Navigation – Plan du site

Une initiation à la haute montagne
Les jésuites portugais sur le Toit du monde

(première moitié XVIIe siècle)
Michèle Janin-Thivos
p. 11-36

Résumé

Bien avant les alpinistes britanniques, des jésuites portugais sont allés à la découverte de l’Himalaya, dans la première moitié du XVIIe siècle. Malgré d’énormes difficultés dues aux conditions politiques de l’époque, au parcours d’itinéraires totalement inconnus des Européens et aux accidents dus au relief et à l’altitude, ces « souffrances endurées pour le Ciel » n’empêchent pas que la majorité de leurs écrits présentent une tonalité généralement optimiste.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Bernant C. et Grusinski S, Histoire du Nouveau Monde, t 2, les métissages, p. 579, Fayard, 1993.

Initiation dans tous les sens du terme, le voyage est une quête mystique pour ces religieux confrontés à eux-mêmes dans les solitudes du Canada1.

  • 2 Engel Claire-Eliane, Les batailles pour l’Himalaya, Paris, Flammarion, 1936.
  • 3 François Xavier arrive à Goa en 1542. Les premières tentatives des jésuites en direction du Cachemi (...)
  • 4 Wessels C., Early jesuit travellers in Central Asia, 1603-1721, A.E.S, New Delhi, Calcutta, reprint (...)
  • 5 Didier H., Les Portugais au Tibet, les premières relations jésuites, 1624-35, Paris, Chandeigne, 19 (...)
  • 6 Ils fondent une mission qui se maintiendra jusqu’en 1641-42.
  • 7 Toute entreprise missionnaire en terre lointaine est un voyage initiatique dont témoigne une abonda (...)
  • 8 Dès son premier voyage (1624), Andrade est accompagné d’un coadjuteur, Manuel Marques, qui ne laiss (...)

1Dans son étude sur les premières ascensions dans l’Himalaya2 avant 1783, Claire-Eliane Engel affirme catégoriquement : « Des missionnaires jésuites (…), ont entrevu les sommets neigeux des frontières du Tibet, mais ceci est encore bien vague. Les voyageurs du XVIIIe siècle se tiennent à distance respectueuse des montagnes. Il faut attendre 1800 pour trouver le premier récit d’une traversée de l’Himalaya effectuée en 1783. C’est l’œuvre de Samuel Turner ». Certes, personne ne peut nier le rôle décisif des Anglais dans cette région du monde, mais c’est oublier un peu vite que les premiers Européens qui découvrirent l’Inde furent les Portugais. Installés dès le XVIe siècle, ils furent appuyés par les jésuites, peu après la fondation de la compagnie qui voyait ainsi favoriser ses projets missionnaires3. Si les expéditions des jésuites au Japon, en Chine ont donné lieu à de nombreux travaux, leurs tentatives en direction du Tibet sont restées plus confidentielles et contestées avant leur réhabilitation plus récente. Des travaux scientifiques solides4 ont reconnu la véracité de ces témoignages et leurs textes publiés en français par Hugues Didier dans son ouvrage « Les Portugais au Tibet »5. Toutefois, leur exhumation a été justifiée par l’intérêt de ce témoignage sur le bouddhisme lamaïque dont ils constituent une première vision, celui des contacts entre les différentes populations et les aspects religieux de cette entreprise. En revanche, la découverte de l’Himalaya entre 1624 et 16356, l’aspect pionnier de leurs itinéraires, leur appréhension de ce milieu, sans parler de leurs difficultés, ont été faiblement relevées. Il s’agit pourtant d’une expérience d’initiation à un milieu qui comporte une dimension mystique7 par la mise à l’épreuve physique -dont témoignent les pères António de Andrade8, Francisco de Azevedo, João Cabral et Estevão Cacela- et leur apporte la révélation de leur condition humaine à défaut de leur procurer la sainteté. Cette épreuve terrible explique leur insistance sur le milieu naturel qu’ils doivent affronter et permet de s’interroger au-delà de la singularité de leurs aventures sur leur participation à une connaissance de la montagne himalayenne et sa transmission malgré les affirmations catégoriques évoquées plus haut.

Carte des itinéraires des Jésuites en Himalaya

Carte des itinéraires des Jésuites en Himalaya

1/ Les montagnes « les plus élevées et les plus accidentées qu’il semble y avoir au monde »

  • 9 La montagne au siècle des lumières, CTHS, Paris, 1969, éd. 1991, p. 16 « la montagne restera encore (...)
  • 10 Depuis 1580 (et jusqu’à la « restauration » de 1640), le royaume du Portugal est contrôlé par l’Esp (...)
  • 11 Bennassar B., La traversée des Andes, texte du colloque de Chambéry, octobre 2002.
  • 12 Acosta Joseph de, Histoire naturelle et morale des Indes Occidentales, 1589, Séville. Il tente de r (...)
  • 13 Azevêdo, p. 155. Pour N. Broc, la vision des théologiens l’emporte jusqu’au XVIIIe siècle et impose (...)
  • 14 Recherche du Royaume du Prêtre Jean ou Grand Cathay, royaume mythique mal localisé dont l’évangélis (...)
  • 15 Op. cit. p. 33.

2La découverte du milieu himalayen par ces aventuriers jésuites présente un premier aspect original ; leurs récits témoignent d’une perception de la montagne qui semble en relative contradiction avec ce que nous savons des appréhensions de leur temps. Les travaux de Numa Broc9 ont montré qu’à l’époque moderne en Europe, la montagne était un monde mal connu, terrifiant. Or, les Portugais, marins intrépides pour lesquels les montagnes sont quasiment inconnues, ne manifestent pas ces préjugés. Leurs relations constituent donc une documentation originale pour l’appréhension de la montagne extra-européenne comme celle que les Ibériques10 ont acquise en Amérique. La conquête et les expéditions en Amérique centrale et du sud leur ont en effet donné une vision moins négative la montagne : il ne s’agit pas de « monts maudits » puisqu’elle est alors lieu de vie, centre du pouvoir politique et économique, liée au reste du pays par des voies de circulation nombreuses. En Amérique, il faut forcément voyager en montagne pour appréhender le territoire11. De plus, ces voyageurs portugais appartiennent à une culture spécifique, celle des jésuites qui n’hésitent pas à parcourir les terres les plus lointaines de l’Amérique -du sud au nord-, de l’Inde, du Japon et de la Chine et qui ont jeté les bases d’une réflexion novatrice12 dans le domaine de la haute montagne avec le texte fondamental du père Joseph d’Acosta publié en 1589. Les « Relations » utilisées ici, lettres que les jésuites adressent annuellement à leur supérieur, n’ont certes pas le contenu scientifique du texte de d’Acosta ; leur regard s’attache d’abord à ce qui peut favoriser l’évangélisation, aux hommes et à leur disposition à cet égard. Toutefois, leur perception du monde s’inscrit dans une vision rénovée par l’œuvre de d’Acosta. Si étonnantes que soient ces montagnes, elles ne sont pas une anomalie, la preuve d’une imperfection quelconque de l’œuvre du Créateur. « Il y a tellement de montagnes dans cette jungle de l’Asie qu’il paraît que l’Auteur de la nature y a déposé les plus nombreuses et les plus lourdes d’entre elles »13 écrit Francisco de Azevêdo qui se contente d’enregistrer les merveilles de la nature que la découverte d’un monde inconnu lui apporte. Mais surtout leur quête, découvrir les chrétientés perdues14 et évangéliser les populations reculées rencontrées, transcende les difficultés. Dans sa première lettre de 1624, le père Antonio de Andrade rend ainsi compte à son supérieur : « c’est avec empressement et avec une joie plus grande encore que nous avons entrepris l’ascension de ces montagnes »15. La montagne devient ainsi un terrain privilégié pour des expériences spirituelles nouvelles, suscite un élan d’enthousiasme où l’effort physique de l’ascension accompagne l’élévation morale, comme la référence à la figure de la Vierge en témoigne.

Ce même jour, à la distance de cinq portées de fusil au-delà du fleuve, j’aperçus pour la première fois dans le lointain les hautes montagnes du Tibet, pour ma grande consolation spirituelle. Je me représentai alors cette Vierge divine lorsque, âgée d’un peu plus de treize ans, tendre et délicate, elle gravissait en se pressant les montagnes d‘Hebron afin d’illuminer son âme.

  • 16 Les écoles jésuites se préoccupent d’expérimentations scientifiques (mesure des altitudes des somme (...)
  • 17 Les jésuites sont installés à la cour du Grand Moghol, Akbar (1542-1605) depuis 1581.
  • 18 Ibid. p. 154.

3Cette approche joyeuse de la haute montagne est liée à la mission évangélique qui les attend. Mais leur perception de la montagne s’appuie aussi sur une connaissance géographique16 réelle. Leur expérience de la région17 à cette date leur donne une appréhension particulière de la circulation dans l’Himalaya puisque les jésuites ont eu, depuis le voyage de Bento de Gois en 1602-1607, des contacts prolongés avec le Cachemire et ont voyagé dans cette partie occidentale de la chaîne. Ils ont acquis une vue d’ensemble de la région qu’ils complètent. Si certaines approximations persistent, l’orientation générale de la chaîne est précisée : « ces montagnes s’étendent du ponant au levant. Du côté du ponant, elles atteignent Lahore, le Cachemire, Kaboul en direction de la Perse. Du côté du levant, l’autre extrémité touche la mer du Bengale »18. Ils donnent aussi une bonne définition du cadre géographique et du découpage administratif :

  • 19 Ibid. p. 66.
  • 20 Ibid. p. 70.

les Persans nomment ce pays Grand Tibet, appelé Potente (Bhotanta) par les habitants de l’Hindoustan pour le distinguer de l’autre Tibet (le Baltistan ou Petit Tibet) qui s’étend au-delà du Cachemire et qui est déjà entièrement maure »19. (Il) comprend le royaume de Coquê (Guge), qui est celui où nous sommes présentement, celui de Ladaca (Ladakh), celui de Mariul, celui d’Utsang et deux autres qui restent situés du côté de l’orient. Ils sont tous réunis au grand royaume de Sopô qui se trouve aux confins de la Chine et de l’autre à ceux de la Moscovie pour former ensemble la Grande Tartarie20.

  • 21 Pour eux, ce sont les Anglais Webb et Raper, qui les ont atteintes en 1807.

4Leur rôle de découvreurs dans l’intérieur de la chaîne est certain, même si leurs successeurs anglais au XIXe et XXe siècles, relevant des inexactitudes sur certains points, ont rejeté en bloc leurs témoignages sur les sources du Gange et de l’Indus21. Après Andrade en juin-juillet 1624, Francisco de Azevedo décrit cette découverte :

  • 22 Il s’agit en fait des glaciers du Satopanth et du Baghat Karak.
  • 23 p. 176, en fait il ne s’agit pas de l’Indus mais du Suttlej.

au milieu de cette chaîne, je découvris le lac où naissent le Gange et l’Indus22, d’après les informations que j’ai recueillies et l’enquête que j’ai menée par curiosité. Le Gange s’en écoule en s’orientant vers le sud, l’Indus en s’orientant vers le nord. L’un et l’autre, sur une bonne distance restent cachés sous terre, mais on reconnaît leur présence au bruit important qu’ils font. Quand ils surgissent à l’air libre ils sont encore tout petits. Mais ensuite grâce à l’apport de nombreuses rivières, ils deviennent abondants et puissants. Le Gange, comme je l’ai déjà dit, va dans le delta du Bengale payer son tribut à l’océan, après s’être étalé dans les plaines de l’Hindoustan. L’Indus coule en direction du nord entre des montagnes jusqu’à la ville de Chaparangue, au vu de laquelle il se tourne vers le Ponant pour aller arroser la ville de Lahore. Il se jette dans la mer par l’embouchure de Sind23.

  • 24 Diogo de Almeida est allé à Bagbo (Ladakh) dans les années 1590.
  • 25 Nom donné par Rodolfo Acquaviva en 1582 d’après l’hindi Bhottanta ; « ce sont des hommes blancs et (...)

5Les jésuites portugais inventent donc un nouvel espace, car cet immense massif montagneux était fort mal délimité et sa géographie très incertaine au début du XVIIe siècle. Seules quelques voies de passage étaient mieux répertoriées avec les itinéraires en usage jusque-là. Au nord, la Route de la Soie était la plus utilisée depuis Marco Polo ; plus au sud, depuis Lahore, l’accès au Cachemire24 était très fréquentées par les populations locales de marchands. Enfin, vers le royaume de « Botente » ou Tibet, des voies étaient partiellement en usage chez les commerçants portugais25 depuis l’Inde. Les jésuites portugais ne sont donc pas les premiers voyageurs dans cette zone, mais ils en laisseront les descriptions les plus précises. On peut sans doute expliquer cette meilleure approche par leur itinéraire d’accès. Ils sont en effet venus par l’Inde, ont accédé à l’Himalaya depuis l’Hindoustan par le Gange, ce qui leur donne une vision de la montagne différente de celle des voyageurs qui parviendront au Tibet depuis l’Asie Centrale ou la Chine, cas le plus fréquent au XIXe siècle.

  • 26 [NDLR : cette note est manquante dans le document original.]

6En fait leurs voyages les conduiront vers deux régions du Tibet qui nécessitent le franchissement de la chaîne himalayenne. D’une part le Grand Tibet dont la capitale est alors Tsaparang, capitale du Guge (Tibet occidental) entre Baltistan (Petit Tibet) et Népal, où une première mission sera implantée ; d’autre part le Tibet central, royaume d’Utsang qui couvre une partie du Népal, du Sikkim et du Bhoutan26. Dans ce monde qui est fragmenté entre souverains et potentats souvent rivaux, le choix de l’itinéraire est largement conjoncturel, lié aux protections ou aux interdictions de circuler données par un souverain local. Ils utiliseront ainsi deux voies à travers l’Himalaya.

    • 27 Wessels, Op. cit. p. 54.
    • 28 Quatre autres jésuites (Alano dos Anjos, Francisco Godinho, Joao de Oliveira ss dir de Manuel Marqu (...)

    La première depuis Agra et Delhi remonte le Gange jusqu’à sa source, puis s’oriente en direction du Ladakh jusqu’à la capitale Leh. Elle suit le cours supérieur du Gange ou Alaknanda, franchit le massif du Garhwal qui comprend les sommets du Nanda-Devi (7820m) et du Kamet (7755m) au pied duquel se trouve la ville sacrée de Badrinath à 3170m, étape essentielle, puis délaissant le Kamet sur la droite atteint le col de Mana (5450m) « appelé aussi Chirbitya ou Dungri-la »27 en direction de la vallée de la Sutlej. C’est l’itinéraire que suivront les frères Schlagintweit en 1855 qui évalueront l’altitude du col à 5614m, itinéraire qui permet d’atteindre ensuite les plateaux du Tibet et la ville de Tsaparang (4750m). Un circuit presque régulier est mis en place pour relier Agra-Delhi à Tsaparang après les deux voyages faits par Andrade à Tsaparang en 1624 et 1625.28 Entre Agra et Tsaparang durant ces années, un itinéraire bien balisé a donc fonctionné, le voyage retour étant moins précis. C’est celui qui est reconnu d’abord par Andrade puis par Azevedo :

    • 29 Le deuxième voyage se déroule du 2 juin 1625 au mois d’août.

    Andrade dans son premier voyage, part le 11/5 de Srinagar du Gange et en un mois et demi (fin mai début juin), arrive à Badrinath, « limite du pays de Srinagar ». Il atteindra Tsaparang, début août, y séjourne jusqu’à la mi-septembre (17/6-sept), et fait le voyage retour qui le ramène à Agra au bout de sept mois « temps nécessaire pour faire ce voyage »29.

  • Azevedo emprunte le même itinéraire de février-mars 1631 à août de la même année ; il prolonge jusqu’à Leh, la capitale du Ladakh du 4 au 25 octobre 1631 (en passant par Hanle, Gya, le lac Thoghi). Il est le premier européen à être entré dans cette ville et il en repartira le 7/11, atteindra Agra début janvier 1632 après avoir traversé le Cachemire (Lahul et Kulu), un voyage aller-retour de 6 mois et 5 jours.

  • L’autre voie depuis Dakka, rejoint le Brahmapoutre puis le Tsangpo et vers l’ouest touche Shigatsé, capitale d’Utsang. C’est celle qui est suivie par les pères Cacela et Cabral. Ils parcourent la région du sud-est de la chaîne himalayenne d’août 1626 à octobre (arrivée à Kuch Behar), puis Cacela quitte la ville en février 1627, entre au Potente (Bhoutan) et atteint Pargao (Paro) ; le voyage se poursuivra par Shigatsé à 3600m (Tibet central) en janvier 1628. Le voyage retour l’amènera au Bengale par le Népal en juin 1628 en franchissant le col de Thugala (5600m). Il souhaite retourner à Shigatsé et ne parviendra à y revenir qu‘en mai 1631 pour un séjour qui durera jusqu’en janvier 1632. Le voyage aller-retour accompli à plusieurs reprises demande environ un an, avec une pause en chemin. Il dessine une large boucle à travers Assam, Bouthan, Tibet, Sikkim, Népal.

2/ la confrontation aux difficultés du voyage

  • 30 A cette date, Jahanjir (1605-1627) a succédé à Akbar (1556-1605) très favorable aux Portugais, situ (...)

7La difficulté de ce voyage commence avec les problèmes politiques et administratifs. D’une manière générale, puisque Portugais, les jésuites sont protégés par le Grand Mogol30 et par les marchands cachemiriens liés au Guge, donc par des musulmans. Mais leur autorité ne s’exerce pas réellement dans ces zones montagneuses, leur protection n’est directe que sur les voies d’accès à la montagne. Il faut donc très souvent négocier ou attendre pour s’affranchir de ces entraves à la circulation déjà soumise aux contraintes climatiques.

  • 31 Andrade p. 69.

Quand ils voyaient que nous n’étions pas de la même couleur qu’eux, les maître des montagnes séparant l’Hindoustan et le Tibet, de petits rois, nous interdisaient de passer31.

  • 32 p. 136.

8Il faut donc rechercher des protections efficaces. Antonio de Andrade dans sa troisième lettre de 1627 évoque les terres du roi de Srinagar qui en raison de l’estime qu’il leur porte les a autorisés à « traverser ses terres en toute sécurité, sans avoir à acquitter de droit de péage pour les six ou sept cols qu’il faut franchir, alors que tout le monde, ses sujets aussi bien que les étrangers doivent en payer »32. Le contrôle politique se marque à travers cette multitude de passages et douanes où des droits sont perçus, mais les jésuites obtiennent d’en être soulagés définitivement ce qui facilitera considérablement leur voyage de retour et leur circulation dans la région. Lorsque le contrôle politique est défaillant, les choses ne sont guère faciles : Francisco de Azevedo dans sa lettre de 1631, donne les raisons qui lui font appréhender ce voyage :

  • 33 p. 146.

après avoir fait à Dieu l’offrande de cette véritable pérégrination à venir si longue, si pénible, si risquée, je partis accompagné tout juste de quelques archers par crainte des voleurs : ce n’est pas ce qui manque sur cette route33.

  • 34 p. 154.

9En fait, c’est surtout la partie basse de l’itinéraire qui, plus fréquentée, s’avère plus dangereuse, puisque qu’outre les bandits, il faut pour traverser la plaine affronter « éléphants, lions, tigres, rhinocéros, buffles et ours (qui) abondent dans cette épaisse forêt et c’est pourquoi il est nécessaire d’avancer avec précaution quand on la traverse »34. Toutefois, les jésuites découvrent assez rapidement la difficulté de certains itinéraires et cherchent des liaisons plus faciles et plus fiables avec le piémont. Joao Cabral en 1628 est à la recherche d’un chemin plus direct pour Uçangue :

  • 35 p. 256.

si je suis venu ici, c’est principalement pour découvrir un nouvel itinéraire à travers le royaume du Népal afin de continuer cette mission. L’itinéraire passant pas Cocho (Kuch) est en effet très dangereux et très risqué35.

10Les routes sont rapidement fixées, traversant le Népal qui apparaît comme plus accueillant aux visiteurs tant par les relations avec les dirigeants et les hommes que par ses paysages et son développement économique.

11L’organisation du voyage obéit d’autre part à des contraintes fortes. L’idée de s’aventurer sur des chemins nouveaux n’effraie pas les jésuites mais ils recherchent des moyens pour faciliter l’aventure et permettre la réussite. Ainsi Andrade témoigne :

  • 36 p. 29.

nous sommes arrivés à Delhi au moment précis où de nombreux païens en partaient pour aller en pèlerinage à une pagode célèbre située à un mois et demi de marche par rapport à Agra (…) quand je vis que je me trouvais en compagnie de gens qui pouvaient me servir de guide sur une grande partie du chemin, je pris la décision d’aller faire la connaissance de ces nations-là36.

12Les pèlerins qui parcourent traditionnellement la montagne ont été les premiers à accueillir les jésuites en marche. La montagne est en effet un lieu sacré pour les populations de l’Inde comme pour celles de l’Himalaya auxquelles bouddhistes et hindouistes viennent rendre hommage. Le plus célèbre de ces lieux de culte, Badrinath (3170m) dominé par des sommets à plus de 7000m, est aussi celui qui s’enfonce le plus à l’intérieur du massif central du Garhwal où le fleuve sacré (le Gange) devenu torrent de montagne (l’Alaknanda), prend sa source. Mais une fois passées les « pagodes » les plus fréquentées, le problème de la poursuite de la route se posait. Les jésuites avaient alors recours à des guides locaux et à des porteurs réticents quelquefois devant certaines difficultés du voyage. Ils bénéficièrent aussi sur certains itinéraires de la « caravane » de marchands fréquentant cette zone : ceux-ci vendaient le riz contre le sel et surtout la laine dans les régions intérieures. Sur certaines parties de leur itinéraire, les jésuites ont dû innover et voyager seuls avec des risques considérablement accrus. Au total, ces voyages, s’ils ont pu être réalisés à différentes reprises, sont tout de même aléatoires et fort longs.

  • 37 Le vent humide souffle du SE-SO sur la partie est de la chaîne, d’avril à octobre. Les tempêtes de (...)
  • 38 Wessels note: « … they may have arrived in May-June 1626, which must be considered very early in th (...)

13Les jésuites ont donc emprunté des routes inconnues des Européens dans la partie sud de l’Himalaya et dans la partie centrale autour des massifs de l’Everest et de l’Annapurna entre autres. S’engager dans cette aventure qui les amenait à des altitudes supérieures à 3000m mais qui exigeait aussi de passer à plus de 5000m parfois, supposait une endurance étonnante, surtout en raison de la durée de l’effort demandé. Leurs témoignages sur les difficultés rencontrées pour des hommes qui n’étaient pas préparés physiquement à une telle aventure ne s’éloignent pourtant pas spécialement des récits des voyageurs qui viendront après eux dans ces mêmes régions. Mais les difficultés de ces voyageurs aguerris qui en feront la conquête tardivement soulignent l’exploit accompli par ces jésuites. La première contrainte à la circulation dans l’Himalaya, dans les vallées ou sur les hauteurs, est celle du climat et plus particulièrement du rythme de la mousson37. En raison des pluies plus fortes d’avril à octobre, des vents humides SE-SO, la période de l’automne-hiver est plus favorable pour les déplacements dans la partie est de la chaîne surtout. Or, on est frappé de voir que les jésuites n’ont pas bénéficié des conditions les plus favorables puisque leurs voyages ont été accomplis essentiellement au printemps et en été, moments où les chutes et tempêtes de neige sont fréquentes38. En fait, cela s’explique par les conditions du voyage plus contraignantes qu’aujourd’hui. Ils devaient compter avec une marche d’approche fort longue : ils se mettaient en route dans la vallée avant les grandes pluies, quitte à trouver le mauvais temps en altitude. Toutefois, leur méconnaissance des difficultés engendrées par ce choix, a été modérée par leurs guides, mieux informés, qui refusaient parfois de partir. Il semble que cela soit le cas de Cacela dans la région de Runate (Rangamati) lorsqu’il veut poursuivre :

  • 39 p. 223.

Ils me dirent qu’il était impossible de franchir les montagnes en cette période en raison des neiges, des vents et des pluies alors si abondantes. Ils m’en racontèrent des choses peu ordinaires. J’eus beau insister pour tenter tout de suite de passer, rien n’y fit. Il nous fallut attendre dans ce royaume de Cocho quatre mois de plus39.

14Il faut en effet rappeler que si la découverte du régime de la mousson a été faite par les Portugais dès les voyages de la fin du XVe siècle, les observations concrètes n’ont pas permis d’en délimiter la zone exacte subissant ses effets. Il reste donc des inconnues sur les variations climatiques qui perturbent l’organisation du voyage. Habitués à l’Inde tropicale, ils connaissent les pluies abondantes qui en découlent, mais ils découvriront aussi les effets redoutables de la mousson d’hiver sur les versants nord et particulièrement sur les plateaux du Tibet. Tous les textes soulignent l’existence de ce vent glacial et de ses conséquences. Ces jésuites découvrent donc un milieu hostile, manifestent de la curiosité en constatant ces irrégularités et les excès de ce climat dans des zones montagneuses reculées, mais ils manquent visiblement des connaissances scientifiques qui leur permettraient de mieux les appréhender. Ils rendent compte d’une manière sommaire de leur expérience pour qu’elle soit utile à ceux qui poursuivront la mission, mais on peut regretter qu’il n’y ait pas eu parmi eux un « d’Acosta » passionné par ces aspects « d’histoire naturelle » qui aurait pu compléter sa réflexion sur l’augmentation du froid en altitude dans les zones chaudes et son intérêt sur le vent froid responsable selon lui de cette situation. Car rapidement durant ce voyage, c’est le froid intense qui sera l’obstacle principal pour ces hommes mal préparés à ces conditions extrêmes par un séjour long en zone chaude et qui ne disposent que d’un équipement sommaire.

  • 40 p. 165.
  • 41 p. 169.

15L’autre obstacle à la circulation est évidemment celui du relief. La marche se fait sur des terrains accidentés (plusieurs centaines voire milliers de mètres de dénivelé dans les nalas, ces gorges comme celle de l’Alakananda, voies d’accès les plus utilisées, ou au bord des moraines sujet aux éboulements). Les pères vont devoir faire l’apprentissage des méthodes de déplacement nouvelles comme « gravir la montagne à quatre pattes » dit Azevedo40 ou utiliser des morceaux de bois comme des marches qu’on « pousse devant soi … c’est grâce à ces bois que le chemin s’élève »41. Il faut exercer une vigilance de tous les instants pour éviter la chute sur des itinéraires d’une grande dangerosité.

  • 42 p. 33.
  • 43 p. 34.

Nous avons pris des raccourcis passant par des pics les plus hauts et nous y avons emprunté un chemin si étroit que très souvent il n’était pas plus large que la place prise par un seul pied. Nous avons marché sur de longues distances de cette façon-ci : un pied devant l’autre et les mains accrochées au rocher pour ne pas glisser puisque ne pas mettre le pied au bon endroit équivaut à se briser en morceaux en se jetant dans le vide »42 … « descendre y est encore plus difficile et plus dangereux car, en beaucoup d’endroits on n’a aucun moyen de s’accrocher avec les mains comme lorsqu’on monte et c’est la raison pour laquelle il est nécessaire de descendre en bien des endroits de la même façon que celui qui descend une échelle, en mettant son dos contre le chemin qu’on parcourt43.

  • 44 p. 166.
  • 45 p. 173.
  • 46 p. 157.

16Le cheminement se fait en empruntant des vallées encaissées où les éboulements sont redoutables et le franchissement des torrents en crue plus qu’hasardeux. Il s’agit de passages particulièrement dangereux car la menace de la chute dans les eaux tumultueuses est bien réelle. C’est en effet souvent sur des ponts de corde fragiles ou des madriers glissants qu’il fallait traverser et cette épreuve pouvait s’avérer définitive. D’ailleurs certains se trouvent dans une position fort inconfortable. C’est le cas du père Marques accroché à une mince racine au-dessus du Gange dont on le tire en lui jetant une corde44 … Dans ces conditions, il n’est pas étonnant que le père Azevedo éprouve un vertige angoissant : « le vide au-dessus du fleuve était de trois brasses »45. Il décrit le nombre important de ponts de fortune franchis dans ces conditions délicates en signalant son effroi, l’aide que Dieu lui apporte mais aussi le recours à des méthodes plus prosaïques comme regarder fixement le bout du bois sur l’autre rive. Sur les pentes aussi, le vertige le saisit « si vous vous mettez à regarder le haut vous vous effrayez et si c’est vers le bas vous sentez se dérober votre regard, à votre grand péril »46. On comprend donc l’exploit accompli par les missionnaires pour dépasser leurs peurs devant ces obstacles inconnus, tout ce que l’on retrouve classiquement dans le récit d’aventure, auquel s’ajoutent les souffrances qui donnent un prix particulier à cette action accomplie au service de Dieu.

3/ « des souffrances endurées pour le Ciel »

  • 47 p. 158.
  • 48 p. 44.
  • 49 p. 189.
  • 50 p. 177.
  • 51 « il nous tomba cette nuit-là tellement de neige dessus qu’elle nous ensevelit sous une épaisseur d (...)

17Les jésuites dans ces solitudes glacées subissent une terrible mise à l’épreuve, qu’ils offrent à Dieu sans pour autant rechercher le martyre. Leurs récits insistent sur la douleur physique difficilement supportée avec des accents très humains, douleur « qui ne donne point de tristesse » car sublimée, et qu’ils revivent avec « allégresse ». Durant la première partie du voyage, l’obstacle à surmonter est celui de l’hébergement de fortune : grotte, simple abri, et dans les lieux plus fréquentés, « humble et lugubre pagode » chaulée à la bouse dont l’intérieur est « malodorant, obscur, effroyable ». La statue du dieu qu’il recèle est assimilée au diable en personne dans son univers ténébreux et puant47 et dans ces lieux sinistres, la nuit n’est pas un moment de repos mais au contraire celui où ils doivent affronter les forces du mal du monde païen qui les entoure. L’élévation en altitude s’accompagne d’une modification de l’environnement lorsqu’ils atteignent « le désert » immense et silencieux où ils doivent désormais affronter leur propre résistance. Cette seconde étape dans leur cheminement est marquée par des épreuves d’une nature différente. Ils souffrent particulièrement du froid lorsqu’ils bivouaquent : « nous dormions la nuit directement sur la neige n’ayant pour tout abri que d’y étendre un des trois kamblins que nous portions et de nous couvrir avec les deux autres »48. Le réveil est tout aussi douloureux : « vous vous réveilliez la bouche couverte de pierre de glace : c’était votre salive, votre haleine, et les autres humeurs qui sortent de votre corps pendant votre sommeil »49. De jour, les brulûres du froid provoquent crevasses et gerçures, atteintes physiques superficielles mais douloureuses : « mes mains se gercèrent et se trempèrent de mon sangMon visage se hâla puis se mit à peler et mes lèvres se fendirent comme une figue… Le nez coule sans arrêt… »50. Leurs souffrances sont d’autant plus vives qu’ils ne disposent pas de vêtements chauds adaptés alors qu’ils doivent traverser des zones fortement enneigées et affronter des chutes de neige51.

  • 52 « aussi gros que des prunes … apportés de l’Hindoustan », p188 p 56, « il y a deux sortes de raisin (...)
  • 53 « il n’y a cependant ni poisson, ni œufs, ni légumes verts dans ce pays car tout est congelé partou (...)
  • 54 p. 189.
  • 55 p. 195.

18Leur résistance est sans doute réduite en raison d’un approvisionnement en nourriture aléatoire. Le quotidien est fourni par ce qui est transporté : on prépare le plus souvent des bouillies de farine d’orge grillé « notre seul aliment sur ce si long chemin », parfois du miel, des dattes, des raisins secs52, une alimentation pauvre et insuffisante pour un effort physique important. Dans le « désert », la rareté de l’eau s’ajoute à celle du bois pour faire chauffer un peu de neige pour préparer la bouillie. Heureusement, au gré des rencontres, lors de la traversée des villages et à l’arrivée sur le plateau tibétain, de la nourriture est offerte ou achetée : viande de mouton ou de yack, farine ou blé. Parfois des aliments d’exception : lait dans un village du royaume du Garjâ, des navets et légumes verts à Chaparangue53, des pommes à Guiar « pareilles aux grosses pommes de Lisbonne, oblongues, excellentes. Cela faisait 37 ans que je n’en avais pas vu »54. Simple réconfort, car ils ne peuvent emporter ce ravitaillement qui gèle en route55. A l’arrivée à Leh, le repas est plus généreux : orge et mouton cru, du thé, (l’herbe qui « guérit des maux de tête »), préparé avec du beurre et un peu de lait, du sucre, des pêches « petites mais très bonnes ». Mais le plus souvent sur la route la ration alimentaire est très frugale ou même nettement insuffisante, jeûne forcé dont les jésuites ne se plaignent pas mais qui les affaiblit dans leur marche.

  • 56 p. 186.
  • 57 p. 198 : « nous arrivâmes ce jour-là au pied de la montagne, et, ce que nous redoutions plus que to (...)
  • 58 p. 165.
  • 59 p. 173.
  • 60 « il me plaça dans un panier qu’on appelle « carandi » et me porta sur son dos », p. 175.

19Le manque d’adaptation de l’équipement se fait également sentir au niveau des chaussures, problème récurrent dans les textes, car même lorsqu’elles existent, la marche intense (du lever au coucher du soleil pendant 21 jours, nous dit Azevedo sur le chemin de Tsaparangue à Leh56) ou les éléments, ont raison des plus solides57. Il faut alors chausser celles des paysans en « cordes de paille » qui s’avèrent moins glissantes mais peu résistantes (elles durent un jour et demi). Partant de Srinagar, il signale que le chemin est long et encombré de très gros cailloux qui « causent la réouverture de vieilles blessures aussi bien que l’ouverture de plaies nouvelles. Il nous fallut donc marcher pieds nus certaines journées »58. Il supporte mal ces mortifications involontaires et avouera souffrir atrocement d’un genou, puis des pieds, au point dit-il que « si j’avais trouvé quelqu’un pour me porter j’aurai fait le chemin avec les pieds d’autrui »59. Cette solution s’imposera plus loin ; il arrive à Tsaparang « transporté comme un fruit dans un panier » après avoir payé un montagnard pour qu’il le porte… « ce qui fut aussi pénible pour lui que pour moi »60 et devra rester 20 jours sans marcher. Même lorsque le voyage s’effectue à cheval comme pour son retour de Leh jusqu’à Delhi, la souffrance est intense dans ces étendues désertiques :

  • 61 p. 196.

j’étais si transi de froid que je ne sentais plus mes pieds ni mes mains… je pensais que j’allais rester aveugle parce que mon œil droit se détraqua en raison du froid, au point que je crus qu’il allait achever de se vider… je n’avais plus assez de respiration pour espérer vivre encore longtemps61.

  • 62 p. 195.

20Mais c’est surtout la couche de neige fraîche, conséquence des fortes précipitations et du froid, qui forme un obstacle au déplacement. Le plus souvent elle rend la progression difficile, surtout pour le franchissement des sommets lorsque la pente est raide. Azevedo raconte ainsi les glissades et chutes entraînées par le franchissement d’un sommet couvert de neige et glace62 :

  • 63 p. 44.

nous avons marché pendant deux jours le plus vite possible, mais avec peine à cause des neiges qui commençaient à rendre le chemin difficile (…) après avoir invoqué le nom de Jésus et l’aide du Seigneur nous avons continué à avancer. Néanmoins immense fut la peine que nous avons eue car ils nous arrivaient souvent d’être bloqués dans la neige, tantôt jusqu’aux épaules, tantôt jusqu’à la poitrine et ordinairement jusqu’aux genoux. Pour nous en sortir nous nous fatiguions bien plus que ce qu’on peut croire et nous avions des sueurs froides en voyant que nous étions en train de risquer notre vie. Bien souvent, il nous fallait avancer au-dessus de la neige dans la posture de celui qui nage puisque de cette façon, nous ne nous enfoncions pas autant63.

21Andrade fera une identique et douloureuse expérience à son départ de Tsaparang. Pour franchir un sommet enneigé pendant la nuit, il enfonce dans la couche neigeuse et se débat, malgré les efforts qu’il fait avec les bras et les mains pour s’en extraire. Un montagnard lui offre d’abord un bâton pour l’aider mais son état d’épuisement est tel qu’il faudra que plusieurs d’entre eux, grassement payés, se relaient pour l’en extraire en le tirant par les pieds, puis en le portant sur leur dos. En revanche, la neige gelée (ou la glace) offre parfois un déplacement plus facile :

  • 64 p. 41.

dans le dernier de ces villages appelé Mana, nous sommes restés quelques jours à attendre que fondent les neiges d’un formidable désert qui s’étend entre ici et le territoire tibétain et qu’on ne peut franchir que pendant deux mois chaque année, pendant les dix autres mois elles interdisent tout commerce. Après ce dernier village, s’élèvent plusieurs grandes montagnes graduellement ; on les traverse en vingt jours pendant les deux mois où il existe un passage. (…) le sol est dénudé en certains endroits sur les flancs des montagnes et là où il ne l’est pas, les neiges sont si compactes qu’il est facile de passer dessus64.

22Malgré les difficultés de ce périple, les pères jésuites comme Andrade sont de bons observateurs et s’étonnent parfois de certaines manifestations inexpliquées :

nous avons traversé le fleuve Gange bien des fois, non pas sur des ponts de corde très difficiles … mais dans la neige qui le recouvrait sur de grands tronçons, alors qu’il continuait à couler au-dessous de nous en produisant un grand vacarme. Je n’ai pas pu comprendre comment il peut se faire que tant de neige soit tombée au point de couvrir d’une voûte un fleuve si abondant et que ses eaux ne soient pas assez puissantes pour l’emporter et la faire fondre. Elle descend, me semble-t-il, des montagnes au pied desquelles il s’écoule ; comme la masse de neige ne peut pas rester en place et que son poids est grand, elle tombe sur ce fleuve comme par montagnes entières ; elle s’y maintient par son poids et elle en devient plus compacte et plus dense, en sorte de le recouvrir par en-dessus… Elle laisse par endroits des cavités et des ouvertures effroyables qui ne causent pas peu de crainte à ceux qui passent dessus, car on ne sait pas à quel moment ni à quel endroit, ces voûtes vont s’effondrer et c’est un fait qu’il s’en effondre beaucoup pour servir de tombeau à bien du monde.

  • 65 Travaux des Suisses Desor et Agassiz et des Anglais Forbes et Tyndall au milieu du XIXe siècle.

23La description des glaciers et de leurs crevasses est ici assez réaliste, mais elle ignore la notion de « glace ». Ainsi, arrivé aux sources du Gange et de l’Indus, Azevedo écrira que les deux cours d’eau « passent cachés sous terre mais on reconnaît leur présence au bruit important qu’ils font ». Les jésuites éprouvent une crainte réelle devant les risques encourus, sans songer à faire demi-tour ou esquiver la difficulté. Rappelons que malgré les descriptions de Josias Simler ou Gruner, la connaissance des « glacières » restera confidentielle jusqu’au XVIIIe siècle et qu’il faudra attendre le XIXe siècle pour que le phénomène soit enfin expliqué65.

  • 66 Les effets de l’altitude, en altérant la circulation sanguine, conduisent à des nécroses fréquentes (...)

24Dans ce monde de neige et de glace, les jésuites éprouvent dans leur chair les effets liés à l’intensité de l’effort physique et au manque de préparation à ces conditions extrêmes d’altitude et de froid. Atteintes graves et douloureuses, largement inconnues66 jusque-là, qui deviendront les stigmates de leur initiation :

  • 67 p. 44.

Nous ne possédions plus de sensation dans les pieds, dans les mains, dans le visage car en raison de l’excessive rigueur du froid, nous restions complètement privé des sens. Il m’est arrivé qu’après m’être heurté à je ne sais quoi, un bon morceau du doigt me soit tombé ; et je ne m’en serais pas rendu compte et je n’aurai pas remarqué la blessure si le sang n’en avait coulé abondamment. Nos pieds se sont mis à pourrir comme si à force de s’être enflés, ils avaient été brûlés ensuite avec des braises ardentes et des fers rougis et cependant nous avions très peu de sensations.67

25C’est le même constat pour Azevedo :

  • 68 p. 200.

dorénavant mes mains allaient rester estropiées. Je les avais utilisées pour freiner toutes les chutes que j’avais faites dans ces montagnes. Cela était devenu au même d’endommager les muscles de celles-ci et de les mettre tant de fois dans la neige lors du franchissement de cette montagne bénie, ou de m’estropier pour ainsi dire. Depuis bien souvent, elles s’endorment et deviennent insensibles avec une partie du bras, de sorte que je ne les sens plus. Mais si je les chauffe, elles reviennent. A présent le moindre froid les maltraite68.

26Andrade et Azevedo résistent bien aux souffrances endurées, attitude qui vise à témoigner de leur foi mais aussi à informer leurs successeurs des difficultés qui les attendent pour assurer la continuité de la fragile mission. Les lettres de Cacela et Cabral, plus courtes, sont aussi plus sèches et s’étendent moins sur les difficultés liées au milieu, comme si la réussite de l’œuvre évangélisatrice avait fait admettre la nécessité du prix personnel à payer sur son corps par chaque missionnaire.

  • 69 p. 165.
  • 70 Pour ceux qui viennent des zones tropicales, la malaria et les fièvres sont fréquentes : « Je tomba (...)
  • 71 p. 184.
  • 72 p. 157.
  • 73 Le manque d’oxygène ou hypoxie chronique en cas d’exposition prolongée à l’altitude, cf. Santé et a (...)

27Toutefois, la difficulté de la marche en altitude et le froid provoquent un sentiment d’épuisement : « j’étais parvenu au sommet si fatigué que je ne m’étais même pas aperçu que j’étais arrivé » déclare Azevedo69. Le courage, le dépassement de soi-même sont certes des attitudes qui conviennent aux missionnaires mais elles peuvent s’avérer définitives. Le père Dias meurt en novembre 1629 à son arrivée à Morang en raison des épreuves70 du voyage « bien qu’à son départ il fut en très bonne santé »71. C’est aussi le sort du père Cacela à Shigatse en 1630. Affaiblis par les fièvres, les jésuites ont-ils subi les effets de l’altitude et du mal aigu des montagnes ? Au cours de leurs voyages, ils semblent attentifs aux manifestations physiques liées à ce phénomène, sans doute instruits par les premières analyses de d’Acosta dans son Histoires des Indes Occidentale. Azevedo, après avoir décrit un début d’ascension se déroulant dans des conditions idylliques, signale l’apparition « d’une douleur insupportable aux oreilles. Elle ne me lâcha pas pendant trois jours »72 qu’un montagnard soigne avec quelques gouttes. Les simples troubles, (ralentissement de la marche et gêne physique), font place à des manifestations plus lourdes inévitables73 malgré l’adaptation progressive lorsqu’on franchit des cols au-delà des 3000m et à plus de 5000 mètres entre Badrinath et « le désert » (col de Mana 5450m) vers Tsaparang ou sur l’itinéraire de Shigatsé (col de Thugala, 5600m) et qu’une longue partie du séjour s’effectue à plus de 3000m sur le plateau tibétain. Andrade relate ainsi son expérience difficile :

  • 74 p. 45.

A cela deux grands maux se sont ajoutés : le premier c’était que chacun de nous éprouvait une nausée presque mortelle qui le mettait dans l’impossibilité de manger… La seconde chose a été de ne pas trouver d’eau à boire ; même dans les froids pareils, nous en avions besoin à cause de la soif que nous donnait l’immense effort… Nous mangions même parfois des morceaux de neige quand le soleil commençait à chauffer nous en faisions fondre un peu dans une gamelle de laiton74.

  • 75 Elle entraînerait l’apparition des gelures, Op. cit., p. 13.
  • 76 Les risques mortels sont ceux de l’œdème cérébral ou pulmonaire aigu qui conduisent au coma en quel (...)

28L’expérience des jésuites dans l’Himalaya rejoint donc celle de d’Acosta qui insistait sur le mal des montagnes en le comparant au mal de mer par les vomissements et nausées qu’il provoque. Andrade insiste sur la nécessité de boire et la difficulté à la satisfaire ; or la déshydratation75 aggrave le mal des montagnes, le lien qu’il établit entre les deux phénomènes est donc exact. Il fait ensuite un constat sévère des risques encourus76 et formule une tentative d’explication :

  • 77 p. 43.

beaucoup en meurent. On dit qu’il y a certaines vapeurs empoisonnées qui montent du sol dénudé ; si un homme s’y trouve, il n’a ni mal aux pieds ni aux mains, mais elles lui donnent des évanouissements qui l’achèvent en moins d’un quart d’heure. Je crois que cela provient du grand froid et du manque de nourriture ; ainsi la chaleur naturelle s’éteint en vous et vous mourez soudain77.

29Ici, le jésuite constate que toutes les personnes ne sont pas atteintes de la même manière : la fatigue, l’épuisement, l’alimentation et le froid peuvent jouer un rôle dans ces troubles. Il relève toutefois que leurs guides ne sont pas épargnés, d’où l’explication par les « vapeurs du sol », retour à une explication « superstitieuse » par rapport à d’Acosta, plus intuitivement proche de la vérité en évoquant uniquement les « qualités de l’air ». Il observe fort justement que la redescente atténue immédiatement les souffrances. Le décès des deux religieux évoqués plus haut, est sans doute davantage lié à leur état d’épuisement après l’effort accompli dans des conditions difficiles qu’aux stricts effets du mal des montagnes.

  • 78 Le rayonnement des ultra-violets augmente avec l’altitude ainsi qu’avec la réverbération sur la nei (...)

30L’autre manifestation particulièrement handicapante des atteintes physiques liées à la haute montagne est celle de l’ophtalmie des neiges78 qui touche les jésuites et leurs guides et met en péril la poursuite de l’expédition :

A ce moment-là nous avions déjà presque entièrement perdu la vue. Mais je l’ai perdue plus tard que les valets en raison du grand soin que j’avais mis à protéger mes yeux. Mais cela n’a pas suffi pour éviter de rester presque aveugle pendant vingt-cinq jours (…) Comme nous voyions très mal nous n’apercevions que du blanc et nous ne pouvions pas discerner de quel côté nous pourrions avancer. (Il doit faire demi-tour et se reposer un mois avant de reprendre sa route). Il a fallu refaire le chemin mais c’était avec une plus grande facilité et sans une peine comparable à celle de la première fois. Il ne me manquait que la vue et il y avait de quoi s’étonner puisque même les montagnards qui cette seconde fois nous ont accompagnés ont eu de grandes douleurs aux yeux. Pourtant ils y sont accoutumés et ils sont nés au milieu des neiges. Mais ils se servaient d’œillères faites avec des sortes de filets dans le but de protéger le regard des rayons du soleil qui rendent aveugles au bout de peu de jours après s’être réfléchis sur la neige.

31Ainsi les jésuites ont connu les mêmes difficultés dans ces passages élevés que les premiers voyageurs qui, au XIXe, franchiront les mêmes obstacles. S’il reste un doute sur la véracité de leur propos, il suffit de relever ces similitudes pour se convaincre de la réalité de leurs itinéraires. Contrairement à leurs successeurs, ils n’étaient pas préparés à de telles altitudes, à de telles épreuves et ignoraient tout de l’univers qu’ils allaient découvrir. Les ressources morales fondées sur le dépassement de soi qu’ils mobilisèrent étaient en revanche comparables, quoique qu’inscrites dans un objectif, -l’accomplissement de l’œuvre voulue par Dieu- plus mobilisateur que l’exploit sportif.

4/ la montagne heureuse…

  • 79 Azevedo p. 156.

32Ainsi leurs récits, s’ils décrivent ces expériences difficiles, présentent un ton généralement optimiste. Celui-ci concorde avec le témoignage généralement produit par tout voyageur devant un monde inconnu ou celui du missionnaire qui tente de convaincre son supérieur de l’intérêt du lieu choisi pour la mission et de la réceptivité des populations à sa parole. Mais au-delà d’un discours convenu, les jésuites insistent sur l’aspect enchanteur de la nature et de la montagne. Les parties basses apparaissent comme une promesse de merveilles à venir et du succès possible de la mission. Les premières étapes deviennent alors une sorte de voyage d’agrément les conduisant dans des paysages verdoyants, à l’abri de fraîches forêts, au milieu des champs cultivés, arrosés, « ces montagnes sont un trésor permanent et regorgent de toutes sortes d’aliments. Elles sont aussi un beau jardin planté d’une infinie variété et d’une infinité de fleurs étant toutes enceintes de très bonnes eaux qui sortent de leurs entrailles pour donner d’abondantes rivières et de fraîches sources »79. Dans ce nouveau paradis terrestre, les sources d’admiration et d’émerveillement sont diverses : le paysage, merveille de la Création, mais aussi les aménagements et le travail des hommes :

  • 80 Azevedo p. 155.

ce sont bien les montagnes les plus élevées en direction du ciel et les plus escarpées vers le bas jamais vues par des yeux humains. Et pourtant, tout en étant ainsi, ce sont quand même de fertiles campagnes aussi … Ainsi une montagne tombant à pic n’est pas seulement cernée de nuages vers le bas, mais aussi jusqu’au ciel de terrasses taillées par ses habitants80.

  • 81 « enfin, ce qui rend ces montagnes plus agréables et moins pénibles pour ceux qui se trouvent en ch (...)
  • 82 « elles sont couvertes dans leur plus grande partie, d’une épaisse forêt depuis la mi-hauteur jusqu (...)
  • 83 Derrière la mission, il y a des objectifs marchands : « sans bakhchichs aux frontières, sans cadeau (...)

33Cette qualité des hommes rencontrés ne témoignerait-elle pas de leur chrétienté perdue ? Le discours d’Andrade tente de mettre en évidence tout ce qui rapproche les populations de la montagne du christianisme, illusion dissipée par ses successeurs plus critiques qui, en hommes de leur temps, dressent parfois la liste de toutes les espèces rencontrées en donnant une idée de la richesse et de la fertilité de la région dans de pittoresques descriptions. L’implantation de la mission se trouverait favorisée par une nature si généreuse, qui fournirait aussi l’approvisionnement en eau, au moins dans les vallées bien exposées81. Azevedo décrit l’extraordinaire profusion d’espèces végétales et variété de bois82 qu’il observe en naturaliste, mais aussi en jésuite déjà intéressé par l’exploitation économique83 des richesses naturelles. Il relève l’abondance des fruits et des ressources alimentaires offertes :

  • 84 Andrade p. 59.

En bien des endroits nous avons trouvé un grand nombre de pêchers et de poiriers portant beaucoup de fruits verts, des canneliers, des cyprès, des citronniers, d’immenses rosiers avec des roses innombrables, beaucoup de mûrons les uns bruns comme les nôtres, les autres rouges comme des arbouses mais tous très bons.
Le territoire du Tibet est très vaste… Il semble qu’il soit très frais et très arrosé, puisqu’on y trouve un bon approvisionnement en blé et en riz, ainsi qu’en fruits tels que raisins, pêches et autres…84

  • 85 p. 195.

34Mais au-delà des descriptions qui tentent de dresser un inventaire pour lecteur averti, et peuvent rassurer sur la nécessité de poursuivre l’implantation de la mission, les récits témoignent aussi d’une sensibilité réelle à la beauté des paysages et des fleurs qui s’offrent à profusion « si parfaitement sortis des mains de la nature qu’il semble que les ambitions de l’art s’y manifestent déjà »85 :

  • 86 « effroyable groupe de montagnes au nord de l’Inde », Pallas, observations sur la formation des mon (...)

J’ai vu une montagne couverte d’arbres de St Thomas, sans feuilles mais tout plein de fleurs, les unes blanches et les autres comme celles de l’Inde ; elles se touchaient sur les branches les unes aux autres au point que toute la montagne semblait un amoncellement de fleurs ou bien une seule fleur. Je n’ai jamais rien vu d’aussi beau de toute ma vie. Il y a beaucoup d’arbres comme des châtaigniers qui n’ont pas de fruits mais qui croulent sous des bouquets de très belles fleurs dont chaque grappe est un beau et grand bouquet ayant la forme d’un cyprès car il est très droit. La nature n’a pas laissé de place pour qu’une chose quelconque puisse le surpasser par sa perfection. Il y a des fleurs semblables aux nôtres : nombreux lis roses, lis blancs, mais aussi bien d’autres aussi étranges que belles86.

35La beauté de la Création est soulignée par cette l’identification avec les merveilles connues et par ses aspects les plus insolites. Ici, les paysages de la haute montagne, la neige et la glace, offrent un spectacle étrange et admirable à Andrade :

  • 87 [NDLR : cette note est manquante dans le document original.]

au sommet de cette grande montagne, la neige fondue a formé un lac … ce lac est plein d’eau et pourtant à ce moment-là il n’y avait pas une seule goutte d’eau car une belle glace pareille à de la pierre l’occupait complètement… quand l’eau du lac se gela, la chute d’eau qui s’y abattait gela aussi pour former ce mur que la nature couronna de cette dentelle artificieuse pleine de pointes, dans laquelle les rayons du soleil produisaient de si jolis cristaux.87

  • 88 [NDLR : cette note est manquante dans le document original.]

36Les jésuites se révèlent d’authentiques admirateurs de paysages qui suscitent encore la répulsion de leurs contemporains88. Leur initiation à la haute montagne s’accompagne d’un éveil de la sensibilité qui ne s’épanouira en Europe qu’à la fin du XVIIIe siècle. Sur ce point aussi, la montagne extra-européenne a donc fourni un exemple en décalage avec les préjugés du temps. Et dans leurs récits, cette description de la nature est là pour témoigner de l’intérêt de la région. Elle traduit une vision en partie « exotique » par l’étonnement suscité et les richesse supposées. L’Himalaya n’est pas présenté comme un monde étrange et infernal. Ce n’est donc pas un espace réservé aux seuls démons des païens, qu’on peut leur abandonner. Mais c’est aussi un lieu qui témoigne de la grandeur et de la beauté de la Création, qui entre ainsi dans le monde à christianiser et justifie la mission d’évangélisation des jésuites.

Conclusion

  • 89 Alvaro Tavares en 1635 déjà.

37Les jésuites portugais ont tenté de s’installer durablement dans cette région centrale de l’Himalaya, mais les révoltes et les difficultés rencontrées ont amené leurs supérieurs89 à se désengager d’une telle expérience. Les jésuites n’abandonneront pourtant pas la zone : J. Gruber atteint Lhassa en 1661, puis traverse en direction de Katmandou et Agra. Ippolito Desideri (1684-1733) en 1714-15 effectue le voyage de Srinagar du Cachemire à Leh et séjournera jusqu’en 1721, mais a été devancé par les capucins qui s’installent à Lhassa entre 1707-11. Jusqu’au XVIIIe, il y a une volonté de franchissement de la chaîne de l’Himalaya par des religieux qui connaissent les tentatives antérieures. Avant même les voyageurs anglais et la fermeture du Tibet, les jésuites ont donc reconnu des itinéraires qui seront ceux qu’utiliseront leurs successeurs avec quelques modifications. Les frères Schlagintweit atteindront en 1855 la région du Kamet en suivant les mêmes passages et en franchissant le col de Mana avec les mêmes difficultés. On abandonnera en revanche très vite l’itinéraire à l’est du Kanchenyunga en préférant, au XIXe et au XXe siècles, le passage plus facile par Katmandou, ce que Cacela et Cabral avaient déjà déterminé au début du XVIIe siècle. Ces religieux dont la mémoire a été longtemps oubliée ont pourtant été à l’origine des premières cartes de la région (celle de Kirchner) et ont fait progresser la connaissance en leur temps. Le succès contemporain de leurs récits laisse supposer que leur expérience a pu contribuer plus qu’on ne l’a dit ultérieurement à appréhender ce milieu himalayen. Leur voyage de découverte dans ces espaces démesurés et hostiles est un long cheminement vers l’accomplissement de l’œuvre de Dieu, le retour des chrétientés perdues. Cette quête mystique rejoint paradoxalement la longue postérité de ces premiers jésuites qui fera de Katmandou au XXe siècle, le terme d’un voyage initiatique d’un autre genre pour la jeunesse occidentale.

Haut de page

Notes

1 Bernant C. et Grusinski S, Histoire du Nouveau Monde, t 2, les métissages, p. 579, Fayard, 1993.

2 Engel Claire-Eliane, Les batailles pour l’Himalaya, Paris, Flammarion, 1936.

3 François Xavier arrive à Goa en 1542. Les premières tentatives des jésuites en direction du Cachemire sont faites à partir de 1597 par les pères Pinheiro, Jeronimo Javier et Bento de Gois (qui traversera de Lahore à Peshawar puis rejoint la Route de la Soie et meurt à son arrivée en Chine en 1607).

4 Wessels C., Early jesuit travellers in Central Asia, 1603-1721, A.E.S, New Delhi, Calcutta, reprint 1992.

5 Didier H., Les Portugais au Tibet, les premières relations jésuites, 1624-35, Paris, Chandeigne, 1996.

6 Ils fondent une mission qui se maintiendra jusqu’en 1641-42.

7 Toute entreprise missionnaire en terre lointaine est un voyage initiatique dont témoigne une abondante littérature d’aventure et de rencontre de l’autre, où, à la curiosité et l’exotisme, se mêlent la description des risques d’une nature hostile et les périls divers que doit affronter le missionnaire pour accomplir son œuvre d’évangélisation. L’aboutissement en est souvent le martyre et la sainteté.

8 Dès son premier voyage (1624), Andrade est accompagné d’un coadjuteur, Manuel Marques, qui ne laissera aucun écrit, mais est celui qui a le plus parcouru cette montagne comme guide de 1624 à 1641 ; il y mourra prisonnier.

9 La montagne au siècle des lumières, CTHS, Paris, 1969, éd. 1991, p. 16 « la montagne restera encore longtemps le siège des puissances du mal, qui inspire une terreur superstitieuse ».

10 Depuis 1580 (et jusqu’à la « restauration » de 1640), le royaume du Portugal est contrôlé par l’Espagne.

11 Bennassar B., La traversée des Andes, texte du colloque de Chambéry, octobre 2002.

12 Acosta Joseph de, Histoire naturelle et morale des Indes Occidentales, 1589, Séville. Il tente de redéfinir les connaissances géographiques de son temps à la lueur des Découvertes par une confrontation entre son expérience et les textes antérieurs. Il s’interroge aussi sur le rapport entre froid et l’altitude (« il est incontestable que le sommet des montagnes est plus froid que le fond des vallées ») et surtout sur le mal des montagnes.

13 Azevêdo, p. 155. Pour N. Broc, la vision des théologiens l’emporte jusqu’au XVIIIe siècle et impose des certitudes quant à la création des montagnes conformément au contenu de la Bible, même si on accepte de nuancer la durée de la Genèse.

14 Recherche du Royaume du Prêtre Jean ou Grand Cathay, royaume mythique mal localisé dont l’évangélisation aurait été faite par les chrétientés orientales au-delà du monde musulman. En Inde, la frontière de la mission est repoussée vers ces régions montagneuses à la fois par des motifs religieux (1622, le pape Grégoire XV crée la Congrégation de la propagande de la foi) mais aussi pour des raisons politiques, les Portugais subissant la pression des Anglais.

15 Op. cit. p. 33.

16 Les écoles jésuites se préoccupent d’expérimentations scientifiques (mesure des altitudes des sommets, calcul des latitudes, relevés cartographiques). Voir Arico Denise, « les jésuites italiens et la science nouvelle » in Les jésuites dans le monde moderne, Revue de Synthèse, n° 2-3, 1999. On a une traduction de cette recherche dans le texte de Andrade : « pendant six ou sept mois il fait si froid en ce pays non pas tant à cause de la longitude où il est situé, elle est seulement de 31 ou 32° de longitude nord (sic), qu’en raison des très hautes montagnes qui l’entourent de tous côtés et sur lesquelles la neige tombe toute l’année sans jamais s’arrêter », p. 83.

17 Les jésuites sont installés à la cour du Grand Moghol, Akbar (1542-1605) depuis 1581.

18 Ibid. p. 154.

19 Ibid. p. 66.

20 Ibid. p. 70.

21 Pour eux, ce sont les Anglais Webb et Raper, qui les ont atteintes en 1807.

22 Il s’agit en fait des glaciers du Satopanth et du Baghat Karak.

23 p. 176, en fait il ne s’agit pas de l’Indus mais du Suttlej.

24 Diogo de Almeida est allé à Bagbo (Ladakh) dans les années 1590.

25 Nom donné par Rodolfo Acquaviva en 1582 d’après l’hindi Bhottanta ; « ce sont des hommes blancs et il n’y a pas de mahométans parmi eux » p. 290.

26 [NDLR : cette note est manquante dans le document original.]

27 Wessels, Op. cit. p. 54.

28 Quatre autres jésuites (Alano dos Anjos, Francisco Godinho, Joao de Oliveira ss dir de Manuel Marques) refont le voyage en 1626. Ils ont alors fondé une mission qui fonctionnera jusqu’à 1641. Toutefois, les choses sont plus difficiles à partir de 1629 lorsque le roi du Ladakh appuie militairement la révolte des lamas contre les chrétiens. D’autres jésuites rejoindront Tsaparang de 1635 à 1640, mais à cette date, deux d’entre eux sont faits prisonniers au col de Mana. La fin de la première mission au Tibet est liée à cet épuisement des ressources humaines.

29 Le deuxième voyage se déroule du 2 juin 1625 au mois d’août.

30 A cette date, Jahanjir (1605-1627) a succédé à Akbar (1556-1605) très favorable aux Portugais, situation qui changera avec la montée de la rivalité anglo-portugaise sous Shah Jahan (1628-1657).

31 Andrade p. 69.

32 p. 136.

33 p. 146.

34 p. 154.

35 p. 256.

36 p. 29.

37 Le vent humide souffle du SE-SO sur la partie est de la chaîne, d’avril à octobre. Les tempêtes de neige sont fortes en mai jusqu’au Garhwal. D’octobre à avril, la mousson de NE, vent glacial et sec, touche les espaces du nord. Les variations sont grandes d’une partie à l’autre de la chaîne et selon l’exposition des versants.

38 Wessels note: « … they may have arrived in May-June 1626, which must be considered very early in the season seeing the difficulties of the Mana pass.” (Op. cit. p. 21).

39 p. 223.

40 p. 165.

41 p. 169.

42 p. 33.

43 p. 34.

44 p. 166.

45 p. 173.

46 p. 157.

47 p. 158.

48 p. 44.

49 p. 189.

50 p. 177.

51 « il nous tomba cette nuit-là tellement de neige dessus qu’elle nous ensevelit sous une épaisseur de trois paumes, dans un froid devenu pour nous une fort mauvaise compagnie », p. 187.

52 « aussi gros que des prunes … apportés de l’Hindoustan », p188 p 56, « il y a deux sortes de raisins : les uns sont noirs et petits mais très bons et très sucrés, les autres très gros et très blancs mais très secs et très acides. Ils viennent tous d’autres villes », p 51.

53 « il n’y a cependant ni poisson, ni œufs, ni légumes verts dans ce pays car tout est congelé partout où l’on trouve un peu d’humidité et pas davantage d’autres végétaux à graines, ni de lentilles… Néanmoins ils ont l’habitude de faire sécher en terre les brèdes, lorsqu’elle en produit, c’est à dire 3 ou 4 mois dans l’année, de même que les navets. Ils les conservent secs pour le moment des froids », p. 118.

54 p. 189.

55 p. 195.

56 p. 186.

57 p. 198 : « nous arrivâmes ce jour-là au pied de la montagne, et, ce que nous redoutions plus que tout, sans chaussures : l’abondante neige que nous avions rencontrée avait démoli celles que nous portions ».

58 p. 165.

59 p. 173.

60 « il me plaça dans un panier qu’on appelle « carandi » et me porta sur son dos », p. 175.

61 p. 196.

62 p. 195.

63 p. 44.

64 p. 41.

65 Travaux des Suisses Desor et Agassiz et des Anglais Forbes et Tyndall au milieu du XIXe siècle.

66 Les effets de l’altitude, en altérant la circulation sanguine, conduisent à des nécroses fréquentes des extrémités D’Acosta signale des manifestations de ce type lors du passage de la cordillère des Andes, Op. cit., p. 116.

67 p. 44.

68 p. 200.

69 p. 165.

70 Pour ceux qui viennent des zones tropicales, la malaria et les fièvres sont fréquentes : « Je tombai aussitôt malade. Trois jours après, ce fut le tour du père João Cabral, comme moi pris de fièvres … Pendant de nombreux jours il se trouva entre la vie et la mort… Nous n’avion ni médecin, ni remède, ni le service nécessaire, ni les nombreuses commodités précisément requises pour les malades. Mais comme si toutes avaient été là, rien ne nous manquait et le Seigneur nous accorda à tous la santé ». La maladie dure les mois de novembre et décembre, leurs domestiques sont aussi malades.

71 p. 184.

72 p. 157.

73 Le manque d’oxygène ou hypoxie chronique en cas d’exposition prolongée à l’altitude, cf. Santé et altitude, brochure de l’ARPE, lab. Sandoz, 2000. Les troubles apparaissent le plus souvent autour des 3500-4500m, puis s’amplifient à plus haute altitude. Si l’adaptation peut les atténuer, tout séjour prolongé entraîne des troubles que seuls le repos et la redescente font régresser. Les populations locales qui effectuent le voyage avec leurs bêtes marchent deux jours puis se reposent une journée avant de reprendre leur route.

74 p. 45.

75 Elle entraînerait l’apparition des gelures, Op. cit., p. 13.

76 Les risques mortels sont ceux de l’œdème cérébral ou pulmonaire aigu qui conduisent au coma en quelques heures.

77 p. 43.

78 Le rayonnement des ultra-violets augmente avec l’altitude ainsi qu’avec la réverbération sur la neige, d’où des brûlures sérieuses.

79 Azevedo p. 156.

80 Azevedo p. 155.

81 « enfin, ce qui rend ces montagnes plus agréables et moins pénibles pour ceux qui se trouvent en chemin, ce sont les sources … donnant une eau si cristalline et si fraîche qu’on ne peut rien désirer de plus ».

Azevedo évoquant la description de Andrade sur ce sujet.

82 « elles sont couvertes dans leur plus grande partie, d’une épaisse forêt depuis la mi-hauteur jusqu’à leur pied, de grands pins de différentes variétés et d’une taille extraordinaire, les uns semblables aux nôtre , les autres plus élancés. Ils ne portent pas de pommes mais leur bois est bien meilleur … », Ibid.

83 Derrière la mission, il y a des objectifs marchands : « sans bakhchichs aux frontières, sans cadeaux aux rois et sans négoce, il eût été impossible de venir au Tibet et d’y rester », H. Didier, Op. cit., p. 326.

84 Andrade p. 59.

85 p. 195.

86 « effroyable groupe de montagnes au nord de l’Inde », Pallas, observations sur la formation des montagnes… cité par N. Broc, Op. cit. p 55. 

87 [NDLR : cette note est manquante dans le document original.]

88 [NDLR : cette note est manquante dans le document original.]

89 Alvaro Tavares en 1635 déjà.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte des itinéraires des Jésuites en Himalaya
URL http://babel.revues.org/docannexe/image/1308/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michèle Janin-Thivos, « Une initiation à la haute montagne
Les jésuites portugais sur le Toit du monde
 », Babel, 8 | 2003, 11-36.

Référence électronique

Michèle Janin-Thivos, « Une initiation à la haute montagne
Les jésuites portugais sur le Toit du monde
 », Babel [En ligne], 8 | 2003, mis en ligne le 26 janvier 2013, consulté le 27 mai 2017. URL : http://babel.revues.org/1308 ; DOI : 10.4000/babel.1308

Haut de page

Auteur

Michèle Janin-Thivos

UMR Télemme. Université de Provence

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org