Navigation – Plan du site

Cœur elle y gît rouge (qui gît dans l’élégie ?)

Benoît Conort
p. 251-262

Résumé

Si le recueil Cœur élégie rouge de James Sacré fait bien apparaître l’ombre d’une femme aimée et perdue, ne voir dans cette élégie qu’une dimension autobiographique serait réducteur, et il faut peut-être y entendre aussi, selon une approche réflexive, le poème qui échoue à restituer le monde, le végétal, les visages. De la sorte, l’élégie serait aussi le deuil de ce rêve, avec le constat de l’incompatibilité du poème et du monde, pour peu que le sujet lyrique s’abandonne à un aveu naïf de son amour. Le poème doit donc se reconstruire comme espérance, projet incessamment relancé d’une écriture par quoi la vie continue. L’élégie ne se contente plus de chanter la perte ni de méditer sur l’inadéquation de la langue, elle tire sa force d’un espoir qui renaît toujours et dont témoigne la prégnance de la métaphore végétale.

Haut de page

Entrées d’index

Personnes citées :

Sacré (James)
Haut de page

Texte intégral

De sa nature l’Élégie est triste et flébile ; et traite singulièrement les passions amoureuses, lesquelles tu n’as guères vues ni ouïes vides de pleurs et de tristesse.
Thomas Sébillet, Art poétique français.

La première matière de l’Élégie furent choses tristes : comme lamentations, déplorations sur les morts, doléances des cas piteux : ainsi même que sonne le mot en Grec. Et même les Épitaphes des morts, se faisaient en vers Élégiaques. (...) A mon avis que l’Élégie a été transférée en l’Amour, non point comme en considération de joyeuseté : mais plutôt de tristesse, dont les pauvres amoureux sont toujours pleins.
Jacques Peletier, Art poétique.

  • 1 Boileau : Satires, Épîtres, Art poétique, Poésie/Gallimard, Paris, 1985, p 235.
  • 2 La pagination renvoie à cette dernière édition.

1Les deux exergues le soulignent, pour la Renaissance l’Élégie est une forme marquée par le funèbre, le deuil. Boileau le dira également, en son art poétique1. Le ton élégiaque, aujourd’hui encore, est celui de la déploration, « sinistre » selon Jacques Roubaud dans Quelque chose noir, utilisant l’adjectif en accord avec le sens qu’il avait au XVIe siècle. Mais c’est James Sacré qui, au cours de ces trente dernières années, fut un des premiers poètes, sans doute, à avoir réintégré l’élégie dans la pratique poétique à travers le titre d’un de ses premiers ouvrages, Cœur élégie rouge, publié en 1972 aux éditions du Seuil et réédité en 2001 aux éditions André Dimanche2.

  • 3 Cahier de poésie 2, Gallimard, Paris, 1976, p. 152-179.
  • 4 Éditions Le Dé bleu/Écho optique, Paris 1992.

2Il faut s’interroger en premier lieu sur le sens du titre « Cœur élégie rouge ». Ce titre revient dispersé dans toute l’œuvre de James Sacré, à travers au moins deux de ses mots. « Cœur » d’abord, qu’on retrouvera quelques années plus tard dans « Paysage au fusil (cœur) une fontaine3 » et qui hante chacun de ses livres. « Rouge » ensuite, qui donne sa première partie à Écritures courtes4, « Si le mot rouge est vrai ». Le mot « élégie » semble moins explicitement présent dans l’œuvre quoiqu’il ne cesse de l’irriguer. Il propose entre les deux pôles (ou motifs), cœur et rouge, comme la table d’orientation scripturale de l’œuvre, l’aiguille de la boussole. Il poursuit suffisamment le poète pour que ce dernier publie, plus de trente ans plus tard, une réflexion à son sujet :

  • 5 « Le mot « élégie » dans un titre », Nouveau Recueil n°73, décembre 2004 – février 2005, éd Champ V (...)

Le mot « élégie » dans un titre. J’avais beaucoup aimé le déroulé du vers de Boileau : « Il faut que le cœur seul parle dans l’élégie ». Cœur élégie rouge : le mot « rouge » a-t-il remplacé tout ce qui articulait dans ce vers « élégie » et « cœur » ? A-t-il remplacé l’idée d’articulation (« il faut que », « dans ») entre ces deux mots ? Mais il faudrait ajouter aussi dans ce rouge le mot « parler », et le mot « seul ».5

3On perçoit que, dans ce titre, le terme problématique est « rouge ». « Cœur » et « élégie » vont comme « naturellement » ensemble, et quelles que soient d’ailleurs la tonalité de l’écriture, la portée de « l’intellect et de l’imagination » (ibid.). De l’amour au deuil, du désir à la plainte, cœur et élégie battent l’amble. Ils ne sauraient se concevoir l’un sans l’autre. Il en va tout autrement de « rouge », énoncé déjà ici comme équivalent complexe d’« articulation ». Ce qui en partie signifie que « rouge » n’est pas un simple « qualificatif », une couleur (quoique déjà le i rouge rimbaldien, le i de « élégie ») mais bien ce qui lie le cœur à l’élégie, ce qui met en « relation » le siège des sentiments et l’écriture, leur écriture, ou encore le « rose » du cœur au « noir » de l’élégie. Mais il signifie aussi « parler » et « seul », voire « parler seul », renvoyant ainsi au rapport de l’homme à l’écriture qui écrit « dans l’absence des autres » (et du destinataire particulièrement). Si on considère Écritures courtes on s’aperçoit que le mot « rouge » recouvre un champ sémantique plus étendu que celui de la simple plainte élégiaque traditionnelle :

N’importe quoi le mot rouge : toute la vie dedans colères, comme des taureaux, bêtise de mon père le voilà maintenant tranquille fin de sa vie je la veux comme un sourire la honte et la peur emportées, saleté comme un sourire en paille dans ses bottes ; et je l’aime aussi quand il est propre. Le mot rouge (fureur et la rouille à des endroits du monde) convient parfaitement pour tout dire. (op. cit. p. 10)

4C’est pourquoi, sans doute, des mots du titre, « rouge » est celui qui apparaît le plus souvent, 45 fois, contre 33 seulement pour « cœur » (et encore moins si on considère uniquement le nombre de poèmes concernés car « cœur » apparaît souvent plusieurs fois (jusqu’à cinq fois) dans le même poème), et deux fois seulement pour « élégie ». Si « rouge » qualifie aussi bien « cœur » que « élégie », cette qualification est tellement ouverte qu’elle peut faire varier infiniment le sens de ces deux mots. « Rouge » n’est plus, dès lors seulement une « articulation » il est surtout, en soi, le signifiant d’un signifié infiniment « variable », un dictionnaire à lui tout seul. Au point qu’il en devient un synonyme d’« écriture » :

  • 6 « Le mot « élégie » dans un titre », art. cit.

Élégie cœur écriture. J’aurais pu choisir ce titre-là (mais n’aurait-il pas manqué de cette obscurité moins prétentieusement savante que je crois percevoir dans le mot « rouge ». Le mot « rouge » (s’il a vraiment remplacé la notion d’articulation et le mot « parler » qui sont dans le vers de Boileau) fut-il donc aussi synonyme d’écriture ?6

5Cependant, si l’on veut être exact et complet, c’est à une multitude de liens que se prête le titre, et dont on peut dresser la liste suivante : cœur, élégie rouge / cœur, élégie, rouge / cœur, élégie du rouge, de rouge / au cœur de l’élégie, le rouge / (au) cœur de l’élégie rouge / le cœur de l’élégie est (parle) rouge, etc. Exactement, comme l’indique le titre, la totalité des combinaisons possibles, « littéralement et dans tous les sens » (cela exigerait un travail à part que d’analyser le rapport des multiples combinaisons du titre avec l’ensemble du livre, voire de toute l’œuvre de James Sacré). Certes, il s’agit de faire bouger ensemble, le « cœur », le « rouge » et l’« élégie ». Le langage, et le poème qu’on appelle « élégie », qui en est la mise en forme, est ce qui articule le « cœur » au « rouge ». Mais de quelle élégie parle dès lors le poète ?

  • 7 Et il suffit, pour ce faire, de penser à tous les usages du mot sang dans la rhétorique amoureuse d (...)
  • 8 Cœur élégie rouge, André Dimanche Éditeur, p 139.
  • 9 C’est là une lecture linéaire, beaucoup trop « ordonnée » pour être satisfaisante quand on considèr (...)

6« Élégie rouge » dans le syntagme « cœur élégie rouge » fonctionne, entre autres, comme apposition qualificative de « cœur », définition du cœur qui serait une « élégie rouge » soit, par exemple, une plainte sanglante à multiple entente : sang qui s’écoule de la blessure mortelle, sang du cycle féminin, sang versé de l’amour7 comme l’indique une série de poèmes qui inaugure justement la seconde partie et constitue comme une sorte de blason féminin au centre du livre. Le titre avec ses trois mots reprend alors les trois parties du livre. Au « cœur » correspondrait la première partie, « Verde que te quiero verde ». Deux fois nommé, le « vert » encadre le sujet amoureux (« quiero »). La dominante principale de cette partie est constituée par le motif du végétal, de l’herbe en particulier (sous le terme générique de « graminées », titre d’ailleurs d’un livre antérieur, paru en 1968 aux éditions du Seuil), mais aussi clairement exhibé comme « arbre », support d’énergie vitale, voire « lingam » (et lien là avec le rouge comme métaphore du sexe masculin), pivot du paysage, lieu vert d’où jaillirait le désir, le poème, et que réciproquement, le poème « organiserait » en paysage. À « élégie » correspondrait la seconde partie, « Elle a ramassé des oiseaux pour mourir » ; le paysage est placé, cette fois, sous le signe de la sensualité animale, (sous-parties intitulées « insectes » et « oiseaux »), voire de l’érotisme, avec plusieurs séries de « blasons féminins » commençant systématiquement par « elle a ». Enfin « rouge » serait la forme que prend ce « Visage où la nuit vient », sa « couleur » (et bien que la nuit renvoie au « noir ») parce qu’« il me plaît de dire que ce rouge était déjà toi8 » ; il s’agit là de la partie la plus uniforme (textes en prose le plus souvent de deux paragraphes, allant parfois jusqu’à quatre ou cinq) qui rompt avec l’extrême diversité de la seconde partie mais rejoint en revanche la forme de la première partie9.

7De tous les livres de James Sacré (ceux antérieurs comme ceux qui ont suivi) Cœur élégie rouge est sans doute un des plus mélangés du point de vue de la forme. On y trouve du vers mais aussi de la prose, du verset, et des formes à la fois très structurées ou désarticulées (selon que l’on considère les formes en question du point de vue de la prose ou du point de vue du vers) prenant la double-page pour unité de mesure. L’ensemble laisse penser que l’élégie selon Sacré ne relève pas d’une forme spécifique, mais use de toutes, selon les besoins du moment. Autrement dit la spécificité de l’élégie ne relève pas « seulement » d’une forme. Mieux, ce serait là la preuve pour l’auteur qu’il s’agit bien d’une élégie :

De la difficulté à parler, d’autant plus, peut-être, que l’élégie n’a pas de forme qui pourrait soutenir (…). Aucune forme précise ne caractérise Cœur élégie rouge ; il se pourrait bien, dès lors, qu’il s’agisse en effet d’une élégie : de courtes proses, des vers courts non rimés, des versets, des dispersions de mots sur deux pages, tous ces procédés plus ou moins mêlés, ou chacun formant parfois des suites homogènes. Quelque chose sans doute cousait tout cela ensemble : le cœur ? Cette chose également sans forme, qui prend si facilement aussi bien celle d’une pensée ou d’un sentiment que celle d’un sexe pas forcément si aveugle, et vivant… Une élégie du cœur donc ; en est-il d’autres ? Boileau a l’air d’affirmer que non.(op. cit.)

8Si l’élégie n’a pas de forme en soi, elle ne peut dès lors être « informée » que par son environnement lexical, soit le « cœur » et le « rouge », espaces communs du sentiment et de la sensualité, « cœur » à la fois organe vital et siège des sentiments, à chaque fois « rouge » d’un rouge qui peut être « rouille » aussi bien que « vif », sang figé qui « bouche » les artères du cœur, que liquide pulsé par ce dernier. « Une élégie du cœur » donc, à la condition que ce cœur soit pris dans la totalité des réseaux signifiants que la longue histoire de ce mot permet, renvoyant ainsi, une nouvelle fois, et comme le mot « rouge », à la totalité d’un dictionnaire « familier » que l’écriture met justement en œuvre, déploie.

9De plus le titre de la troisième partie indique que nous changeons de temporalité. Le passé et le deuil, exprimés par la seconde partie, se transforment paradoxalement en un présent où se dessine même une action, sinon future au moins en cours, avec le verbe « venir ». Même si ce titre a une dimension funèbre incontestable par le mot « nuit », il n’empêche que l’écriture du deuil n’est plus ici travail sur un évènement passé mais travail anticipé sur un évènement futur.

  • 10 Et il faut noter que le livre précédant Cœur élégie rouge, s’appelle La transparence du pronom elle(...)

10On remarque enfin que la partie centrale, pivot et cœur du livre, pose un sujet féminin lié à la mort. Nous nous trouvons dans un contexte élégiaque marqué deux fois par l’idée d’achèvement voire de deuil et de révolu ; en premier lieu par le verbe « mourir » et par le passé composé en second lieu. Nous sommes donc, en apparence du moins, dans le cadre traditionnel de l’élégie. S’il y a élégie c’est qu’Elle y gît, cette femme aimée dont le poète déplorerait la mort. L’élégie serait alors comme l’autre nom d’une tradition poétique tout aussi ancienne : le tombeau. Mais l’oiseau aussi gît, du moins sa synecdoque « l’aile » déjà entendue dans le « elle » de « élégie » aussi bien que dans le « elle » du titre de la seconde partie. De toute évidence un sujet « féminin », incarné par le pronom » elle »10 est au « cœur » du livre, en constitue le « cœur », comme si « cœur » n’était bien que l’autre nom de l’élégie.

  • 11 Il s’agit du quatrième de couverture de l’édition originale de 1972 ; lors de la réédition de 2001, (...)

11Ce serait pourtant aller bien vite en besogne car le quatrième de couverture11, rédigé par le poète lui-même, vient perturber cette affirmation première. Il nous faut donc le considérer avant de revenir à la question du « sujet ». En quelques lignes, James Sacré décrit le mouvement du livre et dans le même temps définit l’élégie comme un

jeu aussi : peur et ferveur (graminées, cour d’école, animaux - le cœur et les joues rouges) je viens dans l’élégie : mouvement d’une espérance peut-être sans paradis ; mais j’espère. D’où l’écriture recommencée toujours (naïve ou fausse, honte et plaisir) dans le devenir de ses défaites et de ses joies figées soudain dans la terre (mais tendre) du poème.

12On ne peut dès lors pas affirmer que l’élégie est en « vêtements de deuil » ou du moins est toujours, ou seulement, hantée par un mouvement funèbre. Comment lier, en effet, le deuil et l’espérance ? Qu’est-ce que cela signifie ? D’autant plus que le terme « devenir » fait basculer le poème du passé composé vers un futur actualisé par « la terre du poème ». En réalité ce court texte de présentation commençait ainsi :

Tout envahit l’avenir : la maison d’autrefois, les oiseaux ramassés ; je désire un lieu de transparence où trouver quoi ?
L’espérance est toujours permise. Je veux parler d’une espérance ici avec les choses, les visages et les mots. Une espérance avec les herbes - verde que te quiero verde - leur vertu réelle (j’en nourris des poèmes et les mouvements de mon corps) permet peut-être que je meure. »

  • 12 Cf. l’usage du temps présent dans Les Élégies, P.O.L, Paris 1990, ainsi que, dans Ma haie, P.O.L, P (...)
  • 13 Éditions Ryôan-ji, Paris, 1988, p 156.

13Cela peut servir de piste à l’exploration d’une élégie autre. Il ne s’agit plus de figer le temps sur une époque à tout jamais révolue (comme c’est le cas dans l’élégie ancienne), ou même sur un présent intemporel (à quoi renvoie, en partie, l’élégie moderne selon Emmanuel Hocquard, qualifiant alors le poète d’« élégiaque inverse »12) mais de rétablir une circulation du sens (laquelle renvoie à « cœur » comme à « sang », et donc « rouge »). Le temps est, dans son mouvement de rétention du passé et de projection vers le futur, posé comme une stase intermédiaire et provisoire qu’on appellera le présent ; si « tout envahit l’avenir », la relation du futur au passé est actualisée par le présent d’une écriture (et le présent d’une lecture) qui se déploie en poème sur chaque page. « Mais chaque poème aussi meurt » affirme également James Sacré dans ce même quatrième de couverture. Si deuil il y a, c’est du poème alors, du langage qu’il charrie, qui ne saura jamais se situer qu’ « à côté » du réel. Le poème ne se confond pas avec le réel. Par ce savoir le poète désabusé doit faire son deuil d’une poétique efficiente qui agirait sur le réel, qui vaudrait pour, et suffirait à ressaisir le monde, et dès lors s’appuyer sur ce « mouvement approximatif », instable, qu’illustre particulièrement la diversité des formes. Il faut se souvenir de ce vers d’Une fin d’Après-midi à Marrakech : « écrire est geste de vivant parmi les bruits de la mort13 ». L’écriture, quand bien même d’une élégie, est « geste de vivant ». Elle participe donc d’une espérance, d’un consentement au « mouvement » du temps, à « ce qui vient » en sa fugacité toujours recommencée, là où le deuil souvent fait intervenir un point de rupture radical, ou de continuité vertigineuse, étant voué « à ce qui n’en finit pas ».

14Quand on considère le livre dans son mouvement, on s’aperçoit, comme indiqué précédemment, que le mot « élégie » est, des trois termes qui composent le titre, celui qui revient le moins, deux fois seulement, et de surcroît, non dans la deuxième partie, comme on aurait pu s’y attendre, mais dans la dernière. La première occurrence intervient dès le premier poème de la troisième partie :

Je viens dans l’élégie pour dire avec la simplicité qu’il faut : je t’aime
et je le sens bien le rouge de mon cœur est naïf :
l’odeur d’un chemin où sont passées les charretées de foin s’en va ; le rouge devient plus rouge.
Il y a des arbres autour et près de cette histoire. J’aime la grande simplicité des arbres et leur peu de prétention à signifier l’espace et leur commerce avec les oiseaux, le vent.
J’aime les marmonteaux solides ils organisent à partir d’eux le dessin des prairies la fuite, jusqu’au chaud des villages, de l’herbe et du vent.
C’est que je voudrais être un arbre, je ne trouve en moi que cet espoir à peine : est-ce au bord d’un poème ? (p.131)

15La seconde apparaît, à presque la fin du livre, dans un environnement assez proche :

Le soleil (ton visage) passait le soir derrière et dans les arbres. Je ne sais plus de qui je parle : il y a une absence, herbes, chemin au haut des vignes. Je veux rentrer dans la bienfaisance du soir. Tu es parti. Tu perds dans le projet de ce poème ton geste. J’espère garder ton visage aussi anonyme et beau que le soleil (il simule, ombre et rouge, un bonheur derrière les arbres).
Je suis sûr qu’il y a un endroit où je vais trouver les vrais arbres ; pour finir cette élégie il faut que je le croie. Je vais parler encore des hangars, du puits, d’un jardin
Je ne trouve que des poèmes : j’y mets mon cœur ; à chaque fois le poème en meurt. » (p.164)

16On peut énoncer un certain nombre de données communes entre ces deux poèmes. La première relève du thématique. Les deux textes dressent un paysage rural fondé sur les mots-clefs du livre, les arbres bien sûr, mais également « l’herbe » (tous deux renvoient au « vert » déjà considéré précédemment) et les « oiseaux », et « le vent ». Paysage dont la « matérialité » redouble la valeur du rouge (« le rouge devient plus rouge »). Thématique aussi de l’amour, porteur d’espoir dans le premier cas, « absent » dans le second, et marqué par le deuil.

17La seconde est qu’il s’agit là des deux seuls textes où se trouvent réunis les trois termes du titre. Ils sont donc essentiels pour la compréhension de l’ouvrage et c’est la raison pour laquelle je les ai cités dans leur intégralité. Cette donnée est confortée, les deux fois, par le fait que les textes mettent en œuvre une fonction réflexive puisqu’ils interrogent le mécanisme même du poème. Mais si dans le premier cas le sujet vient « dans l’élégie pour dire avec la simplicité qu’il faut : je t’aime », et ce à travers et par le biais d’un paysage, dans le second c’est pratiquement l’inverse puisqu’il n’y trouve que des poèmes et part du paysage réel pour achever l’élégie : « Je suis sûr qu’il y a un endroit où je vais trouver les vrais arbres ; pour finir cette élégie il faut que je le croie. »

18On perçoit dès lors qu’une tension s’établit entre l’élégie et le réel, entre le poème d’une part et le cœur et le rouge d’autre part. Si le poème, ici l’élégie, jette un pont entre le cœur (siège des sentiments) et le rouge (la réification des sentiments peut-être, ou leur traduction physique voire sexuelle, avec l’érotisme du blason féminin que dresse la seconde partie), c’est au prix, peut-être à chaque fois, d’une perte, et donc d’un deuil : « Tu es parti. Tu perds dans le projet de ce poème ton geste ». Deuil d’un être auquel on s’adresse, mais, lié à lui, deuil également d’un geste, deuil d’un mouvement du corps, que l’écriture, peut-être même en sa dimension physique de main traçant sur la feuille la forme des mots, devenue poème, voire élégie, ne « retient » pas.

19Le rouge du cœur est « naïf » (innocent, comme premier) et il ne saurait résister à cette science du langage (à la fois savoir et second) que met en scène le poème (résultat abstrait d’un geste réel qui s’est perdu), science que suffit à désigner le seul mot d’élégie. L’élégie s’interroge et pose la question de sa légitimité à travers celle du sujet sentimental et désirant. Dire « je » sous les espèces du cœur est « naïf » selon le poète mais la reconstruction, au moyen du langage, d’un paysage du cœur par la reprise transformée d’un modèle ancien, rendra peut-être possible l’énonciation du sujet.

  • 14 « Les arbres construisent l’espace avec du vert » p 168.

20L’élégie est bien un poème d’amour, ainsi que l’énonce le premier vers du premier poème cité, l’espace d’un aveu et d’un émoi, mais cet aveu détruit par contre coup le poème : « Je vais parler encore des hangars, du puits, d’un jardin / je ne trouve que des poèmes : j’y mets mon cœur ; à chaque fois le poème en meurt. ». Il se dessine comme une incompatibilité entre le sujet du poème, sujet lyrique comme objet réel, et le poème qui le constitue. D’où la volonté, pour achever l’élégie, de croire que la réconciliation est possible. Même si le divorce est total entre le monde et le poème, l’achèvement dépend d’une espérance14 et donc, le mouvement qui préside à l’élégie, selon Sacré, est bien une espérance – même si vaine – aussi paradoxal que cela puisse paraître.

  • 15 Cf. « Le mot élégie dans un titre », art. cit. « Si je pense au contenu de mon livre, je peux dire (...)
  • 16 cf. Des pronoms mal transparents, éd. Le Dé bleu, 1982.

21Le langage, via le poème, ne désigne que lui-même, ainsi que le montre d’ailleurs l’incertitude énoncée par la phrase « je ne sais plus de qui je parle ». Cette incertitude est renforcée par les deux phrases suivantes : « Tu es parti. Tu perds dans le projet de ce poème ton geste ». Tout se passe comme si le poème venait rompre le réel, mélanger les personnes, et particulièrement le « je » et le « tu », constitutifs du couple. Ce couple d’ailleurs n’est pas seulement constitué d’un rapport entre un je et un « elle », mais également d’un « il » (puisque « Tu es parti » est énoncé au masculin) que précise l’auteur lui-même15. Nous observons là le déploiement, à travers le poème, de différentes instances du sujet lyrique qui s’interroge, aussi bien « je » que « tu » (puisque à l’altérité indiquée par « tu es parti » peut s’opposer « Tu perds dans le projet de ce poème ton geste » où « tu » est aussi bien l’auteur du poème que celui auquel il s’adresse).Ce « tu » à son tour susceptible de masquer/dévoiler un « elle » ou « il ». Ce sont là les multiples sujets (pronoms mal transparents ?16) d’une instance narrative (« il y a des arbres autour et près de cette histoire ») qui s’efforce de

  • 17 cf. « Quand je dis/t je dans le poème » dans Le sujet lyrique en question, Modernités 8, Presses un (...)

concevoir autrement, en repensant ce mot je, la notion de sujet lyrique. (…) Dire cela ne m’autorise guère à affirmer ici quoi que ce soit à propos du sujet lyrique mais penser ainsi mon je (ici ou dans mes poèmes) mine peut-être assez l’idée d’un je lyrique qui prétendrait tout tirer de lui-même alors qu’il puise tant dans un insondable je social ou mythique. Ce n’est donc jamais mon seul je qui parle, mais avec lui ce je en quelque sorte anonyme que tout le monde partage, et qui ressemble par exemple à l’air du temps si ce n’est à la rumeur des siècles. Rien de plus ni de moins que lorsque j’emploie le pronom on. »17.

22On a vu également que le poème en construisant son monde, son univers, renvoie le monde réel à un temps futur, un temps d’après, qui, se réalisant, à son tour autorise l’élégie : « Je suis sûr qu’il y a un endroit où je vais trouver les vrais arbres ; pour finir cette élégie il faut que je le croie ».

  • 18 Le « rouge » devient « vert ».

23Et c’est ici, véritablement, que l’élégie se transforme radicalement par rapport aux canons traditionnels. Avec James Sacré, la déploration se renverse en espérance dans le même temps où la subjectivité se fond dans un anonymat, une indistinction (l’impersonnel, à la fois singulier et collectif) qui vient objectiver le sujet lyrique. Nous avons affaire alors à une « élégie inverse » où la déploration individuelle et présente du passé devient l’énonciation collective d’une espérance porteuse de futur18, en passant par la déploration d’un présent qui risque de ne pas perdurer dans le futur. Où la voix d’un sujet déterminé devient la voix anonyme d’une douleur et d’une espérance, d’un vivre-écrire propre à chacun quoique commun. En cela elle se révèle extrêmement moderne.

24Et peut-être, dès lors, pouvons-nous répondre à la question initiale. Ce qui gît dans l’élégie c’est tout autant le « elle » de la voix (ou de la parole) qui donne forme au poème que le « elle » de la femme aimée qui pourrait, dans le monde réel, lui donner sens. Cœur élégie rouge est d’abord le roman (et je dis roman volontairement car il y a dans cette élégie un récit, une histoire) d’une voix qui, prise entre amour et désir, entre « naïveté » et « savoir », entre écriture et monde, use de l’élégie comme d’une forme polymorphe permettant d’allier les deux sans succomber aux épanchements subjectifs du lyrisme traditionnel, ni aux procédés du formalisme contemporain.

25Cette voix sait bien que « pour que les mots soient des arbres il faudra au moins être Dieu » (p.168). Elle en prend acte et, gisant parmi les mots, le monde banal et familier du quotidien, paysage qu’elle dresse, elle continue d’écrire, trace le geste qui mène au poème savant, faisant de ce livre l’acte fondateur de toute l’œuvre qui suit et qui n’est elle-même qu’une seule et vaste « élégie » :

  • 19 Une fin d’après-midi à Marrakech, éd Ryôan-ji, 1988, p. 166.

Au fur et à mesure du livre qu’on écrit
les mots se nouent en formules et clichés divers.
On sait pourtant que ce n’est pas mourir : écrire continue.
Vivre est en effet banal mais il ne faut pas craindre
L’encombrement que cela met dans un livre.
Cette banalité qui nous accompagne c’est aussi la nuit des mots
Passés par l’usure du monde ou le désir :
Je vis, je vais mourir ; qu’est-ce qui donne du sens au verbe aimer ?
Qu’est-ce qui donne du sens au verbe écrire ?19

Haut de page

Notes

1 Boileau : Satires, Épîtres, Art poétique, Poésie/Gallimard, Paris, 1985, p 235.

2 La pagination renvoie à cette dernière édition.

3 Cahier de poésie 2, Gallimard, Paris, 1976, p. 152-179.

4 Éditions Le Dé bleu/Écho optique, Paris 1992.

5 « Le mot « élégie » dans un titre », Nouveau Recueil n°73, décembre 2004 – février 2005, éd Champ Vallon.

6 « Le mot « élégie » dans un titre », art. cit.

7 Et il suffit, pour ce faire, de penser à tous les usages du mot sang dans la rhétorique amoureuse du XVIe siècle, dont Sacré est justement un familier, puisqu’il a publié, en 1977, Un sang maniériste, étude structurale autour du mot sang dans la poésie lyrique française de la fin du seizième siècle, La Baconnière-Payot.

8 Cœur élégie rouge, André Dimanche Éditeur, p 139.

9 C’est là une lecture linéaire, beaucoup trop « ordonnée » pour être satisfaisante quand on considère l’extrême liberté syntaxique du titre. Là encore, il faudrait un autre travail pour étudier de plus près les « avatars » de la composition tripartie de ce livre, et ses implications dans l’instauration d’une élégie moderne.

10 Et il faut noter que le livre précédant Cœur élégie rouge, s’appelle La transparence du pronom elle, et a été publié en 1970, aux éditions Guy Chambelland.

11 Il s’agit du quatrième de couverture de l’édition originale de 1972 ; lors de la réédition de 2001, le texte a disparu. Peut-être parce que son contenu ne correspondait plus tout à fait à la vision que l’auteur avait de son travail, ou bien parce que le fait même de le rééditer prouvait en soi que le livre n’avait pas besoin d’être « introduit » au lecteur ; geste d’écrivain ne doutant plus de son travail ?… Cependant Sacré joint ce texte à « le mot élégie dans un titre ».

12 Cf. l’usage du temps présent dans Les Élégies, P.O.L, Paris 1990, ainsi que, dans Ma haie, P.O.L, Paris, 2001, la partie intitulée « Cette histoire est la mienne (Petit dictionnaire autobiographique de l’élégie) », p 461-489.

13 Éditions Ryôan-ji, Paris, 1988, p 156.

14 « Les arbres construisent l’espace avec du vert » p 168.

15 Cf. « Le mot élégie dans un titre », art. cit. « Si je pense au contenu de mon livre, je peux dire qu’en effet un cœur y est le soufflet qui attise (d’où cette irruption de rouge peut-être) une rêverie autour d’un lieu natal, des poèmes d’amour pour celle qui est ma femme et d’autres, d’amitié amoureuse, pour celui qui serait S.B. dans Écrire pour t’aimer ; à S.B. Mais pas de nostalgie, ce cœur bat dans ses mots au présent. De la difficulté seulement à parler. »

16 cf. Des pronoms mal transparents, éd. Le Dé bleu, 1982.

17 cf. « Quand je dis/t je dans le poème » dans Le sujet lyrique en question, Modernités 8, Presses universitaires de Bordeaux, 1996.

18 Le « rouge » devient « vert ».

19 Une fin d’après-midi à Marrakech, éd Ryôan-ji, 1988, p. 166.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Benoît Conort, « Cœur elle y gît rouge (qui gît dans l’élégie ?) », Babel, 12 | 2005, 251-262.

Référence électronique

Benoît Conort, « Cœur elle y gît rouge (qui gît dans l’élégie ?) », Babel [En ligne], 12 | 2005, mis en ligne le 09 août 2012, consulté le 29 mai 2017. URL : http://babel.revues.org/1088 ; DOI : 10.4000/babel.1088

Haut de page

Auteur

Benoît Conort

Paris-X Nanterre

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org