de Face Nord, ses vues sur la montagne et l’alpinisme, ne laissent que peu de doutes sur ce point.

  • 102 Marc Augier publia ainsi une « anthologie » des chutes en montagne, chutes « heureuses » certes, «  (...)

40Comment en effet ne pas voir dans cette obsession de la chute102, et de la chute volontaire, libératrice, qui permet au « grimpeur héroïque » d’entrer enfin dans la « compréhension » de la montagne, une allusion directe à la thématique du « grand abandon » que développe Lammer dans ses écrits ? Jean Laval, Guido La Meslée et Francis Crétier meurent ainsi au terme de leur initiation, en montant au sommet pour ne plus avoir à en redescendre : pour ne plus être condamnés à y replonger, ils se retranchent d’une communauté qu’ils ont cru, à tort, pouvoir guider vers ce qu’ils pensaient être des « temps héroïques ». Jean Laval se tue à l’Olan pour échapper à la communauté française en route vers la guerre contre l’Allemagne nazie, Guido La Meslée se tue au Pic Gaspard pour échapper à la disparition de sa communauté rêvée, à la défaite de l’ « homme nouveau » du national-socialisme, et Francis Crétier se tue au Miahra Yama pour échapper à la pusillanimité et au matérialisme de la société occidentale de l’après-guerre.

41Notons pour finir que Marc Augier, lui, ne s’est pas tué, ni en montagne ni ailleurs. Exilé certes, mais vite gracié par ceux qu’il avait combattus, il a composé sous pseudonyme…

Haut de page

Notes

1 Saint-Loup, Montagne sans Dieu, Amiot-Dumont, 1955, p. 129.

2 « Anniversaire d’Hitler : un commando sioniste s’invite au meeting néo-nazi. Le groupe d’action juive a empêché, samedi 20 avril, l’hommage posthume à l’écrivain Marc Augier », Léauthier (Alain), Libération, 22/04/1991.

3 Revue d’histoire révisionniste, n°4, février-avril 1991, p. 199.

4 Collectif, Rencontres avec Saint-Loup, Les amis de Saint-Loup, Paris, 1991, p. 160. Voir en outre sur ce sujet, Monzat (René), « Le rituel SS de la Nouvelle Droite », Le Monde, 03/07/1993, Racouchot (Bruno), « Droit de Réponse », Le Monde, 05/08/1993, Monzat (René), « Les amis de Saint-Loup », Le Monde, 07/08/1993.

5 La table des matières égrène ainsi, dans l’ordre des contributions, les noms suivants (parmi lesquels quelques anciens de la Waffen SS, de nombreux cadres du Groupement de Recherche et d’Etudes sur la Civilisation Européenne — GRECE) : Philippe Conrad, Jean Mabire, Eric Lefèvre, Henri Fenet, Eric Simon-Marienne, Jean-Paul Leperlier, Christine Mauduit, Bruno Racouchot, Jean-Jacques Mourreau, Goulven Pennaod, Jean-Claude Valla, Bernard Lugan, Savitri Devi, Philippe Randa, Myron Kok, Olivier Racouchot, Michel Marmin, Robert Dun et Pierre Vial.
Sur le concept de « nouvelle droite », voir notamment Taguieff (Pierre-André), Sur la Nouvelle droite, Descartes et Cie, 1994.

6 Bardèche (Maurice), Qu’est-ce que le fascisme ?, Les Sept Couleurs, Paris, 1961.

7 Augier (Marc), Les Copains de la Belle Etoile, Denoël, 1941, p. 246.

8 « Groupement des énergies françaises pour l’unité continentale »

9 Le sort des armes conduira Marc Augier à publier après-guerre sous le pseudonyme de Saint-Loup. Il explicitera ainsi le choix de ce modeste pseudonyme : « Loup était évêque de Troyes au Ve siècle, quand sa ville fut investie par Attila. Il négocia avec lui pour qu’elle soit épargnée. Elle le fut ! Il raccompagna le chef des Huns au-delà du Rhin après sa défaite des Champs catalauniques en 451 en signe de reconnaissance pour sa mansuétude passée. Pour cette initiative, il fut accusé par Mérovée, chef des Francs saliens, de collaborationnisme et d’intelligence avec l’ennemi, expulsé de son évêché dans lequel il était si populaire qu’il fallut le lui restituer et plus tard le canoniser. Il devint Saint Loup.
Pour tenter de protéger l’Europe de la Russie, avec Hitler, en se battant dans la Légion des Volontaires Français contre le bolchevisme, Marc Augier fut aussi accusé par l’héritier abusif de Mérovée, Charles de Gaulle, de collaborationnisme et d’intelligence avec l’ennemi, condamné à la peine de mort, interdit comme écrivain avec 240 confrères […]. Il me fallait donc trouver des refuges. J’en conquis un comme conseiller technique de l'armée de montagne des Andes, l’autre à la Bibliothèque nationale où Saint Loup me transmit le pseudonyme qu’il détenait depuis Mérovée. C’est lui qui signa mon nouveau livre « Face Nord » écrit au Tyrol en 1942, chez Leni Riefenstahl. J’en rapportai le manuscrit dans mon sac de dos, parmi des cohortes de pseudo alpinistes à visage d'assassin. », Préface à Saint-Loup, Götterdämmerung, ou Rencontre avec la Bête, Art et histoire d’Europe, 1986 (EO, Prométhéus, 1949).
Quoique ce pseudonyme ait été assez rapidement éventé — à l’occasion du Goncourt 1953, pour lequel un ouvrage de Saint-Loup était pressenti, le rapprochement avec Marc Augier fut établi et la double identité publiquement révélée —, l’œuvre de Saint-Loup ne sera pas cantonnée aux seules maisons d’édition liées à l’extrême-droite. Pour ce qui concerne sa production ayant trait à la montagne et à l’alpinisme, qui nous intéresse ici au premier chef, il sera notamment édité chez Denoël puis chez Arthaud, qui publiera cinq de ses ouvrages et lui offrira surtout par deux fois — avant 1953 — les honneurs de sa collection Sempervivum.

10 Sternhell (Zeev), Ni droite ni gauche. L’idéologie fasciste en France, Complexe, 2000, p. 145.

11 Dobry (Michel), Sociologie des crises politiques, Presses de la FNSP, 1992.

12 Loubet del Bayle (Jean-Louis), Les non-conformistes des années 30, Seuil, Points/histoire, 2001.

13 Ory (Pascal), La Belle Illusion : culture et politique sous le signe du Front Populaire, Plon, 1994.

14 Sans nécessairement aller, il faut le constater, jusqu’à l’engagement « physique » dans des corps combattants comme le fit Marc Augier. Comme le remarque Pascal Ory : « On doit à la vérité de dire que tous les intellectuels musclés de la collaboration seront loin de poursuivre jusqu’à ce point la logique de leur fidélité. La plupart des “chefs”, grands et petits, se limiteront à l’inscription toute symbolique dans les groupements militaires », Ory (Pascal), Les collaborateurs, Seuil, Points/histoire, 1980, p. 238. Sur quelques-uns de ces parcours, voir aussi Loiseaux (Bernard), La littérature de la défaite et de la collaboration, Fayard, 1995 ; Verdès-Leroux (Jeanine), Refus et violences, Gallimard, 1996 ; Ory (Pascal), La France allemande (1933-1945), Gallimard/Julliard, Folio/histoire, 1995 ; Winock (Michel), Nationalisme, antisémitisme et fascisme en France, Seuil, Points/histoire, 1990 ; Burrin (Philippe), La France à l’heure allemande (1940-1944), Seuil, Points/histoire, 1995.

15 Pour une approche de cet itinéraire, voir Moreau (Jérôme), Sous le signe de la roue solaire. Itinéraire politique de Saint-Loup, L’Æncre, 2002. Cet ouvrage est la transcription de Morel (Ludovic), Sous le signe de la roue solaire. Itinéraire politique de Saint-Loup, Mémoire de Séminaire (dir. Roland Lewin), IEP de Grenoble, 1998. Sauf plagiat toujours envisageable, l’écriture sous pseudonyme tient peut-être au statut d’attaché parlementaire de l’auteur. S’il s’agit du seul travail approfondi concernant Saint-Loup, qu’il nous soit permis de préciser ici — sans procès d’intention ­— que cette étude, certes documentée, nous laisse une impression pour le moins mitigée. L’auteur en effet, sous prétexte de neutralité axiologique, légitime a priori mais fluctuant dans les faits, use et abuse de la paraphrase, du démarcage des écrits de Saint-Loup et des citations tronquées. Or il s’agit là de moyens bien commodes — pour ne pas dire captieux — de s’affranchir des guillemets, et, sous prétexte de restituer la pensée de Saint-Loup « telle qu’elle était, sans complaisance ni critique inutile » [p. 29], de s’en faire le porte-voix. Moreau/Morel affirme par là ne pas vouloir « jouer les historiens-flics, les historiens-juges ou les historiens-avocats » [p. 29] : mais que n’a-t-il pris le parti d’être les trois, seule posture historique viable ? Car écrire sur un tel personnage « sans critique inutile » n’autorise pas pour autant, eu égard aux thèses extrêmes défendues par Saint-Loup, d’adopter à son endroit une posture a-critique. Cette étrange posture, qu’il est bien difficile de mettre uniquement sur le compte de maladresses de style, ne va pas sans créer au final de nombreuses distorsions de sens, manifestement du goût des Editions de l’Æncre, maison d’édition bien connue pour sa proximité idéologique avec l’extrême-droite.

16 Saint-Loup, « Alphonse de Châteaubriand, entre Jésus et Hitler », article initialement publié dans Dumont (Jean), Les survivants de l’aventure hitlérienne, Famot, 1975, T.1, p. 127-176. Repris, avec d’autres textes dans Saint-Loup, J’ai vu l’Allemagne, Le Flambeau, 1991, (EO, Sorlot, 1941), p. 50.

17 Cette allusion à l’œuvre maîtresse de Eugen Guido Lammer n’est évidemment pas fortuite, nous l’expliciterons ultérieurement.

18 Nous faisons ici référence à la production journalistique de Marc Augier à ses débuts, de la fin des années 1920 au milieu des années 1930 : des piges — le plus souvent les récits de ses voyages en moto —, qu’il publie d’abord dans La Dépêche du Midi, puis dans L’Illustration, Sciences et Voyages, Le Miroir des Sports ou bien encore Le Petit Parisien. Marc Augier deviendra ensuite, et jusqu’à la guerre, rédacteur en chef du Cri des Auberges de Jeunesse, Bulletin officiel et tribune libre du Centre Laïque des Auberges de Jeunesse, qu’il contribuera largement à populariser.

19 En incluant même une large part de ses écrits produits durant la guerre pour la presse collaborationniste : voir ses nombreux articles pour La Gerbe, Jeunesse, Le Pont, Gringoire, rédaction en chef du Combattant Européen (journal de la LVF), dans lesquels reviennent régulièrement les thèmes de la jeunesse et de la montagne.

20 Voir notamment Augier (Marc), Les copains de la Belle Etoile, Denoël, 1941 ; Saint-Loup, Face Nord, Arthaud, 1947 ; Saint-Loup, La peau de l’aurochs, Plon, 1954 ; Saint-Loup, Montagne sans Dieu, Amiot-Dumont, 1955.

21 Voir notamment Augier (Marc), « L’enfant en plein air », dans Collectif [Préface de Hazard (Paul)], Le visage de l’enfance, 2 tomes, Horizons de France, 1937 (T2, p. 134-196) ; Augier (Marc), Solstice en Laponie, éd. du Contadour, 1940 (rééd. sous le titre Les skieurs de la nuit, Stock, 1944) ; Augier (Marc), J’ai vu l’Allemagne, Sorlot, 1941 (reportage sur la jeunesse allemande) ; Augier (Marc), Jeunesses d’Europe, unissez-vous (Causerie donnée le 17/05/1941 à Paris sous les auspices du groupe « Collaboration ») et Les jeunes devant l’aventure européenne (Causerie donnée le 25/10/1941 à Paris sous l’égide des « Jeunes de l’Europe Nouvelle », section des jeunes du groupe « Collaboration »), Béroud, 1941 ; Saint-Loup, La montagne n’a pas voulu, Arthaud, 1949 ; Saint-Loup, Monts Pacifiques, de l’Aconcagua au Cap Horn, Arthaud, 1951 ; Saint-Loup, Pays d’Aoste, Arthaud, 1952.

22 « A mes copains des Auberges de Jeunesse qui furent guidés par la belle étoile d’un monde meilleur, essayèrent de réaliser la première communauté de jeunes hommes au temps où ce n’était pas encore la mode, et ne réussirent point car ils ne furent que des copains dans un siècle qui réclamait des héros », dédicace à Augier (Marc), Les copains de la Belle Etoile, Denoël, 1941.

23 « Il y a du Marc Augier dans Olivier, le jeune monarchiste désabusé qui se retrempe parmi les jeunes prolétaires des auberges. Il y a du Marc Augier, de celui qui partit pour la Laponie, dans Jean Laval, le casse-cou, pour lequel n’a d’intérêt que le risque et l’aventure. Il y a du Marc Augier dans “Pierrot les Grandes Feuilles”, le jeune ouvrier de Citroën-Javel, un des seuls qui ait une foi parmi tous les personnages du livre. Il y a enfin du Marc Augier dans “Marcheron”, le rédacteur en chef de la “Voix des Auberges” qui se cabre devant les juifs, les francs-maçons et les politiciens du comité directeur des Auberges quand il sent se machiner la tuerie à laquelle seront conviés demain ceux des Auberges. […] Ce roman de Marc Augier est certainement un roman à clé. » Richardot (Marcel), Bulletin des Jeunes, organe de liaison des jeunes révolutionnaires nationaux, n°45, 15/05/1943.

24 « Il avait vingt-six ans. Tout enfant il avait eu le goût violent de la mécanique et surtout de la motocyclette. Il n’avait jamais osé avouer à quiconque cette dévorante passion. Dans les milieux de la petite bourgeoisie de Bordeaux, où il avait grandi, on n’avoue pas de tels rêves. A l’âge où les enfants sont tous de futurs polytechniciens par la grâce de leur maman, il se complaisait dans cette toute petite ambition : avoir une motocyclette bien à lui et courir les routes. », Augier (Marc), Les copains…, ouvr. cité, p. 50.

25 Voir notamment, dans le personnage d’Appelbaum, la référence implicite au couple Grunebaum-Ballin, créateurs du CLAJ.

26 Il est intéressant de reproduire in extenso l’extrait halluciné de cette « révélation », car il fait sens comme archétype de l’obsession du complot des collaborateurs, la fameuse « causalité diabolique » si bien décrite par Léon Poliakov, et il synthétise les traits essentiels de ce qui sera dès lors le noyau de la pensée de Marc Augier : « Il fut ébloui, comme le jour où il avait reçu la révélation du secret politique de l’Europe. C’était au lendemain de la séance du comité de l’A[ssociation] P[lein air] et A[uberges], après septembre 1938. Il avait eu là pleinement conscience du plan juif et capitaliste contre la paix. Toute la politique française s’était éclairée d’une lumière nouvelle. Tout s’expliquait, et la présence des juifs à l’A.P.A., et cette impossibilité mystérieuse de créer une communauté française et de trouver des voies d’entente avec l’Allemagne. Jusqu’à ce jour mémorable, il acceptait le slogan : “les juifs sont des hommes comme les autres”. Mais dès l’instant où le hasard lui permit de saisir les fils qui convergeaient vers le mystère politique, tout devenait clair, tout s’expliquait admirablement. Non les juifs n’étaient pas des hommes comme les autres, les juifs constituaient une des plus vieilles et des plus puissantes communautés du monde, et qui préparait l’asservissement des autres peuples. En partant de cette donnée, il expliquait tous les événements européens et mondiaux de l’entre-deux-guerres. La révolution marxiste de 1917, qui débordait de l’URSS sur les pays baltes, la Hongrie, l’Italie, l’Allemagne, la France, l’Espagne. C’était l’énorme entreprise de prolétarisation des races autochtones destinée à détruire la conscience raciale des autres pendant que le peuple juif gardait la sienne. C’était la prolétarisation, le nivellement par le bas, qui, seul, pouvait mettre une humanité unifiée et diminuée aux pieds du seigneur juif. Puis c’était le combat individuel de chaque peuple contre le marxisme, le sursaut vital, le réflexe de défense des Hongrois, des Allemands, des Italiens, des Espagnols. Le marxisme reculait, rentrait dans ses frontières. Le champion de la reconquête, Hitler, se levait à l’occident. Les juifs devaient à tout prix défendre leurs derniers bastions en Europe, la France et l’Angleterre, et ce fut la lutte. Marcheron avait admirablement compris. La Pologne, la Tchécoslovaquie, l’Autriche, simples miroirs aux alouettes, thèmes de propagande pour les gogos ! La guerre de 1939, c’était la guerre sainte des juifs contre les champions du racisme européen. », Augier (Marc), Les copains…, ouvr. cité, p. 243-244.

27 « Les jeunes hitlériens étaient souriants et fiers comme si la petite troupe venait à peine de descendre des niches de pierre des cathédrales gothiques après des siècles d’attente, comme si “les temps étaient venus”. […] Et à la même minute, dans toute l’Allemagne, des centaines de milliers d’autres garçons renaissaient à la vie, sous le claquement des drapeaux rouges à croix gammées. Paul Marcheron, qui avait du jugement et de l’expérience, ne s’y trompait pas. Il assistait à la naissance d’une communauté unique en Europe, d’une génération de maîtres-hommes prêts à tous les combats de la vie, de l’amour… et, si nécessaire, de la guerre. », Augier (Marc), Les copains…, ouvr. cité, p. 165 et 168.

28 Augier (Marc), Les copains…, ouvr. cit., p. 52.

29 « Le 4 juillet 1928 ! Il avait vingt ans, c’est là que commençait sa vie », Augier (Marc), Les copains…, ouvr. cit., p. 53.

30 « Oui, il en avait vu en six années. Il avait parcouru toute l’Europe, l’Afrique du Nord, traversé le Sahara, jonglé avec les frontières. En 1930, il avait écorné la Belgique, le Luxembourg, l’Allemagne, la Tchécoslovaquie, l’Autriche, la Suisse et l’Italie en une semaine. Il en connaissait des routes, des fondrières de l’Albanie et de la Grèce jusqu’aux pistes sablonneuses de la Finlande entre les lacs, sous la pâle lumière du ciel arctique ! Et après ?… Que restait-il de cette gloire de 1928 ? Rien ou presque. des collections de vieux journaux avec son nom sur le papier jauni. […] Ce retour lamentable venait de le frapper dans ses plus orgueilleuses certitudes. L’univers qu’il avait construit autour de lui avec tant de puissance était en train de s’écrouler. Il eut la vision cruelle que tout cela était bâti sur deux socles de poussière : égoïsme et solitude. Rien n’était sorti de sa gloire en 1928, rien ne sortirait de sa vie. […] Il comprit qu’il venait de perdre la foi de son enfance et qu’il attendait, lui-aussi, “autre chose”. », Augier (Marc), Les copains…, ouvr. cit., p. 57.

31 Augier (Marc), Les copains…, ouvr. cit., p. 68.

32 « Cette absurde course à la mort [l’auteur décrit une course en automobile contre le train rapide Paris-Lille], parfaitement inutile, qui ne pouvait rien leur rappporter, était une très grande chose comme toute aventure qui n’a d’autre but que de permettre à l’homme de se dépasser. C’était une sorte de christianisme mécanisé, une nouvelle forme de l’oubli de soi. […] Ce qu’ils cherchaient, c’étaient des raisons de croire en eux, de se découvrir des volontés de puissance. C’est de cette course folle que devait naître la grande amitié entre Jean et Bob. », Augier (Marc), Les copains…, ouvr. cit., p. 70 et 71.

33 Moreau (Jérôme), Sous le signe de la roue solaire. Itinéraire politique de Saint-Loup, L’Æncre, 2002, p. 49. Pour l’anecdote, et contrairement à ce que Moreau/Morel affirme, Robert Sexé pourrait bien être resté à la postérité, et d’une manière pour le moins inattendue. Dans un récent ouvrage, Jean-Paul Shulz mettait ainsi en évidence un troublant faisceau de convergences existant entre Robert Sexé (1890-1986), reporter-photographe, voyageur, coureur motocycliste, et le personnage de Tintin, tout particulièrement dans ses premières aventures ; la parution de Tintin au pays des Soviets répondant à trois ans d’intervalle au voyage effectué par Sexé lui-même en URSS. Schultz présente en tout état de cause Robert Sexé comme une figure marquante des sports mécaniques de l’entre-deux-guerre (premier tour du monde à moto en 1926), et, en ce sens, une figure fort appréciée de la jeunesse, dont Hergé aurait pu connaître les exploits au moment de la création de son personnage. Par-delà l’anecdote, et si l’on veut bien adopter une lecture critique du contenu idéologique des premiers albums du reporter à la houpette, à la lumière des engagements de Georges Rémi, radicalement marqués à droite, on ne s’étonne guère de cette inspiration : elle est aussi peut-être une des raisons pour lesquelles il fut facile, pour toute une frange de la jeunesse, de passer, avec la guerre, de la lecture du Petit Vingtième à celle du Téméraire. Sur ces questions voir : Shulz (Janpol), Sexé au pays des soviets, Ed. du Vieux Château, 1996 ; Benoît-Jeannin (Maxime) (dir.), Le mythe Hergé, Golias, 2001 ; Ory (Pascal), Le petit nazi illustré : vie et survie du Téméraire, Nautilus, 2002.

34 « On entrait alors aux auberges comme à l’église, parce qu’on avait besoin de croire, parce que c’était une porte ouverte à la guérison de toutes les peines. […] Sur la porte des auberges on avait, un peu au hasard, suspendu une étiquette : “Monde Nouveau”. Personne ne savait le définir, on n’aurait pas osé certifier qu’il existait. Mais l’étiquette était là et les jeunes entr’ouvraient la porte avec un immense espoir, le cœur gonflé, tendant une main fraternelle, et ils avançaient sur la pointe des pieds… », Augier (Marc), Les copains…, ouvr. cité, p. 86.

35 « Les communistes adoraient Lénine, mais nous avions Giono. A chacun son dieu. On approchait de la divinité sur les plateaux de Manosque ou de la montagne de Lure. On communiait avec lui au Contadour. Quelques fermes, des greniers-dortoirs avec de la paille. Les veillées devant une cheminée paysanne serrés autour du prophète enveloppé dans sa cape brune de berger. », Saint-Loup, « Un Européen de Haute-Provence, Jean-Giono », Europe Action, n°31-32, 07-08/1965, cité dans Moreau (Jérôme), Sous le signe de la roue solaire. Itinéraire politique de Saint-Loup, L’Æncre, 2002, p. 47.

36 « Dans leur communion […], ils ne pouvaient apercevoir le ciel chargé d’orages. Ils ne savaient pas que leur petite expérience avait réussi parce que limitée à certaines élites, que derrière ces élites grouillait la masse des hommes avides de destruction et de satisfactions grossières, la médiocrité, la lubricité, l’envie, la gourmandise. », Augier (Marc), Les copains…, ouvr. cité, p. 96.

37 Quoique Giono n’ait pas fait grand mystère de sa propre fascination pour l’Allemagne hitlérienne. Voir Burrin (Philippe), La France à l’heure allemande (1940-1944), Seuil, Points/histoire, 1995, p. 354-355.

38 « En 1937, je n’étais qu’un petit socialiste bêta, nuance S.F.I.O., co-fondateur et animateur du Centre Laïque des Auberges de la jeunesse, plein de bonne volonté et d’admiration pour Léon Blum, Bellanger, Lapierre et autres gens de gauche, hommes de bonne compagnie d’ailleurs, amis sincères et de vrais géants comparés aux “gauchistes” d’aujourd’hui. Entre eux et moi, brusquement, se dressa le dernier livre d’Alphonse de Châteaubriant. […] Un jour, j’ouvris cette Gerbe des forces que je venais d’acheter. Quarante-huit heures plus tard, j’étais devenu national-socialiste. », Saint-Loup, « Alphonse de Châteaubriant… », ouvr. cité, p. 49.

39 « Me voici devant Alphonse de Châteaubriant. […] Physiquement il emporte l’adhésion du religionnaire que je suis déjà et m’attache à lui en quelques secondes par le lien féal. J’ai 32 ans et besoin de croire. Après une heure de conversation, je le tiens pour l’un des saints de l’épopée catholique ; appelé comme il le désire et l’annonce à faire peau neuve à travers la geste hitlérienne ! », Saint-Loup, « Alphonse de Châteaubriant… », ouvr. cité, p. 54.

40 « L’Allemagne actuelle n’a aucun projet contre la France. Cet esprit de proie que nous lui prêtons n’est pas le sien : elle veut des œuvres de paix. […] Oui. Hitler est bon. Regardez-le au milieu des enfants, regardez-le penché sur la tombe de ceux qu’il aimait ; il est immensément bon, et, je le répète : bon, avec la conviction parfaite que cette affirmation scandaleuse n’empêchera pas les délicieux, les incomparables raisins français de mûrir sur les côteaux de Beaugency. », Châteaubriant (Alphonse de), La gerbe des forces, Grasset, 1937, p. 53 et 69.

41 « Paul Marcheron éclata de rire. Il rentrait tout juste de son deuxième camp franco-allemand d’Heidelberg. Il venait de vivre les semaines du dernier été de l’ancienne Europe, dans cette Allemagne où tout respirait la paix, où les hommes et les choses appelaient la paix, dans l’ivresse confiante d’une révolution toute neuve. […] Il lui faudrait se battre contre des Allemands, après tant de joies communes, de chants où la voix des deux jeunes peuples se mêlait dans la nuit autour des feux de camps ? Il faudrait se battre pour la démocratie pourrie contre la jeune révolution ? Non, jamais !!! », Augier (Marc), Les copains…, ouvr. cité, p. 189-190.

42 Augier (Marc), Les copains…, Denoël, 1941, p. 191. Notons au passage la ressemblance frappante de cette formule avec celle fameuse de Giono : « Pour ma part, j’aime mieux être Allemand et vivant que Français mort… », Giono (Jean), Notice sur la Lettre aux paysans sur la pauvreté et la paix, œuvres complètes, Bibl. de la Pléïade, Gallimard, 1988, p. 1159.

43 En rupture avec l’ajisme, les deux se retrouvent ainsi avec quelques autres pour un camp d’altitude sur le glacier du Pelvoux à la veille de la déclaration de guerre : « Nous sommes tous ici de vieux ajistes, nous avons tous fait de nombreuses expériences de vie en commun. Une fois déjà, souvenez-vous, à l’auberge de Regain, nous avons atteint la joie. Mais notre expérience était faussée par l’arrivée de nouveaux éléments mal préparés à la vie communautaire. Cette fois nous nous retirons du monde pendant dix jours. Nous nous plaçons dans une solitude écrasante et grandiose, nous allons vivre de manière aussi primitive que les premiers habitants du globe. Nous devons atteindre à la joie communautaire et nous devons être au milieu des dangers de la haute montagne un vivant exemple de solidarité humaine. Un pour tous, tous pour chacun. Je pense camarades, que ce sera le camp suprême de notre vie ajiste. » , Augier (Marc), Les copains…, ouvr. cité, p. 207.

44 Mosse (George L.), De la grande guerre au totalitarisme, Hachette Littératures, 1999.

45 Héritage direct de la Première Guerre Mondiale, premier conflit mécanisé qui a vu émerger une nouvelle élite militaire dans la figure des aviateurs, souvent désignés comme les « chevaliers du ciel ». Cette association de la mécanique et de la mystique chevaleresque, induisant une forme nouvelle d’élitisme aristocratique, la naissance d’une « chevalerie moderne mécanisée », constitue un motif récurrent dans les écrits de Marc Augier : « Ne croyez-vous pas que cette génération d’hommes volants qui, dans chaque pays, constitue l’élite de la jeunesse, est en train de s’habituer à des mesures qui ne sont plus les nôtres, qui nous dépassent […] ? Croyez-vous qu’à la fin de cette guerre, lorsqu’ils seront redescendus du ciel, ils seront disposés à ramener l’angle de leur vision sur l’Europe aux petites échelles qui sont les nôtres ? Pour ma part, je ne le crois point. Ainsi, d’un côté, une génération habituée aux vastes espaces, aux nouvelles mesures du continent, concevant le problème des frontières en fonction des six-cents kilomètres-heure de leurs avions et des plafonds de dix à douze mille mètres d’altitude, de l’autre une génération de vaincus privée des machines nécessaires à ces dépassements, sans parler des idéaux […]. Malheur aux Français qui mesureront l’avenir avec l’unité cheval alors que l’unité avion commandera dans le temps et dans l’espace ! », Augier (Marc), Les jeunes devant l’aventure européenne (Causerie donnée le 25/10/1941 à Paris sous l’égide des « Jeunes de l’Europe Nouvelle », section des jeunes du groupe « Collaboration »), cit. dans Saint-Loup, J’ai vu l’Allemagne, Le Flambeau, 1991, p. 120-121. Sur ces perceptions culturelles des distorsions de l’espace et du temps, Stephen Kern parle ainsi d’un véritable « chaos de l’expérience » qui frappe le monde occidental. Kern (Stephen), The culture of time and space, Harvard University Press, 2000.

46 On sait ainsi, par exemple, ce que le fascisme italien dut au manifeste futuriste et à l’Opera Nazionale Balilla, ou ce que la nazisme allemand dut au regain Völkisch et à la Hitlerjugend. On sait aussi combien le Club Alpino Italiano et le Deutscher und Österreichischer Alpenverein furent prompts à embrasser et renforcer le corpus idéologique de ces deux régimes.

47 Pour une comparaison stimulante, voir Winock (Michel), Nationalisme, antisémitisme et fascisme en France, Seuil, Points/histoire, 1990, tout particulièrement l’étude sur le roman Gilles de Drieu la Rochelle p. 346-373.

48 On remarquera incidemment que ces deux formes de récits sont le plus souvent mêlées dans les livres de Marc Augier, les romans faisant appel à des éléments autobiographiques et les témoignages laissant une large part à la fiction, voire au mythe.

49 Tous ces éléments sont condensés dans le récit de sa traversée hivernale de la Laponie, à ski, en 1938 : Augier (Marc), Solstice en Laponie, L’Æncre, 1995 (EO : Solstice en Laponie, éd. du Contadour, 1940, rééd. sous le titre Les skieurs de la nuit, Stock, 1944).

50 « L’homme retrouve à ces latitudes, à cette époque de l’année, des conditions de vie aussi voisines que possible des époques primitives. Comme nous sommes quelques-uns à savoir que l’homme occidental a tout perdu en se mettant de plus en plus à l’abri du combat élémentaire, seule garantie certaine pour la survivance de l’espèce, nous avons retiré une joie profonde de cette confrontation. », Augier (Marc), Solstice…, ouvr. cit., p. 14.

51 « En reprenant contact avec la vie élémentaire, la génération du camping à retrouvé d’instinct, un certain nombre de gestes appartenant à l’époque des grandes certitudes. C’est rudement beau, allez, de revenir ainsi, par la voie du camping, du naturisme, du ski, à ces grandes certitudes ! La salutaire réaction contre le machinisme s’étend d’autant plus vite que ce machinisme a commis plus d’erreurs. Les campeurs endurcis comme nous en sont déjà au stade des instincts », Augier (Marc), Solstice…, ouvr. cit., p. 74. Notons ici que Marc Augier peut transiger avec cette stigmatisation du « machinisme » : il y aura en effet la « bonne machine » — la moto, l’avion — qui fait de l’homme un chevalier moderne, et la « mauvaise machine » qui avilit l’homme et fait de lui un serf

52 « Nous avons chaussé les skis de fond sur la piste lapone en pensant qu’il doit y avoir un commencement à tout, avec l’espoir que notre exemple serait suivi et pour montrer que les Français possédaient encore quelques-unes des grandes vertus nordiques : goût de l’effort spectaculaire, continuité dans l’esprit d’entreprise. […] En chaussant les skis au nom d’un idéal nettement réactionnaire, j’ai cherché à laisser derrière moi, dans la neige, des traces nettes menant vers les hauts lieux où toute joie est solidement gagnée par ceux qui s’y aventurent. », Augier (Marc), Solstice…, ouvr. cit., p. 27-28.

53 Poliakov (Léon), La causalité diabolique. Essai sur l’origine des persécutions, Calmann-Lévy, 1994.

54 « Je vomis un corps social qui a le culot de se décerner des palmes démocratiques et qui laisse encore des hommes sous les ponts de Paris et des enfants dans des caisses à savon. Je n’ai pas autre chose à dire. Que des badauds groupés derrière les lanternes magiques des faux partis et des fausses religions continuent à se taper sur les cuisses, grand bien leur fasse. Que ceux qui ont compris qu’il était temps de reconsidérer le problème de l’homme et des valeurs qui déterminent l’homme nous suivent. […] Nous sommes libérés du naturel grâce à la douceur du machinisme et cette libération donne naissance à des races de plus en plus dégénérées au physique comme au moral. » , Augier (Marc), Solstice…, ouvr. cit., p. 94 et 96.

55 Augier (Marc), Jeunesses d’Europe, unissez-vous ! (Causerie donnée le 17/05/1941 à Paris sous les auspices du groupe « Collaboration »), cit. dans Saint-Loup, J’ai vu l’Allemagne, Le Flambeau, 1991, p. 106.
« De la masse des jeunes hommes chargés de tous nos espoirs, nous dégagerons alors cette nouvelle noblesse populaire sans laquelle aucun renouveau français ne se conçoit. […] On a vu, en juin 1940, ce que valait une pseudo-élite fabriquée par des grandes écoles. Nous voulons maintenant que les héros de la terre et de l’usine, que les hommes de caractère aient les même droits que les puits de sciences et les intelligences brevetées. Et pour notre mouvement, nous définissons ainsi nos élites : “La communauté ajiste, et demain, la communauté universelle, confient la gestion de leurs intérêts collectifs aux aristocraties formées de sa propre substance. Seule la mesure d’amour et de dévouement à la communauté déterminera la formation des aristocraties”. Cette conception des aristocraties détermine le “principe du chef” qui assurera le fonctionnement harmonieux du Centre national des AJ. », Augier (Marc), « Les ajistes et la formation des élites », Jeunesse, 16/02/1941.

56 Winock (Michel), Nationalisme,…, ouvr. cit., p. 356-357.

57 Mosse (George L.), L’image de l’homme, l’invention de la virilité moderne, Abbeville, 1997, p. 76-79 et 174-176.

58 Winock (Michel), Nationalisme,…, ouvr. cit., p. 339.

59 Voir note 26. Cette dénonciation occupe une très large place dans les écrits journalistiques de Marc Augier pour la période 1940-41, à La Gerbe notamment. Elle constitue un thème obsessionnel : « Nous avons assisté dans les Auberges de jeunesse, au sabotage d’une communauté populaire française par des agitateurs qui sous couvert d’idéaux politiques se réclamant de la IVe Internationale, assuraient l’exécution des mots d’ordre juifs. Si de tels agitateurs s’introduisent dans nos rangs, et je ne doute pas de les voir dès la première heure s’inscrire en masse, je les préviens que toutes nos précautions sont prises, qu’ils seront pourchassés, localisés, isolés, expulsés, et punis avec une extrême rigueur. », Augier (Marc), Jeunesses d’Europe,…, ouvr. cit., p. 110.

60 Ce roman est rédigé à la fin de la guerre alors que Marc Augier, saisi d’une véritable fièvre obsidionale comme nombre de collaborateurs en fuite vers Sigmaringen, tente d’échapper à l’avance des alliés. Ce sera aussi son premier roman publié après la défaite des nazis. Afin de saisir mieux ses intentions, il est intéressant de lire ce qu’il nous dit de sa rédaction : « Ces deux semaines à San Anton comptent parmi les plus riches, les plus fructueuses de ma vie. Tout me paraissait possible puisque je me libérais du mensonge ! Alors je posais un bloc de papier sur ma table, pris la plume, et poursuivis la rédaction de “FACE NORD”. Geste insensé ! L’Allemagne vaincue, je n’aurai jamais le temps de terminer l’œuvre et, même si je réussissais, elle resterait au fond d’un tiroir. Interdit comme écrivain, j’étais à peu près sûrement condamné à mort comme “politique”. Et ce genre de condamnation n’offrait pas un caractère platonique. L’Allemagne vaincue, on allait nous traquer dans l’univers entier, nous poursuivre jusqu’au fond des déserts et des forêts vierges comme des chiens enragés. Alors à quoi bon ? Dans une chambre glacée, près de San Anton, un condamné à mort écrivait un livre. Il faisait si froid qu’il me fallut découvrir un minuscule radiateur électrique que je posai sur la table, contre la main qui maniait le stylo. Je mourais de faim dans cette villa de Leni Riefenstahl devenue maison de repos. Pas de tickets de « rabio ». Pas d’argent pour prendre des repas supplémentaires. Cependant, ma vitalité restait prodigieuse. J’écrivais pendant des heures et, quand j’étais las, je prenais des skis et plongeais dans le rêve irrésistible de la glissade… Mon œuvre prenait corps. Son contenu paraissait constituer un obstacle infranchissable à toute publication future. J’y dessinais en effet un type d’homme pour le triomphe duquel nous nous étions battus pendant quatre ans. Puisque nous allions disparaître en tant que champions de ce type humain, il était bien évident que nos ennemis ne laisseraient pas plus survivre nos philosophies que nos personnes ! J’accomplissais donc l’acte de Foi de l’écrivain à l’état pur. », Saint-Loup, Götterdämmerung,…, ouvr. cit., p. 52-53.

61 Saint-Loup, Face Nord, Arthaud, 1947, p. 50.

62 Saint-Loup, Face Nord, ouvr. cit., p. 69.

63 Saint-Loup, Face Nord, ouvr. cit., p. 115-116.

64 Saint-Loup, Face Nord, ouvr. cit., p. 132.

65 Il est intéressant ici de relever la « coïncidence » suivante : Guido La Meslée (le chef de J.M. en qui Marc Augier projette de nombreux traits personnels) porte ce jugement sur son équipe (p.83-84) : « Je veux briser les méchants ! Toute une partie de cette équipe a un très mauvais esprit… La Culasse, Michelin, Vidal, Landau, Rémy, Maréchal… ». Tous vont mourir dans la tempête…

66 Cette gérontophobie est déjà sensible dans Les copains de la Belle Etoile : « La France éternelle ? Le peuple le plus spirituel de la terre ? En réalité, une armée de fonctionnaires d’autant plus ignorants qu’ils occupent un poste plus élevé, une masse énorme de besogneux, de grippe-sous, sans idéal, coupés de tout contact avec la beauté du monde. Un pays de vieillards sordides ! », Augier (Marc), Les copains…, ouvr. cité, p. 82.

67 « Etre jeune, être un homme nouveau dans cette France au cœur sec, au visage maintenant ridé par les larmes et qui est assise à son propre foyer comme ces vieilles paysannes qui n’attendent plus rien de la vie, c’est avoir les qualités que cette France-là a perdues : la générosité du cœur, la naïveté confiante de l’esprit, le sens et le goût de l’aventure. […] Et je me vois obligé de prendre une lourde responsabilité devant les hommes qui viennent à nous avec un cœur intact mais des cheveux blancs. Il faut désigner la porte par laquelle on sort de la jeunesse militante et sur laquelle on peut inscrire : laissez ici toute espérance. […] A quinze ans, le jeune homme est en mesure de prendre ses responsabilités ; il peut encore être pétri de cette nouvelle substance qui formera l’homme de la nouvelle Europe. A trente-cinq ans, sauf exception, l’homme reste prisonnier du Vieux Monde qui l’a façonné à sa guise. Entre le Vieux Monde et le Nouveau Monde, il ne peut y avoir de compromis. », Augier (Marc), Jeunesses d’Europe,…, ouvr. cit., p. 109 et 111-112. Notons qu’Augier a alors 33 ans…

68 « Guido regagna l’hôtel. […] Peu de monde. […] Des dames âgées (les “punaises de la vallée” dont parlait Christiane) qui confrontaient leurs rhumatismes avec des sentiers faciles. », Saint-Loup, Face Nord, ouvr. cit., p. 32.

69 « […] il nous paraît nécessaire pour la conservation de nos races, pour maintenir la dynamique de nos peuples, pour garder une attitude militante devant la vie, d’entretenir le sens du combat franco-allemand. Lorsque deux peuples cessent de s’affronter, l’un de ces peuples tout au moins, entre en décadence. Il est hors de doute que si la compétition franco-allemande cessait brusquement, ce serait la France fatiguée, la France sans mystique, sans unité raciale qui entrerait en décadence. Nous ne l’accepterons jamais. La compétition franco-allemande va continuer sur les stades, les rivières rapides, dans les faces Nord de nos Alpes, où tombent chaque année un pourcentage de victimes plus élevé que dans n’importe quelle guerre. », Augier (Marc), Jeunesses d’Europe,…, ouvr. cit., p. 106. La considération statistique qui ponctue cet extrait laisse songeur…

70 « […] Instruit par des années d’expérience des mouvements de plein air, je me refuse absolument à donner un caractère mixte à nos organisations. Nous voulons que la jeunesse qui va se mettre en marche vers le Reich soit d’abord une jeunesse virile, nous voulons que nos réunions soient des assemblées de mâles et non le prétexte d’ententes cordiales qui pour être charmantes n’en compliqueraient pas moins notre tâche. Nous avons retrouvé le sens de la vie puisque vivre c’est combattre. […] Il n’est pas d’usage de jeter dans les batailles les jeunes filles et les jeunes femmes qui sont obligées de livrer leur propre combat, de consentir leur sacrifice de chair et qui est tellement plus lourd que le nôtre. Elles seront à leur place près de nous, elles ne peuvent être parmi nous. », Augier (Marc), Jeunesses d’Europe,…, ouvr. cit., p. 111.

71 « Solitude. Jean n’avait jamais connu de femmes ou presque. La passion dévorante de sa jeunesse n’avait pu tolérer aucune inclination pour le sexe. Comme toutes les natures ardentes, il était timide. Son cœur s’était alimenté de paysages et d’aventures brêves et rares. », Augier (Marc), Les copains…, ouvr. cité, p. 57.

72 Saint-Loup, Montagne sans Dieu, ouvr. cit., p. 16.

73 « L’amour, comme les poumons, a besoin d’oxygène et ne résiste pas à certaines promiscuités… sans parler des odeurs ! Je vous parle au nom d’une longue expérience, Mademoiselle. Je n’ai jamais eu la moindre occasion de coucher avec mes clientes. […] Le destin d’un guide est une aventure nette, très limitée…Pousser le client vers le sommet avec des promesses, des compliments et d’opportunes tractions de corde ; suivre le client dans la descente qui le ramène infailliblement vers la plaine… le sommet, la plaine… entre les deux, aucune place pour l’amour ! », Saint-Loup, Montagne sans Dieu, ouvr. cit., p. 140.

74 « Les équipiers peuvent faire ce qui leur plaît en dehors du service. Aucun inconvénient ! Au contraire ! Qu’ils troussent des filles, tant mieux ! La France a besoin d’enfants. Un enfant est toujours légitime. J’ai, moi-même, à l’Alpe, ma fiancée. Mais pas de rigolade dans le service. Pas de filles au chalet. Elles sont là, toute la journée, à venir réclamer un tel ou un tel. Moi, je les fous à la porte sans prendre de gants… », Saint-Loup, Face Nord, ouvr. cit., p. 86.

75 « Je ferai de vous de grands alpinistes. C’est une affaire entendue. Ca n’est pas suffisant ! N’importe quel imbécile peut atteindre un sommet très difficile avec de bons muscles, et la volonté de la brute. Je veux faire de vous les représentants d’une humanité supérieure. Celle où l’homme aura dominé la crainte de la mort. », Saint-Loup, Face Nord, ouvr. cit., p. 161.

76 « “Voyons murmura Guido, qu’est-ce qui est le plus correct ? “Accès interdit aux femmes”… ou bien : “Accès interdit aux personnes du sexe féminin” ?… Les personnes du sexe féminin, c’est plus administratif… l’accès interdit aux femmes, c’est plus direct. J’aurais pu mettre : “Accès interdit aux femelles !” Mais les marmottes, les brebis et les choucas ne sont pas compris dans mon exclusive”, ajouta-t-il, en riant. », Saint-Loup, Face Nord, ouvr. cit., p. 150.

77 « “Ton installation aux Mazots n’est pas désirable. J’ai besoin de tout mon courage. De toute ma dureté. Je veux enfermer mes compagnons dans le cercle de la solitude et de la chasteté.” » , Saint-Loup, Face Nord, ouvr. cit., p. 170.

78 Une telle approche se situe hors de notre domaine de compétence, mais serait possible et vraisemblablement féconde tant les allusions et connotations sexuelles abondent dans les écrits de Marc Augier, tournant autour de motifs récurrents tels que le viol, la possession physique brutale de la femme — fréquemment présentée comme admirative face à la puissance virile —, et la reproduction — au sens de régénération de la race. Il est à noter aussi que la réconciliation de l’homme et de la femme devant la montagne peut néanmoins avoir lieu dans les écrits de Marc Augier : elle intervient lorsque la femme, « virilisée », s’affirme comme une vraie montagnarde aux yeux de l’homme, qu’elle fait la preuve de sa maîtrise technique et morale face à la montagne. Mais elle s’achève irrémédiablement — rencontre d’Eros et de Thanatos —, dans une ascension ultime au terme de laquelle l’homme et la femme, enfin réunis, s’offrent à la montagne et meurent ensemble par elle. Il en est ainsi de Guido La Meslée et Christiane sur la Face Nord du Pic Gaspard (Saint-Loup, Face Nord, ouvr. cit., p. 367-376) et de Francis Crétier et Kimi San « dans les profondeurs de Miahra Yama, le volcan d’Oshima… » (Saint-Loup, Montagne sans Dieu, ouvr. cit., p. 230).

79 Voir note 60.

80 Nous renvoyons ici notamment à : Delbreil (Jean-Claude), Jeunesse et Montagne, Archives du S.H.A.A., (n.p.), 1970 ; Gay-Lescot (Jean-Louis), L’éducation Générale et Sportive de l’Etat Français de Vichy (1940-1944), Thèse de doctorat, Univ. Bordeaux III, 1988 ; Travers (Alice), Politique et représentations de la montagne sous Vichy, L’Harmattan, 2001.

81 « Le thème principal du roman est un camp de “Jeunesse et Montagne” et l’auteur semble y exprimer librement ses convictions. Les documents nous manquent pour savoir ce qu’a été exactement le mouvement « Jeunesse et Montagne » et pour établir si l’auteur en a donné une image fidèle, mais on peut en tout cas analyser celle qui se dégage du livre… et qui nous laisse rêveur. […] « Jeunesse et Montagne » — sous la plume de Saint-Loup — est un simple appareil étatique pour embrigader les jeunes. Une telle utilisation de la montagne paraît pour le moins détestable quelles que soient les idées au service desquelles on prétend la mettre. », Ballerini (Michel), Le roman de montagne en France, Arthaud, 1973, p. 196.

82 Marc Augier signait parfois ses articles de La Gerbe du pseudonyme « le Guide ».

83 « — Pas trop de montagne, Guido La Meslée ! Nous ne sommes pas ici pour concurrencer le G.H.M., mais pour mener à bien une entreprise d’éducation civique. Je ne vous demande pas de faire des champions, mais, seulement, de bons citoyens et de fidèles serviteurs de l’Etat. Ne l’oubliez jamais ! », Saint-Loup, Face Nord, ouvr . cit., p. 58.

84 « Ce sont vos méthodes de formation qui devaient, fatalement, conduire aux catastrophes que nous déplorons, et qui ont revêtu une ampleur dramatique. Vous n’avez pas reçu pour mission de créer des surhommes, mais, seulement, de bons citoyens et de fidèles serviteurs de l’Etat. », Saint-Loup, Face Nord, ouvr . cit., p. 331-332.

85 « Les intentions du gouvernement nous paraissent entièrement suspectes. […] Les militaires donnent l’assaut à toutes les formations de jeunesses. On les retrouve partout en zone non occupée. C’est un véritable noyautage. Alors ? S’agit-il sous couvert d’œuvre de jeunesse de sauver et de conserver à toutes fins utiles les cadres de l’armée nationale d’avant l’armistice ? Et d’autre part est-il exact que de nombreux chefs de camp tiennent des discours anglophiles et revanchards ? Est-il exact qu’au moment de la libération de la classe 40, des pressions furent exercées sur les jeunes habitants de la zone occupée pour les engager à rester dans la zone vychissoise ? De toutes parts nous parviennent les échos d’un singulier travail qui s’opère sous le couvert de l’honnête homme qui est au pouvoir. La politique de collaboration purement verbale nous paraît cacher de bien singulières réalisations. », Augier (Marc), « Le paradis des adjudants », La Gerbe, 27/02/1941.

86 Voir Comte (Bernard), Une utopie combattante : l’école des cadres d’Uriage, Fayard, 1991.

87 Relatant sa visite à l’Ecole nationale des cadres d’Uriage, Marc Augier a ces mots : « Il est des lieux où souffle l’esprit ! Malheureusement, l’esprit qui souffle à l’Ecole nationale est faussé par certaines attaches idéologiques du chef, par certaines “adhérences” avec tout un ordre de conception de l’homme qui a fait son temps. Lorsque l’on vient m’entretenir de “l’universalisme français” capable de se placer au-dessus du concept racial, lorsque le chef d’un ordre prétendument nouveau, s’inquiète en ma présence du “paganisme nazi”, qui pourrait déteindre sur la catholicité et sur la spiritualité françaises, quand ce chef, enfin, fait une profession de foi en faveur du “personnalisme”, je suis amené à constater que ce chef n’a rien compris, rien senti, rien deviné quant à l’ordre nouveau qui se prépare. […] Marcher vers une communauté puissante formée par des millions de “personnalismes” associés, chacun gardant sa foi, sa liberté, sa vocation et tous les et cætera du monde, c’est évidemment séduisant. Malheureusement l’expérience prouve, que pour accomplir de grandes choses, les groupes historiques doivent être liés par une foi commune et que l’individu doit abdiquer sa liberté au profit du groupe. », Augier (Marc), « Marchons au pas, camarades ! », La Gerbe, 24/07/1941.

88 George Lamirand, nommé secrétaire général chargé de la jeunesse de septembre 1940 à février 43.

89 Augier (Marc), « Marchons au pas, camarades ! », La Gerbe, 24/07/1941.

90 « “Et si nous parlions de la fraternité entre les races ?”
Personne n’avait d’idée bien arrêtée sur la fraternité entre les races.
Sentant le besoin de conclure, sur un mode moins fastidieux, cette veillée qui n’avait pas réussi à s’affranchir de la présence occulte de la montagne hivernale, Guido La Meslée cessa de considérer le plafond et tendit un papier à Boréal.
“Le meneur de jeu va nous lire un poème et cette lecture terminera la soirée.” », Saint-Loup, Face Nord, ouvr . cit., p. 80.

91 Saint-Loup, Face Nord, ouvr . cit., p. 163.

92 Winock (Michel), Nationalisme,…, ouvr. cit., p. 367.

93 Saint-Loup, Face Nord, ouvr . cit., p. 164.

94 Les héros alpins de ses romans sont toujours des alpinistes de « derniers problèmes » ou d’hivernales : face Nord de l’Olan [Couzy-Desmaison, 1956] pour Jean Laval, directe en face Nord du Triolet [Greloz-Roch, 1931 et Charlet-Livanic, 1945] ou face Nord du Pic Gaspard [Tobey-Berger, 1948] pour Guido La Meslée, face Nord de l’Everest [Expédition chinoise, 1960 (réussite contestée) / Expédition chinoise, 1973] pour Franlieu, Mathis et Balmat, les « hommes nouveaux » formés par La Meslée, Cerro Torre [Egger-Maestri, 1959 (réussite contestée) / Expédition Ferrari, 1974] pour Francis Crétier…

95 Terme à considérer avec précaution, le « nietzschéisme » de la rhétorique nationale-socialiste n’étant qu’une instrumentalisation.

96 Augier (Marc), « Le paradis des adjudants », La Gerbe, 27/02/1941.

97 « — Je n’ai pas commis de faute, monsieur Josselin. Si vous connaissiez mieux la montagne, vous sauriez qu’un guide aurait agi exactement comme moi. […] Je me reproche, surtout, d’avoir adopté votre suggestion… D’avoir mené aussi haut une équipe aussi faible. Mais, sur ce plan, nous partageons les responsabilités, monsieur Josselin. Me suicider ?… Quelle plaisanterie !… Pour des clochards étrangers à la montagne ? Une bande de resquilleurs, dont je ne dirai pas de mal, par respect pour la mort et, aussi, par crainte de la mort ; […] Vous prétendez former de bons serviteurs de l’Etat, par vos méthodes ? Laissez-moi rire ! Il y a aussi des tempêtes de haute altitude, dans le service de l’Etat, monsieur ! », Saint-Loup, Face Nord, ouvr . cit., p. 1112-113.

98 Dans son discours aux « Jeunes de l’Europe Nouvelle », il confond par exemple grossièrement l’ascension de la face Nord des Grandes Jorasses (réalisée par les Italiens Cassin-Esposito-Tizzoni en août 1938) avec celle de l’Eiger : « Pendant des années, les équipes allemandes et françaises multiplièrent les tentatives d’escalade sur la Face Nord des Grandes Jorasses. Chaque été amenait un nouvel échec. Enfin, à la veille de la guerre, une équipe allemande parvint au sommet la première, mais la jeunesse du Reich avait sacrifié dix-sept hommes au pied de la grande muraille. Je trouve que c’est la plus belle image qu’il soit possible de fournir de la compétition franco-allemande de l’avenir. Je sais que dans cette salle, mes paroles frappent violemment de jeunes enthousiasmes prêts à se jeter et si besoin est, à mourir dans un tel combat. », Augier (Marc), Jeunesses d’Europe,…, ouvr. cit., p. 106.

99 Comici (Emilio), Alpinismo eroico, éd. Hoepli, 1942.

100 Evola (Julius), Meditazioni delle vette, Il tridente, La Spezia, 1974, (EOF, Méditations du haut des cimes, Pardès, 1986).

101 Rey (Guido), Alpinisme acrobatique, Dardel, 1919 et 1929 ; Lammer (Eugen Guido), Fontaine de Jouvence. « Jungborn » : ascensions et réflexions d’un alpiniste solitaire, Dardel, 1931.

102 Marc Augier publia ainsi une « anthologie » des chutes en montagne, chutes « heureuses » certes, « miraculeuses » écrit-il, dont les protagonistes sortirent presque indemnes, mais chutes tout de même…, Saint-Loup, La montagne n’a pas voulu, Arthaud, 1949. Notons que l’édition augmentée en 1953 se clôt sur le récit de la chute d’Adolf Hörnle, soldat nazi capturé lors d’une ascension par Alain Le Ray et Jacques Boell, et qui, pour s’échapper, se jeta volontairement dans le vide et survécut à ses blessures (p. 213-227)…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Nadal, « Le versant de l’ombre : jeunesse, montagne et alpinisme chez Marc Augier (Saint-Loup) », Babel, 8 | 2003, 169-202.

Référence électronique

Emmanuel Nadal, « Le versant de l’ombre : jeunesse, montagne et alpinisme chez Marc Augier (Saint-Loup) », Babel [En ligne], 8 | 2003, mis en ligne le 10 septembre 2012, consulté le 27 mai 2017. URL : http://babel.revues.org/1316 ; DOI : 10.4000/babel.1316

Haut de page

Auteur

Emmanuel Nadal

ATER à l’Institut d’Etudes Politiques de Bordeaux.

nadal.emmanuel@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org