Navigation – Plan du site

Les mises en récit d’un demi-siècle d’ascensions anglo-saxonnes au Mont-Blanc, voyage initiatique entre science et aventure (1787-18511)

Michel Tailland
p. 37-56

Résumé

Entre 1787 et 1851, les relations des ascensions au Mont-Blanc réalisées par des alpinistes britanniques présentent, en dépit de formes différentes, une « véritable unité sur le plan du contenu », à savoir : une expérience extraordinaire, la description détaillée d’un accident ou des souffrances des participants, des éléments précurseurs de la mesure d’une performance, et « une part non négligeable réservée aux expériences et aux observations scientifiques ».

Haut de page

Texte intégral

  • 1 La période chronologique considérée s’étale en réalité sur 64 ans, mais si l’on fait abstraction de (...)
  • 2 « Le mont Blanc apparaît, calme, neigeux, serein. Les pics, ses sujets, amoncellent autour de lui, (...)

Mont Blanc appears, still, snowy and serene
Its subject mountains their unhearthly forms
pile around it, ice and rock... 
2
Shelley, « Mont Blanc », Lines written in the vale of Chamouni, 1816

  • 3 Respectivement la deuxième et troisième ascension du Mont-Blanc.
  • 4 On peut citer celles de Markham-Sherwill, de John Auldjo et surtout celle d’Albert Smith.

1Le Colonel Mark Beaufoy foule le sommet du Mont-Blanc le 8 août 1787 six jours à peine après de Saussure3 et tout juste un an après la première ascension par Balmat et Paccard. Ce sera le premier exemple d’une série, où pendant plus de soixante ans, les Anglo-Saxons vont accomplir 29 des 40 ascensions du Mont-Blanc, qui se matérialiseront par 24 récits. Ces ascensions qui vont avoir une influence considérable4 dans la propagation d’une mode des Alpes, présentent des caractéristiques communes. Il s’agit d’exploits uniques, sorte de voyage initiatique d’où le héros rapporte une relation écrite dont le public cultivé britannique est friand. J’entends ici initiatique, dans le sens où le voyageur est initié au monde « horrible » et « sublime » de la très haute montagne par sa démarche, qu’un très petit nombre de gens a rencontrée jusqu’alors. Ces voyages encore tout-à-fait exceptionnels à l’époque dont les voyageurs reviennent différents, deviennent à leur tour des récits initiatiques pour un large public de la classe privilégiée britannique chez qui l’attrait pour les récits de voyages et la culture sportive propagée par certaines Public-Schools rencontre un large écho. Ces voyageurs sont les descendants directs et s’inscrivent également dans la longue tradition du Grand Tour qu’accomplissaient les aristocrates des XVIIe et XVIIe siècles. Ils constituent la transition entre le savant voyageur du siècle des lumières et les élites urbaines de la société industrielle du XIXe siècle qui vont inventer l’alpinisme comme sport et fonder l’Alpine Club en 1857. Il existe d’autres récits de voyages en montagne ou dans les régions de montagne, mais les descriptions de ces ascensions du Mont-Blanc sont beaucoup plus nombreuses en raison de la valeur fortement symbolique de ce sommet et revêtent une véritable unité.

  • 5 Il y a une filiation évidente entre ces récits et la description de l’excursion de Windham et Pococ (...)
  • 6 Les ouvrages devrait-on dire car Albert Smith en tira plusieurs versions. Citons pour mémoire Mont (...)
  • 7 Au moment également où les pratiques se diversifient et où s’élabore un véritable alpinisme.

2Ces relations qui appartiennent toutes à ce que l’on pourrait qualifier de littérature secondaire ne font généralement pas partie des classiques de la littérature de montagne mais présentent en revanche de plus fortes affinités avec la littérature de voyage qui au XVIIIe et XIXe siècle est un genre particulièrement fécond5. Certaines de ces narrations présentent cependant d’indéniables qualités littéraires, mais ce n’est cependant pas sous cet angle qu’elles seront appréhendées. C’est plutôt sous leur aspect descriptif, documentaire et en qualité de productions culturelles originales qu’elles peuvent intéresser l’historien. En dépit d’une évolution sur la période chronologique, ces récits présentent une cohérence et constituent presque un genre à part : Le récit d’ascension du Mont-Blanc. Ce genre connaîtra son apogée avec l’ouvrage d’Albert Smith6, mais sera alors très rapidement supplanté par une véritable littérature de montagne au moment où les ascensions du Mont-Blanc par la voie normale vont devenir à la fois plus fréquentes et plus banales7. Un détail frappe dès l’abord : la sobriété du titre, qui est presque toujours le même. On a ainsi : Narrative of a journey to the summit..., Account of a journey to the summit ..., The Narrative of an ascent to the summit..., Ascent of...to the summit ..., Ascent to the summit... A visit to the summit...Seules changent dans ces titre les dates des différentes ascensions ainsi que le nom des voyageurs. Il semble donc que les auteurs bien loin de rechercher l’originalité, ont privilégié ces similitudes afin d’inscrire leur expérience dans une continuité.

Albert Smith, gravure de Whymper

Albert Smith, gravure de Whymper
  • 8 Markham Sherwill, Ascent to the summit of Mont Blanc, in letters addressed to a friend, London 1826
  • 9 L’ouvrage de Martin Barry est constitué par les textes de deux conférences faites à la Royal infirm (...)
  • 10 Qui existait depuis 1788, date à laquelle il avait pris la suite du Daily Universal Register qui av (...)
  • 11 The Illustrated London News tire à 250 000 exemplaire par numéro en 1862.
  • 12 Frederick Clissold, Narrative of an ascent to the summit of Mont Blanc, 1823.

3Si la substance de ces relations révèle une véritable unité sur le plan du contenu, ce n’est pas le cas de la forme sous laquelle ils se présentent. En effet, il s’agit soit d’une ou plusieurs lettres (réelles ou prétendues8), soit du texte de conférences9, soit de récits plus ou moins longs qui vont de quelques pages, à des ouvrages plus copieux qui comptent jusqu’à plus de 200 pages. Très souvent, et quelle que soit la/les forme(s) que prendra l’ouvrage définitif, l’ascension est rapportée par un ou plusieurs article du Times10 et parfois d’autres journaux comme le Daily News donnant à ces ascensions la publicité qu’elles méritent. La narration définitive peut se retrouver sous forme d’article dans une revue savante comme The Annals of Philosophy, The American Journal for Sciences and Arts, The Quarterly Journal forLitterature and Art, The Analectic Magazine, ou l’un de ces magazines qui façonnent les élites georgiennes et victoriennes tel le Blackwood’s Magazine, The Keepsake, The Annual Register, The New Monthly Magazine, ou bien encore des magazines à plus grand tirage comme The Illustrated London News11. Le récit d’ascension du Mont-Blanc peut également être publiée à compte d’auteur, formule assez répandue à l’époque qui consiste à relater une aventure à un cercle restreint d’amis ou de parents. La méthode est en effet fréquente dans la littérature de voyage. Dans ce cas, l’ouvrage n’est publié qu’à un nombre réduit d’exemplaires. C’est le petit opuscule de 56 pages par Frederick Clissold publié en 182312 qui est le premier exemple d’ouvrage isolé. Enfin, le récit peut connaître une plus large diffusion par l’entremise d’une édition commerciale chez un grand éditeur comme Longman, Blackwood ou Bogue. Certains de ces volumes connaissent un succès d’édition considérable et plusieurs rééditions successives comme dans le cas de John Auldjo et d’Albert Smith.

John Auldjo, photo de Boissonas, vers 1884

John Auldjo, photo de Boissonas, vers 1884
  • 13 Dans les 11 cas dont on connaît l’âge.
  • 14 Il faut 16 jours de voiture en 1829 pour aller de Genève à Londres. L’ascension de Hawes et Fellows (...)
  • 15 8 sur 29, ce qui est peu.
  • 16 Qui accomplit l’ascension en 1788.

4Qui sont ces gens téméraires qui entreprennent une aventure qui demeure extrêmement risquée dans les conditions matérielles de cette première partie de XIXe siècle ? Ce sont tous des hommes jeunes, ils ont 26 ans en moyenne13. Les plus âgés sont respectivement Markham Sherwill, 38 ans, Albert Smith 33 ans et Martin Barry 32 ans, le plus jeune Henry Atkins, qui n’a que 19 ans au moment de son ascension. Ils appartiennent tous à la frange supérieure de la bourgeoisie, qui seule est capable d’assumer les dépenses d’un voyage continental long et coûteux14. Ce sont des gens instruits et par conséquent capables de rapporter leurs aventures par écrit avec plus ou moins de talent. Cependant parmi eux, seul Albert Smith est un écrivain de métier. Pour ceux dont on peut retrouver la profession15, on relève une majorité de militaires, comme le Colonel Beaufoy, William Woodley16, les capitaines John Undrell, Markham-Sherwill, Bootle Wilbraham, le lieutenant Atkins, W.K. Gretton ancien officier, ainsi que des médecins, les docteurs Howard, Van Rensselaer, Edmund Clark, Martin Barry et même Albert Smith qui a reçu une formation de chirurgien. Comme dans le domaine plus large de l’exploration qui accompagne l’expansion coloniale, il semble logique que l’on retrouve une majorité de scientifiques et de soldats.

Halte sur le sommet du Mont-Blanc, lithographie d'Henry Atkins, 1837

Halte sur le sommet du Mont-Blanc, lithographie d'Henry Atkins, 1837
  • 17 Les ouvrages d’Auldjo et Smith, mais aussi Charles Fellows (1827) présentent des gravures intéressa (...)

5C’est à un public socialement privilégié issu de la moyenne bourgeoisie, de la grande bourgeoisie ou de la noblesse que s’adressent ces ouvrages, même si l’on peut partir du principe que le lectorat dépassait très largement leur tirage. Quoi qu’il en soit, ces récits vont avoir un impact considérable sur les futurs touristes dans les Alpes que les chemins de fer vont amener en nombre beaucoup plus important dans la deuxième moitié du XIXe siècle, ainsi que sur les jeunes gens acquis à la culture sportive qui fréquentent les Public-Schools prestigieuses, les universités d’Oxford et surtout de Cambridge et qui fonderont l’Alpine Club en 1857. Certains ouvrages sont agrémentés de gravures et de lithographies permettant aux lecteurs d’avoir une représentation artistique mais néanmoins réaliste des merveilles du monde presque inconnu de la haute montagne et des dangers de l’ascension17.

  • 18 Markham-Sherwill, Ascent of Captain Markham-Sherwill to the summit of Mont Blanc in letters address (...)
  • 19 Ascension le 18 août 1822.
  • 20 De manière extrêmement précise et détaillée comme chez Smith.

6Le but avoué de ces récits est de livrer une expérience « extraordinaire » à un large public, souvent après mure réflexion, ou bien encore sous la pression amicale et mu par une sorte de devoir selon les dires de leurs auteurs. Markham-Sherwill déclare même le faire pour offrir les droits d’auteur à ses guides : « ...dans le désir de procurer un bénéfice à nos courageux et hardis compagnons ... 18». Les droits d’auteur du récit de Frederick Clissold19 vont également aux guides de Chamonix. De plus il s’agit accessoirement de fournir une description qui doit pouvoir aider les successeurs éventuels à pouvoir tenter l’expérience de l’ascension. C’est ainsi que l’on peut y trouver des détails d’ordre financier ou touristique, comme le salaire des guides, le prix des vivres, les hôtels convenables20, le budget total de l’ascension, mais également des conseils d’ordre vestimentaire ou diététiques. Le récit devient ainsi une sorte de précurseur au guide imprimé à l’usage des alpinistes potentiels. Mais les auteurs précisent cependant qu’ils déconseillent fortement les tentatives, allant même jusqu’à suggérer des itinéraires de substitution devant permettre de jouir tout autant et à moindre risque des merveilles du monde des glaciers, qu’il s’agisse du Brévent ou des Grands Mulets. Mais tous concluent que le plaisir résultant de l’ascension les récompense amplement pour les souffrances endurées et les nombreux dangers encourus.

  • 21 « ...les guides ayant laissé leurs montres et leurs objets de valeur, les deux messieurs ont fait l (...)
  • 22 Atkins déclare : « ...un gentleman irlandais...offrit de recevoir mon testament et ajouta en guise (...)
  • 23 Charles Fellows rapporte : « ...le syndic...demanda nos noms et adresses afin qu’il puisse transmet (...)
  • 24 Albert Smith dit par exemple : « ... je fis un petit paquet contenant mon argent et les quelques af (...)
  • 25 Tout est relatif, l’ascension de Smith n’est après tout que la 36e en 64 ans.

7La démarche est en effet pleine de risques, les voyageurs en sont conscients21 à juste titre et dramatisent à loisir leur récit. Certains vont même jusqu’à faire un testament qu’ils remettent à leur hôtelier, à un ami22 ou au syndic des guides23, ainsi que leurs objets les plus précieux24. Cette attitude demeure constante sur toute la période chronologique, même si les ascension deviennent plus fréquentes25.

  • 26 Plusieurs centaines d’Anglais résident à Chamonix en été.
  • 27 John Ruskin, Sesame and lilies, George Allen, London 1890, p. 75.

8Si l’événement est exceptionnel au point que chaque ascension fait l’objet d’un ou plusieurs articles dans des quotidiens à grand tirage, la réaction publique à Chamonix est à la mesure de l’émoi suscité dans la population locale et le microcosme des touristes étrangers26. Le départ se fait dans une sorte d’excitation générale, des foules nombreuses se rassemblent pour en être témoin. Les parents ou amis suivent le groupe le plus haut possible dans la montagne. On suit attentivement le cheminement de la caravane depuis Chamonix ou le Brévent à l’aide d’une lunette, alors que la ville est suspendue à l’événement. Le retour est fêté bruyamment par des tirs de mortier, des démonstrations de liesse populaire et de petites fêtes organisées par les hôteliers, tandis que les courageux aventuriers sont pressés de questions et poursuivis jusque dans leurs chambres. Enfin, le Syndic de la compagnie des guides leur délivre un certificat d’ascension au nom du gouvernement de Sardaigne. Toutes ces manifestations peuvent apparaître comme la manifestation du retour des initiés. Il semble au delà de la naïveté apparente de ces réactions, que les Chamoniards avaient très tôt compris les fondements d’une bonne animation touristique. C’est ce type de comportement que John Ruskin dénonçait quelques années plus tard en parlant des : « ...foules d’Anglais qui dans la vallée de Chamonix s’amusent à tirer des mortiers rouillés27. » Quoiqu’il en soit en 1851, au moment où se termine cette période d’ascensions au Mont-Blanc, et où va commencer le véritable alpinisme, le Guide touristique Murray déclare :

  • 28 Murray, Handbook for travellers in Switzerland and the Alps of Savoy, London 1851, p. 333.

Peu de gens tentent l’ascension du mont Blanc...C’est un fait quelque peu remarquable que beaucoup de ceux qui l’ont réussie étaient des gens à l’esprit dérangé.28

9Les intéressés pour ce qui les concerne, ont simplement le sentiment de cultiver une excentricité de bon aloi :

  • 29 The Times, 15 oct.1825, p. 2.

Parmi d’autres excentricités de ma vie, je viens d’accomplir la tâche difficile et dangereuse de faire l’ascension du mont Blanc29,

  • 30 Jules Verne, Le tour du monde en 80 jours.

10déclare sobrement Markham-Sherwill. Avec ces « touristes ascensionnistes » on se situe encore dans une tradition aventurière et exploratoire et l’on n’a pas encore affaire à des alpinistes dans la mesure où leur démarche reste sans lendemain. Mais c’est sans doute en partie sur de tels exemples que s’est forgé le type littéraire de l’aventurier anglais dont Philéas Fogg est l’une des plus célèbres représentations30.

  • 31 Op. cité, p. 20.
  • 32 Ses spectacles à l’Egyptian Hall attirèrent des dizaines de milliers de spectateurs (193 754 specta (...)
  • 33 Dans une lettre à E.S.Kennedy, l’un des plus grands alpinistes de l’époque et membre fondateur de l (...)
  • 34 Chacun des voyageurs devient une sorte d’autorité en matière de montagne. Markham Sherwill prend co (...)
  • 35 Albert Smith, op. cité, p. 18.

11Ces récits présentent une cohérence globale car le but recherché est le même, mais également parce qu’ils se nourrissent les uns les autres. On fait référence aux glorieux prédécesseurs, Paccard et de Saussure et l’on donne la liste des ascensions réussies depuis les débuts. Les auteurs expriment leur gratitude envers les précédents, comme si l’on se trouvait inconsciemment dans une construction commune et comme si l’on citait les autres pour authentifier ses propres dires. Ces citations sont parfois copieuses, Charles Fellows cite Markham Sherwill. John Auldjo étoffe son récit en faisant de nombreux emprunts au Dr. Clark, à Markham Sherwill, au Comte de Lusi, à de Saussure. Il est vrai qu’il cite également abondamment Walter Scott au début de son récit, l’auteur le plus en vogue à cette époque en Grande Bretagne. (Markham Sherwill31 cite Byron). Martin Barry donne quelques passages du Dr. Clark, de Frederick Clissold, ainsi que d’Auldjo. Albert Smith enfin, dont on connaît l’immense succès sur la scène victorienne32 déclare que sa démarche fut inspirée par la lecture des récits de John Auldjo33 et de Markham Sherwill34 lorsqu’il était enfant. « Je lus les aventures du Capitaine Sherwill et du Dr. Clarke... » dit-il et le « récit de Monsieur Auldjo, le meilleur de ce que j’ai pu lire »35.

  • 36 C’est au cours de l’ascension de Hawes et Fellows en 1827 que l’on abandonne « L’ancien passage » s (...)
  • 37 D’autant plus que l’on commença à découvris des débris macabres à l’extrémité du glacier des Bosson (...)
  • 38 Le premier ouvrage (inspiré par l’accident) à propager ce thème fut un ouvrage anonyme : The Peasan (...)

12A partir de 1820, on relève dans les récits un élément récurrent. Il s’agit de l’accident de la caravane du Dr. Hamel au cours duquel trois guides avaient péri dans une crevasse, balayés par une avalanche. Chaque relation détaille les circonstances avec précision, comme pour bien insister sur les dangers encourus, dramatiser l’ascension et souligner la responsabilité du client, puisque c’est à l’entêtement du Dr. Hamel de poursuivre l’ascension en dépit de conditions défavorables qu’on attribue la responsabilité du désastre36. C’est ainsi que l’on va retrouver le fait divers sous la plume de Fellows en 1827, de Bootle Wilbraham en 1830, de Martin Barry en 1834, d’Atkins en 1837, d’Albert Smith en 1852 qui recueille le témoignage de Jean Tairraz, frère d’Auguste, l’une des victimes du drame. Mais c’est surtout chez Clark et Markham Sherwill en 1826 et Auldjo en 1830 que l’on a le témoignage direct et chargé d’émotion d’un rescapé de la catastrophe, le guide Julien Devouassoud. Cet épisode devient ainsi l’archétype de l’accident de montagne37 contribuant à forger le mythe tenace de la « montagne homicide »38, jusqu’à ce qu’il soit remplacé dans l’imaginaire collectif par l’accident du Cervin en 1865.

13On relève dans ces récits des éléments communs pour ce qui concerne les dangers, ce qui n’est pas étonnant car la haute montagne est un univers mal maîtrisé, y compris par les guides. La technique est balbutiante et les vêtements mal adaptés. On décrit ainsi les franchissement de crevasses sur une échelle ou de murs de glace, les avalanches, la difficile progression dans la neige profonde, les chutes de pierres et les guides qui taillent des marches dans la glace, geste qui deviendra fondamental pendant « l’âge d’or » de l’alpinisme britannique. Les gravures font apparaître des hommes fourmis dans un environnement immense et menaçant. On décrit également les atteintes du mal des montagnes, les douloureuses ophtalmies, saignements de nez et autres brûlures ou œdèmes de la peau du visage en soulignant cependant que l’on est pas plus atteint que certains guides, comme pour démontrer que le touriste n’est pas un individu plus ou moins passif que l’on hisse au sommet, comme avait pu l’être de Saussure.

14Mais le voyageur est récompensé par les extrêmes beautés du paysage, de l’univers de la neige et de la glace. On peut ainsi lire de minutieuses descriptions extrêmement romantiques et lyriques, qui traduisent la profonde émotion des « ascensionnistes » et visent à la faire partager par les lecteurs. Moment intense du récit, la vision panoramique depuis le sommet avec description nominative de tout ce que l’on voit : les autres sommets, les cols, les vallées, les villes. Le sommet symbolique du Mont-Blanc, point focal de tous les regards depuis la vallée, devient alors l’observatoire d’où l’on peut dominer et ordonner le chaos des Alpes et de l’univers. (on comprend le succès que vont avoir les vues panoramiques et plus tard les vue aériennes). Moment d’émotion lorsque le voyageur aperçoit des admirateurs en train de suivre l’ascension depuis le Brévent. Moment de grâce également, où le voyageur philosophe sur le fait qu’il est à cet instant, l’homme le plus haut du monde. Markham Sherwill écrit :

  • 39 Markham Sherwill, op. cité, p. 18-19.

Ici nous sommes au dessus de tout être humain, les seuls habitants d’un lieu plus élevé que le vol majestueux de l’aigle, où le chamois ne s’aventure pas et où l’homme est rarement allé 39,

15alors qu’Atkins s’écrie en 1838 :

  • 40 Henry Martin Atkins, op. cité, p. 31.

J’étais là sur le plus haut sommet des Alpes, plus haut que là où l’aile de l’aigle ne s’élève jamais, je prenais des notes, avec toute l’Europe à mes pieds. Je dois avouer que je me sentais alors un grand homme 40.

16Très curieusement, pour des Anglo-saxons, qui baignent dans une culture fortement marquée par la religion, il est étrange que cette expérience ne relève d’aucune dimension véritablement spirituelle.

17En revanche il convient de célébrer dignement l’arrivée au sommet, John Auldjo déclare hypocritement :

  • 41 John Auldjo, Récit d’une ascension au sommet du mont Blanc, Ed. Guerin, Chamonix 2001, p. 69, (trad (...)

J’avais apporté une bouteille de Champagne, désireux de voir comment il serait affecté par la raréfaction de l’air 41.

18Pour Albert Smith beaucoup plus hédoniste :

  • 42 A.Smith, op. cité, p. 106.

… la bouteille de Champagne que nous avions emportée pour boire au sommet à cette occasion était bien meilleure que tout ce que nous avions jamais bu jusqu’alors 42.

  • 43 Il s’agissait de politiciens, de théologiens, de poètes, et de scientifiques.
  • 44 The Hon. Bootle Wilbraham, The narrative of an ascent of Mont Blanc in 1830, Alpine Journal vol. XV (...)

19Il peut s’agir d’inscrire l’événement dans la postérité : le Docteur Clarke et le Capitaine Sherwill vont laisser une bouteille dans laquelle ils placent un rameau d’olivier, ainsi qu’un document indiquant le nom du Roi George IV, de son premier ministre suivi d’une liste de personnalités britanniques de l’époque43, pensant que tels « des insectes contenus dans l’ambre » ces éléments seraient préservés pour la postérité pendant de nombreux siècles. En réalité deux ans plus tard, Auldjo retrouvera la bouteille remplie d’eau et le document illisible. Bootle Wilbraham qui trouve au Grands Mulets une demi bouteille d’excellent Brandy laissé par Auldjo trois ans auparavant, ne pense pas à la postérité: « J’ordonnai aux guides » dit-il « de laisser une ou deux bouteilles de vin pour mon successeur, quel qu’il puisse être... »44

  • 45 John Auldjo, Narrative of an ascent to the summit of Mont Blanc on the 8th and 9th of august 1827, (...)

20La notion de première qui va tenir la place que l’on sait dans l’histoire de l’alpinisme ne peut intervenir en la matière, mais on va voir se dessiner les prémisses d’un élément de record, car parfois on indique la durée de l’ascension. Beaufoy, premier anglais à atteindre le sommet, indique qu’il fait l’aller-retour en 52 heures, Howard 53 heures, Clissold 45 heures, Charles Fellows 42 heures, Auldjo 37 heures, Jackson 36 heures. John Auldjo indique même en note45 que Jackson a mis une heure de moins que lui, mais qu’il n’est demeuré que quelques minutes au sommet. Même si faire l’ascension le plus rapidement possible n’est pas le but, le simple fait d’en mentionner la durée nous renseigne sur un des aspects de la démarche et laisse augurer de certaines tendances à venir concernant la codification du sport.

21Les guides qui sont d’indispensables compagnons pour la réussite de ces ascensions sont extrêmement nombreux, on est bien loin de la cordée légère qui sera la règle générale à partir des années 1850. Il est vrai qu’on se trouve sur le terrain exclusif de la Compagnie des Guides de Chamonix créée en 1821 pour réglementer l’exercice d’une profession et assurer un revenu équitable à l’ensemble de ses membres. La compagnie impose un nombre de guides et de porteurs par touriste, ce qui entraîne des groupes numériquement importants et une logistique assez lourde. Smith est emmené par 16 guides, Beaufoy en a 10, ainsi que Fellows et Hawes, Atkins et Pidwell. Markham Sherwill en a 7, Auldjo n’en emmène que 6. Le moins bien loti semble être William Woodley, qui le 5 août 1788 ne dispose que de 4 guides. Cependant, l’importance des groupes ne transforme pas ces hommes en anonymes du récit, car leur identité complète est toujours mentionnée ainsi que leur statut matrimonial, le nombre de leurs enfants et leur palmarès. Les récits véhiculent une vision vaguement Rousseauiste de ces professionnels, qui sont décrits comme des êtres simples dévouées et honnêtes, ce qui selon les voyageurs ne les empêche nullement de faire preuve de qualités physiques et intellectuelles. Ils apparaissent comme une sorte d’aristocratie paysanne, que l’on apprécie avec cependant une certaine condescendance, le guide n’étant après tout dans l’esprit de ses clients, qu’une sorte de domestique spécialisé.

  • 46 Le récit de Barry présente de nombreuses observations scientifiques, mais il est vrai qu’il est con (...)
  • 47 Guidici, Nicolas, La philosophie du mont Blanc, Grasset, Paris 2000, p. 197.

22Ces récits réservent une part non négligeable aux expériences et aux observations scientifiques46. En effet, à cette époque, « ...l’opinion n’accorde qu’à la science le privilège de valider une découverte, une performance, un exploit »47. Il semble que les touristes souscrivent à une sorte de rituel implicite consistant à faire des mesure de température, le matin, le soir ou lorsqu’on arrive au sommet. Certains procèdent à des constatations géologiques et prélèvent des échantillons. On trouve parfois des remarques sur la faune y compris même avec les noms d’espèces en latin. On s’attache à noter jusqu’à quelle altitude on trouve des papillons, des insectes, ou des oiseaux (Bootle Wilbraham remarque un papillon qui vole au sommet). En toute logique compte tenu de l’environnement mal connu de la haute altitude et de ses conséquences sur le corps humain, les voyageurs font de nombreuses observations physiologiques concernant la respiration ou l’audition dans un air raréfié. On observe soigneusement la soif, les malaises ou les nausées, Beaufoy va noter la couleur sombre de ses urines. Enfin certains s’intéressent à la propagation du son en altitude. Cependant et malgré toutes les précautions déployées, on voit bien que ces ascensions ne sont pas des expéditions scientifiques comme avait pu l’être celle de de Saussure, mais bien plutôt des aventures personnelles. On a le sentiment que les voyageurs sacrifient à l’opinion publique ainsi qu’à la mode du temps en faisant quelques mesures qui les mettent à l’abri des critiques. Le premier de ces voyageurs Mark Beaufoy, déclare au début de son récit :

  • 48 Mark Beaufoy, Narrative of a journey from the village of Chamouni, in Switzerland, to the summit of (...)

L’une des raisons qui avaient justifié la tentative fut bien affadie par l’idée que je ne possédais pas ... les instruments requis pour beaucoup des expériences que j’avais le désir de faire ...48.

23On peut raisonnablement objecter qu’il eut été très facile de se les procurer avant d’arriver à Chamonix. Certains n’observent même pas le rituel, comme Charles Fellows qui avoue en 1827 faire l’ascension sans alibi scientifique, car dit-il :

  • 49 Charles Fellows, A narrative of an ascent to the summit of Mont Blanc, 1827, p. 4.

... même si nous avions eu la vanité de supposer que nous étions capables de découvrir quelque chose d’important ... nous n’avions pas d’instruments scientifiques et nous étions dans l’impossibilité d’en faire venir de Genève dans un délai raisonnable 49.

  • 50 Cité par C.E.Engel, Le mont Blanc, route classique et voies nouvelles, ed. V. Attinger, Neuchatel, (...)

24William Hawes compagnon d’ascension du précédent refuse le thermomètre que Paccard propose de lui prêter, car il est trop lourd50. De même Albert Smith déclare, arrivé au sommet :

  • 51 A.Smith, op. Cité, p. 107.

Nous ne fîmes aucunes "observations scientifiques", ... de Saussure ayant accompli tout ce qui était nécessaire en ce domaine ; et tous ceux qui depuis lors se sont inquiétés pendant leur ascension à propos d’altitude et de température n'ont rien ajouté à ce qu'il avait dit il y a soixante ans 51.

  • 52 Charles Martins, Deux ascensions au Mont-Blanc, études de météorologie et d’histoire naturelle, Rev (...)

25Aucun des voyageurs en tout les cas ne termine son récit en affirmant avoir rapporté des observations scientifiques de quelque importance. C’est ce que confirme le Français Charles Martins52 auteur en 1844 en compagnie de Bravais et Lepileur, de ce qu’il considère comme une véritable ascension scientifique.

Dans un espace de cinquante-sept ans, de 1787 à 1843, vingt-sept ascensions eurent lieu au mont Blanc; mais aucune n’a un caractère réellement scientifique. Une noble curiosité, le désir de visiter ce monde de neige et de glace et de jouir du haut du mont Blanc de l’un des plus grands spectacles qu’il soit donné à l’homme de contempler, l’attrait de la difficulté vaincue, tels sont les motifs qui décidèrent la plupart des voyageurs... La plupart de ces voyageurs sont anglais...

  • 53 Ou même l’ascension du Mont-Blanc de Bravais, Martins et Le Pileur en 1844.

26Ces voyageurs manifestement ne s’inscrivent pas dans la même démarche53 que Desor et Agassiz, Forbes ou Tyndall qui eux participent à de véritables expéditions de plus longue durée dont un protocole scientifique prédéfini est l’objet véritable.

27Même s’ils peuvent apparaître comme secondaires et anecdotiques au regard des grands moments de l’histoire de l’alpinisme, ces événements et ces récits appartiennent en réalité pleinement à son histoire culturelle, car ils ont grandement contribué à entretenir et propager un attrait vers les montagnes. Ils ont graduellement accrédité le plaisir gratuit de faire une ascension et le fait que cela puisse être une fin en soi. Ils ont participé à leur façon à faire du Mont-Blanc et de Chamonix des lieux mythiques et uniques, même s’il existait de par le monde des sommets plus élevés ou techniquement plus stimulants et des stations de montagne tout aussi attrayantes.

Haut de page

Bibliographie

ATKINS, Henry, Martin, Ascent to the summit of Mont Blanc, on the 22nd and 23rd of August 1837, London 1838.

AULDJO, John, Narrative of an ascent to the summit of Mont Blanc, on the 8th and 9th August 1827, London, 1828.

BEAUFOY, Mark, Narrative of a journey from the village of Chamouni to the summit of Mont Blanc undertaken on August 8th 1787 by col. Beaufoy F.R.S., London, 1817

BARRY, Martin, Ascent to the summit of Mont Blanc in 1834, London 1836.

CLARK, Edmund, Narrative of an excursion to the summit of Mont Blanc, by Dr; edmund Clark and Captain Markham sherwill, August 26th 1825, London, 1826.

CLISSOLD Frederick, Narrative of an ascent to the summit of Mont Blanc, August 18th 1822, London, 1823.

FELLOWS, Charles, A narrative of an ascent to the summit of Mont Blanc, London 1827.

FELLOWS, Charles and HAWESWilliam, A narrative of a late ascent..., Nottingham 1827.

GALTON, Erasmus, Recent ascent of Mont Blanc, London, 1851.

HAWES, Benjamin, A narrative of an ascent to the summit of Mont Blanc, made during the summer of 1827 by Mr William Hawes and Charles Fellows, London, 1828.

HOWARD, W.M., Narrative of an ascent to the summit of Mont Blanc made in July 1819, Baltimore 1821.

JACKSON, H.H., Narrative of an ascent to the summit of Mont Blanc, september 4th 1823, London 1823.

MARKHAM-SHERWILL, Ascent to the summit of Mont Blanc, in letters addressed to a friend, London, 1826.

MARKHAM-SHERWILL, Fourteen narratives written by those travellers who have successfully attained the summit of this mountain between the years 1786 and 1837, B.N.F., UB72 à UB72b.

SMITH,Albert, Mont Blanc, London 1852.

UNDRELL, John, An account of an ascent to the summit of Mont Blanc, in August 1819, London, 1821.

VAN RENSELAER, Jeremiah, Account of a journey to the summit of Mont Blanc, New york, 1820.

WILBRAHAM,Edward Bootle, Narrative of an ascent to the summit of Mont Blanc; in August 1830, London 1832.

WINDHAM, William, An account of the glacieres or ice Alps in Savoy in two letters. One from an English gentlemen, the other from Peter Martel, engineer to the said English gentleman, London 1744.

Haut de page

Notes

1 La période chronologique considérée s’étale en réalité sur 64 ans, mais si l’on fait abstraction de la durée des guerres napoléoniennes pendant lesquelles le flot des touristes britanniques dans les Alpes est tari et où aucune ascension anglo-saxonne n’est enregistrée, on a environ un demi-siècle.

2 « Le mont Blanc apparaît, calme, neigeux, serein. Les pics, ses sujets, amoncellent autour de lui, leurs formes étrangères à la terre, faites de glace et de roc... » Shelley, Poèmes, éd. Aubier, 1965, Trad. L. Cazamian.

3 Respectivement la deuxième et troisième ascension du Mont-Blanc.

4 On peut citer celles de Markham-Sherwill, de John Auldjo et surtout celle d’Albert Smith.

5 Il y a une filiation évidente entre ces récits et la description de l’excursion de Windham et Pococke à la Mer de Glace en 1741. An account of the glacieres or ice Alps in Savoy, London 1744. Cet ouvrage est d’ailleurs le premier dans lequel le nom Mont-Blanc est imprimé. Cet événement fit beaucoup pour amener de nombreux touristes britanniques à Chamonix et dans la vallée.

6 Les ouvrages devrait-on dire car Albert Smith en tira plusieurs versions. Citons pour mémoire Mont Blanc, London 1852 (Texte initialement publié par le Blackwood’s Magazine, jan. 1852), ainsi que : The story of Mont Blanc, D. Bogue, 1853.

7 Au moment également où les pratiques se diversifient et où s’élabore un véritable alpinisme.

8 Markham Sherwill, Ascent to the summit of Mont Blanc, in letters addressed to a friend, London 1826.

9 L’ouvrage de Martin Barry est constitué par les textes de deux conférences faites à la Royal infirmary à Edimbourg en mars 1836. Martin Barry, Ascent to the summit of Mont Blanc in 1834, William Blackwood and sons, Edimburgh, 1836.

10 Qui existait depuis 1788, date à laquelle il avait pris la suite du Daily Universal Register qui avait débuté en 1785.

11 The Illustrated London News tire à 250 000 exemplaire par numéro en 1862.

12 Frederick Clissold, Narrative of an ascent to the summit of Mont Blanc, 1823.

13 Dans les 11 cas dont on connaît l’âge.

14 Il faut 16 jours de voiture en 1829 pour aller de Genève à Londres. L’ascension de Hawes et Fellows en 1827 revient à £ 50, ce qui représente plus de trois mois de revenus pour une famille de la classe moyenne.

15 8 sur 29, ce qui est peu.

16 Qui accomplit l’ascension en 1788.

17 Les ouvrages d’Auldjo et Smith, mais aussi Charles Fellows (1827) présentent des gravures intéressantes. Henry Atkins publia sa relation à compte d’auteur en 1838 sans gravures, mais fit cependant des aquarelles. Dans l’ouvrage de Martin Barry, une gravure de l’auteur représente le guide Couttet, une autre les guides Coutet et Balmat aux Grands Mulets.

18 Markham-Sherwill, Ascent of Captain Markham-Sherwill to the summit of Mont Blanc in letters addressed to a friend, London 1826, preface p. 3.

19 Ascension le 18 août 1822.

20 De manière extrêmement précise et détaillée comme chez Smith.

21 « ...les guides ayant laissé leurs montres et leurs objets de valeur, les deux messieurs ont fait leur testament et se sont préparés pour le pire », ascension de Gretton et Richards ; The Times, 9 sept.1850, p. 6.

22 Atkins déclare : « ...un gentleman irlandais...offrit de recevoir mon testament et ajouta en guise de consolation que si je perdais la vie et que l’on retrouve mon corps dans dix ans, on pourrait aisément l’identifier ». Henry Martin Atkins, Ascent to the summit of Mont Blanc on the 22nd and 23rd of August 1837, London 1838, p. 11-12.

23 Charles Fellows rapporte : « ...le syndic...demanda nos noms et adresses afin qu’il puisse transmettre la nouvelle à nos amis chez nous, si la tentative s’avérait fatale. Nous fîmes nos bagages pour qu’on puisse les faire parvenir à nos parents en Angleterre ». Charles Fellows, A narrative of an ascent to the summit of Mont Blanc, London 1827, p. 6.

24 Albert Smith dit par exemple : « ... je fis un petit paquet contenant mon argent et les quelques affaires que j'avais dans mon sac pour les donner à un ami venu de Londres en ma compagnie pour qu'il les rapatrie au cas où je ne reviendrais pas... ». A.Smith, Le mont Blanc à la mode, Editions Guerin, Chamonix 1999, p. 35. Traduction M. Tailland.

25 Tout est relatif, l’ascension de Smith n’est après tout que la 36e en 64 ans.

26 Plusieurs centaines d’Anglais résident à Chamonix en été.

27 John Ruskin, Sesame and lilies, George Allen, London 1890, p. 75.

28 Murray, Handbook for travellers in Switzerland and the Alps of Savoy, London 1851, p. 333.

29 The Times, 15 oct.1825, p. 2.

30 Jules Verne, Le tour du monde en 80 jours.

31 Op. cité, p. 20.

32 Ses spectacles à l’Egyptian Hall attirèrent des dizaines de milliers de spectateurs (193 754 spectateurs en 1852). Il y eut plus de 1200 représentations entre 1852 et 1856.

33 Dans une lettre à E.S.Kennedy, l’un des plus grands alpinistes de l’époque et membre fondateur de l’Alpine Club, Albert Smith sollicité pour en faire partie déclare qu’Auldjo et lui-même avaient autrefois projeté de créer un club du même genre. Si John Auldjo avait vécu en Angleterre en 1857, nul doute qu’il aurait fait partie des fondateurs.

34 Chacun des voyageurs devient une sorte d’autorité en matière de montagne. Markham Sherwill prend contact avec certains de ses prédecesseurs et successeurs et constitue une sorte de collection de brochures et d’autographes qu’il fait relier sous forme de deux in octavo, qu’il offre à la Bibliothèque royale de France : « Fourteen narratives written by those travellers who have successfully attained the summit of this mountain between the years 1786 and 1837 ». Ces ouvrages se trouvent aujourdhui au Cabinet des Estampes de la Bibliothèque Nationale de France, site Richelieu.

35 Albert Smith, op. cité, p. 18.

36 C’est au cours de l’ascension de Hawes et Fellows en 1827 que l’on abandonne « L’ancien passage » sujet aux avalanches, au profit d’un itinéraire plus sur par le Corridor et le Mur de la Côte.

37 D’autant plus que l’on commença à découvris des débris macabres à l’extrémité du glacier des Bossons à partir de 1861. Le glacier continua à rendre des fragments de corps de temps à autres jusqu’en 1865.

38 Le premier ouvrage (inspiré par l’accident) à propager ce thème fut un ouvrage anonyme : The Peasants of Chamouni, London 1823, Albert Smith rapporte l’avoir lu étant enfant.

39 Markham Sherwill, op. cité, p. 18-19.

40 Henry Martin Atkins, op. cité, p. 31.

41 John Auldjo, Récit d’une ascension au sommet du mont Blanc, Ed. Guerin, Chamonix 2001, p. 69, (traduction M.Tailland).

42 A.Smith, op. cité, p. 106.

43 Il s’agissait de politiciens, de théologiens, de poètes, et de scientifiques.

44 The Hon. Bootle Wilbraham, The narrative of an ascent of Mont Blanc in 1830, Alpine Journal vol. XVIII, N° CXXXVII, p. 465.

45 John Auldjo, Narrative of an ascent to the summit of Mont Blanc on the 8th and 9th of august 1827, London 1830.

46 Le récit de Barry présente de nombreuses observations scientifiques, mais il est vrai qu’il est constitué du texte de deux conférences faites dans l’université où il avait étudié la médecine, la qualité du public auquel le texte et destiné en détermine nécessairement la nature.

47 Guidici, Nicolas, La philosophie du mont Blanc, Grasset, Paris 2000, p. 197.

48 Mark Beaufoy, Narrative of a journey from the village of Chamouni, in Switzerland, to the summit of Mount Blanc, undertaken on the 8th of august, 1787. Alpine Journal, vol. XXXIII, n° CCXX, p. 323.

49 Charles Fellows, A narrative of an ascent to the summit of Mont Blanc, 1827, p. 4.

50 Cité par C.E.Engel, Le mont Blanc, route classique et voies nouvelles, ed. V. Attinger, Neuchatel, n. d. , p. 87.

51 A.Smith, op. Cité, p. 107.

52 Charles Martins, Deux ascensions au Mont-Blanc, études de météorologie et d’histoire naturelle, Revue des Deux Mondes, Tome 56, Paris, 1865, p. 385. Dans cet article l’auteur compare deux acensions véritablement scientifiques à ses yeux : celle de de Saussure et la sienne.

53 Ou même l’ascension du Mont-Blanc de Bravais, Martins et Le Pileur en 1844.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Albert Smith, gravure de Whymper
URL http://babel.revues.org/docannexe/image/1310/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre John Auldjo, photo de Boissonas, vers 1884
URL http://babel.revues.org/docannexe/image/1310/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Halte sur le sommet du Mont-Blanc, lithographie d'Henry Atkins, 1837
URL http://babel.revues.org/docannexe/image/1310/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 274k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Tailland, « Les mises en récit d’un demi-siècle d’ascensions anglo-saxonnes au Mont-Blanc, voyage initiatique entre science et aventure (1787-1851) », Babel, 8 | 2003, 37-56.

Référence électronique

Michel Tailland, « Les mises en récit d’un demi-siècle d’ascensions anglo-saxonnes au Mont-Blanc, voyage initiatique entre science et aventure (1787-1851) », Babel [En ligne], 8 | 2003, mis en ligne le 09 septembre 2012, consulté le 26 mai 2017. URL : http://babel.revues.org/1310 ; DOI : 10.4000/babel.1310

Haut de page

Auteur

Michel Tailland

Laboratoire BABEL, Université de Toulon et du Var

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org