Navigation – Plan du site

Texte intégral

1L’expérience initiatique ne se raconte pas : elle se vit, et sans doute entrons-nous d’emblée dans l’aporie de tout discours qui tente d’en rendre compte. C’est pourtant la gageure qu’ont relevée les acteurs des diverses expériences dont les participants de ce colloque ont exploré les récits, les rencontres, les découvertes… Car grâce à la richesse du corpus qui a sous-tendu ces neuf communications, nous avons pu appréhender divers modes de fonctionnements et de représentations par lesquels peut se décrire ce type original de « voyage ». Tous relatent ce moment extraordinaire où, de sa propre volonté, l’alpiniste se découvre en découvrant l’infinie majesté, l’immense hostilité d’une nature qui le dépasse. C’est en effet dans ces moments où tout équilibre menace de se rompre que se situent la richesse de l’expérience et la difficulté du discours qui s’ingénie à la transmettre.

2Dans les sociétés ésotériques, à toute époque par la force de la tradition, l’initiation s’inscrit dans une dramaturgie rituélique qui mime, par des gestes, des mots, des situations, la mort du néophyte à une vie profane, puis sa renaissance à une nouvelle conscience de soi et des réalités suprasensibles du monde. Bien que la haute montagne, et les chocs émotionnels les plus violents qu’elle peut provoquer, réalisent de façon magistrale, sur le mode le plus réaliste, les conditions mises en scène par les rites, tout « voyageur » en altitude n’est pas forcé de vivre son « initiation » sur le mode sublimé de la spiritualité. La découverte de soi, la conscience aiguë du danger, la problématique de la victoire sur la peur et sur la nature se déclinent, tout au long des récits qui nous seront proposés dans ces Actes, sur des modes divers, s’inscrivant dans des lectures aussi bien sociologiques qu’anthropologiques, variant selon les idéologies des pays et des époques, ou simplement selon la psychologie des participants.

3C’est ainsi que si Michel Raspaud put rendre compte d’un type « traditionnel » d’expérience initiatique, relaté selon les repères conceptuels de Gilbert Durand à travers les récits de « voyages en oxygène rare », Michel Mestre, à l’opposé, put ne relever dans les écrits des alpinistes germanophones aucune connotation d’ordre spirituel, l’essentiel du récit se portant sur les effets psychologiques et les réalités factuelles qu’engendraient les difficultés des expéditions.

4Souvent, les récits proposés mettent en jeu des facteurs d’ordre idéologique et politique qui en ont d’emblée infléchi la lecture. Emmanuel Nadal mit en lumière ce « versant de l’ombre » sensible dans ce témoignage à forte idéologie élitiste dans lequel la montagne était réduite à devenir le champ d’expérimentation d’une éducation de nature fasciste. A l’inverse, Olivier Hoibian fit revivre ces « caravanes scolaires » qui, imprégnées d’esprit rousseauiste, s’efforçaient de raviver en l’âme des enfants cette confiance en soi, ce sens de l’effort qui caractérisent la pérégrination en montagne. L’esprit « jésuite », quant à lui, fut développé par Michèle Janin-Thivos qui retraça avec précision le lent cheminement de ces missionnaires au Tibet ; elle mit en évidence l’aspect quasi-documentaire de ces récits, qui, loin de toute lecture sacrificielle, semblaient s’inscrire dans une logique d’évidence, vécus par ces hommes « simplement » engagés dans leur foi. C’est aussi la signification idéologique que retint Jean-Paul Zuanon lorsqu’il analysa la portée politique de cette première ascension italienne au Mont Viso, ascension hautement symbolique (1863) intimement liée à l’unification de la nation. La culture anglophone fut représentée, quant à elle, par des textes, habilement questionnés par Michel Tailland, qui, mêlant à l’idée d’aventure la notion de devoir, ont dessiné avec clarté un « type » pertinent de fonctionnement psychologique et social, « l’aventurier anglais ». Le poète Saint John Perse fut lui aussi représenté dans cet ample voyage culturel au cœur des initiations lors d’une communication proposée par Daniel Aranjo qui fit intervenir une notion essentielle en une pareille thématique, en l’occurrence, celle de Porte, porte ouverte de l’autre côté des Pyrénées comme Porte ouverte sur soi, cheminement que sert l’écriture poétique, plus « proche » à signifier les subtilités d’une telle démarche.

5Enfin le commentaire et les films proposés par Giovani Haver ont complété ce large aperçu sociologique, en diversifiant les supports et surtout en en modifiant les paramètres : ainsi, put-on suivre le dépaysement du citadin en montagne, servi par une caméra non encore domestiquée par les techniques du progrès ; témoignage en outre de cet autre temps où l’émotion devait se lire sur les visages encore muets. Double initiation, donc !

6Ce colloque, bien qu’il fût à l’origine prévu pour s’ouvrir aux récits littéraires, a amplement satisfait aux exigences du genre et aux attentes des participants. Les débats, toujours conviviaux entre chercheurs qui pratiquent la même passion, ont été heuristiques et féconds ; l’ampleur des questions abordées et leur intérêt scientifique ont toutefois fait émerger l’idée qu’un rendez-vous prochain serait pris… Il ne serait donc pas étonnant qu’un nouveau colloque sur ce même thème, prochainement, voie le jour ... Nous en acceptons avec joie l’augure…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Myriam Jacquemier, « Avant-propos », Babel, 8 | 2003, 7-9.

Référence électronique

Myriam Jacquemier, « Avant-propos », Babel [En ligne], 8 | 2003, mis en ligne le 09 septembre 2012, consulté le 27 mai 2017. URL : http://babel.revues.org/1306

Haut de page

Auteur

Myriam Jacquemier

UTV Toulon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org