Navigation – Plan du site

Résumé

Disciple de J .J. Rousseau, le Suisse Rodolphe Töpffer initie, durant la seconde moitié du XIXe siècle, des excursions scolaires, afin de rompre avec le rythme traditionnel de la classe. Ces excursions qui privilégient le contact direct avec la nature ont lieu de préférence dans les Alpes et constituent de véritables voyages initiatiques. Le succès que les « Voyages en zigzag … » rencontrent, prouve la justesse des vues de leur auteur et l’expérience nourrira d’autres entreprises du même genre, comme les « caravanes scolaires » du Club Alpin Français après sa création.

Haut de page

Entrées d’index

Personnes citées :

Töpffer (Rodolphe)
Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Töpffer, R., Voyages en zigzag ou excursion d'un pensionnat en vacances dans les cantons de Suisse (...)
  • 2 Töpffer, R., , Nouveaux Voyages en zigzag à la Grande Chartreuse, autour du Mont-Blanc, Paris, Ed. (...)

1Durant la seconde moitié du XIXe siècle, les récits par Rodolphe Töpffer des excursions scolaires réalisées à travers les Alpes en compagnie de ses pensionnaires, ont rencontré un très large écho parmi les milieux cultivés européens. Une première version intitulée Voyage en zigzag ou excursion d'un pensionnat en vacances dans les cantons de Suisse et sur le revers italien des Alpes fut publiée à Paris en 18441. Elle fut suivie, en 1854, par l'édition des Nouveaux Voyages en zigzag à la Grande Chartreuse, autour du Mont-Blanc "2.

2Par la suite, ces ouvrages connurent de nombreuses rééditions, certaines luxueusement illustrées par des lithographies d’après les originaux de l’auteur. Car, en plus de ses talents d'écrivains, Rodolphe Töpffer cultivait également des dons évidents pour le dessin et la caricature. Ce dernier trait lui vaut d’ailleurs aujourd'hui, de figurer parmi les pères fondateurs de la bande dessinée, dans toutes les anthologies consacrées à l’histoire de cette forme d'expression artistique.

3Né à Genève en 1799, fils selon ses biographes d'un peintre reconnu, il se destinait lui-même à cet art. Mais avant de le laisser s'engager dans cette voie, son père, autodidacte, lui imposa de se doter d'un solide bagage intellectuel en suivant de bonnes études.

4Malheureusement, une affection oculaire vint bientôt contrarier cette vocation première et il fallut au jeune Töpffer surmonter cette déconvenue. Il décide alors d'embrasser une carrière d'enseignant en devenant professeur de lettres. Après un an passé à Paris afin de compléter sa formation littéraire et pédagogique, il devient, au début des années 1820, sous-maître dans un pensionnat de Genève.

5Quelques années plus tard, il prend lui-même la direction d'une institution, secondé dans sa tâche par une épouse attentive qui l’accompagnera dans plusieurs de ses périples alpins. Bientôt reconnu comme écrivain, notamment par Goethe, il est sollicité pour occuper la chaire des belles lettres à l'Académie de Genève en 1832 avant de disparaître en 1846 au terme d’une longue maladie.

6C'est donc en tant que directeur d'un pensionnat qu'il renoue, à partir de 1830, avec la tradition locale des excursions collégiales durant les congés annuels. À la belle saison, il prend régulièrement la tête de sa jeune bande de pensionnaires pour les guider, sac sur le dos, dans de longues excursions pédestres à travers les Alpes notamment en Suisse. Rassemblant, au retour, les notes et les croquis saisis sur le vif, Rodolphe Töpffer compose lui-même le récit pittoresque et humoristique de leurs pérégrinations estivales en intégrant les péripéties du voyage.

7L'idée même de rompre ainsi avec le rythme habituel de la classe constitue bien pour ces collégiens une expérience inédite, pleine de charme et de surprise, en complet décalage avec la tradition scolaire de l'époque. À ce titre, les excursions scolaires de Töpffer participent effectivement d'une sorte de « voyage initiatique » : A l'occasion d'un déplacement collectif relativement prolongé, une initiation va avoir lieu, en cours de route, à l'insu même des principaux intéressés. En effet, toute la philosophie pédagogique de son projet consiste justement à initier ces jeunes pensionnaires au double sens du terme.

  • 3 Hoibian, O., Les alpinistes en France, 1870-1960, une histoire culturelle, Paris, L’Harmattan, 2000

8Celui de «  favoriser l'accès à la connaissance et à la participation à des choses restées jusque-là relativement mystérieuses ». Quoi de plus mystérieux, en effet, en ce début de XIXe siècle, que ces contrées reculées des hautes altitudes, encore rangées à l'époque parmi les terra incognita que la plupart des Clubs alpins européens s'attacheront bientôt à décrire et à faire connaître3.

9Mais également, au sens de commencer à instruire en donnant les premiers éléments d'un art ou d'une science...

10L’initiative, Rodolphe Töpffer s'inscrit donc totalement dans un mouvement de rénovation pédagogique de grande ampleur qui entend bien révolutionner la forme traditionnelle de l'enseignement jugée dépassée, inadaptée aux nouvelles exigences de l’époque.

Aujourd'hui, l'instruction classique, faite précipitamment durant les années de la première adolescence, et basée de plus en plus sur des méthodes abréviatives, - comme s'il s'agissait non de faire croître des fruits, mais d'en distribuer hâtivement de tout cueillis -, non seulement n'offre plus, pour le développement de l'intelligence comme de l'ornement de l'esprit, que de bien médiocres résultats, mais de plus, combinée avec une kyrielle d'autres études qui occupent et remplissent les années entières de l'adolescence et de la jeunesse, elles ne laissent au développement naturel des forces du corps, de l'âme ou de l'esprit, ni temps, ni espace, ni aliments. Aussi, et quelque admirables que puissent être les institutions modernes, une chose est devenue rare, presque introuvable aujourd'hui : ce sont des hommes, des caractères, ou encore des esprits vraiment élégants, ornés ou puissants ; et si tout le monde n'est pas placé pour en convenir, tout le monde, du moins, le remarque et s'en afflige. ( Nouveaux voyages, page 283).

Départ pour le Braguel, gravure de Töpffer, 1846

Départ pour le Braguel, gravure de Töpffer, 1846

Une initiation aux choses

  • 4 Avanzini, G., Histoire de la pédagogie du 17e siècle à nos jours, Toulouse, Ed. Privat, 1981

11De Comenius à Pestalozzi, contemporain de Töpffer, en passant par Basedow et bien entendu par l'essentiel et l'incontournable Jean-Jacques Rousseau, se dessinent les contours d'un courant réformateur conduisant une transformation radicale des principes d'éducation. Implanté essentiellement dans les pays du Nord et de l'Est de l'Europe, au point d'être parfois assimilé à une « pédagogie protestante », il se caractérise par le souci constant de la relation directe de l'élève avec le réel4. Dans « La Grande Didactique » publiée en 1657, Comenius écrit, en effet, que le contenu de l'enseignement ne peut être trouvé ailleurs qu'à l'école de la nature. Jean-Jacques Rousseau le rejoint sur ce plan en soulignant que l'enfant, en se mesurant avec le monde, apprend à lire la loi du réel, la résistance des choses. Dans cette éducation au contact de la nature, il s'agit avant tout de se dégager du modèle de la culture purement livresque issue de la tradition scolastique et de ses fausses évidences.

  • 5 Voir à ce sujet Durkheim, E., L’évolution pédagogique en France, P.U.F., 1938.

12Cette orientation se concrétisera notamment par la création des  Realschulen  en Allemagne et par la reconnaissance des valeurs du travail manuel et des formations techniques5. Les nations qui adoptèrent ces principes s’opposent aux pays latins, davantage influencés par l’épiscopat catholique, au premier rang desquels figure la France. L’ordre des priorités dans la hiérarchie du prestige culturel y est indéfectiblement fondé sur la prééminence des humanités classiques.

13L'observation directe des phénomènes, l'habitude de puiser la connaissance dans les choses elles-mêmes, et la mise en activité de l'élève dans la collecte des informations, par la réalisation d'herbiers ou de collections de cristaux, constituent les principes essentiels de cette conception novatrice. Et l'insistance réitérée des propos de Töpffer en faveur de « l'observation » souligne en quelque sorte cette filiation pédagogique.

14En effet, parmi les dispositions et les goûts qui conditionnent l'agrément dans les excursions instructives,

le plus désirable, sans contredit, est celui de l'observation. Car pour ceux qui en sont doués, il n'est point de sol ingrat, point de coin stérile, point de solitude ennuyeuse. Mais outre que ce goût-là se cultive partout, sinon d'une manière aussi piquante, du moins aussi librement qu'en voyage, il ne saurait se trouver bien développé déjà chez des philosophes de quinze ans. Aussi, la vue de contrées nouvelles est-elle, en ce qui les concerne, moins encore une occasion de l'exercer qu'un excellent moyen de la faire naître.. (Nouveaux voyages, page 65).

15L'intérêt, par exemple, pour les sciences naturelles à quelque degré qu'il soit formé et à quelque genre d'êtres ou d'objets qu'il se rapporte ; insectes, plante, minéraux, papillons, trouve dans la randonnée en montagne mille occasions de s'exprimer.

Pour ceux d'entre eux qui le cultivent, la marche n'est plus besogne, labeur, uniforme préoccupation, mais elle est devenue l'amusante facilité de se porter à droite, à gauche, là où l'insecte bruit, là où le parfum trahit la fleur, là où des débris rocheux font pressentir quelques trouvailles : l'on va de ravins en plaine, de clairière en taillis, d'amusement en trésor, et des journées d'une excessive longueur paraîtraient à cet apprenti naturaliste une trop courte promenade, si heureusement il ne lui restait encore à compter et à classer ses richesses, à leur trouver une place sûre sous le cuir de son havresac, ou bien mieux encore, dans quelque boîte achetée en chemin, puis consolidée, agrandie, puis divisée en compartiments, objet constant d'améliorations, de contentement et d'étroite surveillance. Que, si plusieurs dans la troupe sont possédés de cette ardeur scientifique, alors elle se communique aux autres ; chacun fouille les herbes, retourne les pierres, se fait aide, chercheur, trouveur heureux ou habile ; le grand chemin se dépeuple, et ce n'est plus une caravane de voyageurs qui marche, mais une troupe de gais colons faisant une battue et avançant éparpillés. (Nouveaux voyages, page 66).

16Ce goût de l’observation trouve également à s’appliquer lorsque la caravane croise des sites pittoresques, des curiosités locales ou des vestiges du passé.

La journée est peu avancée. Nous allons visiter les antiquités d'Aoste ; un pont romain, les restes de l'amphithéâtre, et cet arc de triomphe élevés par le divin Auguste pour perpétuer le souvenir de sa conquête des Salanes, c'est-à-dire l'asservissement d'un petit peuple fier, libre et courageux. (Voyages en zigzag, page 62).

17Les différentes régions traversées donnent lieu à quelques excursions culturelles mais de manière accessoire, sans en faire la fin utile du voyage. Ainsi, à Milan, on descend aux Arènes, à l'arc du Simplon, au Dôme. On profite du séjour pour se rendre à la Scala, voir un opéra ou un ballet. Et l'on procède de même, à Gênes ou à Venise.

18Dans les hautes vallées alpines, les premières implantations industrielles sont l'occasion de découvrir les techniques modernes – scruter les hauts-fourneaux et les forges, voir couler la fonte, comprendre les procédés de fabrication et les principes d’assemblage utilisés dans les plus récentes manufactures. Cependant, ces visites sont réalisées sans se départir de préoccupations sociales afin de se prémunir des séductions du progrès.

Le fer est une bien utile chose. Les marmites et les poêlons sont indispensables à la civilisation ; mais les mines comme les forges, et les forges comme les mines, sont alors des nécessités attristantes et funestes. Autour de ces hauts-fourneaux, il n'y a que des hommes robustes qui puissent tenir quelques années et, de ces hommes robustes eux-mêmes, les uns sont enlevés par la mort au milieu de leurs travaux, les autres vieillis et exténués avant l'âge finissent misérablement. Dans les mines, c'est pis encore : tous y perdent la santé, très peu atteignent aux confins de la vieillesse. (Voyages en zigzag, page 74).

Une œuvre d’édification morale

19Cette expérience collective constituait, à l'évidence, une sorte d'épreuve initiatique procédant par touches successives à l’imprégnation progressive à un nouveau mode de rapport au savoir et aux autres. On imagine sans peine l'enthousiasme engendré par ces expéditions transalpines sur des jeunes collégiens, davantage habitués aux formes compassées des enseignements de rhétorique. D’autant que le maître a le goût de la liberté, l’humeur aventureuse et qu’il se montre prompt à revoir l’itinéraire prévu au gré des circonstances et des rencontres. D’où le choix de cette symbolique des « zig-zag » retenu pour le titre même des récits.

20Le style littéraire de Töpffer laisse justement poindre une dimension supplémentaire. La tonalité générale de ses Voyages en zigzag démontre une posture quelque peu iconoclaste pour l'époque. Dans ce XIXe siècle commençant, largement pénétré de la nouvelle sensibilité romantique, l’auteur se garde de toute évocation grandiloquente des paysages et de l'exagération des sentiments qui caractérisent alors la plupart des récits de voyages. Dans ses jugements, il oppose souvent le charmant au grandiose, mais sans emphase.

La ville de Côme nous enchante par sa situation, par son caractère nouveau pour nous et par les édifices curieux qui s'y voient ; mais le pays et le lac ne répondent pas tout à fait à notre attente : c'est presque trop joli, trop mignon, trop arrangé. Nulle part des rocs ou des forêts, mais un amphithéâtre de monts assez uniformes, sur lesquels s'élèvent en gradins de jolies constructions uniformes aussi. Tout y est joli, rien n'y est grand. (Voyage en zigzag, page 100).

21Si Töpffer se montre un écrivain alerte et souvent drôle, il se considère également comme un précepteur des âmes, contribuant ainsi à l’édification morale de la jeunesse. A l’occasion de ces longues pérégrinations montagnarde, il s'agit bien évidemment d'endurcir les corps mais également et peut-être surtout, de forger les volontés, de les modeler par l'effort consenti et l'épreuve surmontée en commun.

Capoue nous avait amollis, Capoue nous avait communiqué ses langueurs [...]. À moi, soldats ! Et revolons aux Alpes ! Voici des rocs nus, qu'on les escalade ! D'âpres climats, des nuages tristes, d'éternelles glaces, qu'on les affronte ! Ainsi se retrempe le courage ! Ainsi revient la vertu ! (Nouveaux Voyages en zigzag, page 58).

22En traçant sa route dans ces contrées au relief accidenté, le hardi voyageur découvre la liberté et l'initiative, et ne comptant que sur lui-même,

s'oblige à un exercice constant des forces de l'esprit et de celles du corps ; il y a partout, quelle que soit la contrée, activité, saveur, conquête, aventure, et nulle part cette torpeur oisive, cet insipide bien-être où végètent tant d'opulents touristes. (Voyages en zigzag, page 146).

23Opulence ! Le mot est lâché et l'ennemi, désigné. Dans le choix de l'itinéraire et la conception même du cheminement, le pédagogue multiplie les occasions d’une redécouverte des conditions d'une vie simple, parfois rustique pour déshabituer l’enfant de l’artifice du confort moderne.

Par malheur, l'homme est tellement enclin à voir la jouissance suprême dans cette oisive mollesse, dans cette factice indépendance que procure l'argent, que c'est tout au contraire, en tachant d'épargner à ses forces toute fatigue, à ses facultés tout effort, à ces affections tout exercice, qu'il croit approcher du plaisir. Hélas ! Non ; c'est ainsi qu'on s'en éloigne, c'est ainsi que l'on meurt quelquefois avant de l'avoir connu ; c'est ainsi, et par là justement, que le pauvre est plus riche que l'opulent. (Nouveaux Voyages en zigzag, page 60).

  • 6 Comprendre les attaques répétées des « puces », si fréquentes dans les auberges et les granges de m (...)

24Dormir, se substanter, surmonter les manifestations de la fatigue, échapper aux assauts successifs des " kangourous "6 prennent, dès lors, une signification nouvelle.

Il est très bon, en voyage, d'emporter, outre son sac, sa provision d'entrain, de gaieté, de courage et de bonne humeur [...]. Il n'y est pas mal non plus de se fatiguer assez pour que tous les grabats paraissent moelleux et de s'affamer jusqu'à ce point où l'appétit est un délicieux assaisonnement aux mets de la nature les moins délicieux. Au moyen de ces précautions, on voyage partout agréablement ; tous les pays sont beaux suffisamment, on jouit de tout ce qui se présente, on ne regrette rien de ce qu'on n'a pas ; s'il fait beau, c'est merveille, et s'il pleut, c'est chose toutes simple. (Voyages en zigzag, page 142).

25Tout en recueillant sur le vif les enseignements que prodigue généreusement la nature, les réflexions de Töpffer convient donc le lecteur à la découverte d'une école de volonté, de courage et d'humilité. Dans la narration des péripéties du voyage, il cultive à l'extrême la sobriété du propos pour s'attacher de façon savoureuse aux détails pratiques de la vie quotidienne.

Il demeure démontré du reste, par cette expérience qui est nouvelle pour nous, que si le foin est sec et l'assemblée pas trop rieuse, on peut passer dans le fenil une excellente nuit, bien supérieure à celle qu'on passe dans la moyenne des médiocres lits de tant de médiocres auberges, presque toutes livrées aux « kangourisme ». (Voyages en zigzag, page 41).

26L'effort de l'ascension, les effets de l'altitude, la confrontation au spectacle grandiose de la haute montagne inspirent des pensées plus nobles. Ils conduisent à une sorte d'élévation spirituelle et à un détachement des contingences habituelles souvent empreintes d'une certaine médiocrité de sentiments. Tout invite à la redécouverte des plaisirs les plus simples. Une nuit dans le foin s'avère plus réparatrice que prévu. Une simple soupe servie dans une grange foraine prend aussitôt des allures de festin.

Si vous êtes encore dans l'âge de la vigueur de la santé, convie l'auteur, allez apprendre sur nos traces et à notre exemple, en parcourant à pied les montagnes, ce que valent les banquets conquis par la marche, assaisonnés par la lassitude et tout fleuris d'une expansive gaieté. (Voyages en zigzag, page 213).

27Même les obstacles, les imprévus et les contrariétés peuvent se révéler éducatrices puisque, par un penchant naturel de l'adolescence, la solidarité naît souvent dans l'adversité. Aussi, les intempéries, véritables

injures du temps ont leur avantage pour qui sait les accueilli ; elles rompent l'uniformité d'un plan arrêté et connu d'avance, elles obligent souvent à prendre un parti et à courir d'aventureuses chances, elle développe ce gai courage qui affronte les difficultés, et qui n'entend pas faire dépendre son plaisir des caprices des baromètres. Mais surtout, si on voyage en troupe nombreuse, la pluie et la tempête, au sein des solitudes et loin du foyer domestique, sont une sorte d'adversité qui rapproche, qui assemble, qui porte à s'entraider et à compter les uns sur les autres ; on ne peut prévoir ni le terme de la marche, ni celui du repos, ni le gîte du soir, ni les choses du lendemain ; ainsi, pour chacun, il n'y a d'autres préoccupations que celle du salut commun. (Voyages en zigzag, page 143).

28Certains lieux prennent dés lors une valeur particulière,

parce que nous y fûmes aux prises avec l'obstacle et le danger qui firent suggérer le dévouement, le courage utile, l'abnégation de soi, puis ce doux et triomphant plaisir qui accompagne tout succès où le cœur est pour quelque chose. (Voyages en zigzag, page 144).

Une éducation intégrale

29En proposant une éducation qui trempe le caractère tout en éveillant la curiosité, qui renforce la solidarité des membres de l'expédition tout en respectant leur liberté et leur initiative, l'auteur dispense sans doute son message le plus novateur.

30Au fil de ses réflexions, Rodolphe Töpffer développe, en effet, une véritable philosophie éducative, humaniste et chrétienne.

Quelle est la masure en décembre, quel est le roc sourcilleux, la sablonneuse plage, la bourgade retirée, le solitaire vallon qui, par une pente plus douce, plus facile et plus élevée à la fois ne porte mon esprit sans cesse jusqu'aux deux objets qui lui importent tout autrement encore que Rome ou Babylone, Dieu et les hommes ? Où sont les vastes forêts, les sauvages déserts, les glaces resplendissantes et infinies qui racontent mille choses au passant qui les franchit ou qui les côtoie ? Où sont les simples cabanes, les constructions, les travaux, qui n'instruisent pas, en tout lieu, au sein des bourgades comme au bord des chemins, sur la condition ou sur la destinée de l'homme ? Et par cette observation attrayante des objets répandus partout, toujours semblables par la nature, et sans cesse différents par leurs accessoires ou par leurs accidents, n'arrivè-je pas à une sorte de savoir plus sensé, plus réel, aussi fécond que celui où parviennent ceux qui courent les curiosités et les merveilles ? Tous les hommes, peut-être, n'ont pas ce penchant à observer ; chez un grand nombre, il n'a jamais été cultivé ; nous n'hésitons pas à penser que les voyages à pied sont un des moyens les plus efficaces pour le faire naître. (Voyages en zigzag, page 150).

31Et cette pédagogie a une vaste ambition. Elle vise en effet l'éducation intégrale de l'individu, le développement harmonieux de l'être sur le plan à la fois physique, intellectuel et moral. Charles Gide, économiste distingué et chef de file du mouvement coopératif en France, dénoncera en son temps  l'éducation homicide  prodiguée dans les lycées-casernes, héritage du Ier Empire. Et, avec nombre de ses collègues universitaires ou journalistes, il se fera le chantre des caravanes scolaires, en déclarant à propos des Voyages en zigzag de Töpffer :

  • 7 Gide, C., Conférence à l’Université de Montpellier, Annuaire du CAF, 1886, p. 49-56.

non ; ni l'escrime, ni l'équitation, ni la chasse ne sont éducatrices au même degré que le voyage pédestre et en particulier la marche dans la montagne. Ce n'est pas seulement sur le corps qu'elle agit, c'est sur l'intelligence et plus encore sur l'âme. Celui qui a pris, jeune encore, l'habitude de fréquenter la montagne n'y gagne pas seulement des jarrets plus solides, un regard plus perçant ; il apprend à observer et à penser. Sa curiosité s'éveille, son horizon s'agrandit, non seulement son horizon terrestre mais son horizon intellectuel. Il apprend à épeler les grandes lettres de la nature. 7

Conclusion

32Les pérégrinations estivales de Töpffer et de ses élèves s'inscrivent bien dans ce processus de rupture que caractérise la notion même de voyage initiatique. Quel changement d'univers et de référence, lorsque l'on compare l'enthousiasme juvénile qui accompagne ces évasions annuelles vers les montagnes à la torpeur et à l'ennui qui émanent des lycées de l'époque ! Quel contraste entre la curiosité constamment éveillée de ces collégiens excursionnistes et les conditions austères, exclusivement spéculatives et livresques, de la formation secondaire dans la plupart des pays européens, notamment en France ! Manifestement, Töpffer appartient à cette génération d'individus qui se veulent les promoteurs d'un renouveau des principes éducatifs.

À maints égards, nous professons que vingt jours de cette vie commune, plus intime que la vie éducative quoique bien autrement rieuse, sont plus instructifs que vingt mois de classe. Nous professons que c'est là mieux qu'ailleurs qu'il dépend de l'instituteur, s'il veut bien profiter amicalement des événements, des impressions, des spectacles et des vicissitudes, de fonder de saines notions dans les esprits, de fortifier dans les cœurs les sentiments aimables et bons. (Nouveaux Voyages en zigzag, page 64).

33Ce n'est donc pas un hasard si la publication de ses excursions rencontre un tel succès parmi les réformateurs pédagogiques français de la seconde moitié du XIXe siècle et si le nom de leur auteur figure en bonne place dans les deux éditions du Dictionnaire pédagogique et d'Instruction primaire de Ferdinand Buisson. Dés 1874, à l'initiative du Club Alpin Français, une tentative d'implantation et de généralisation des « caravanes scolaires » sera engagée dans l'hexagone avec le soutien de nombreuses personnalités proches du ministère de l'Instruction publique.

  • 8 Hoibian, O., « Les caravanes scolaires, un projet pédagogique inédit », in Pociello, C., Denis, D., (...)

34Cette filiation revendiquée avec le pédagogue genevois ne doit cependant pas masquer certaines divergences. La grande proximité du maître et de ses élèves, partageant avec eux la même soupe au coin de l'âtre, dormant dans les mêmes granges à même le sol, souffrant sans trop se plaindre des assauts des puces, sa libéralité à l'égard de leurs initiatives plus ou moins heureuses lui resteront très singulières. Cette dimension semble avoir été peu prisée par les professeurs des lycées et collèges, organisateurs en France de caravanes scolaires, qui s’en teindront manifestement à des rapports plus distanciés à l’égard de leurs élèves et à une forme plus classique de voyage scolaire en privilégiant plutôt les visites culturelles8.

35Par ailleurs, en disciple fidèle de Jean-Jacques Rousseau, Rodolphe Töpffer retiendra particulièrement les préventions du maître à l'égard des effets pervers de la vie mondaine et de la modernité. Reprenant sans doute à son compte la formule de Rabelais Science sans conscience n'est que ruine de l'âme, il porte un regard critique sur les excès des premières manifestations du progrès technique. Dans une époque subjuguée par le développement des sciences et largement acquise au positivisme d’Auguste Comte, notre pédagogue apostrophe sans ménagement

les effrénés prôneurs d'un progrès stérile qui a pour dernier terme l'homme moins l'être moral, le corps de l'homme moins son âme, son toit, son manger, son habit, sa cravate et son faux toupet, mais non son cœur. (Voyages en zigzag, page 136).

36De la même manière, il stigmatise « la stupide vitesse » qui fait objet, à ses yeux, d'un véritable culte outre-Atlantique.

L'idole des Mexicains avalait moins de monde que n'en dévore cette idole de l'industrie des capitalistes, des actionnaires... (Voyages en zigzag, page 476).

  • 9 Valéry, P., Regards sur le monde actuel et autres essais, Paris, Gallimard, 1998

37Il se démarque ainsi de l'optimisme sans limite de ses imitateurs français et de leur foi dans les avancées simultanées des bienfaits de la connaissance et du degré de civilisation des peuples. Représentations collectives qui resteront prégnantes jusqu’à ce que la puissance industrielle mobilisée au service de la destruction massive et de la barbarie pendant la première guerre mondiale leur oppose un cruel démenti. Amère désillusion qui arrachera à Paul Valéry ce cri définitif et pathétique : « Nous savons maintenant, nous autres civilisations, que nous sommes mortelles »9.

38Mais au-delà de ces différences liées au contexte culturel propre à chacune de ces deux nations, tous se retrouvent néanmoins pour rappeler à plaisir avec Charles Gide que nul enseignement de chaire ou de livre, nulle expérience de laboratoires ne peuvent remplacer l'initiation dans ces contrées mystérieuses.

Haut de page

Notes

1 Töpffer, R., Voyages en zigzag ou excursion d'un pensionnat en vacances dans les cantons de Suisse et sur le revers italien des Alpes, Paris, Ed. Ducochet, J.,J., 1844.

2 Töpffer, R., , Nouveaux Voyages en zigzag à la Grande Chartreuse, autour du Mont-Blanc, Paris, Ed. Lecois, V., 1854.

3 Hoibian, O., Les alpinistes en France, 1870-1960, une histoire culturelle, Paris, L’Harmattan, 2000.

4 Avanzini, G., Histoire de la pédagogie du 17e siècle à nos jours, Toulouse, Ed. Privat, 1981

5 Voir à ce sujet Durkheim, E., L’évolution pédagogique en France, P.U.F., 1938.

6 Comprendre les attaques répétées des « puces », si fréquentes dans les auberges et les granges de montagne.

7 Gide, C., Conférence à l’Université de Montpellier, Annuaire du CAF, 1886, p. 49-56.

8 Hoibian, O., « Les caravanes scolaires, un projet pédagogique inédit », in Pociello, C., Denis, D., A l’école de l’aventure, pratiques de plein air et idéologie de la conquête du monde, Toulouse, PUS, 2000.

9 Valéry, P., Regards sur le monde actuel et autres essais, Paris, Gallimard, 1998

Haut de page

Table des illustrations

Titre Départ pour le Braguel, gravure de Töpffer, 1846
URL http://babel.revues.org/docannexe/image/1311/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 729k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Hoibian, « Les voyages en zigzag de Rodolphe Töpffer », Babel, 8 | 2003, 57-70.

Référence électronique

Olivier Hoibian, « Les voyages en zigzag de Rodolphe Töpffer », Babel [En ligne], 8 | 2003, mis en ligne le 09 septembre 2012, consulté le 26 mars 2017. URL : http://babel.revues.org/1311 ; DOI : 10.4000/babel.1311

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org