Navigation – Plan du site

L’élégie en jeu chez Emmanuel Hocquard

Glenn Fetzer
p. 287-297

Résumé

Pourtant classé parmi les tenants d’une poésie littérale contre les partisans du renouveau du lyrisme, Emmanuel Hocquard, dans Élégies en particulier, revendique un genre « inverse » de l’élégie « classique ». Au lieu qu’un sujet à la première personne tente de se remémorer son passé, il met en scène une reconstruction souvent impersonnelle du passé au moyen de la langue et des mots, et s’il recourt parfois au « je », sans dimension autobiographique, c’est pour le mettre en relation avec un « tu », destinataire auquel est dévolue la charge de « donner sa forme et son contenu au message ». Ainsi conçue, l’élégie ne convoque pas un passé qui préexiste au poème, mais propose un dispositif qui invite le lecteur à entrer dans le jeu de la construction du poème.

Haut de page

Entrées d’index

Personnes citées :

Hocquard (Emmanuel)
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir Pierre Alferi et Olivier Cadiot, Eds. La Revue de littérature générale (1: 1995)

1On ne peut parler de l’élégie aujourd’hui sans faire référence aux débats qu’a suscité le renouveau de l’intérêt pour la poésie lyrique dans les années 90, moment où les formes et les normes de tous les genres poétiques ont été de nouveau mises en question1.

  • 2 Parmi les essais nombreux à ce sujet, voir surtout Jean-Claude Pinson, Habiter en poète (Seyssel: C (...)

2Précisons tout d’abord que les avatars de l’élégie dont il s’agit de nos jours se distinguent depuis longtemps du distique élégiaque latin ou grec. Loin de se faire connaître par une structure métrique quelconque, l’élégie contemporaine renvoie une thématique de déploration et une tonalité qui se rapportent toutes les deux au lyrisme. Les controverses qu’engagent les termes « lyrisme » et « lyrique » mettent en avant le sujet d’énonciation du poème aussi bien que la voix qui le porte. La polémique, on le sait, a opposé les adhérents d’un « nouveau lyrisme » et ceux d’une poésie de la littéralité2. Ainsi, n’importe quelle tentative pour s’interroger sur le problème de la subjectivité lyrique et sur ses modalités doit tenir compte des genres vestiges et de leurs lignes de faille structurales. Parmi les genres vestiges qui témoignent de la construction du sujet lyrique, c’est le sonnet qui s’impose en premier lieu. On n’a qu’à considérer l’usage de cette désignation chez des poètes qui se rangeraient plutôt du côté de la littéralité – Emmanuel Hocquard ou Jean-Marie Gleize, par exemple – pour apprécier le rôle du terme « sonnet » dans le renouvellement de l’expression poétique.

3Il me paraît pourtant intéressant de considérer l’empreinte de l’élégie comme dispositif pour donner voix au sujet poétique. Qu’en est-il du sujet énonciateur dont la manifestation préfère l’élégiaque au chant du sonnet ? Et par rapport à la remontée dans le temps, quelle est la fonction de la nostalgie que l’on associe avec l’élégie ? Quelles sont les fonctions que les poètes à la fin du vingtième siècle et au début du vingt-et-unième assignent au genre élégiaque ? La thèse que je voudrais avancer est que par son mode de séparation et d’objectivation, la dénomination « élégie » suggère à la limite une subjectivité conçue à l’envers et saisie de manière empirique. Pour développer cette thèse, j’analyserai des textes d’Emmanuel Hocquard, selon qui la subjectivité lyrique est reconstituée par l’élégie.

  • 3 Emmanuel Hocquard, Petit dictionnaire autobiographique de l’élégie, Repris dans Ma Haie (Paris: P.O (...)
  • 4 Conversation avec Henri Deluy du 20 mars 1998, ibid. p. 443-459.
  • 5 Paris: P.O.L., 1995.
  • 6 “Élégie de la rivière K dans Une anthologie de circonstance, textes réunis par Henri Deluy (Fourbi (...)
  • 7 écrit avec Juliette Valéry, Marseille, cpM / Spectres familiers, 1996.

4Que la poésie d’Hocquard fasse appel au sonnet et à l’élégie sert à éclairer la manière singulière qu’a ce propagateur de la littéralité de concevoir le sujet lyrique. Si le sonnet lui accorde l’occasion d’explorer la dynamique propre aux rapports de langue, l’élégie confère de l’ampleur à la souplesse créatrice de l’œuvre. A plusieurs reprises Hocquard commente les limites et les possibilités de cette souplesse, notamment dans ses essais : « Cette histoire est la mienne »3, et « Comment en suis-je arrivé là ? »4 et dans son livre Tout le monde se ressemble : une anthologie de la poésie contemporaine5. Ailleurs, dans « Élégie de la rivière K »6 et dans–Allô, Freddy ?7, il met en scène une exploration des contours de l’élégie, dont le choix pour lui se justifie différemment de celui du sonnet.

  • 8 Emmanuel Hocquard, “Les Dernières nouvelles de la cabane” (#7, 28 novembre 1997); Repris dans Ma Ha (...)

5Selon lui, écrire un sonnet est un « penchant » – une inclination naturelle – tandis qu’écrire une élégie est un « trait de caractère »8. Autrement dit, bien que la sélection des deux expressions lyriques naisse d’une disposition personnelle quelconque, le choix d’écrire des sonnets est circonstanciel. Celui d’écrire des élégies, par contre, renvoie à ce qui distingue la personnalité. En outre, écrire des sonnets implique la discipline nécessaire pour adhérer à une forme précise (quatorze vers), tandis que l’élégie, pour lui, fait venir à l’esprit tout un genre. Par conséquent, l’élégie lui permet une plus grande indépendance et réussit à évoquer des questions portant sur la langue, la forme, le temps, la représentation, et l’intonation.

  • 9 Bertrand Georges, “Emmanuel Hocquard: Les Élégies” dans CCP: Cahier pratique de poésie (3) 2001 / 1 (...)

6Au départ, quels que soient les traits principaux de sa poésie, le côté ludique n’en est jamais loin. Il s’incarne dans les simulacres, dans les dispositifs visuels, dans les équivoques (pour l’œil et pour l’oreille), et jusque dans les phonèmes. Ainsi va-t-il presque sans dire que le vocable « l’élégie » entre dans le jeu, s’insérant dans la vague porteuse des ressemblances et de l’alternance. Au sujet du titre du recueil Les Élégies, Bertrand George a sans doute raison de souligner que « l’important c’est d’abord ce phonème “ allitéré ” (revenant sans contrainte ?), en tant que phonème, qui ... désigne [les élégies] dans leur nature : légère, élues, linéaires »9.

  • 10 Voir à ce propos Ma Haie, p. 480.
  • 11 Emmanuel Hocquard, Ma Haie, p. 462.
  • 12 op. cit., p. 46

7Nonobstant la dimension sonore que suggère pour le poète le syntagme « l’élégie », c’est en commentant les contingences de forme que le poète aborde ouvertement la question de l’élégie, ce qu’il entreprend de faire de manière négative. A l’élégie traditionnelle (ou « classique » selon lui) Hocquard oppose une élégie « inverse » (phénomène, admet-il, de sa propre invention), un lyrisme qui inscrit sa différence, en premier lieu, en termes de temps. La prédilection du poète pour le mot « inverse » dès lors qu’il s’agit de l’élégie renvoie à la question de la représentation, par rapport à la présence des « fragments » de texte. En rejetant toute causalité entre « éléments » textuels (ou « fragments ») et évènement passé, Hocquard insiste sur leur indépendance par rapport au temps présent. De là surgit l’assertion selon laquelle « l’élégiaque inverse fuit les représentations »10. Comme le remarque Hocquard, l’élégie « classique » jouit de certains traits reçus : elle s’écrit souvent à la première personne, elle est autobiographique, et elle parle du passé11. C’est le rapport du poète à ce dernier trait – le passé – qui attire l’attention d’Hocquard. L’élégie « classique », prétend-il, rumine le passé. La forme classique du genre suggère un poète qui entretient un rapport avec le passé, en se tenant à l’extérieur de ce passé, en en rappelant tous les traits saillants et en le laissant intact. L’élégie inverse, elle, refait le passé, et donc, lui confère le statut de construction empirique12.

  • 13 Jean-Marie Gleize, Le Théâtre du poème: vers Anne-Marie Albiach (Paris: Éditions Belin, 1995). p. 6 (...)

8Il ne faut pas sous-estimer la distinction entre « ruminer » et « refaire », car dans ce dernier cas, le rapport entre poète et passé est de nature subjective. Au lieu d’exister indépendamment de l’esprit, le passé ne se connaît que dans la perception de l’individu. La présence qui perçoit sert d’écran à travers lequel est filtrée l’antériorité. Comme tel, le passé devient un produit, et non pas une entité indépendante. En plus, dans l’acte de se refaire, l’élégie « inverse » rappelle à Hocquard son concept de « poète-grammairien », selon lequel il agit comme scribe ou comme assembleur de propositions et de fragments divers. Dans une poésie « littérale » où l’œuvre d’art « dit ce qu’elle fait et fait ce qu’elle dit »13, le sens qui se dégage de l’élégie n’est aucunement celui d’un original retrouvé mais, au contraire, est engendré de l’expérience seule.

9Parmi les textes des Élégies qui suggèrent la langue dans sa dimension performative – c’est à dire matériel de nature, toujours en train de faire et de refaire –, « Élégie 6 » reprend des questions sur le passé, et cela dans le contexte des mémoriaux érigés dans l’Antiquité. Loin de se fier aux représentations conceptuelles de l’histoire, cependant, le poète tend à préférer pour modèle du lyrisme élégiaque le topos d’un chantier, où les mots, ainsi que des objets, subissent des changements continuels. Ce topos du chantier se lit dès le début de l’élégie :

A l’époque    Où
               il fit commencer les travaux,
                       l’île était accessible
                   par de petits ponts mobiles
                   bordés de docks et d’entrepôts
On voit encore le môle
                   où se dressait le phare
                    (prendre l’escalier qui conduit aux étages
devant la loggia flanquée d’une échelle de fer)

  • 14 Les Élégies (Paris: P.O.L., 1990) p.81.

               sont conservées les œuvres
               trouvées dans son jardin :14

  • 15 On trouve dans les appendices de Ma Haie “Index des jouets” - une liste de mots qui servent au poèt (...)
  • 16 Du lyrisme (Paris: José Corti, 2000) 192.

10On notera que, si le texte rappelle un temps perdu (comme dans l’élégie grecque ou latine), il insiste non pas sur la dimension affective mais sur les dispositifs nécessaires à une construction quelconque : « petits ponts mobiles », « docks », « entrepôts » , « môle », « échelle de fer », et ainsi de suite. Bien que par l’accumulation de termes l’on retrouve le sème de conservation qui est très présent dans l’élégie traditionnelle, on peut se rendre compte que l’élégie hocquardienne met en avant le processus de reconstruction, plutôt que le monde reconstruit. Les œuvres « conservées », « trouvées dans [le] jardin », s’accorderaient bien, donc, avec la prétention du poète de garder une quantité de « jouets » à sa disposition15 sans pour autant suggérer (par la métaphore du jardin) un objet de lamentation. D’ailleurs, comme Jean-Michel Maulpoix nous le rappelle, « l’élégiaque tends vers la collection »16.

11A l’encontre de l’élégie traditionnelle où l’identité du sujet dont on se souvient s’impose, dans « Élégie 6 » le poète évite d’identifier les agents qui effectuent les changements. En s’appuyant sur les pronoms sujets « il », « elles » , « on » , Hocquard garde l’anonymat des actants, tout en accordant la priorité à l’énumération d’actions et d’images. C’est ainsi que, vers la fin de la première partie de l’élégie, l’on perçoit bien l’enjeu que représente l’élégie pour Hocquard :

A partir de 1515    il travailla
                           entouré de nombreux aides

                                    Des carrières
                                    des centrales hydro-électriques
                                    des papeteries
                                    des industries chimiques
                                    furent ses principales activités

De chez lui
                  (l’escalier monte jusqu’à une terrasse)
                           la vue est extraordinaire
                                    sur la géométrie

Selon la légende
                           c’est là que
                           l’aqueduc conduisait l’eau
jusqu’aux thermes

Il y avait une bibliothèque
une statue romaine
                           la main tournée vers le sol
                           signifiant que l’idée
                           n’a d’existence que dans la chose matérielle (p. 84)

12Après la liste de projets d’industrialisation – « des centrales hydro-électriques », « des papeteries », « des industries chimiques » – (tous, d’ailleurs, qui servent à lier soit des choses soit des conditions ou des états) –, on arrive à une référence à un lieu de préservation (et de conservation) : une bibliothèque. Si la statue romaine indique la primauté du matériel, la bibliothèque nous rappelle sa fonction d’entrepôt pour des entités diverses. Ce qui préoccupe Hocquard, c’est la possibilité de protéger et de garder de toute altération les mots, pour qu’ils puissent servir maintes fois. La bibliothèque n’est pas sans importance, car elle rend les mots du passé présents, et – comme le fameuse boîte à jouets hocquardienne – elle les offre pour toute opération combinatoire. Pour le poète, les mots – ainsi que tous dispositifs dans le poème qui lient une chose à une autre – font partie du monde matériel et servent dans un processus de découverte des idées (et même du sens) plutôt qu’à la représentation des unités conceptuelles.

13Pour peu que la langue de l’élégie soit matérielle, elle permet au poète d’insister sur la dimension de recyclage, sur la capacité pour la langue d’inscrire sa présence et de donner forme à la pensée à force de répétition :

Si quelque chose a jamais mérité de laisser
Après tant d’allées et venues
Une trace aussi persistante,
Comment se fait-il que vous ne sachiez plus du tout
Ce qui vous déroutait ainsi ? (p. 16)

14Bien que la suite d’empreintes à laquelle le poète fait référence – la « trace » persistante – soit ici résumée plutôt que présentée, le travail de processus de la part de l’élégiaque « inverse » se fait plus immédiat dans une élégie publiée plusieurs années plus tard : ― Allô, Freddy ?

15Dans ce livre (dont le tout se dit une « élégie »), les stratégies de la découverte ne se contentent pas de suggérer la langue dans son mode interrogatoire et performatif. Séparés les uns des autres et rangés en segments cadrés, les énoncés individuels mettent en œuvre une trajectoire des choses perçue au moyen de questions et de réponses, de faux départs, et d’apories :

  • 17 op. cit. p. 8.

« ― Si je vous racontais tout ça dans un petit restaurant au bord de l’eau ? »
« ― J’ai pris mon service à cinq heures et j’en ai jusqu’à la fermeture... »
Elle remua légèrement les épaules en prenant une expressions rêveuse.
...Mais une autre fois, avec plaisir...17

16On pourrait y voir le processus de la découverte « à la lettre » , où l’enchaînement de questions et de réponses mène à un sens qui n’est appréhendé que d’une manière empirique. A l’encontre d’un passé que l’on tourne et retourne dans l’esprit (et qui pourrait évoquer une réaction tendre, triste, ou nostalgique), le sujet poétique que présente Emmanuel Hocquard – dans ce cas, un événement quelconque – n’est saisi que par une exploration dont l’entreprise tend à exclure tout système a priori.

  • 18 Emmanuel Hocquard, Ma Haie, p. 473.

17Bien entendu, parmi les questions mises au premier plan par l’élégie hocquardienne se trouve celle de l’adresse. A qui l’élégie s’adresse-t-elle ? Et, en conséquence, comment le concept du destinataire se reflète-t-il dans la langue de l’élégiaque ? D’après le poète, en accord avec la tradition lyrique, l’élégie « classique » s’adresse à tout le monde18. Son auteur est le représentant de tous les êtres humains et son individualité se dilue dans une voix impersonnelle.

  • 19 op.cit. p. 481.
  • 20 op.cit. p. 473-4.
  • 21 Je renvoie ici à la discussion sur l’élégie proposée par John E. Clark dans Élégie: The Fortune of (...)

18L’élégie inverse, par contre, préfère la première personne sans pour autant se ranger au côté de l’autobiographie. Pour assurer que le rapport désigné par l’élégie est en effet un rapport à la première personne, l’élégie s’adresse à quelqu’un de spécifique. Chez Hocquard, nombreuses sont les marques de ces adresses : « Pour quelqu’un, pour un ami Freddy Buache, Pour les poissons, pour Viviane »19. Ces marques d’adresse insistent toutes sur une action réciproque entre un « je » et un « tu » : « Ecoute. Ecoute-moi, » écrit-il. « Il faut que je te parle. C’est si soudain, vous comprenez. C’est arrivé si vite. Comment l’entendez-vous ? Vous le pensez ? Je le pense vraiment »20. Au premier aperçu, cet élégiaque qui fait fond sur une perspective de première personne ressemble à un lyrisme subjectif, de nature plutôt autobiographique. Tout en remontant à l’élégie latine, ce type de lyrisme autobiographique, nous le savons, s’impose en France au seizième siècle avec Jean d’Auton et, un peu plus tard, Clément Marot, parmi d’autres, et à part la question du sujet et du ton se reconnaît à l’intérêt personnel et soutenu du poète à l’égard de quelqu’un (ou quelque chose d’autre)21.

19En revanche, chez Hocquard, la première personne n’implique pas la dimension autobiographique qu’on avait l’habitude de trouver autrefois dans l’élégie :

4 avril
             buée
             eau
             glace
             &
             neige
                     ce matin

                     je suis devant mes tables
                     mes longues tables
                             de buée
                             de glace
                             d’eau
                             & ce matin
                             de neige

20Cet extrait de l’ « Élégie 7 » (p.116) nous montre bien la diminution de la subjectivité (et, par extension, de l’autobiographie), et inversement, cette objectivation vers laquelle tend l’élégie hocquardienne. Le je n’est plus qu’un sujet conférant au verbe la catégorie de la personne, les substantifs compléments passent au premier plan et la digression devient la norme. On observe une disposition de la part du poète à préférer la surabondance de la langue sans effacer tout à fait les traces de la subjectivité. La présence du « je » reste intacte, même si c’est pour désigner un changement de subjectivité. En outre, la place considérable accordée à cette autre subjectivité souligne le mode relationnel. Cet autre, il faut le dire, se voit expansé à force de répéter les éléments constituants et de les réarranger. Ainsi, ce passage témoigne d’un phénomène que l’on peut discerner à travers tous les textes élégiaques : le sens du tout dépend d’un réseau langagier où le mot individuel, en tant qu’élément de base, joue un rôle privilégié en fonction de son caractère à jamais permutable.

  • 22 Emmanuel Hocquard, “La Bibliothèque de Trieste” Repris dans Ma Haie, p. 22.
  • 23 « Que je le veuille ou pas, » écrit Hocquard, « ma table est faite de milliers de sens (dans toutes (...)
  • 24 Ma Haie, p. 446.

21Pour Hocquard la poésie reste « une affaire d’organisation logique de la pensée », ou, comme il précise en paraphrasant Wittgenstein : « le but de la poésie est la clarification logique de la pensée. »22. Il s’ensuit alors que la trajectoire de la pensée amènera le poète à faire face à tout un assemblage de concepts et de termes. Par exemple, la question du destinataire lui fournit l’occasion de souligner l’importance de l’intonation, qui développe l’expression des distinctions, au niveau syntaxique ou affectif. Le mot « table » illustre ce concept. Ce substantif se prête à être précisé au moyen d’un adjectif possessif. On peut envisager la différence entre « ma table » et « ta table », une différence habitée par de nombreuses nuances23. Au reste, l’intonation (aussi bien que la notion d’adresse) impliquent un mode de rapports, pas des rapports entre parties composantes mais, au contraire, des rapports entre locuteur et destinataire. Et, pour ce poète, l’intonation s’attache à un destinataire plutôt qu’à un locuteur24.

  • 25 op. cit., p. 445.
  • 26 op. cit., p. 446.

22La place privilégiée du destinataire n’implique pas seulement la langue, mais désigne ce qui lui est antérieur, « avant même que le langage entre en scène. Avant même de trouver les mots »25. Or, puisque l’intention d’une énoncé présuppose un destinataire, c’est la notion du destinataire qui domine celle du contenu. Ainsi par cette façon de construire les termes à l’envers, l’élégie inverse porte moins sur une chose et toujours plus sur l’attente de quelqu’un. Ou, comme le précise Hocquard, « ta parole prend la forme qu’elle prend depuis le destinataire. C’est le destinataire qui donne son contenu et sa forme au message »26.

  • 27 op. cit., p. 446.
  • 28 op. cit., p. 259.
  • 29 Stéphane Baquey, “Une pratique de poésie” dans CCP: Cahier pratique de poésie (3) 2001 / 1, p. 37.
  • 30 Emmanuel Hocquard, Ma Haie, p. 21.

23En fin de compte, prendre la mesure de l’élégie chez Hocquard remonte à une anecdote que le poète raconte. Il s’agit de la petite fille qui lit à haute voix dans un train TGV : « La poule fait des œufs, le mouton fait de la laine, la vache fait du lait »27. Entendant cela, Hocquard s’est posé la question suivante : « Et le poète qu’est-ce qu’il fait ? »28. Stéphane Baquey propose une réponse possible de la part de la petite fille : « Il fait des poèmes, » aurait-elle répondu, puis, dit-il, elle aurait ajouté : « Les œufs, je les mange, la laine, je m’habille avec, le lait je le bois. Et les poèmes, à quoi ils servent ? »29. Justement peut-on demander, « Et les élégies à quoi elles servent ? » Les réponses d’Emmanuel Hocquard s’allieraient sans doute à la raison d’être attribuée au poème : c’est-à-dire, de nous enlever notre voile de torpeur, de nous déshabituer des routines qui nous accablent, et de nous faire voir « quelque chose de nouveau »30. L’élégie, par son fond, ses sons, et sa forme, serait pour Hocquard l’une des dimensions du poème les mieux dotées pour déclencher ces possibles.

24La démarche élégiaque d’Emmanuel Hocquard illustre un sens qui ne se rencontre qu’à travers l’action poétique. Pour lui, l’objet du poème lyrique ne se loge pas en dehors du poème, attendant d’être convié par l’écrit. Il n’est aucunement un référent déjà constitué, tel le regret d’un moment ou d’une personne connue mais disparue. La valeur de l’élégie est performative, sa temporalité est contemporaine, son horizon est autre . En effet, tout sens ne s’aborde, ne se crée, ne se connaît que dans le poème, lequel constitue son seul moyen et sa fin.

Haut de page

Notes

1 Voir Pierre Alferi et Olivier Cadiot, Eds. La Revue de littérature générale (1: 1995)

2 Parmi les essais nombreux à ce sujet, voir surtout Jean-Claude Pinson, Habiter en poète (Seyssel: Champ Vallon, 1995); Jean-Marie Gleize, A noir: Poésie et littéralité (Paris: Seuil, 1992); Jean-Michel Maulpoix, La Poésie comme l’amour: essai sur la relation lyrique (Paris: Mercure, 1998); et Du lyrisme (Paris: José Corti, 2000); Dominique Rabaté, Figures du sujet lyrique (Paris: Presses Universitaires de France, 1996); Yves Di Manno, “Centre introuvable,” dans “endquote” Digressions 1998-1999 (Paris: Flammarion, 1999); et Jean-Jacques Thomas et Steven Winspur, Poeticized Language: the Foundations of Contemporary French Poetry (Univ. Park: PA: Pennsylvania State University Press, 1999).

3 Emmanuel Hocquard, Petit dictionnaire autobiographique de l’élégie, Repris dans Ma Haie (Paris: P.O.L., 2001)., pp. 461-90.

4 Conversation avec Henri Deluy du 20 mars 1998, ibid. p. 443-459.

5 Paris: P.O.L., 1995.

6 “Élégie de la rivière K dans Une anthologie de circonstance, textes réunis par Henri Deluy (Fourbis, 1994). Repris dans Ma Haie, pp. 159-82.

7 écrit avec Juliette Valéry, Marseille, cpM / Spectres familiers, 1996.

8 Emmanuel Hocquard, “Les Dernières nouvelles de la cabane” (#7, 28 novembre 1997); Repris dans Ma Haie, pp 426-28.

9 Bertrand Georges, “Emmanuel Hocquard: Les Élégies” dans CCP: Cahier pratique de poésie (3) 2001 / 1, p. 23.

10 Voir à ce propos Ma Haie, p. 480.

11 Emmanuel Hocquard, Ma Haie, p. 462.

12 op. cit., p. 46

13 Jean-Marie Gleize, Le Théâtre du poème: vers Anne-Marie Albiach (Paris: Éditions Belin, 1995). p. 62.

14 Les Élégies (Paris: P.O.L., 1990) p.81.

15 On trouve dans les appendices de Ma Haie “Index des jouets” - une liste de mots qui servent au poète d’outils de construction. (pp.574-5)

16 Du lyrisme (Paris: José Corti, 2000) 192.

17 op. cit. p. 8.

18 Emmanuel Hocquard, Ma Haie, p. 473.

19 op.cit. p. 481.

20 op.cit. p. 473-4.

21 Je renvoie ici à la discussion sur l’élégie proposée par John E. Clark dans Élégie: The Fortune of a Classical Genre in Sixteenth-Century France, Mouton, 1975, p. 15-19.

22 Emmanuel Hocquard, “La Bibliothèque de Trieste” Repris dans Ma Haie, p. 22.

23 « Que je le veuille ou pas, » écrit Hocquard, « ma table est faite de milliers de sens (dans toutes les acceptions du terme) superposés et imbriqués et ta table de milliers d’autres. Toutes ces nuances sont des intonations. » Tout le monde se ressemble : une anthologie de poésie contemporaine, p. 20.

24 Ma Haie, p. 446.

25 op. cit., p. 445.

26 op. cit., p. 446.

27 op. cit., p. 446.

28 op. cit., p. 259.

29 Stéphane Baquey, “Une pratique de poésie” dans CCP: Cahier pratique de poésie (3) 2001 / 1, p. 37.

30 Emmanuel Hocquard, Ma Haie, p. 21.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Glenn Fetzer, « L’élégie en jeu chez Emmanuel Hocquard », Babel, 12 | 2005, 287-297.

Référence électronique

Glenn Fetzer, « L’élégie en jeu chez Emmanuel Hocquard », Babel [En ligne], 12 | 2005, mis en ligne le 09 août 2012, consulté le 19 septembre 2017. URL : http://babel.revues.org/1100 ; DOI : 10.4000/babel.1100

Haut de page

Auteur

Glenn Fetzer

Calvin College, Michigan

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org