Navigation – Plan du site

Avant-propos

Sandra Gorgievski et Alessandro Leiduan
p. 9-12

Texte intégral

De la critique de l’adaptation…

1Ce numéro de la revue Babel-Littératures Plurielles entend rouvrir le dossier des relations entre cinéma et littérature pour rendre compte des interpénétrations entre leurs langages respectifs, sans pour autant restreindre le corpus des œuvres étudiées aux seuls films qui ont emprunté leur sujet à une œuvre littéraire. Les rapports entre littérature et cinéma ne se réduisent pas au seul phénomène de l’adaptation. Loin de pouvoir rendre compte de toutes les formes de dialogue, de transfert et d’interdépendance qui peuvent s’établir entre les œuvres littéraires et cinématographiques, cette notion s’avère même, à une analyse plus attentive, peu pertinente à la caractérisation du phénomène qu’elle a vocation à décrire : le processus de réécriture qui permet à un sujet fictionnel de passer d’un genre artistique à l’autre (processus qui aboutit, dans la plupart des cas, à la transformation d’un roman dans un film). L’idée qui est souvent implicitement rattachée à la notion d’ « adaptation », c’est que les sujets fictionnels pourraient transmigrer d’un genre à l’autre, tout en restant toujours les mêmes. Les transformations n’affecteraient que l’« enveloppe » extérieure des œuvres impliquées dans ce processus, mais l’essence de ces œuvres (c’est-à-dire l’ensemble des événements qui définissent un sujet fictionnel et le distinguent des autres) demeurerait stable. Or, cette idée est viciée par une séparation abusive entre la forme et la substance des œuvres que nous rangeons sous la dénomination générique de « fiction » : même lorsque nous croyons envisager de manière abstraite les événements qui définissent un roman, un film ou tout autre œuvre fictionnelle, nous ne sommes jamais vraiment affranchis de l’impression que ces mêmes événements nous ont laissée lorsque nous avons pris connaissance de leur déroulement par l’intermédiaire d’un certain type de médiation artistique. L’image d’une fiction est donc indissociablement liée à cette médiation et ne saurait être envisagée indépendamment des règles qui président à son fonction-nement et à son articulation. Un sujet fictionnel médiatisé par le langage cinématographique sera donc marqué par des modes opératoires qui ne sont propres qu’à l’univers du cinéma et qui ne s’appliquent pas à la littérature. Ces contraintes font du cinéma et de la littérature deux institutions artistiques, économiques et idéologiques foncièrement différentes et invalident toute tentative d’envisager leurs productions respectives sous le signe de l’équivalence. Même dans le cas où le réalisateur aurait emprunté son sujet à un roman, comme c’est le cas dans la première partie des articles ce numéro, on constate les limites de l’adaptation cinématographique :

2François Jost montre, dans son étude consacrée à deux versions cinématographiques de Madame Bovary de Flaubert, l’une signée par Minelli, l’autre par Chabrol, que l’accès à l’univers fictionnel se fait alternativement (ou conjointement) par une série d’images et par une voix narrative qui « transfigurent » les éléments du roman.

3Federico Castigliano constate que Fellini va jusqu’à caricaturer la biographie de Casanova, Histoire de ma vie, par la déformation parodique de l’érotisme, et qu’il renonce d’emblée au projet d’une restitution quelconque.

4John Engle interroge la nature récalcitrante à l’adaptation du roman de Charlotte Brontë, Jane Eyre, malgré la pléthore de films produits, dont le plus récent, réalisé par Fukunaga, affiche une volonté de cibler les attentes de l’audience. Le réalisateur opère des « sélections » qui n’ont pas uniquement à voir avec des décisions esthétiques.

5Jean-Pierre Naugrette décrypte les distortions à l’œuvre dans l’adaptation de Far from the Madding Crowd de Hardy par Schlesinger, en particulier à travers l’impact du son et la présentation du décor comme les objets se référant au temps.

6Carlo Testa s’intéresse aux enjeux historiques, économiques, politiques et idéologiques du cinéma, responsables de l’échec critique et commercial de Vanina Vanini de Rossellini, d’après la nouvelle de Stendhal.

7Angela Christie examine la déformation du roman Beloved de Tony Morrison dans le film de Demme, par une interprétation de type post-coloniale du roman.

8Clare Sibley met en évidence l’échec de la fidélité à la pièce The Tempest de Shakespeare et propose, par le moyen de l’écocritique, de trouver des résonnances nouvelles dans le film de Taymor.

9Philippe Indorato écarte la notion d’adaptation d’un texte homonyme, en mettant en relation le film L’Homme à la caméra de Vertov avec des poèmes de Blaise Cendrars.

… à la possibilité de l’hybridation 

10L’irréductibilité de la littérature au cinéma n’exclue pas la possibilité d’un rapport entre les deux pratiques artistiques, mais ce rapport, lorsqu’il n’est pas reconductible à la pratique de l’adaptation, se laisse plutôt ramener à la phénoménologie de l’« hybridation ». C’est autour de cette notion que tournent les contributions réunies dans la deuxième partie de ce recueil. Une œuvre « hybride » est une œuvre dans laquelle coexistent et s’entremêlent plusieurs langages, tous reconductibles à des pratiques artistiques hétérogènes. L’hybridité en question est notamment celle des films qui ont coulé leur forme dans un moule fictionnel ou dans un dispositif narratif emprunté à l’univers de la littérature ou qui ont fait place à des citations littéraires présentées comme telles. Cette hybridité ne dépend plus de l’inachèvement du processus d’adaptation, mais de la décision, prise en amont par l’auteur, d’inscrire sa fiction dans un territoire fictionnel intermédiaire où les modes d’expression de la littérature et du cinéma se côtoient sans se confondre entièrement. C’est sur ce constat que convergent les analyses de la deuxième partie de ce numéro :

11Michel Serceau aborde les abondantes transpositions de l’imaginaire littéraire occidental dans le cinéma égyptien, et suggère l’existence de traits culturels communs aux textes occidentaux et à l’horizon d’attente du public égyptien.

12Le cinéaste et écrivain Massimo Bacigalupo, au cours d’un entretien, revisite l’histoire du cinéma underground italien à l’aune d’une dialectique entre littérature et cinéma.

13Laure Lévêque montre comment les sources littéraires antiques et des films cultes des genres cinématographiques du peplum et du western ont conditionné la fiction historique qu’est Gladiator de Scott.

14Anna Sborgi décèle la mise en scène de The Turn of the Screw d’Henry James dans certaines séries télévisées cultes britanniques. Au-delà de la transposition, la nouvelle de James est devenue une référence culturelle incontournable du fantastique contemporain.

15Jean-Paul Aubert étudie l’ « empreinte » de la littérature dans le cinéma de l’École de Barcelone. Tout en réfutant l’adaptation, ces films font place à des citations facilement identifiables, mais sans les diluer dans le flux des images afin de préserver leur hétérogénéité.

16Paola Palma mesure l’influence de la réputation littéraire de Colette sur la réception du film allemand Jeunes filles en uniforme de Christa Winsloe, sous-titré en français par l’écrivain elle-même.

17Lobna Mestaoui rend compte du dialogue permanent entre les romans et les films de Sembène Ousmane et propose une lecture post-coloniale du renouvellement de l’art cinématographique africain.

18Sandra Gorgievski analyse l’importance de la bande son autant que des textes bibliques et de la tradition picturale dans l’imaginaire du spectateur, permettant l’expression du sacré dans L’Évangile selon saint Matthieu de Pasolini.

19Alessandro Leiduan fait ressortir sur le plan théorique le lien de parenté que l’adaptation fellinienne de L’Amérique de Kafka entretient avec certains récits littéraires qui dissimulent leur nature fictionnelle sous les apparences d’un récit factuel.

20Tous les articles présentés dans ce numéro – dont nous remercions chaleureusement les auteurs, mais aussi notre collègue Daniel Bilous qui est à l’origine de ce projet – constituent des hypothèses permettant d’appréhender toute une série de phénomènes qu’il n’est pas possible d’envisager par le prisme de l’adaptation, et qui demandent à être interprétés à partir de perspectives nouvelles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sandra Gorgievski et Alessandro Leiduan, « Avant-propos », Babel, 24 | 2011, 9-12.

Référence électronique

Sandra Gorgievski et Alessandro Leiduan, « Avant-propos », Babel [En ligne], 24 | 2011, mis en ligne le 01 juillet 2012, consulté le 22 avril 2017. URL : http://babel.revues.org/128

Haut de page

Auteurs

Sandra Gorgievski

Université du Sud Toulon-Var
Laboratoire Babel (EA 2649)

Articles du même auteur

Alessandro Leiduan

Université du Sud Toulon-Var
Laboratoire Babel (EA 2649)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org