Navigation – Plan du site

L’initiation suprême à la montagne : le thème de la mort dans les écrits d’alpinistes germanophones

Michel Mestre
p. 111-137

Résumé

A travers quelques écrits d’alpinistes austro-allemands (Guido Lammer, Emil Zsigmondy, Leo Maduschka, Hermann Buhl, Walter Pause), et par l’analyse de la politique de la jeunesse du Club alpin austro-allemand de l’entre-deux-guerres, il est démontré que l’initiation à la montagne est également acceptation, voire souhait, de la mort. Mais l’évolution de l’alpinisme vers plus de sécurité et les changements de génération s’opposent désormais à cette tendance morbide.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cf. la multitude de récits, relations et autres carnets de voyages depuis l’Antiquité à nos jours. (...)
  • 2 Cf. C.E.Engel, Ch. Vallot, Ces monts affreux, Delagrave, Paris, 1934.

1La liaison entre voyage et montagne n’est pas neuve1, même si la relation à la montagne a pendant longtemps été perçue avant tout comme négative2. Avec le développement de l’alpinisme et la création des clubs alpins au milieu du XIXe siècle, non seulement le discours change, non seulement ce qui faisait de la montagne un lieu « affreux » devient « sublime », selon l’expression même de Engel et Vallot, mais la littérature alpine (au sens le plus large du thème) transforme la montagne en source de renouvellement physique et psychique. Dans le contexte de l’industrialisation croissante des pays européens, berceaux de l’alpinisme, cette évolution s’inscrit bien souvent dans un vaste mouvement du retour à la terre (Heimat, Blut und Boden), tendances récupérées à leur tour par les idéologies (fascisme, nazisme ou le pétainisme). La glorification du terroir, la mythification de la montagne, le plus souvent décrite comme l’expression la plus évoluée de ce territoire limité, hiérarchisé et immuable, transforme toute incursion/excursion en montagne en un voyage initiatique. Mais initiation par qui, envers qui, comment et pourquoi, c’est ce que nous envisagerons tout d’abord : nous verrons ensuite que cette initiation est sublimée par le double phénomène du danger et de la mort, considérée, par de nombreux auteurs, comme initiation suprême. Nous discuterons enfin la validité même de cette thèse, pour envisager la mort, non plus comme le trait fondamental fondateur d’une philosophie de l’alpinisme, mais simplement comme un accident, au sens d’épisode non essentiel, qu’il faut à tout prix éviter.

1- L’alpinisme, initiation à la montagne et à ses mystères

  • 3 Selon la définition donnée in Paul Robert, Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue fra (...)
  • 4 Henri Isselin, L’âge d’or de l’alpinisme, 1919-1950, Arthaud, Paris, 1983, p. 132.

2Le cas d’initiation que l’on trouve le plus souvent dans les écrits des alpinistes est celui de l’accompagnement du néophyte par une tierce personne, où un des protagonistes est le guide (au sens général) de l’autre (des autres). En cela on se situe tout à fait dans la signification la plus couramment admise du concept, comme « admission aux mystères […] introduction à la connaissance de choses secrètes, cachées, difficiles »3. L’hypothèse implicite que la montagne et l’alpinisme ressortent du sacré est suffisamment répandue dans les milieux alpins pour que je n’y revienne pas, si ce n’est à travers deux anecdotes. La première est citée par Henri Isselin, lors d’une rencontre entre alpinistes4 :

Entre deux bouchées la conversation est animée et au dessert, l’euphorie des fins de repas nous conduit à aborder les grands problèmes. Je commence une phrase pompeuse : « L’alpinisme est un sport qui … » Là je suis coupé par Jean Vernet : « L’alpinisme n’est pas un sport, déclare-t-il, mais une religion ». Bien des années plus tard je n’ai pas oublié la vivacité du ton.

3La seconde concerne Gaston Rebuffat qui écrivait qu’on « entre en Meije un peu comme on entre en religion ».

4Rares, pour ne pas dire inexistants, sont les cas d’initiation personnelle, d’initiative entièrement due à l’individu qui va seul en montagne. Même Georg Winkler, longtemps considéré comme le prototype de l’alpiniste solitaire, avait son mentor en la personne de Guido Lammer.

  • 5 « Comment devient-on alpiniste ? », in O. Hoibian, J. Defrance, Deux siècles d'alpinismes européens(...)

5Les modèles les plus représentés concernent le père (par rapport à la femme, le fils, la fille), ou le frère aîné (comme substitut du père) ou l’ami plus âgé. Les exemples des familles anglaises Moore et Walker, à l’origine de véritables dynasties d’alpinistes, celui des frères Zsigmondy, ou Mayer, plus récemment celui de Reinhold Messner et de son frère en sont des illustrations connues. Une variante apparaît avec le « couple » Meta Brevoort/W.A.B. Coolidge, ce dernier étant le neveu de Miss Brevoort. Jean Corneloup5 a montré que, chez la majorité des alpinistes français contemporains, c’est la lecture de livres de montagne trouvés dans la bibliothèque familiale (preuve de la pratique des parents, ou du père seul, en tout cas d’un intérêt familial avéré pour la montagne) qui a déterminé le choix de l’enfant. On a là les éléments les plus tangibles de l’alpinisme dit familial où le père (dans une proportion frisant les 100 %) est l’initiateur par excellence, de préférence du/des fils.

  • 6 Pour Rondet, cf. Mestre, « La politique de la jeunesse du CAF sous Vichy, comparaison avec le DÖAV  (...)
  • 7 Cf. les travaux de Cécile Ottogalli sur la place de la femme dans l’alpinisme.

6L’alpinisme familial connaît ainsi beaucoup de succès à certaines époques, et cela n’étonnera pas si les périodes où prédomine une idéologie totalitaire sont particulièrement favorables à la tendance. Le CAI, le DÖAV ont beaucoup servi de courroies de transmission de cette tendance et la France de Vichy est bien représentative de ce fait. Christian Rondet, Paul Lauras en sont des exemples clairement identifiés6. C’est chaque fois bien évidemment la fonction éducatrice de la montagne qui est mise en valeur, que ce soit pour l’aguerrissement du corps ou de l’âme. A noter que cette orientation permet, indirectement, une certaine émancipation féminine (la jeune fille a droit autant que le garçon à cette initiation), vite reprise en main, car, ainsi, la jeune fille en sera une mère plus solide, mieux à même de livrer à la Patrie des enfants sains7.

7Actuellement les récits d’expériences d’initiation de père à fils (ou petit-fils) sont plus nuancés, voire nettement désabusés, comme en témoigne cet alpiniste allemand, Rudolf Weiss, qui écrit :

  • 8 Exemple intéressant et amusant donné par Rudolf Weiss, « Mit Kindern in die Berge », in Berg 96, DA (...)

En tout cas il est certain que je n’ai pas atteint un de mes objectifs éducatifs : nos enfants sont devenus des adultes pratiques et gentils, mais pas des alpinistes, comme leur père l’aurait volontiers souhaité8.

8Et Weiss d’aligner pourtant tous les avantages que procure la montagne aux enfants, du développement physique à une meilleure approche écologique en passant par la sociabilité. Sa conclusion est on ne peut plus réaliste :

Il est relativement facile de trouver de bonnes raisons pour favoriser la randonnée et l’alpinisme auprès des enfants. Mais il est tout aussi clair que l’évolution que l’alpinisme peut apporter aux enfants ne sera positive que si l’enfant lui-même le veut.

  • 9 Cf. Mestre, « La politique de la jeunesse du CAF sous Vichy, comparaison avec le DÖAV », in P. Arna (...)

9Le rôle des clubs alpins, ou de tout groupe plus ou moins formel, dans l’initiation est souvent déterminant, même s’il présente des variantes, liées à la chronologie. Les exemples dans la littérature germanophone abondent, concernant en premier lieu les années vingt quand les « anciens » du DÖAV, pour beaucoup officiers pendant la Première Guerre mondiale, voient dans les jeunes les instruments privilégiés de la revanche et de la reconquête des territoires perdus, surtout du Tyrol du sud. Ces adultes frustrés de leur victoire par le traité de Versailles, aigris, jouent le rôle du grand frère et utilisent les premiers jeunes conquis comme courroies de transmission vis-à-vis des nouveaux. Pour les jeunes étudiants allemands le rôle des Clubs alpins académiques fut ainsi prépondérant entre les deux Guerres. C’est aussi le cas des camps d’alpinisme mis en place par le CAF et/ou le GHM9. Leur but est fondamentalement patriotique. La politique actuelle du DAV (ou du CAF, du CAI, comme de tous les clubs alpins actuels), n’est plus de former de futurs soldats mais simplement d’attirer les jeunes au sein d’un mouvement associatif, de gagner en effectifs, l’aspect financier devenant prépondérant, même si la pédagogie de la montagne est mise en avant.

Eugen Guido Lammer, in R. Messner, Todeszone, Kiepenheuer & Witsch, 1978, p. 195

Eugen Guido Lammer, in R. Messner, Todeszone, Kiepenheuer & Witsch, 1978, p. 195
  • 10 In Fontaine de jouvence « Jungborn », Chambery, 1931, p. 179-194.

10Quant à l’initiation d’homme à femme, elle est fort bien représentée dans un court récit de Lammer, intitulé « Dans un terrible piège »10.

C’était en 1895 ! Voyage de noce, pour ainsi dire. Pouvais-je montrer à ma jeune femme quelque chose de plus cher que mes bonnes vieilles montagnes ? Et ne devais-je pas montrer ma femme précisément aux meilleurs de mes amis ?

11D’autant plus que sa femme avait montré précédemment

qu’elle avait le pied sûr et ne craignait pas le vertige. […] Ma docile compagne se montrait capable de se tenir solidement dans des pas préparés et de suivre exactement les indications de son guide.

12La veille de la course,

dans le refuge de Greiz, ce jour-là désert, nous vaquons aux soins familiers du ménage : la jeune ménagère fait la cuisine, lave, balaie et met tout en ordre. Puis, tandis qu’au fond la vallée s’allumait dans la sérénité du soir, et que les petits nuages floconnaux les plus élevés s’enflammaient comme d’un amour supraterrestre, deux êtres, la main dans la main, étaient assis devant la cabane, silencieux, et laissaient leurs songes s’enfuir vers les profondeurs vaporeuses de l’horizon. […] Nous jouissions profondément du bonheur de la terre.

13Le jour même, le mari, fou de montagne et d’escalade, fait fi des dangers, des pierres qui tombent inlassablement.

14« Je ne voulais pas les entendre », écrit-il deux fois, « je ne voulus pas voir l’avertissement », dit-il plus loin. D’autant plus que, « fatigués pour plus d’une raison » ( ? !) les alpinistes partent trop tard du refuge. Lammer entraîne donc sa jeune femme dans l’horreur de [notre] aventure, non seulement une course nouvelle, mais surtout dangereuse, comprenant tous les éléments chers à l’auteur :

une petite avalanche de neige siffla derrière nous comme une vipère, […]. Je ne saurais décrire ici en particulier chaque bourdonnement de pierres et chaque sifflement d’avalanches. […] la vire, que nous appelions de nos souhaits et de nos rêves, plonge immédiatement au-delà de la cascade sous une mince couche de glace d’une pente follement abrupte !

15Petit à petit, pourtant, l’auteur prend conscience des dangers réels :

N’étais-je pas au désespoir d’avoir, par mon erreur de calcul, été la cause que la jeune femme que j’aimais, se trouvait endurer de telles épreuves, une pareille torture !

16Le chemin d’épouvante se poursuit ainsi pendant quinze heures : toutefois les difficultés diminuent et Lammer note :

affamés et transis, mais rassurés, nous marchâmes plus de la moitié de la nuit. […] A 2 heures moins le quart, je parvins à tâtons [à la] Berlinerhütte.

17La fin du récit reprend les obsessions chères à Lammer.

Peut-être un lecteur va-t-il, plein d’onction, me dire : « Peux-tu te justifier de te rendre coupable de telles folies criminelles et d’y entraîner ta jeune femme ? » A des questions dégageant une telle odeur de morale, je refuse de répondre ; le front fièrement levé, je dénie à quiconque le droit de s’ériger en juge entre moi et mes compagnons de cordée. La morale d’avant-hier est un monde disparu, qui ne m’intéresse plus que comme curiosité de musée.

18Sa femme sauvée, elle disparaît du monde en quelque sorte, sans qu’on sache ce qu’elle peut penser. Lui, en revanche, disserte sur l’alpinisme.

Le grimpeur d’à présent enfoncerait purement et simplement en chacun de ces passages un ou deux crochets de fer. Par là, il cesse de jouer le rôle de l’homme de tête pour n’être plus qu’un grimpeur de la caravane assuré par le haut. Grâce à une « machine », il a dupé la nature, mais lui aussi du même coup. Avec le marteau, il brise le péril sacré ; il brise la clé, qui nous conduit hors du cachot de la peur ; il se prive de l’heure élevée, de l’heure sombre, où l’âme humaine comparaît nue devant les puissances justicières.
Du point de vue objectif, la jeunesse d’aujourd’hui peut faire des courses beaucoup plus difficiles que celles de notre génération de grimpeurs, mais pour l’énergie morale que nous avions à mettre en jeu, nous étions au moins ses égaux.

19Le texte ne dit pas si sa femme l’a encore accompagné en montagne, si l’initiation a fonctionné. A moins que Lammer ne l’eut voulu ainsi, pour justement éloigner sa femme de ce milieu ?

  • 11 Cf. l’imposante littérature écrite par des femmes sur les guides initiateurs.
  • 12 Pour une biographie de celle qui fut longtemps considérée comme la meilleure alpiniste femme de son (...)

20Ce n’est évidemment pas le cas du guide professionnel, qui est lui au service de son client et porte sur sa personne une part essentielle des faits d’initiation en montagne. Image encore plus emblématique que celle du père, et qui irrigue une partie importante de la littérature alpine, le guide est l’initiateur par excellence, surtout de la femme en montagne11. Un exemple très prégnant dans l’histoire particulière de l’alpinisme féminin allemand l’illustre parfaitement, celui de l’alpiniste Eleonore Noll-Hasenclever12. Son histoire est exemplaire à bien des cas. La première raison est que l’initiation est faite par Alexander Burgener

  • 13 Cicely Williams, Dames alpinistes, Arthaud, Paris, 1979, p. 85-86.

qui, avec l’instinct infaillible d’un guide expérimenté, discerna en elle une amoureuse de la montagne et une alpiniste en puissance13.

  • 14 Cf. son palmarès en annexe 1.

21Quand on connaît la notoriété de ce guide et celle de ses clients habituels (Dent, Mummery, von Kuffner, Güssfeldt, etc.), on a facilement une idée des capacités de cette femme. A cette première initiation succèdera celle, Eleonore étant devenu une alpiniste aguerrie, à l’alpinisme sans-guide et à la cordée féminine ; désormais Eleonore Noll-Hasenclever est tête de cordée et conduit des ami(e)s sur les sommets et dans les faces La troisième forme d’initiation concerne le parallèle entre montagne et initiation amoureuse. En 1911, Fräulein Hasenclever rencontre Johannes Noll qu’elle emmène en montagne puis qu’elle épouse. Ils auront ensemble une fille, Eleonore (Sternchen) épouse Gebhardt. Ici, le fait notable est que l’initiation à la montagne se fait de femme à homme, événement certainement unique pour l’époque. Enfin, et c’est la plus tragique, elle fut la première alpiniste femme à mourir en montagne emportée par une avalanche au Weisshorn (Alpes valaisannes)14.

22L’exemple de Eleonore Noll-Hasenclever ainsi que certains déjà cités montrent bien la prédominance, dans le fait initiatique, du danger et de la mort, ce qui nous fournit la transition idéale pour aborder la seconde question évoquée en introduction, celle consistant à présupposer que la course en montagne est initiation au danger et, ultime stade du danger, à la mort.

2- Danger et mort en alpinisme, ou initiation sublimée 

23La tendance à privilégier ces deux aspects de la course en montagne a toujours constitué l’ossature dramatique des récits d’alpinisme, peut-être encore plus des textes rédigés en allemand, à un point tel que danger et mort sont devenus des poncifs, des clichés dont aucun auteur, sauf peut-être les contemporains, n’a su (pu ou voulu) s’affranchir. Quelques exemples types peuvent mieux aider à comprendre cette tendance.

Emil Zsigmondy, gravure de W. Münch, in Die Gefahren der Alpen, Edlinger's Verlag, Innsbruck, 1908

Emil Zsigmondy, gravure de W. Münch, in Die Gefahren der Alpen, Edlinger's Verlag, Innsbruck, 1908
  • 15 Die Gefahren der Alpen. Praktische Winke für Bergsteiger, Verlag von Paul Frohberg, Leipzig, 1885 o (...)

24Dès les premiers temps de l’alpinisme moderne, Emil Zsigmondy (1861-1885) rédige un ouvrage toujours considéré comme un grand classique, Die Gefahren der Alpen (1885)15. Il y aborde sous une double forme, celle de l’exposé didactique et du compte-rendu d’expérience (la sienne ou celle d’autres personnes), l’ensemble des dangers objectifs qui guettent les alpinistes. Car, écrit-il,

  • 16 Zsigmondy (1885), Préface, p.III.

L’alpinisme est déjà pratiqué aujourd’hui de plusieurs façons différentes et il court à son sujet dans le grand public de très nombreuses erreurs fondamentales. Ce livre a pour but de rectifier ces idées fausses et de ramener les différentes conceptions à un dénominateur commun plus proche de la vérité16.

  • 17 Zsigmondy (1885), p. 45, 129-130, p. 145.

25Ici le danger est examiné de façon la plus objective, la plus scientifique possible : n’oublions pas en effet que Zsigmondy est médecin de formation et il étudie ces phénomènes un peu comme des maladies, dont il s’agit de décrire les symptômes, de diagnostiquer les causes et auxquelles il faut apporter un remède. Ainsi un tableau statistique renvoie aux accidents « A, déclenchés par une avalanche venue d’en haut – B. dus à une avalanche déclenchée par la cordée même » avec indications précises des lieux de l’accident, mention des noms des protagonistes et quelques remarques annexes. Plus loin c’est un nouveau tableau des accidents dus à des glissades, puis un autre des chutes dans des crevasses17. Le dernier chapitre quitte le domaine des faits et des situations, synonyme ici d’objectivité au sens alpinistique du terme, pour aborder « Les dispositions nécessaires à l’alpinisme ». Elles incluent surtout les qualités indispensables, dont il dit :

  • 18 Zsigmondy (1885), p. 180.

qu’il veut les séparer en qualités physiques et intellectuelles. Puis entre celles qui sont innées et celles qu’il [l’alpiniste] pourra acquérir avec le temps18.

26Suivent vingt-huit pages de conseils et de réflexions sur l’entraînement, la force physique, la résistance, le fait de n’être point sujet au vertige, le cran (Schneid), l’alimentation en montagne, mais aussi l’imprudence, l’inconscience, l’arrogance. En ce sens il s’agit bien d’un livre d’initiation, surtout destiné aux alpinistes sans guide, mais fort utile aux autres également.

  • 19 Zsigmondy (1885), Préface, p. IV.

Même si je ne me cache pas que le gros des alpinistes continuera pendant longtemps encore à aller en montagne avec des guides et que les expériences décrites dans ce livre sont surtout importantes pour celui qui porte sur ses épaules la responsabilité d’une expédition, une formation solide du touriste qui part avec guide n’en est pas moins souhaitable, afin qu’il apprenne, d’une part, à juger de tout ce que le guide fait pour lui, d’autre part qu’il soit capable d’aider ce dernier du mieux possible, et ne le mette justement pas en danger là où cela deviendrait fatal19.

  • 20 Zsigmondy (1885), p. 165, 175.

27Il n’empêche que l’introduction systématique dans le texte « scientifique » des épisodes d’expériences personnelles ou transmises par des tiers accroît la tension dramatique justement par la personnification de l’épisode. La distanciation disparaît, on sent presque une certaine délectation dans la transmission de l’accident, accentuée par le réalisme des gravures décrivant une chute « Sous le sommet de la Marmarole » ou la « Traversée d’une crevasse sur le glacier de Zwilling »20.

28La quatrième édition due à Paulcke place l’effet initiatique du livre de Zsigmondy en tout premier plan, Paulcke n’hésitant pas à franchir allègrement la frontière de ce cercle invisible tracé par Zsigmondy autour de l’alpiniste pour placer la pratique dans une optique d’éducation totale.

  • 21 Zsigmondy (1908), préface de Paulcke, p. X.

Je considère qu’il y a quelque chose de malsain quand, par exemple, un adulte se montre si malhabile, si peu audacieux qu’il doit laisser un de ses semblables brûler dans un incendie parce qu’il est incapable de le sauver : que ce même adulte laisse se noyer quelqu’un, parce qu’il ne sait pas nager, ou qu’il doit assister impuissant à la chute d’un enfant, peut-être du sien d’ailleurs, parce qu’il n’ose pas faire quelques pas en direction de l’abîme pour cause de vertige.
Toute une série d’exercices physiques aide à développer son corps dans telle ou telle direction et permet de se forger une certaine acuité des sens.
Et selon moi, l’homme-alpiniste est le mieux à même d’atteindre cet objectif. Tous les sens, toutes les forces y sont exercés et sollicités. L’exercice corporel ne va pas non plus sans un apprentissage spirituel. En un mot l’homme, au travers d’une éducation au sein de la sévère nature de la haute montagne, est aussi éduqué pour la vie21.

  • 22 P. 195-210 de Fontaine de jouvence, (1931).

29Avec Lammer (1863-1945), encore une fois, on a affaire, en quelque sorte, au prototype du récit dramatique en montagne qu’il illustre longuement avec la description minutieuse de sa chute dans le couloir Penhall au Cervin22. Ce véritable récit catastrophe lui permet en même temps de proclamer, malgré tout, son amour des montagnes et de revendiquer avec orgueil un rôle identique à celui d’un Dieu.

  • 23 Lammer (1931), p. 209. Les italiques figurent déjà dans le texte.

Et pourtant, ô mont cruel, notre vainqueur, ô nature marâtre, ô dieu insensible, je vous aime en toute votre beauté inclémente, en votre indifférence de granit. Moi, l’indestructible, je suis votre égal.[…] Sans doute j’incline la tête avec respect devant la sentence de la puissance souveraine qui nous a précipités du Cervin, mais ni ma propre foi, ni le Nazaréen, ni les doctrines des grands Rishis hindous ne m’arracheront des mains le glaive de l’action. Car, ma volonté, elle aussi, fait partie du dessein universel. Je ne suis pas une pièce de jeu d’échecs, devenue inutile et que l’on rejette de l’échiquier23.

30Abusant de ce pathos qu’il affectionne tant, Lammer trace la voie à quantité d’autres productions littéraires d’alpinistes germanophones, préludant aussi à la philosophie très prisée des décennies à venir sur la beauté morale de l’engagement ultime en montagne. Bien évidemment Lammer sera récupéré par le mouvement de l’alpinisme extrême des années vingt, son livre profitant du décalage chronologique entre la rédaction de la plupart de ses courses avant 1914 et la parution du livre à Vienne en 1922.

  • 24 Expression de Sylvain Jouty, in « Georg Winkler, le météore de l’alpinisme », Alpinisme et randonné (...)
  • 25 Leo Maduschka, Junger Mensch im Gebirg, Gesellschaft alpiner Bücherfreunde, München, 1936.
  • 26 Leo Maduschka, Junger Mensch im Gebirg, Gesellschaft alpiner Bücherfreunde, München, 1936, p.162-16 (...)

31Opposé apparemment à Lammer, mais de fait beaucoup plus proche de lui qu’habituellement admis, est Leo Maduschka (1908-1932). Mort jeune, comme ses dates de naissance et de mort le font apparaître, il est, au même titre que Georg Winkler, un de ces « météores de l’alpinisme24 » tant prisés de la littérature alpine. Le fait qu’il fut un étudiant brillant en littérature, président du Club académique de Munich, donc nécessairement un excellent grimpeur, mais aussi une sorte de Don Quichotte des parois épris de vitesse (il se déplaçait avec prédilection en moto), rehausse son aura. Le livre que nous analysons25 peut se décomposer en trois parties. La première est réservée aux amis, aux adorateurs, surtout à son dernier compagnon : c’est de l’hagiographie pure et simple. La deuxième est de la plume de Maduschka et livre une suite d’informations sur ses escalades ou ses courses en ski. Partie intéressante pour un biographe éventuel, elle est fastidieuse. La troisième partie intitulée « Nous, jeunes alpinistes », est de loin la plus riche. Elle consiste essentiellement en une suite de réflexions sur la pratique vue au travers d’une analyse des aspirations des jeunes grimpeurs de l’époque, que Maduschka qualifie de romantiques. L’alpinisme est ainsi un mode de vie romantique où l’aventure devient prépondérante26.

  • 27 Leo Maduschka, Junger Mensch im Gebirg, Gesellschaft alpiner Bücherfreunde, München, 1936, p. 167.

32Mais cette aventure se heurte à des contraintes de société qui placent l’homme au cœur de tensions générant le tragique de sa situation. Ainsi Maduschka dresse t-il le tableau de ces tensions27,

Nostalgie/ accomplissement
Désir de voyage/ pays natal
Mouvement/ repos
Transformation/ liaison
Bonheur du désir/ bonheur de la réalisation
Agitation/ calme
Randonnée/ sédentarité
Aventure/ « Arrête toi … »
Chemin/ but
définissant l’alpinisme comme la réponse à ces tensions existentielles et donc voie initiatique à la découverte par l’homme de son propre destin.

  • 28 Leo Maduschka, Junger Mensch im Gebirg, Gesellschaft alpiner Bücherfreunde, München, 1936, p. XXXV. (...)

33Est-ce que cela détermine pour autant l’action de l’alpiniste jusqu’à la mort, rien de définitif n’est écrit par Maduschka à ce sujet. Mais d’autres éléments vont dans ce sens. Ils incluent, bien évidemment, les différentes rencontres avec la mort, qui sont à l’origine du poème Bergtod, écrit en 192428. C’est surtout l’appartenance de Maduschka au Club académique qui m’incite à aller dans cette voie. Ses membres sont certains de participer à un groupe d’élite, et Maduschka termine régulièrement ses récits par une formule quasi incantatoire du type « la voie est à nous », et clôt sa description du parcours de la face est de la Fleischbank, en 1927, par cette formule :

  • 29 Leo Maduschka, Junger Mensch im Gebirg, Gesellschaft alpiner Bücherfreunde, München, 1936, p. 22.

A l’instant de la victoire, au sommet, la joie n’était pas encore totalement au rendez-vous. Mais après, grande fut notre satisfaction ; la face est était à nous, nous appartenions à la guilde, un nouveau monde, vaste et oh combien désiré, s’offrait à nous29.

34Or le Club académique de Munich, sorte de saint des saints de l’escalade de l’entre-deux-guerres, est le symbole même de cette forme de grimpe où la performance joue un rôle déterminant. Il participe activement à l’évolution vers le sestogrado, mais, et c’est le côté ombre de cette tendance, est travaillé par la déviance souvent avérée de l’alpinisme de compétition de l’époque, vers deux directions : celle de l’instrumentalisation de l’alpinisme de plus en plus agressif, surtout contre les Italiens (la perte du Tyrol du sud est toute proche). Le Club alpin austro-allemand met en place à la même époque et sous la houlette d’anciens officiers alpinistes aigris et déçus par le traité de Versailles une politique envers la jeunesse entièrement à but patriotique, pour ne pas dire revancharde. Les meilleurs des alpinistes sont les vecteurs de cette politique, que résume fort bien la formule classique « La paroi sera à nous, ou nous serons à elle ». L’autre direction concerne l’idéalisation de l’homme-alpiniste, ce que Amstädter nomme « l’icône », parée des qualités spécifiques du guerrier. Cette image débouche bien évidemment sur celle de l’homme nouveau cher aux nazis. En tant que président du Club, Maduschka ne pouvait donc pas ne pas être sensible à ces influences.

  • 30 Hermann Buhl, Buhl du Nanga Parbat, Editions Slatkine, Genève, 1979. Voir surtout le chapitre Les e (...)

35On retrouve la thématique de la mort mais avec un style totalement différent chez Hermann Buhl30. Il décrit dans son autobiographie ses premières expériences de grimpeur et évoque un accident grave :

  • 31 Buhl (1979), p. 26.

Un bruit sourd nous fait sursauter tout-à-coup. Chute de pierres ? Nous nous collons au rocher et attendons la grêle de cailloux. Mais elle ne vient pas. A sa place, une forme sombre, allongée, pesante, traverse l’air, comme un sac rempli… je reconnais soudain un corps humain. Le grimpeur solitaire ! Un frisson me parcourt l’échine. […] D’interminables secondes passent, nous l’entendons rebondir une dernière fois, au fond du cirque … Puis le silence se fait. […] Un homme est mort. Un homme à qui nous avions parlé quelques minutes plus tôt31.

36L’économie des moyens descriptifs, le style elliptique sont totalement à l’opposé de l’emphase lammerienne ou de l’approche poétique de Maduschka : d’autant plus que Buhl ne voit dans l’accident rien de commun avec une quelconque révélation intellectuelle ou philosophique. Ce qu’il exprime avant tout, c’est sa peur de devoir arrêter de grimper :

  • 32 Buhl (1979), p. 27.

Pendant des jours, des semaines, je reste si bouleversé de cet accident que je ne peux même plus regarder mon équipement de grimpeur. Je crois que je vais devoir mettre fin à ma carrière d’alpiniste à peine commencée. Sans cesse je revois le corps de cet homme vivant, encore chaud, traverser l’air. J’en rêve la nuit. J’ai éprouvé par moi-même les dangers de l’escalade et la rapidité avec laquelle la mort peut nous surprendre32.

37Et puis, il n’y a plus rien à dire, en tout cas plus rien à écrire. Le chapitre se termine, on tourne la page, celle de la deuxième partie « Dans les montagnes du Tyrol du nord », et sous le titre « Le grimpeur s’affirme », on peut lire, et on ne saurait être plus elliptique :

L’année 1942 m’ouvre le royaume du VIe degré.

38Le chapitre se clôt à nouveau sur une notation tragique :

  • 33 Buhl (1979), p. 38.

Rayonnantes de soleil, trempées de pluie, les parois du Kaiser nous saluent, […]. Mais si grotesques que soient ces variations des caractères météorologiques, elles ne peuvent cacher le drame de la nuit précédente. Partout résonnent des appels à l’aide, les colonnes de secours sont en route. Quatre alpinistes n’ont pu être ranimés de leur sommeil éternel. Ils sont morts de froid et d’épuisement33.

  • 34 Buhl (1979), p. 297-361.

39A nouveau, rupture de chapitre, et la suite n’a plus rien à voir avec l’épisode précédent. Pourtant la mort chez Buhl est omniprésente, mais comme une donnée que l’on signale, sans y accorder plus d’importance qu’elle n’en a. L’alpiniste doit composer avec elle, sans plus. Elle n’a pas de sens spécifique : l’important est ailleurs, dans la nature, dans le grimpeur lui-même, dans son action. Ainsi s’explique certainement son ascension en solitaire du Nanga Parbat, en 195334. Elle est marquée par la dureté des conditions en très haute montagne, ce que Buhl exprime simplement ainsi :

  • 35 Buhl (1979), p. 302 et 344.

On finirait par croire que l’alpinisme himalayen consiste seulement à faire sa trace dans la neige au prix d’efforts surhumains. Seul le recul du souvenir déploie aussi sur ces journées épuisantes le voile de la beauté. […] Mais je ne sens rien en moi du bonheur enivrant, des transports de joie, du sentiment d’exaltation que donne la victoire. Je n’ai pas la moindre conscience de ce que signifie cet instant. Je suis anéanti !35.

40Il est superflu alors de se poser des questions sur l’homme face aux montagnes, sur son rôle éventuel de démiurge, sur le pourquoi de l’alpinisme et sur la mort. Quand, presque par hasard, surgit une question concernant les tragédies précédentes, c’est plutôt sous forme d’une évocation, d’un souvenir et cela ne doit en aucun cas détourner l’alpiniste de son but :

  • 36 Buhl (1979), p. 334.

La tristesse m’envahit. Mais il ne faut pas songer à la mort. Il ne faut pas ruminer ainsi, lorsqu’on est seul36.

41Seul le chapitre qui clôt la partie consacrée au Nanga Parbat aborde de front la question de la mort :

  • 37 Buhl (1979), p. 367.

Nous pensons aux hommes qui nous ont précédés sur cette grande montagne. Ces morts non oubliés37.

42Mais, intitulé « Un an plus tard », et très bref ( trois pages seulement), il apparaît comme un ajout artificiel. D’autant plus que Buhl, s’expliquant sur son choix de tenter le sommet même seul, donc sur sa prise de risque, et sur ses importantes capacités physiques, conclut :

  • 38 Buhl (1979), p. 370.

C’est à cela que je dois de vivre. Et j’aime la vie38.

  • 39 Walter Pause, Der Tod als Seilgefährte Eine Schule der alpinen Gefahren, BLV, München, Bern, Wien, (...)

43Dans certains cas, le danger et la mort deviennent les éléments centraux du récit comme dans Der Tod als Seilgefährte, de Walter Pause, livre décrivant uniquement des situations extrêmes en montagne39. Il est constitué de 56 contributions de divers alpinistes autrichiens et bavarois, relatant des faits s’étant déroulés entre les deux Guerres et légèrement postérieurs à la Seconde Guerre mondiale. Quelques alpinistes apparaissent plusieurs fois, comme Pause lui-même (5 contributions), Hans Hintermeier (6) ou Ludwig Gramminger (5). Ce dernier, grand spécialiste de secours en montagne, donne la tonalité d’ensemble du recueil. On y trouve en effet tout un panorama des accidents possibles et imaginables.

Nature de l’accident

Occurrences

Avalanches, chutes de corniches de neige

13

Chutes dans des crevasses

7

Chutes en escalade, couloir de neige ou face glacée

16

Chutes de pierres

9

Cordes emmêlées, rappels mal faits

4

Orages, tempêtes, brouillard

25

Morts violentes

44

44Le tableau ne tient pas le compte des blessures en tous genres (luxations, entailles, pieds gelés, etc.). J’ai également laissé de côté les cas extrêmement courants d’affolement général, de décisions saugrenues, de cheminements perdus, et l’influence néfaste des partenaires féminines, souvent responsables des errements des alpinistes pour cause de lenteur, de manque de résistance, de faiblesses caractérisées ! ! ! Il est inutile de dire que tous les textes sont marqués d’un certain côté morbide, qui me fait penser qu’il y a bien une spécificité du récit de course germanique, morbidité que l’on ne retrouve pas (ou que peu) dans les récits d’auteurs que l’on peut qualifier de « méditerranéens » de l’alpinisme.

45Il faut noter que cette initiation à la dureté de la montagne et au danger est en quelque sorte revendiquée dès l’introduction, la montagne étant perçue comme le lieu vrai où l’homme atteint sa plénitude d’être (Mensch) par opposition à la Zivilisation dégénérée, l’endroit par excellence où il peut développer son énergie vitale (Kraftstrom) alors que la ville (Verstätderung) est le lieu de son aliénation.

46Si Pause en reste malgré tout à une description plus qu’à une réflexion, sauf celle concernant la prudence et les aspects techniques des erreurs commises, un autre ouvrage me paraît plus complexe et plus représentatif de cette même tendance et des ambiguïtés qui l’accompagnent. C’est le cas de celui de Reinhold Messner, Grenzbereich Todeszone, Kiepenheuer & Witsch, Köln, 1978.

  • 40 Motti Gian Piero, La storia dell’alpinismo, L’Arciere Vivalda, Cuneo/Torino, 2 volumes, 1994.

47Reinhold Messner est L’Alpiniste de la seconde moitié du XXe siècle. Par son palmarès, par le seul fait qu’il a été le premier à avoir escaladé tous les 8000 de la planète, par son engagement politique en faveur de l’Europe et de l’écologie, par sa médiatisation outrancière il est bien le « phénomène » qu’évoque Motti dans son Histoire de l’alpinisme40.

  • 41 Voir la bibliographie spécifique suivante :
    « Jetzt denke ich an den Everest », in Zeitmagazin, été (...)
  • 42 Cf. Messner (1973), p. 156.

48Si l’on étudie ce que Messner lui-même écrivait dans les années 70 et ce qui s’écrivait sur lui à cette époque41, on est frappé par la récurrence de la thématique de l’accident et de la mort. En effet, en 1970, il connaît au Nanga Parbat une première expérience ultime, à l’occasion de la mort de son frère42, puis, en 1972, il est le seul survivant d’une série d’accidents qui font trois disparus parmi ses compagnons, enfin il ascensionne, en 1975 (avec Peter Habeler), le Hidden Peak, ce qui fait de lui le seul alpiniste de l’époque à avoir trois 8000 à son palmarès. Après la parution de son livre culte, Le 7e Degré en 1973, son échec, en 1977, dans la face sud du Daulaghiri, et avant de s’attaquer au K2 (1979), il publie un livre assez étrange, Grenzbereich Todeszone : c’est la relation de témoignages d’alpinistes de toutes les époques qui, au moins une fois dans leur vie, ont eu un accident grave qui les a amenés à être proches de la mort. Le thème unique est justement la mort, plus exactement la zone entre la vie et la mort à l’occasion d’un accident en montagne. Deux idées fondamentales s’en dégagent :

49La première est que la confrontation à la mort est, pour l’alpiniste, le voyage initiatique par excellence. Car il s’agit bien de rechercher :

  • 43 Messner (1978), p. 9.

les limites entre l’intellect et les sens, entre le rationnel et l’intuition, entre la tête et le ventre, entre la vie et la mort, entre l’être et le néant, d’être en quête de soi, de l’unique, du rien43.

50Les exemples foisonnent, allant de Whymper à Rebitsch, en passant par Lammer, bien évidemment, Bonatti et de nombreux inconnus qui ont répondu aux sollicitations de Messner. Tous les témoignages concordent, ce n’est pas la peur qui domine alors, mais bien le sentiment d’un passage à un état proche du Nirvana, qui génère d’ailleurs la pensée dangereuse qu’il s’agit d’une drogue (en allemand Sucht), éventuellement renouvelable.

51La seconde idée est que cette même confrontation est une impasse, car :

  • 44 Messner (1978), p. 207.

cet état, une fois redescendu, ne dure pas éternellement. […] Sur une seule expérience de ce type on ne bâtit pas toute une vie44.

52Messner poursuit alors l’analyse parallèle entre alpinisme et drogue pour rejeter l’assimilation et s’opposer à Lammer :

  • 45 Messner (1978), p. 209.

Si je savais par avance qu’une quelconque course en montagne se termine par la mort, je resterais à la maison. L’expérience la plus intense de ma carrière ne vaut pas la perte de mon plus petit doigt45.

  • 46 Cf. Messner (1978), p. 210, ou Messner (1977), p. 40 : “Car tout alpiniste de haut niveau grimpe ap (...)

53Il remplace donc la mort initiatrice par l’illusion, ou l’utopie, qui se nourrit d’elle-même et remplit la vie de l’alpiniste46. En définitive, cette initiation à la mort n’est rien d’autre qu’une voie pour retourner à la vie, à une vie plus consciente. Messner cite encore une fois Lammer :

  • 47 Messner (1978), p. 160.

Bien sûr, à cette époque, j’ai frôlé plus que jamais les limites de ma vie. Mais que l’on me comprenne bien : ce ne fut jamais lié à une quelconque pensée de suicide. Bien au contraire, c’est justement dans ces occasions que je sens monter du plus profond de mon être toutes les forces positives qui me raccrochaient à la vie47.

Conclusion

54Le danger et la mort sont des composantes inhérentes à l’alpinisme, mais la prudence, la sécurité, l’assurage coexistent avec ces notions et si les alpinistes recherchaient tant la mort comme élément d’accomplissement, ils ne s’assureraient pas. Et même chez ceux pour qui la seule pratique acceptable était l’escalade libre poussée au maximum (école viennoise, Preuss, les spécialistes du solo intégral), il y a toujours un moment où intervient le renoncement : sinon c’est la chute, mais sans qu’elle ait une autre signification que l’erreur technique.

  • 48 Mestre, « Les alpinistes austro-allemands de la fin du XIXe siècle : étude d’un déficit de notoriét (...)

55Deuxième argument qui vient battre en brèche le mythe de la mort initiatrice, celui, prosaïquement, de l’âge des alpinistes : car, dans l’ensemble, ils vivent assez vieux ! Une statistique que j’avais établie pour un article sur les alpinistes austro-allemands de la fin du XIXe siècle montre que sur 42 noms relevés, la moyenne d’âge atteignait 65 ans, ce qui compte tenu de l’époque représente une « performance » remarquable48. Au- delà la médiatisation de certains accidents et de certains lieux de prédilection, comme la face nord de l’Eiger, la « montagne tueuse » reste bien une exception. A noter que Lammer lui même est mort à 82 ans, que Messner a connu son dernier accident chez lui, en tombant d’un mur ! En revanche il est indéniable que les années vingt ont été marquées par la morbidité, la justification philosophique venant le plus souvent masquer un discours idéologique.

  • 49 Franz Loquai, « Von der Idylle zum Alptraum. Literarische Alpen-Phantasien zwischen Erobern und Eri (...)

56Troisième remarque qui concerne les pratiques nouvelles : on peut constater que, de plus en plus, l’escalade, c’est l’alpinisme sans le danger. La sécurisation des parois, l’évolution du matériel, la tendance « sécuritaire » également présente chez les alpinistes, beaucoup de ces éléments concourent à une approche plus douce des montagnes : les tendances guerrières, telles qu’elles se manifestaient ouvertement en Italie sous le fascisme, en Allemagne pendant la période nazie, sont très « datées » et n’attirent plus grand monde. Peut-être faut-il y voir une influence « féminine », les femmes étant de plus en plus présentes dans le milieu, surtout chez les grimpeuses. Quant à l’alpinisme de haut niveau, il est dans cette même mouvance, la plupart des morts violentes en Himalaya, par exemple, étant plus le fait de « touristes » participant à des expéditions commerciales, que de véritables alpinistes. Et notre collègue Franz Loquai pense discerner aujourd’hui une littérature dominée par des textes marqués par le ralentissement, l’observation, le souvenir, à mille lieux de ce qu’il nomme la « gigantomanie » des alpinistes extrêmes, pour qui la fin, y compris bien sûr, leur propre fin, justifie tout moyen49.

57La mort n’est plus aujourd’hui, pour la majorité des alpinistes, ce qui guide la pratique. Elle est l’aboutissement de l’accident que l’on tente du mieux possible d’éviter, la composante presque banale du métier ou du passe-temps choisi : le téléphone portable, le secours en montagne, l’assurance (non plus celle technique en paroi, mais l’administrative qui paie les frais de recherche et de rapatriement), ont modifié bien des comportements. Cela me conforte dans l’idée que le discours alpin est bien une mythification, une mystification, et que l’alpinisme, pas plus que toute autre activité sportive et/ou de loisir, n’est initiation à quoi que ce soit, si ce n’est à la montagne, bien évidemment, ou à une meilleure connaissance de soi, certainement pas à Dieu ou au Diable.

Haut de page

Annexe

Annexe 1

L’alpiniste allemande Eleonore Noll-Hasenclever

(1880-1925)

1880, naissance de Eleonore Hasenclever, Allemande de bonne famille, originaire de la Hesse. Elle découvre la montagne à l’occasion d’un séjour dans un pensionnat destiné à l’éducation des jeunes filles bourgeoises. Son souhait de devenir alpiniste est accepté à condition qu’elle soit prise en charge par un guide fiable, ce qui entraîne l’enrôlement du meilleur guide de Zermatt (en fait Saas Fee), Alexander Burgener.

L’initiation par Burgener, faite « à l’ancienne », allant de l’apprentissage à la simple marche puis à l’escalade en passant par des courses de neige adaptées, porte ses fruits puisque Eleonore Hasenclever devient une alpiniste aguerrie : « Avec Burgener, -écrit Cicely Williams-, Eleonore grimpa dans toutes les Alpes »50.

Après son mariage avec Johannes Noll, rencontré à Chamonix et qui fut d’abord son compagnon de cordée, elle est la preuve vivante de la synthèse entre alpiniste et grande bourgeoise, alliance rare à l’époque, que seule une position sociale élevée permet. Pour Felicitas von Reznicek c’est une

grande dame, élégante, au charme fascinant et très intéressée par l’art, d’une grande culture. Elle était aussi la preuve vivante contraire à cette opinion étrange répandue chez de nombreux hommes qu’une alpiniste est une sorte d’hommasse à l’odeur nauséabonde, à l’ossature chevaline et peu attirante, si elle veut accomplir des performances en montagne. […] la première alpiniste du monde51.

Le couple aura une fille unique, Eleonore, devenue épouse Gebhardt.

Après le parcours initiatique par Alexander Burgener, (Cervin, puis Dent Blanche, Bietschhorn, Portejengrat et Weissmies, Fletschhorn et Egginergrat, une nouvelle voie au Balfrin et l’aiguille Verte) Eleonore rencontre Richard Weitzenböck, un Autrichien originaire de Graz et adepte de l’alpinisme sans guide. Il la prend comme compagne de cordée et tous deux accomplissent de beaux parcours à l’aiguille et au dôme de Rochefort, au mont Mallet, à la pointe Whymper et aux Grandes Jorasses. Elle décide alors de pratiquer aussi sans guide et, consécration, devient en 1910 membre de l’ÖAK, club autrichien d’élite, la même année que la mort de Burgener.

A partir de là, les courses s’enchaînent : en 1911, lors d’un séjour dans le Mont-Blanc, ce seront des courses au Grépon, aux Courtes, l’arête du Tricot au Mont-Blanc, la première traversée sans guide petit/grand Dru, puis les noms connus de tous les alpinistes comme Charmoz, Géant, Moine, Blaitière, Tour Ronde, petits Charmoz, aiguille de l’M. Dans les Dolomites ce seront la Civetta, la cima Zopel, di Campido, le Focobon. En 1913, elle forme une cordée entièrement féminine avec la suissesse Hélène Sorin. En 1914, c’est à nouveau le Valais (dent Blanche en traversée, traversée ouest-est de la Südlenspitze, Nadelhorn, Dom, Rimpfischhorn et Weisshorn), avec un premier avertissement sans frais sous forme d’une avalanche, à laquelle elle échappe. La Première Guerre mondiale empêchant d’aller dans les Alpes françaises, c’est encore Zermatt et les Alpes suisses avec l’Ober et l’Untergabelhorn (traversée et descente par la Wellenkuppe en un jour !).

Burgener lui ayant un jour conseillé d’aller faire la face est du mont Rose, elle s’y attaque en 1919 avec le fils d’Alexander, Heinrich, et le guide des Dolomites Summermatter. Après un entraînement intensif (Riffelhorn, Obergabelhorn, arête de Zmutt) et la montée au sommet du mont Rose, la cordée effectue la descente du couloir Marinelli en 2 jours. Sa moisson continue dans les années 20, avec en 1923, la traversée Cervin/dent d’Hérens (arête Zmutt, descente par arête italienne, arête est de la dent d’Hérens, descente par l’arête ouest).

En août 1925, à 45 ans, elle chute sur le glacier de Bies lors d’une course au Weisshorn avec Hans Pfann et Trier et se tue. Cicely Williams fait une description émouvante de ses obsèques52 :

Il n’y a jamais eu à Zermatt plus grande manifestation de sympathie à l’occasion de la mort d’un touriste : on connaissait, on aimait Eleonore depuis si longtemps, elle y était si hautement respectée comme alpiniste. Tous les guides de Zermatt assistèrent aux obsèques auxquelles le village entier prit part. Cela se passait peu après la fin de la Première Guerre mondiale et les Britanniques gardaient encore d’amers souvenirs à propos des Allemands. […] Mais à la mort d’Eleonore, toute amertume fut oubliée. L’église du village de Zermatt est une église catholique. Eleonore était protestante. Aussi les Anglais offrirent-ils leur petite église, l’église paroissiale de l’Alpine Club, et l’offre fut acceptée avec reconnaissance. Un inoubliable office y fut célébré. Eleonore fut portée à sa tombe dans le cimetière du village ; son cercueil disparaissait sous les fleurs de la montagne. On l’enterra à l’ombre du Cervin. C’était la première femme alpiniste à mourir en montagne. Peut-être aurait-elle choisi cette fin là.

Par delà les remarques intéressantes sur la sociabilité dans ce microcosme montagnard de l’époque qu’était Zermatt, (on est entre gens du même monde), les allusions à la notoriété d’Eleonore Noll-Hasenclever nous rappellent qu’elle eut comme compagnons de cordée, autres que les guides, des alpinistes aussi brillants que Hans Pfann, Alfred Horeschowsky et même Willo Welzenbach.

Annexe 2

Leo Maduschka, Junger Mensch im Gebirg

Bergtod (1924), p. XXXV, extraits

Des nuées fantomatiques …
Des nuages menaçants …
Des voiles blancs entourent toutes les cimes.
Et sur les sommets et les arêtes
La tempête hurle sa danse de mort.

Les éléments déchaînés …
Les éclairs, les avalanches…

Mais là haut dans la paroi rapide
Où seul l’aigle niche
Là haut tremble un homme
Au destin incertain.

Ecoute, écoute ! Une avalanche de pierres
tonne là haut dans la paroi.
Et n’entends-tu pas ce cri de mort là haut
Ne vois-tu pas ce corbeau noir
Chercher là haut un lieu de mort ?

Wahlspruch (Devise, 1924), p. XX

Quand l’un de nous tombe
On ne pleure pas, on ne se plaint pas.
Car il faut oser l’extrême,
Il faut aller toujours plus haut.
Et quand la fin approche,
Quand il est temps,
Ne te retourne pas.
Accomplis ton destin.

Chant du Club alpin académique (p. XXII)

Debout camarade, le matin point
Grimpe dans la montagne ensoleillée
Rejoins notre monde, qui est au-dessus des nuages
Laisse sanglots et peines dans la vallée.
Mets ta tenue, tes souliers ferrés
Et l’edelweiss au chapeau gris.
Nous sommes les princes de ce monde
La roche et la glace sont notre royaume.

Et si le destin veut que je tombe,
Que j’entame ma dernière course
Avec calme, avec l’âme en paix.
Car c’est là haut qu’est mon plaisir,
Et je n’éprouve pas de tristesse.
Nous étions les princes de ce monde
Et le serons dans l’autre monde.

Haut de page

Notes

1 Cf. la multitude de récits, relations et autres carnets de voyages depuis l’Antiquité à nos jours. Voir, entre autres, Goulven Guilcher in Babel N°5 (2001), p. 53-77, Michel Tailland, « Les guides imprimés en langue anglaise des alpinistes victoriens », in Jerôme Chabaud et al., Les guides imprimés du XVIe au XIXe siècle, Villes, paysages voyages, Paris, Belin, 2000, p. 271-280.

2 Cf. C.E.Engel, Ch. Vallot, Ces monts affreux, Delagrave, Paris, 1934.

3 Selon la définition donnée in Paul Robert, Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française, Société du nouveau Littré, 1969, p. 909.

4 Henri Isselin, L’âge d’or de l’alpinisme, 1919-1950, Arthaud, Paris, 1983, p. 132.

5 « Comment devient-on alpiniste ? », in O. Hoibian, J. Defrance, Deux siècles d'alpinismes européens, L’Harmattan, Paris, 2002, p. 219-248.

6 Pour Rondet, cf. Mestre, « La politique de la jeunesse du CAF sous Vichy, comparaison avec le DÖAV », in P. Arnaud, T. Terret, J-P. Saint-Martin, P. Gros, Le sport et les Français pendant l’occupation 1940-1944, l’Harmattan, 2002, p. 335-350, pour Lauras, « Alpinisme familial », in La Montagne N° 315, juillet-décembre 1940, p. 49-57.

7 Cf. les travaux de Cécile Ottogalli sur la place de la femme dans l’alpinisme.

8 Exemple intéressant et amusant donné par Rudolf Weiss, « Mit Kindern in die Berge », in Berg 96, DAV/ÖAV/AVS, München, p. 151-161.

9 Cf. Mestre, « La politique de la jeunesse du CAF sous Vichy, comparaison avec le DÖAV », in P. Arnaud, T. Terret, J-P. Saint-Martin, P. Gros, Le sport et les Français pendant l’occupation 1940-1944, l’Harmattan, 2002, p. 335-350.

10 In Fontaine de jouvence « Jungborn », Chambery, 1931, p. 179-194.

11 Cf. l’imposante littérature écrite par des femmes sur les guides initiateurs.

12 Pour une biographie de celle qui fut longtemps considérée comme la meilleure alpiniste femme de son époque, cf. Felicitas von Reznicek, Von der Krinoline zum sechsten Grad, Das Bergland Buch, Salzburg/Stuttgart, 1967, p. 37-46 et Cicely Williams, Dames alpinistes, Arthaud, Paris, 1979, p. 85-88.

13 Cicely Williams, Dames alpinistes, Arthaud, Paris, 1979, p. 85-86.

14 Cf. son palmarès en annexe 1.

15 Die Gefahren der Alpen. Praktische Winke für Bergsteiger, Verlag von Paul Frohberg, Leipzig, 1885 ou Die Gefahren der Alpen.Erfahrungen und Ratschläge von Emil Zsigmondy, neu bearbeitet und ergänzt von W. Paulcke, vierte Auflage, A. Edlingers Verlag, Innsbruck, 1908, traduction par Abel Lemercier, Les dangers de la montagne. Indications pratiques pour les ascensionnistes, Librairie Fischbacher, Paris, Attinger frères, Neuchatel, 1886.

16 Zsigmondy (1885), Préface, p.III.

17 Zsigmondy (1885), p. 45, 129-130, p. 145.

18 Zsigmondy (1885), p. 180.

19 Zsigmondy (1885), Préface, p. IV.

20 Zsigmondy (1885), p. 165, 175.

21 Zsigmondy (1908), préface de Paulcke, p. X.

22 P. 195-210 de Fontaine de jouvence, (1931).

23 Lammer (1931), p. 209. Les italiques figurent déjà dans le texte.

24 Expression de Sylvain Jouty, in « Georg Winkler, le météore de l’alpinisme », Alpinisme et randonnée, n° 14, décembre 1979, p. 51-52.

25 Leo Maduschka, Junger Mensch im Gebirg, Gesellschaft alpiner Bücherfreunde, München, 1936.

26 Leo Maduschka, Junger Mensch im Gebirg, Gesellschaft alpiner Bücherfreunde, München, 1936, p.162-164. La prédilection de Maduschka pour cette thématique vient de sa formation d’étudiant en lettres, pendant laquelle il avait rédigé un mémoire de doctorat intitulé «Le problème de la solitude au XVIIIe siècle ». Il est en ce sens un des représentants les plus fameux des « intellectuels » allemands alpinistes.

27 Leo Maduschka, Junger Mensch im Gebirg, Gesellschaft alpiner Bücherfreunde, München, 1936, p. 167.

28 Leo Maduschka, Junger Mensch im Gebirg, Gesellschaft alpiner Bücherfreunde, München, 1936, p. XXXV. Cf. annexe 3.

29 Leo Maduschka, Junger Mensch im Gebirg, Gesellschaft alpiner Bücherfreunde, München, 1936, p. 22.

30 Hermann Buhl, Buhl du Nanga Parbat, Editions Slatkine, Genève, 1979. Voir surtout le chapitre Les enseignements de la mort, p. 23-27.

31 Buhl (1979), p. 26.

32 Buhl (1979), p. 27.

33 Buhl (1979), p. 38.

34 Buhl (1979), p. 297-361.

35 Buhl (1979), p. 302 et 344.

36 Buhl (1979), p. 334.

37 Buhl (1979), p. 367.

38 Buhl (1979), p. 370.

39 Walter Pause, Der Tod als Seilgefährte Eine Schule der alpinen Gefahren, BLV, München, Bern, Wien, 1977.

40 Motti Gian Piero, La storia dell’alpinismo, L’Arciere Vivalda, Cuneo/Torino, 2 volumes, 1994.

41 Voir la bibliographie spécifique suivante :
« Jetzt denke ich an den Everest », in Zeitmagazin, été 1977, p. 34-47.
« Der Drache darf nicht sterben », in Der Spiegel, 16/1977, p. 200-207.
« Beste Stimmung », in Der Spiegel, 20/1978, p. 260-261.
« Ich habe vergessen,dass ich bin », in Der Spiegel, 35/1978, p. 162-166.
« Runde Wolke », in Der Spiegel, 41/1978, p. 269-277.
« Narziss im Hemd », in Der Spiegel, 52/1978, p. 149-150.
« Messners Expedition zum K-2 (1) : Ein Wunder, wenn sie hinaufkommen », in Der Spiegel, 28/1979, p. 130-146.
« Messners Expedition zum K-2 (2) : Aufbruch in die Todeszone », in
Der Spiegel, 29/1979, p. 114-129.
« Messners Expedition zum K-2 (3) : Aufbruch in die Todeszone », in
Der Spiegel, 30/1979, p. 110-130.
« Messners Expedition zum K-2 (4) : Aufbruch in die Todeszone », in
Der Spiegel, 31/1979, p. 110-130.
Notons qu’à l’époque, en parallèle avec une tournée triomphale en RFA, Messner vend 75 000 exemplaires de son dernier livre sur l’Everest !

42 Cf. Messner (1973), p. 156.

43 Messner (1978), p. 9.

44 Messner (1978), p. 207.

45 Messner (1978), p. 209.

46 Cf. Messner (1978), p. 210, ou Messner (1977), p. 40 : “Car tout alpiniste de haut niveau grimpe après une illusion”.

47 Messner (1978), p. 160.

48 Mestre, « Les alpinistes austro-allemands de la fin du XIXe siècle : étude d’un déficit de notoriété », in STAPS, 51, Hiver 2000, p. 29-47.

49 Franz Loquai, « Von der Idylle zum Alptraum. Literarische Alpen-Phantasien zwischen Erobern und Erinnern », Atelier international -Les élites et les montagnes ; discours et contre-discours alpin dès la renaissance-, Lugano, 4-5 octobre 2002, actes à paraître.

50 Cicely Williams, Dames alpinistes, Arthaud, 1979, p. 86.

51 Felicitas von Reznicek, Von der Krinoline zum sechsten Grad, Das Bergland Buch, Salzburg/Stuttgart, 1967, p. 37-38.

52 Cicely Williams, Dames alpinistes, Arthaud, 1979, p. 87-88.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Eugen Guido Lammer, in R. Messner, Todeszone, Kiepenheuer & Witsch, 1978, p. 195
URL http://babel.revues.org/docannexe/image/1313/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Emil Zsigmondy, gravure de W. Münch, in Die Gefahren der Alpen, Edlinger's Verlag, Innsbruck, 1908
URL http://babel.revues.org/docannexe/image/1313/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 350k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Mestre, « L’initiation suprême à la montagne : le thème de la mort dans les écrits d’alpinistes germanophones », Babel, 8 | 2003, 111-137.

Référence électronique

Michel Mestre, « L’initiation suprême à la montagne : le thème de la mort dans les écrits d’alpinistes germanophones », Babel [En ligne], 8 | 2003, mis en ligne le 09 septembre 2012, consulté le 27 mai 2017. URL : http://babel.revues.org/1313 ; DOI : 10.4000/babel.1313

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org